Navigation – Plan du site
Le roman en Asie et ses traductions (2009)

La traduction littéraire passe par le mot à mot

Marcel Barang

Texte intégral

1Comment peut-on parler de traduction mot à mot d’une langue sans ponctuation, où les verbes n’ont pas de conjugaison, où les mots sont agglutinés les uns aux autres, les adjectifs empilés, les pronoms personnels souvent absents ? Ce qu’on voit sur la page c’est des rangées de vermicelle au garde à vous. Encore heureux qu’ils se lisent de gauche à droite !

2Fausse objection. Il suffit d’une connaissance minimale du thaï pour restituer la ponctuation à la simple lecture (le plus souvent). Dans le temps, il y a moins d’un siècle, des livres entiers s’écrivaient encore d’un seul tenant, sans espace, sans paragraphe. La pratique standard aujourd’hui consiste à mettre des espaces entre les phrases et entre les éléments de phrase – c’est à cela entre autres qu’on reconnaît un bon éditeur. La mode actuelle est de parsemer le texte de points d’exclamation, points d’interrogation, tirets ou points de suspension, la plupart inutiles : les phrases ont tous les mots qu’il faut pour indiquer exclamation, question ou suspension. C’est une pollution culturelle de l’anglais. Je me dispute assez souvent avec Chart Korbjitti à ce sujet. Il faut dire que l’exemple vient de haut : Sa Majesté a jadis traduit deux bouquins en important absolument toute la ponctuation occidentale, virgules comprises. Le résultat est tellement époustouflant que personne n’a osé faire de même depuis. Le seul élément de ponctuation utile, c’est les guillemets, pour distinguer qui parle et quand on parle. Et encore : un arrangement des paragraphes, comme on sait, peut aussi faire l’affaire.

3Quant à la conjugaison, pas besoin : il y a des mots dans la phrase qui indiquent passé, présent, futur et temps intermédiaires.

4Cela dit, l’absence de noms et de pronoms personnels peut être un problème pour le traducteur, surtout dans les dialogues. Et je ne parle pas du cas extrême de Tang Suea de Sila Komchai, dont l’éditeur a supprimé tant de pronoms que parfois il était difficile de savoir qui ou quoi faisait quoi avec qui. En 1994, mon assistant Khun Pongdét et moi n’arrêtions pas de nous disputer sur le sens de telle ou telle phrase, si bien qu’il a fallu demander à l’auteur ce qu’il voulait dire.

5Une autre source de difficulté pour le traducteur c’est l’empilement d’adjectifs. Faut-il ou non les traduire tous ou globalement en un ou deux ou trois ? Il y a deux cas d’espèce : les doublons et les trains d’adjectifs.

6Les doublons se traduisent par un mot. La langue thaïe est tonale, et la grande majorité des mots sont monosyllabiques. Pour éviter les confusions, on double les mots. Une autre raison est l’euphonie. Il y a deux façons d’écrire en thaï : la tradition royale ampoulée qui fait chanter et chatoyer la phrase, c’est le beau style, connu sous le terme de païroh proh pring – trois termes qui veulent tous dire ‘beau, agréable à l’oreille’ – et il y a la façon moderne, occidentale, fonctionnelle, où on écrit seulement proh. Les auteurs d’aujourd’hui naviguent entre ces deux façons de s’exprimer. Il faut en tenir compte.

7Mais il y a aussi des suites de trois, quatre ou cinq adjectifs. On apprend dans les cours de traduction qu’un mot ou deux suffisent. Cette règle n’en est pas une : en fait, tout dépend du contexte. Parfois, il est bon de tout traduire.

8D’autre part, la langue thaïe est d’une grande richesse lexicale – elle compte entre 40 000 et 80 000 mots de base, et les acceptions, les permutations, sont infinies ; en outre, la langue populaire, l’argot, s’enrichit en permanence de nouveaux vocables. Il est donc important de s’intéresser au mot à mot, pour obtenir la nuance qui s’impose. Mon expérience est de manquer de vocabulaire en anglais comme en français, plutôt que l’inverse.

9Bien sûr, il ne faut pas prendre l’expression au pied de la lettre, ou on écrirait petit nègre. ‘Paï rông-rian’ – ‘aller école’ – est une phrase correcte et complète en thaï ; en français, le contexte dira qui va, ira ou allait à l’école.

10Ce que j’entends par ‘mot à mot’, c’est faire attention non seulement au sens d’une phrase, ce qui est tout ce qu’on demande à un traducteur non-littéraire, mais aussi à la façon dont les mots et les phrases sont fabriqués et imbriqués les uns dans les autres, pour pouvoir en rendre le style.

11Excusez-moi de mentionner des évidences : c’est que, à l’école pernicieuse des Anglo-Saxons, la pratique dominante des traducteurs thaïs, c’est de traduire dans leur style à eux, et pas dans celui de l’auteur. C’en est au point que, jusqu’à une date récente, les romans étrangers publiés en thaï avaient plus souvent le nom du traducteur sur la couverture que celui de l’auteur.

12Quand j’ai entrepris de rassembler les quelques traductions de nouvelles thaïes en anglais qui existaient il a quinze ans avant que je ne m’y mette, j’ai été choqué de constater que presque toutes ont été réécrites, surtout dans leur premier paragraphe, si important, comme on sait, pour donner le ton, je suppose pour le rendre « plus nerveux » ou, l’excuse des traducteurs amateurs, au nom du « génie de la langue ». Le génie de la langue a bon dos. On en reparlera.

13Quand un paragraphe en thaï est composé de quatre phrases – 1, 2, 3 et 4 – c’est dans cet ordre qu’il faut le traduire, sauf si l’écrivain est manifestement incompétent, mais on ne traduit pas les écrivains incompétents.

14En fait, traduire phrase à phrase et mot à mot s’avère étonnamment fructueux – et le mérite en revient à l’auteur, qui fournit le modèle, que le traducteur n’a qu’à suivre.

15La grammaire thaïe est aussi souple que la grammaire française ou anglaise, même si, bien sûr, les idiomes imposent certaines constructions qui diffèrent des nôtres. En ce qui concerne l’ordre des mots dans une phrase, il y a une astuce très simple et très efficace que j’utilise aussi souvent que possible : c’est de me demander en quoi le phrasé diffère d’une formulation ordinaire et d’essayer de transcrire cette différence telle que je la perçois.

16La pratique courante des traducteurs littéraires, si j’en juge par certaines interviews lues sur la toile, consiste en ceci : « Je lis d’abord le livre une fois ou deux pour m’imbiber de son style, de sa saveur, de sa musique, que j’essaie ensuite de reproduire. » Je ne fais pas ça. Bien sûr, j’ai lu le roman ou la nouvelle en question à un moment ou à un autre, parfois dix ans plus tôt, mais je n’ai pas besoin de le relire : je me mets tout de suite au travail, de la première ligne à la dernière, et figurez-vous que « le style, la saveur, la musique » vont apparaître d’eux-mêmes à la faveur du mot à mot.

17La première étape va donc consister à traduire mot à mot, c’est-à-dire à mettre la matière brute dans l’ordinateur, mot après mot après, avec un usage minimum du dictionnaire. Quand je ne connais pas le sens d’un mot ou n’en suis pas sûr, je mets le signe « égale » à la place. Bien sûr, le résultat est abominable, tout à fait in-montrable.

18La deuxième étape consiste à reprendre tout ça et à le mettre en forme. C’est là que la transmutation littéraire s’opère – c’est là qu’il faut trouver le mot juste et le bon rythme qui rendra « le style, la saveur, la musique » que mon oreille interne entend. C’est là qu’est le défi le plus jouissif : rendre le thaï simple mais puissant de mon ami Chart Korbjitti aussi bien que la grammaire tortueuse et le verbe coruscant de mon ami Saneh Sangsuk.

19Pour moi, c’est une faute passible de la peine capitale que de tronçonner des phrases complexes pour les rendre plus lisibles. Si un auteur a pris la peine de construire un paragraphe en une seule phrase de dix ou vingt lignes dont la structure est tout à fait claire, ce n’est pas pour la voir charcutée en quatre ou cinq courtes phrases au prétexte de « rendre la lecture plus facile », comme si Proust et Henry James n’avaient plus droit de citer.

20Il y a une troisième étape, une fois que le texte a été vérifié ligne à ligne par quelqu’un d’autre et les corrections reportées : cela consiste à tout relire pour traquer les expressions patraques ou les mots qui détonnent – et c’est alors, et seulement alors, qu’intervient peut-être le fameux génie de la langue.

21Pour en revenir aux difficultés de traduction du thaï, celle qui revient le plus souvent c’est le dialogue : c’est là la limite de l’approche mot à mot : c’est dans le dialogue qu’on trouve le plus d’idiomes et souvent de jeux de mots, et de sens multiples, qui imposent une réécriture partielle ou complète des échanges verbaux. En outre, l’absence de pronoms ne simplifie pas les choses. C’est là qu’il faut être très fort en thaï – et comme je me plante souvent, j’en conclus que j’ai encore bien des progrès à faire.

22En ce moment, je traduis See Phaendin en anglais, Four Reigns, de Kukrit Pramoj qui m’a interdit de le faire du temps qu’il vivait. Là, j’ai une double difficulté que je trouve rarement ailleurs : c’est l’usage fréquent du « ratchasap », le langage royal, particulièrement ampoulé et indigeste, que seule une minorité pratique et que le reste de la populace comprend plus ou moins. Le roman se passe pour une bonne part dans les milieux royaux du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et pour éviter d’imposer au lecteur des titres kilométriques ronflants sans toutefois gommer toute couleur locale, je dois faire des prodiges de suppositions et de transmutations. Et ce qui vraiment me fait bisquer pis que tout, c’est – à l’inverse de la pratique courante – non pas l’absence, mais un excès de pronoms et de noms, la mode en ce temps-là et dans ce milieu-là étant d’affubler tout un chacun d’un diminutif ou d’un titre, dont la répétition incessante est à la fois antinaturelle et ennuyeuse en anglais comme en français.

23Un exemple : l’héroïne s’appelle Ploï, son mari s’appelle Prém. Toute leur vie, ils vont s’appeler l’un l’autre « Mae Ploï » (Mère Ploï) et « Koun Prém » (Monsieur Prém). Pour Khun Preim, je n’ai rien trouvé ; pour Mae Ploï, je traduis par « dear Phloi ». Le père de Ploï est un noble, un comte, et bien sûr elle l’appelle « Jao Khun Phor », c’est-à-dire « Noble Monsieur Père », que je rends par « Honoured Father ». Et le reste à l’avenant.

24En fait, cette prolifération de pronoms, de diminutifs, de sobriquets, n’est pas limitée aux milieux royaux ou aristocratiques – pas du tout ; seulement, leur usage est différent.

25Le thaï est une langue féodale, stratifiée verticalement, où les rapports sociaux sont chevillés à son expression : d’un côté, les relations de pouvoir – du roi au mendiant, du patron à l’employé, du riche au miséreux – et de l’autre, les relations familiales (qui sont aussi, au moins en partie, des rapports de pouvoir au sein de l’unité familiale ou clanique). Là où en français nous n’avons que « je », « tu » et « vous », les Thaïs ont des dizaines, des centaines de façon de s’adresser aux autres selon leurs liens de parenté et leurs statuts sociaux, et ils jouent quand ils veulent avec ces vocables pour exprimer leurs sentiments.

26Par la force des choses, ces vocables passent à la trappe en traduction, sauf si justement ils trahissent une intention autre que le rapport social ou familial d’expression automatique.

27Pour conclure, je voudrais dire ce qui est pour moi une évidence : pour être un bon traducteur littéraire du thaï, comme de toute autre langue d’ailleurs, il faut avant tout être un bon rédacteur dans sa propre langue (je n’ose pas dire langue maternelle, vu que je sévis aussi en anglais), mais à condition de mettre son talent au service de l’auteur. Le traducteur n’est pas un créateur, mais un recréateur, en somme un artisan, et sa fierté est dans la modestie de l’artisan.

28Vous savez ce qui m’a le plus fait plaisir ? C’est quand L’Ombre blanche de Saneh Sangsuk est paru en l’an 2000 : pas une seule de la dizaine de notes de lecture dithyrambiques qui ont salué ce chef-d’œuvre n’ont fait état du traducteur ou de la traduction ! Passer totalement inaperçu, voilà la vraie accolade !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Barang, « La traduction littéraire passe par le mot à mot », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/239

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org