Navigation – Plan du site
Traduire l'amour, la passion, le sexe dans les littératures d'Asie (2006)

La transposition du corps libidinal et l’émergence de la sexualité dans la littérature chinoise moderne, entre aliénation pathologique et idéologique

Victor Vuilleumier

Texte intégral

  • 1  Voir la traduction proposée par F. Martin dans « Le Shijing, de la citation à l’allusion : la disp (...)
  • 2  Cf. ibid., et aussi P. Goldin, « Imagery of Copulation in Early Chinese Poetry », in CLEAR, 21 (19 (...)
  • 3  Conventionnellement, la « littérature moderne » désigne la littérature de la période républicaine, (...)

1Le Livre des poèmes (IXe-VIe siècle av. J.-C.) s’ouvre sur la description d’un jeune homme que le désir empêche de dormir1. Malgré la lecture orthodoxe qui s’est imposée plus tard, les lettrés ont toujours su reconnaître la composante sexuelle de ces poèmes2. La littérature chinoise parle donc de sexe depuis ses origines, et en parfaite connaissance de cause. La littérature de fiction traite aussi abondamment de ce thème, en particulier sur le mode érotique ou pornographique, plus ou moins « noir ». Ces représentations, qui expriment des angoisses ou des fantasmes masculins, peuvent servir une allégorie morale, et le sexe est paradoxalement souvent dénigré ou négatif. Mais je n’évoque ces aspects qu’en guise d’entrée en matière, car j’aimerais aborder ces questions dans la littérature chinoise moderne3, à partir de quelques exemples.

  • 4  Je reprends la définition de F. Dikötter : cf. Sex,Culture and Modernity in China, Medical Science (...)
  • 5  Cf. ibid., pp. 55-8, 68-9 et 185.
  • 6  Cf. Translingual Practice, Literature, National Culture, and Translated Modernity, China, 1900-193 (...)
  • 7  Psychoanalysis in China, Literary Transformations 1919-1949, Ithaca : Cornell University, 1992.
  • 8  Cf. ibid., pp. 103-4 et 153-4.

2Et plutôt que de sexe, j’aimerais vous parler de sexualité, c’est-à-dire, la construction de la notion du sexe comme une réalité humaine ou naturelle indépendante, liée à l’expression et à la constitution de l’individu moderne4. F. Dikötter, dans son excellente étude sur la sexualité à la période républicaine, se basant sur des textes non littéraires, conclut que la sexualité dans ce sens ne s’y trouve pas formulée, seulement la notion biologique de « désir sexuel », et la volonté de réguler celui-ci pour des questions d’hygiène morale et raciale5. J’aimerais suggérer en fait que dans le cas de la littérature moderne des années 1920 et 1930, une voix émerge et veut se faire entendre – celle d’une sexualité prise entre les problématiques de l’individu et de la nation. Pour ce faire, je vais brièvement montrer comment la sexualité est représentée, et surtout, que sa signification est moins univoque qu’on a pu le dire. On s’est en effet parfois contenté de trouver les descriptions sexuelles « audacieuses », servant la « découverte de la subjectivité » (selon l’expression bien connue de Yu Dafu) et la critique de la morale traditionnelle, ou inversement, on a accepté trop vite la revendication « d’allégorie nationale ». Mais je n’oublie pas la traduction, thème de ce colloque, qui va me servir de problématique plus globale – en prenant « traduction » au sens de « transposition », un peu comme L. Liu parle de translingual practice6. Zhang Jingyuan, dans Psychoanalysis in China, a montré le rôle de la psychanalyse dans l’émergence de la sexualité comme thème littéraire moderne7. Mais même s’il parle « d’appropriation » ou de « catalyse » de la psychanalyse, il insiste, me semble-t-il, sur « l’occidentalité » de cette modernité8. C’est un point sur lequel je reviendrai à la fin de ma présentation.

  • 9  M. Vallette-Hémery en donne une traduction dans son anthologie, Treize récits chinois, 1918-1949, (...)
  • 10  Sur ces différents aspects, cf. Zhang Yinde, Le Roman chinois moderne 1918-1949, Paris : PUF, 1992 (...)

3La littérature moderne est loin d’être uniforme ; néanmoins, on pourrait qualifier ce qui en représente l’un des courants dominants des années 1920 et 1930, de « littérature médicale ». Le « Journal d’un fou » (1918) de Lu Xun (1881-1936), texte fondateur dans cette perspective, peut se lire comme une étude de cas pathologique (ici, de paranoïa) – la nouvelle étant par ailleurs présentée par un narrateur second comme un document à l’attention des médecins9. La maladie du narrateur à la première personne consiste à « déconstruire » les préceptes moraux « traditionnels », pour révéler leur double discours. De même, il interprète les gestes et paroles de son entourage comme autant « d’actes manqués », révélateurs d’un dessein tabou – le cannibalisme, qui caractériserait la civilisation chinoise. Enfin, ce texte qui ouvre, officiellement, l’histoire de la littérature moderne par l’expression à la première personne d’un individu en lutte contre la tradition et la société, revendique en même temps un message collectif de salut national10.

  • 11  Cf. Xu Zhongjia, Xing’ai wenti : 1920 niandai Zhongguo xiaoshuode xiandaixing chanshi, Beijing : S (...)
  • 12  Cf. ibid., pp. 67-72.
  • 13  Cf. Zhang Jingyuan, op. cit., p. 119
  • 14  Dans le contexte de la modernité occidentale, D. Le Breton propose de voir un lien entre le dévelo (...)
  • 15  Cf. E. Lévine et P. Touboul, Le Corps. Paris : Flammarion, 2002, pp. 16 et 186-191.

4Mais revenons au sexe. La sexualité est problématisée dans la littérature moderne, avec la question de l’émancipation féminine, de l’amour et du mariage libres11. Un autre texte fondateur, « La littérature de l’homme » (« Ren de wenxue », 1918) de Zhou Zuoren (1885-1967), préconise que cette littérature promouvant les nouvelles valeurs « humanistes » du 4 Mai traite de la question de la sexualité, reconnue comme partie intégrante de l’humain, et qui aurait été négligée ou réprimée. Mais ce traitement doit être « sérieux » -- on reste paradoxalement dans une démarche « traditionaliste », se voulant prescriptive et normative12. De fait, dans la littérature moderne, le traitement du sexe se démarque de celui qui en est fait dans la littérature ancienne. Dans la littérature ancienne, pour simplifier les choses, le sexe est elliptique ou au contraire complaisamment décrit. Dans la « nouvelle littérature », les « scènes » sont relativement rares, et le sexe comme organe ou partie précise du corps me semble absent. Ainsi, le corps et le sexe sont rarement érotisés, destinés au divertissement, ou positivement connotés, et ils ne sont pas davantage pornographiques. Les descriptions ne sont plus stéréotypées, et la métaphore, si elle est présente, est rarement traditionnelle. Le corps est décrit par des termes modernes, anatomiques ou « neutres », et il est subjectivisé et intériorisé : le sens et la description du corps intègrent une participation affective13. Le corps est devenu objectif et individualisé14. Il est aussi devenu « libidinal » : il incarne le sujet et ses conflits, en particulier liés aux instincts sexuels15. Le traitement littéraire de la sexualité est appréhendé selon une perspective psychologique. Quant au sexe, il est perçu comme maladif et représenté comme pathologique : parfois objet de perversité et de sadisme, il est en tout cas lié à la frustration ou l’aliénation, que le sujet subit par son désir ou par son corps soumis au désir de l’autre. Le « sexe », comme la littérature moderne, s’est médicalisé.

5Revenons sur « l’aliénation », qui pourrait caractériser l’expérience du sexe dans la littérature moderne. Prenons l’exemple d’une « scène » dans Le Champ de la vie et de la mort (Sheng si chang 生死, 1934) de Xiao Hong 萧红 (1911-1942) :

  • 16  Les traductions données dans l’article sont de moi. Le texte chinois des citations est donné en an (...)

Cinq minutes plus tard, la fille était de nouveau comme un poussin coincé là sous une bête fauve. L’homme était devenu fou ! Ses grandes mains serraient l’autre corps avec animosité, cherchant à le posséder et à en déchirer la chair brûlante. Ses veines étaient gonflées à n’en plus pouvoir, et c’est comme s’il s’agitait sur un cadavre blanc : les cuisses nues et rondes de la femme n’arrivaient pas à l’enserrer. Alors ce furent les bruits que font deux corps étranges et avides.16

五分钟过后,姑娘仍和小一般,被野兽压在那里。男人着了 了 ! 他的大手意一般地捉另一肉体,想要吞食那快肉体,想要破坏那块热的肉。尽量地冲了血管,仿佛他是在一条白的死尸上面跳,女人赤白的形的腿子, 不能盘结住他。于是一切音响从两个婪着的怪物身上造出来。

  • 17  A lire probablement en rapport avec la notion moderne « d’instinct sexuel », dont parle F. Dikötte (...)
  • 18  C’est le fantasme classique de nécrophilie, voir J. Levi, La Chine romanesque, Fictions d’Orient e (...)

6Dans les lignes précédant le passage sélectionné, le récit décrit comment la femme a été menée malgré elle vers l’homme, par une force irrépressible. Dans ce passage, le désir de l’homme est décrit comme violent et potentiellement destructeur pour le corps de la femme tétanisée. Les deux protagonistes sont emportés par un instinct, qui les rend « étranges », et étrangers à eux-mêmes17. Dans ce roman en général, l’expérience féminine de la sexualité et de la corporalité est perçue comme une violence et une malédiction. Dans notre passage, la femme est soumise à son désir biologique et est victime de l’imagination masculine : son corps est décrit à travers le regard masculin, qui la voit comme un « cadavre blanc »18. La violence du sexe est ainsi représentée comme aliénante. Cet exemple montre aussi comment la représentation moderne du corps et du sexe rend non une vision stéréotypée, mais intériorisée : elle intègre le rapport intime et la signification subjective de cette expérience pour les deux protagonistes. On pourrait encore citer de nombreux exemples d’auteurs modernes qui montreraient d’autres formes de ce sens de l’aliénation, à différents niveaux. Mais faute de temps, je vais n’en mentionner qu’une autre, la frustration, à partir de deux nouvelles. Ce faisant, nous aborderons la question de la signification du sexe.

  • 19  Il existe une traduction anglaise de la nouvelle de Yu Dafu (« Sinking », tr. J. Lau et C.T. Hsia, (...)

7Les exemples sont tirés de « Naufrage » (« Chenlun » 沉, 1921) de Yu Dafu 郁达夫(1896-1945), et de « Une tragédie » (« Huoren de bei’ai » 或人的悲哀, 1922 ?) de Lu Yin 庐隐 (1898-1934)19. La première nouvelle décrit à la troisième personne la frustration sexuelle d’un étudiant chinois au Japon, qui donne lieu à des « déviances » -- le récit s’achevant sur une scène dans laquelle le personnage veut se suicider par noyade, sans que le lecteur puisse savoir s’il passe à l’acte ou non. La nouvelle contient des discours à la première personne du personnage (monologues et extraits de journal intime). La seconde nouvelle se présente sous forme épistolaire : ce sont les lettres d’une jeune femme malade à son ami, en partie écrites du Japon. Elle finit, elle, par se suicider par noyade de retour en Chine : le « manuscrit » est complété par la cousine de la narratrice, dont elle joint la dernière page du journal intime – créant une surprise chez le lecteur qui n’est pas averti d’emblée.

8Voici des extraits de ces deux nouvelles, sur lesquels nous reviendrons ensuite.

9Extraits de « Naufrage », de Yu Dafu :

10Extrait 1

« Crétin, crétin, même si elles avaient eu une idée derrière la tête, en quoi est-ce que ça t’aurait concerné ? Ces regards qu’elles lançaient, c’était que pour ces trois Japonais ! Ah, hélas ! elles le savaient, elles le savaient que je suis un Chinaman, sinon pourquoi ne m’auraient-elles pas lancé un regard ? Vengeance, vengeance, je finirai par me venger d’elles. »
Ayant ainsi parlé, des larmes glacées se mirent à rouler sur ses joues brûlantes. Il était affligé à l’extrême. Ce soir là, son journal disait :
Pourquoi ai-je voulu venir au Japon, à quoi bon rechercher le savoir. Puisque je suis venu au Japon, naturellement je ne pouvais qu’être humilié par ces Japonais. Chine, ah, Chine ! Que ne te renforces-tu pas. Je ne peux pas continuer à endurer ça.
Mon pays natal n’a-t-il pas de riants paysages, ma terre natale n’a-t-elle pas des femmes belles comme les fleurs ? A quoi bon être venu dans ce pays (…) Je ne veux pas de connaissances, pas plus que les honneurs, je veux seulement un « cœur » qui puisse me consoler et me comprendre. Un cœur incandescent ! De la sympathie qui naisse de ce cœur !
Un amour qui provienne de cette sympathie !
Ce que je demande, c’est de l’amour !
Si une belle femme qui puisse comprendre ma peine, voulait que je meure, j’y consentirais.
Si une femme, belle ou laide, pouvait m’aimer du plus profond de son cœur, j’accepterais de mourir pour elle.
Ce que je demande, c’est l’amour de l’autre sexe !
Ciel, ah, Ciel, (…) si tu pouvais m’accorder une « Eve » du Jardin d’Eden, et faire que son corps et son âme reviennent entièrement en ma possession, je serais comblé.

“呆人呆人,她们虽有意思,与你有什么相干?她所送的秋波,不是那三个日本人的么?唉!唉!她知道了,已知道我是支那人了,否何以不来看我一眼呢!复仇复仇,我要复她的仇。”
里,他那火上忽然了几冰冷的眼泪下来。他是心到极点了。一天晚上,他的日记说
我何苦要到日本,我何苦要求学。既然到了日本,那自然不得不被他日本人侮的。中国呀中国!你怎么不富起来。我不能再去了。

乡岂不有明媚的山河,故乡岂不有如花的美女?我何苦要到这东海的国来!(。。。)
我也不要,名誉我也不要,我只要一个能安慰我体我的“心”。一副白的心!从一副心里生出来的同情!
从同情而来的情!
我所要求的就是情!
若有一个美人,能理解我的苦楚,她要求死,我也肯的。
若有一个人,无是美是丑,能真心真意的我,我也愿意她死的。
我所要求的就是异性的情!
天呀天,(。。。)你若能我一个伊甸园内的“伊扶”,使她的肉体与心灵全我有,我就心意足了。”

11Extrait 2

  • 20  En anglais dans le texte. La majorité des éditions que j’ai pu consulter donnent ici « 人 ».

A l’origine, il était quelqu’un attachant un grand prix à l’élévation et à la pureté, mais arrivé à ces moments où lui venaient ces pensées perverses, ses capacités intellectuelles ne lui étaient plus d’aucune utilité, sa conscience morale se paralysait, et il ne pouvait plus suivre le précepte confucéen de « ne pas oser détruire » « les cheveux ou la peau de son corps », qu’il avait scrupuleusement respectés depuis son enfance. (…) toutes sortes de chimères venaient à nouveau se présenter pleines de vie devant ses yeux. Les descendantes « d’Eve » qu’il voyait habituellement, venaient toutes nues pour le tenter. Dans sa tête, le corps des madam20 ayant passé l’âge moyen avait bien plus de qualités excitant ses désirs, que celui des vierges. (…)

他本来是一个非常高尚爱洁净的人了,然而一到了邪念生 的候,他的智力也无用了,他的良心也麻痹了,他从小服膺的“身体肤”“不敢毁伤”的圣,也不能全了。(。。。)种种幻想,又活泼泼地到他的眼前 来。他平所看的“伊扶”的遗类,都赤裸裸的来引他。中年以后的madam的形体,在他的里,比女更有挑他情的地方。

12Extrait 3

« Comment ai-je pu aller dans un pareil endroit [un bordel du port], je suis devenu un homme de la plus basse espèce. Il est trop tard pour regretter, trop tard pour regretter. Et bien, il ne me reste plus qu’à mourir ici. L’amour que je cherche est certainement introuvable. (…) Pourquoi vivre, et survivre dans ce monde si misérable ! » (…) « Sous cette étoile qui vibre sans se fixer, c’est mon pays, c’est ma terre natale. J’ai passé dix-huit de mes années sous cette étoile. Ah, mon cher terroir, à partir d’aujourd’hui je ne pourrai plus te revoir. »
Il marchait, affligé sur lui-même et absorbé dans ces tristes et désolantes paroles. (…) « Ma patrie, ah, ma patrie ! Si je meurs, c’est toi qui m’as tué !
« Enrichis-toi vite, renforce-toi vite !
« Tu as encore de nombreux fils et filles qui souffrent là-bas ! »

“我怎么会上这样的地方去的,我已经变了一个最下等的人了。 侮也无及,侮也无及。我就在里死了吧。我所求的情,大是求不到了。(。。。)我将何以生,我又何必生存在多苦的世界里呢!”(。。。)那一颗摇 不定的明星的底下,就是我的故国,也就是我的生地。我在那一星的底下,也曾送十八个秋冬。我的土吓,我如今再不能你的面了。”
他一走着,一尽在那里自自悼的想心的哀。(。。。)
“祖国呀祖国!我的死是你害我的!
“你快富起来,起来吧!”
“你多儿女在那里受苦呢!”

13Extraits de « Une tragédie » de Lu Yin :

14Extrait 4

Ces derniers temps, [mes] contradictions psychologiques se sont aggravées : d’un côté j’espère guérir rapidement, de l’autre j’espère mourir – je trouve parfois que la mort serait plus douce que tout ! (…) Je n’ai jamais pu percer l’énigme de la vie et de la mort : après tout, il n’y a qu’à s’en remettre au créateur ! (…) Qui peut connaître le secret de ma psychologie ? Au début je suis venue au Japon, parce que je pensais chercher un jardin radieux – finalement, je n’y ai vu que davantage d’étranges cas de l’étroite psychologie humaine ! A chaque fois qu’il nous arrive de parler de la Paix de l’Asie orientale, ils disent alors avec fierté et excitation que c’est leur responsabilité, c’est leur liberté à eux seuls ! Ils ne tolèrent pas que les peuples européens et américains s’en mêlent. Ils ne vont pas regarder dans un miroir leurs bizarreries, qui malheureusement pour moi, s’impriment dans mes yeux et mon esprit : comment pourrais-je ne pas m’en soucier ? Comment ma maladie ne pourrait-elle pas empirer ? Si je ne m’en vais pas tout de suite, comment est-ce que je vais m’en sortir ?

种矛盾的心理,最近更害,一方面我希望病快好,一方面我 又希望死,有时觉得死比什么都甜美!(。。。)死活的,我始猜不透,只有凭造物主的支配吧了!(。。。)我心里的秘密, 能知道呢?我当初到日本去,是要想光明的花园,果只多看了人偏狭心理的怪状!我每逢东亚和平的,他便要眉色舞的是他唯一的 任,也是他唯一的利!欧美人民是不容染指的。他不用子,照他魑魅的怪状,但我不幸都看在眼里,印在心,我怎能不思?我的病如何不添重?我 不立刻走,怎么呢?

15Extrait 5.  [page du journal intime de la narratrice, ajoutée après ses lettres]

« (…) Après avoir fini mes études secondaires, je voulais aller étudier en Occident, mais pour toutes sortes de raisons, ça n’a pas pu se faire, et quand j’ai voulu rallier le parti révolutionnaire, ma famille m’en a empêché : comme j’ai profondément souffert à ce moment-là !
Mais ces épreuves n’avaient pas encore suffi à m’atteindre ! Le plus malheureux, c’est qu’à la longue, le tourbillon qui m’a fait sombrer dans les sentiments, a fait que je n’ai plus réussi à m’en sortir même si je l’avais voulu ! A ce moment, d’un côté, j’ai aussi été torturée par le savoir, qui voulait rechercher le sens de l’existence : j’ai dépensé une telle peine, mais sans trouver de réponse ! (…) Ah, alors j’ai presque sombré dans une mer de perdition ! … D’un autre côté, grâce à mon esprit volontaire qui reprenait le dessus, et qui dans les moments où j’ai voulu m’abandonner à la sexualité, était au-dessus de ma tête pour donner un coup de bâton, j’étais aussitôt rappelée à moi ! Je n’ai pas osé aller sur ce chemin, mais au bout du compte où aller ? Chaque nuit, couchée dans mon lit, je me suis épuisée à y penser et à chercher, mais sans résultat ! (…) »

“(。。。)我中学毕业以后,我要到西洋去留学, 因种种的关系,作不到,我要投身作革命党,也被家庭阻止, 这时我深苦痛的滋味!
但 是些磨折,尚不足以苦我!最不幸的,是接二三,把我陷入感情的漩,使我欲拔不能!这时一方,又被知着,要探求人生的究竟,花了不知多少心 血,也求不到答案!(。。。)唉!这时的我,几乎深陷堕落之海了!…… 幸一方面好的心,很占力,当我要想放性欲的候,他在我上,打了一棒,我不又惊醒了!不敢往里走,但是究竟往什么地方去呢?我每天夜里,睡在 床上,精竭的苦事求,然而没有果!

  • 21  Sur la traduction de ce terme : F. Dikötter, qui rejette donc la notion de « sexualité », le tradu (...)
  • 22  Cf. S. Freud, Introduction à la psychanalyse, tr. S. Jankélévitch, Paris : Payot, 2001, pp. 399-40 (...)
  • 23  Cf. ibid., p. 521-22.
  • 24  Cf. ibid., p. 453.
  • 25  Le thème de l’anormalité psychologique est récurrent dans la littérature chinoise moderne, rejoign (...)

16Nous allons tout d’abord voir des exemples de la transposition du discours psychanalytique, sur trois niveaux – termes, concepts et méthode. Un exemple de terme : xingyu 性欲21 (ext. 5). Les concepts appliqués : l’Œdipe et la première attirance incestueuse22 (ext. 2, « les dames » plus âgées) ; le surmoi et la répression23 (ext. 5) ; les rêveries éveillées, révélant un contenu sexuel refoulé24 (ext. 2) ; les actes irrépressibles (ext. 2, 3). Enfin, la « méthode » : ces nouvelles se veulent expression et exploration de la subjectivité individuelle. Or, de même que Freud explore la psychologie et en particulier la sexualité à partir de cas pathologiques ou déviants, l’exploration de la subjectivité dans ces nouvelles passe par l’étude de cas morbides25. Par ailleurs, un autre aspect de la méthode, consistant à révéler les motifs inconscients derrière ce qui est affirmé par le moi, apparaît dans le journal (ext. 1) : le vrai motif de frustration s’énonce progressivement, du « cœur » compréhensif à l’amour, puis la possession complète de l’autre – qui avec la précision de yixing 异性  implique finalement le désir sexuel caché, par ailleurs trouble. Mais l’aspect important de cette « méthode », c’est l’idée de la coexistence de deux discours dans la personne, l’un qui la valorise, et l’autre qui révèle ce qui la détermine. Dans notre cas, la confrontation avec le contenu du discours volontaire et l’autre va éclairer la question de la signification de la sexualité.

  • 26  Cf. J. Průšek, The Lyrical and the Epic. Studies of Modern Chinese Literature. Edited by L. Ou-fan (...)
  • 27  Zhang Jingyuan parle d’un « Œdipe inversé » dans la littérature chinoise moderne, où les enfants s (...)
  • 28  Je remercie Samuel Guex pour cette précision et son expertise.
  • 29  K. Denton, « The Distant Shore : Nationalism in Yu Dafu’s’Sinking’ ». In CLEAR, 14 (1992), p. 112.
  • 30  Shu-mei Shih, The Lure of the Modern, Writing Modernism in Semicolonial China, 1917-1937, Berkeley (...)
  • 31  Cf. F. Jameson, « Third-World Literature in the Era of Multinational Capital ». In Social Text, 15 (...)
  • 32  Pour une distance avec cette lecture nationale ou de « l’intentionalité sociale, historique et cul (...)

17L’aspect « individualiste » ou « subjectiviste » de ces récits est évident. Mais il est important aussi de voir le sens et le message collectif de la description d’individus opprimés et souffrants : l’affirmation du sujet est de fait déjà en soi une revendication et une critique contre la « société traditionnelle »26 et le « père » symbolique27. Rappelons que pour Zhou Zuoren, parler de sexualité dans la littérature s’intègre dans le projet global critique du 4 Mai. Dans cette perspective « collective », nous remarquons que l’autorité familiale et morale est représentée comme contraignante (ext. 2, le précepte confucianiste culpabilise le jeune homme qui se masturbe, et ext. 5, les velléités révolutionnaires émancipatrices de la jeune fille ont été interdits), mais surtout, la question nationale face à la puissance impérialiste qu’est le Japon est mentionnée avec insistance (ext. 1, et 4, qui est une reprise fidèle du discours dominant du Japon des années 192028). L’expression et le sens de la sexualité ne se dissocieraient pas des problématiques globales de la nation face à l’impérialisme japonais et de la lutte contre la tradition, qui paralyse la jeunesse et la Chine. Denton parle ainsi pour Yu Dafu de « sens d’infériorité nationale »29 et Shi Shu-mei, de « complexe d’infériorité nationale » et de « castration impérialiste »30, mêlant la frustration sexuelle personnelle à la condition nationale du pays et à des enjeux raciaux ; de même, pour Jameson, la littérature chinoise moderne, comme toute littérature du « Tiers monde », est « allégorie nationale »31. La dimension nationale est certes incontournable ; pourtant ces positions théoriques peuvent mener à des lectures univoques, car elles tendent à placer au même niveau narrateur, personnages, auteurs et société réelle32.

  • 33  Dans un contexte un peu différent, on pourrait penser à ce que Genette dit des personnages de Prou (...)

18En effet, si on lit ces deux nouvelles de près, on s’aperçoit que les choses sont ambiguës – je reviens maintenant à la méthode psychanalytique. Dans les extraits 1, 3 et 4, les protagonistes tiennent et affirment à la première personne un discours valorisant : leur frustration est causée soit par l’interrogation devant l’existence moderne, soit par le racisme antichinois prêté aux Japonais, leur impérialisme, ou la situation nationale de la Chine. Pourtant cette voix valorisante est mise à distance dans les deux nouvelles, par l’intervention d’une autre voix. Dans « Naufrage », le narrateur fait écho au passage affirmant le discours national à la première personne (ext. 1), par un passage à la troisième personne, qui en forme le revers (ext. 4) (appuyé par la reprise ironique « d’Eve »), ruinant ainsi les raisons que se donne le personnage (le « cœur » amoureux, et le renforcement national). Enfin plus généralement dans la nouvelle, le discours national est exclusivement attribué au personnage : même si la voix du narrateur est par endroits très proche de la voix de son personnage, allant parfois jusqu’à se confondre, le narrateur n’assume pas ce discours. Les monologues donnent plutôt l’impression d’une volonté de justification de la part du personnage33. Dans la nouvelle de Lu Yin, on assiste à la même confrontation des discours, avec la particularité que les deux voix à la première personne donnant un éclairage contraire proviennent du même sujet : au discours social (les lettres) qui affirme le lien entre malaise personnel et impérialisme japonais (ext. 4), vient faire contrepoint le discours intime (la page de journal), qui nomme brutalement le thème de la frustration sexuelle, sans rapport au politique (ext. 5, il s’agit plutôt du thème du conflit entre le savoir et les sentiments). Il y aurait encore à dire sur cette réécriture de la nouvelle de Yu Dafu (dans une perspective de genres), mais ce n’est pas notre propos ici.

  • 34  A ce propos, dans « The Distant Shore », K. Denton montre bien la tension que l’on trouve dans la (...)

19Le thème national est indéniable, et il n’est pas sûr qu’il faille lui opposer absolument celui de l’individualisme34, ni lire ces nouvelles comme parodiques ou ironiques. Néanmoins, il y a un dispositif voulu de mise à distance du discours national – cette distinction des niveaux d’énonciation est rarement prise en compte. Dans notre perspective, cette distance indique que la sexualité ne peut se dire que sur un mode « sérieux » : elle doit parler de collectivité et de nation – il est révélateur en effet que le « moi », mis à distance, affirme un discours collectif pour se valoriser et expliquer sa frustration sexuelle. C’est le signe que ce discours est dominant et lui aussi source de frustration. Pour reprendre la conclusion de F. Dikötter, on voit qu’en effet la sexualité n’est pas énoncée isolément et pour elle-même. Mais la différence que nous avons constatée par rapport à l’affirmation nationale est cette voix autre de la sexualité, qui émerge donc dans ce contexte du sujet moderne polyphonique. En ce sens, l’aliénation de la sexualité par le discours moral et national rejoint à un autre niveau le sentiment d’aliénation face au sexe, que nous avions vu plus haut.

  • 35  « Allégories et personnages dans le Rêve du pavillon rouge » : conférence donnée à Genève le 25 ja (...)
  • 36  Je reprends le titre donné par P. Ryckmans à sa traduction, Six récits au fil inconstant des jours(...)

20Dans ce contexte, le rôle de la traduction, ou transposition, de la psychanalyse est primordial. Pourtant, ce n’est pas une « occidentalisation » : en effet, elle s’intègre aux principales problématiques de la littérature chinoise moderne (littérature médicale, double discours, métaphore de la maladie, collective et individuelle, subjectivité). Mais au-delà, je voudrais suggérer de replacer la question de l’émergence de la conscience d’une « sexualité » au sens moderne, dans une continuité avec la littérature chinoise (sans ignorer les différences historiques). Tout d’abord, le sens de l’aliénation reprend pour s’exprimer des lieux et des thèmes anciens (angoisses, vampirisme, nécrophilie). Ensuite, l’ambiguïté de la signification du sexe, entre expression consciente et lecture morale, pourrait faire écho aux lectures sociopolitiques du Livre des poèmes. On serait tenté de retrouver encore dans le traitement du sexe une tension entre allégorie (ici, nationale) et exploration psychologique, ce que J. Levi a proposé de voir dans le roman le Rêve du pavillon rouge de Cao Xueqin (1715 ?-1763)35. Enfin, nous avons vu que la représentation « moderne » du sexe exprime une perception intériorisée et des enjeux interpersonnels. Et peut-être pourrions-nous en voir un précédent dans un passage des Récits inconstants au fil des jours (Fusheng liuji浮生六, de Shen Fu沈复 (1763-après 1809)36 :

A côté de nous, la vieille servante nous engageait à aller dormir : je la fis partir en premier et refermer la porte derrière elle. Nous étions côte à côte à rire et plaisanter, impatients comme deux intimes restés longtemps séparés. Je passai en jouant la main sur son sein : son cœur à elle aussi battait énormément. Je me penchai alors vers son oreille : « Tiens, tiens, comme il bat ton cœur ! » Yun regarda vers moi avec un petit sourire et aussitôt je sentis tout au fonds de moi l’excitation de l’amour. Je la portai contre moi, et nous nous introduisîmes sous la courtine – nous n’avons pas vu l’aube venir à l’orient.

在旁促卧,令其闭门先去。遂与比肩笑,慌同密友重逢,探其怀,亦怦怦作跳,因俯其耳曰:“姊何心舂乃耶?” 芸回眸微笑,便丝摇人魂魄。之入,不知方之既白。

21Bien que la convention traditionnelle de l’ellipse érotique soit respectée, le corps et le sexe me semblent présentés à travers un regard nouveau – intériorisé et dénotant la participation affective de la narration. Ma traduction a essayé de rendre cette dimension « subjectiviste ».

22L’émergence de la sexualité dans la littérature chinoise moderne est donc liée à la traduction de la psychanalyse. Mais elle s’inscrit dans un contexte et une perspective chinois, qui nourrit le sens de ses tensions (allégorie/psychologie, collectif/individu), mais aussi de sa modernité (représentation intériorisée de la sexualité).

Haut de page

Notes

1  Voir la traduction proposée par F. Martin dans « Le Shijing, de la citation à l’allusion : la disponibilité du sens ». In Extrême-Orient, Extrême-Occident, 17 (1995), pp. 30-1.

2  Cf. ibid., et aussi P. Goldin, « Imagery of Copulation in Early Chinese Poetry », in CLEAR, 21 (1999).

3  Conventionnellement, la « littérature moderne » désigne la littérature de la période républicaine, soit de 1911 à 1949, et la « littérature contemporaine », de 1949 à nos jours.

4  Je reprends la définition de F. Dikötter : cf. Sex,Culture and Modernity in China, Medical Science and the Construction of Sexual Identities in the Early Republican Period, London : Hurst & Company, 1993, pp. 62-4.

5  Cf. ibid., pp. 55-8, 68-9 et 185.

6  Cf. Translingual Practice, Literature, National Culture, and Translated Modernity, China, 1900-1937, Stanford : Stanford UP, 1995. Je remercie le professeur N. Zufferey de m’avoir suggéré l’emploi du terme de « transposition ».

7  Psychoanalysis in China, Literary Transformations 1919-1949, Ithaca : Cornell University, 1992.

8  Cf. ibid., pp. 103-4 et 153-4.

9  M. Vallette-Hémery en donne une traduction dans son anthologie, Treize récits chinois, 1918-1949, Arles : Picquier, pp. 13-23.

10  Sur ces différents aspects, cf. Zhang Yinde, Le Roman chinois moderne 1918-1949, Paris : PUF, 1992, pp. 131-5.

11  Cf. Xu Zhongjia, Xing’ai wenti : 1920 niandai Zhongguo xiaoshuode xiandaixing chanshi, Beijing : Shehui kexue wenxian chubanshe, 2005, pp. 17-83.

12  Cf. ibid., pp. 67-72.

13  Cf. Zhang Jingyuan, op. cit., p. 119

14  Dans le contexte de la modernité occidentale, D. Le Breton propose de voir un lien entre le développement de « l’individualisme » et la représentation anatomique du corps, qui n’est plus défini comme partie intégrante d’une totalité ou un d’environnement cosmique : cf. Anthropologie du corps et modernité, Paris : PUF, 2003, pp. 29-62.

15  Cf. E. Lévine et P. Touboul, Le Corps. Paris : Flammarion, 2002, pp. 16 et 186-191.

16  Les traductions données dans l’article sont de moi. Le texte chinois des citations est donné en annexe à la fin. Il existe une très bonne traduction anglaise de ce roman par H. Goldblatt et H. Yeung, The Field of Life and Death and Tales of Hulan River, Bloomington : Indiana UP, 1979.

17  A lire probablement en rapport avec la notion moderne « d’instinct sexuel », dont parle F. Dikötter.

18  C’est le fantasme classique de nécrophilie, voir J. Levi, La Chine romanesque, Fictions d’Orient et d’Occident, Paris : Seuil, 1995, pp. 238-251 et passim. La couleur blanche ajoute encore à la réminiscence de cet imaginaire.

19  Il existe une traduction anglaise de la nouvelle de Yu Dafu (« Sinking », tr. J. Lau et C.T. Hsia, in J. Lau et H. Goldblatt (eds.), Columbia Anthology of Modern Chinese Literature, NY : Columbia UP, 1995, pp. 44-69). A ma connaissance, la nouvelle de Lu Yin n’a été traduite dans aucune langue occidentale ; quant à sa date, je l’estime à 1922 (je ne dispose pas d’informations plus précises que le nom et le numéro de la revue où cette nouvelle a été publiée pour la première fois, à savoir, Xiaoshuo yuebao, 13.12).

20  En anglais dans le texte. La majorité des éditions que j’ai pu consulter donnent ici « 人 ».

21  Sur la traduction de ce terme : F. Dikötter, qui rejette donc la notion de « sexualité », le traduit littéralement comme « désir sexuel ». Zhang montre lui que ce terme est employé pour traduire la « sexualité » freudienne (cf. Zhang Jingyuan, op. cit., pp. 45-6). J’ai fait le choix de traduire xingyu par « sexualité », au lieu de « sexe » ou « désir sexuel » par exemple, pour rendre la signification psychanalytique auquelle Lu Yin semble faire allusion – c’est ce que laisse supposer la transposition de ce qui serait l’intervention du surmoi (le bâton sur la tête) quelques lignes plus bas.

22  Cf. S. Freud, Introduction à la psychanalyse, tr. S. Jankélévitch, Paris : Payot, 2001, pp. 399-406.

23  Cf. ibid., p. 521-22.

24  Cf. ibid., p. 453.

25  Le thème de l’anormalité psychologique est récurrent dans la littérature chinoise moderne, rejoignant un souci et une fascination plus générale que l’on retrouve dans le discours médical d’alors (cf. F. Dikötter, Imperfect Conceptions. Medical Knowledge, Birth Defects, and Eugenics in China, London : Hurst & Company, 1998, p. 11).

26  Cf. J. Průšek, The Lyrical and the Epic. Studies of Modern Chinese Literature. Edited by L. Ou-fan Lee, Bloomington : Indiana UP, 1980, p. 173.

27  Zhang Jingyuan parle d’un « Œdipe inversé » dans la littérature chinoise moderne, où les enfants sont en lutte contre un « père » qui les opprime (cf. Psychoanalysis in China, pp. 68-84).

28  Je remercie Samuel Guex pour cette précision et son expertise.

29  K. Denton, « The Distant Shore : Nationalism in Yu Dafu’s’Sinking’ ». In CLEAR, 14 (1992), p. 112.

30  Shu-mei Shih, The Lure of the Modern, Writing Modernism in Semicolonial China, 1917-1937, Berkeley : University of California Press, 2001, p. 120.

31  Cf. F. Jameson, « Third-World Literature in the Era of Multinational Capital ». In Social Text, 15 (1986), pp. 65-88.

32  Pour une distance avec cette lecture nationale ou de « l’intentionalité sociale, historique et culturelle » (K. Denton, op. cit., p. 109), cf. W. Kubin, Die chinesische Literatur im 20. Jahrhundert, München : K.G. Saur, 2005, pp. 56 sqq. Ce précieux livre apporte, sur ce point comme sur bien d’autres, un regard neuf.

33  Dans un contexte un peu différent, on pourrait penser à ce que Genette dit des personnages de Proust dans La Recherche, qui cherchent à se convaincre eux-mêmes ou à se donner le change (cf. Figures III, Paris : Seuil, 1972, pp. 195-7), même si Yu Dafu emploie moins le style indirect libre dans sa nouvelle.

34  A ce propos, dans « The Distant Shore », K. Denton montre bien la tension que l’on trouve dans la littérature moderne, entre les discours de l’individu et du collectif. Le même auteur traite ce thème plus en détail dans The Problematic of Self in Modern Chinese Literature. Hu Feng and Lu Ling, Stanford : Stanford UP, 1998.

35  « Allégories et personnages dans le Rêve du pavillon rouge » : conférence donnée à Genève le 25 janvier 2006. Ce roman a été traduit en français par Li Tche-houa et J. Alézaïs, Le Rêve dans le pavillon rouge, Paris : Gallimard, 1981, 2 vol.

36  Je reprends le titre donné par P. Ryckmans à sa traduction, Six récits au fil inconstant des jours, Paris : C. Bourgois, 1982

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Vuilleumier, « La transposition du corps libidinal et l’émergence de la sexualité dans la littérature chinoise moderne, entre aliénation pathologique et idéologique », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ideo.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Victor Vuilleumier

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org