Navigation – Plan du site
Traduire l'amour, la passion, le sexe dans les littératures d'Asie (2006)

Introduction (15 décembre 2006)

Noël Dutrait

Texte intégral

1Créée en 2004, la Jeune équipe 2423 de l’université de Provence « Littérature chinoise et traduction » s’est fixé deux principaux axes de recherche. Le premier axe consiste à étudier les questions relatives à la traduction de la littérature chinoise, qu’elle soit ancienne, moderne ou contemporaine, écrite en langue classique ou en langue moderne. Comment traduire, comment choisir les œuvres à traduire, comment les présenter au public, les relations avec les éditeurs, autant de questions sur lesquelles travaillent les membres de l’équipe. L’autre axe de recherche est constitué de l’œuvre de Gao Xingjian, prix Nobel de littérature 2000. Un grand colloque international à ce sujet s’est tenu en janvier 2005 et les actes de ce colloque ont été publiés par les éditions du Seuil.

2En février 2006, deux journées de travail ont été organisées sur la traduction du chinois dans le cadre de la formation continue de notre université. Elles ont rassemblé quinze personnes désireuses de se perfectionner en traduction du chinois, qui ont travaillé en ateliers sur des textes très variés de littérature ancienne et contemporaine.

3Cette année, dans le cadre de la préparation du projet de plan quadriennal 2008 2012, il a été décidé d’élargir notre équipe à d’autres langues d’Extrême-Orient comme le japonais, le vietnamien et le coréen, ainsi qu’à l’hindi. Ceci nous permettra d’élargir notre champ de recherche, dans une perspective comparatiste, à ces nouveaux domaines aussi riches et encore peu explorés.

4Pour notre réunion d’aujourd’hui, la traduction des textes érotiques nous a semblé particulièrement intéressante dans la mesure où elle oblige à réfléchir sur un ensemble de problèmes communs aux littératures anciennes et modernes et aux autres littératures d’Asie. En effet, les littératures chinoise ou japonaise érotiques sont assez souvent traduites en français avec certaines œuvres, chinoises en particulier, présentées à un très large public français : je pense par exemple au Jin Ping Mei (Fleur en fiole d’or, traduit par André Lévy, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1985) dont certains passages peuvent être taxés de pornographiques, qui est présenté dans la prestigieuse collection de La Pléiade. Je pense aussi aux textes présentés chez l’éditeur Philippe Picquier dans la collection « Le Pavillon des corps curieux », dont plusieurs ont été traduits par un certain Aloïs Tatu, pseudonyme d’un traducteur qui ne nous est pas inconnu et présentés par Pierre Kaser.

5Comment traduire les mots du sexe, peut-être les « gros mots du sexe », comme l’écrit Alain Fleischer dans son magnifique roman publié au mois d’août de cette année. Je cite : « Et je me demandais qui, de Mme Buss (la logeuse) ou de moi, avait été la dupe de l’autre en ce qui concernait mes relations avec Barbara (l’amante du jeune homme), de qui je n’avais appris que ces gros mots du sexe dont les garçons aiment exhiber l’usage comme un gros sexe des mots. » (L’Amant en culottes courtes. Paris, Le Seuil, 2006, p. 378.

6On se souvient que dans la première édition de la traduction française du Rouputuan (Paris, Pauvert, 1962), les  mots désignant les organes sexuels n’étaient pas traduits, mais notés simplement en caractères chinois (un exemple extrême de non traduction), tandis que dans les premières éditions du classique de Robert van Gulik, La vie sexuelle dans la Chine ancienne (1961, traduit en français en 1971 : Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires »), les descriptions d’ébats sexuels étaient notées en latin. Seuls les latinistes pouvaient ainsi s’instruire dans ce domaine pourtant bien chinois !

7Réfléchir sur la passion, le sexe et l’amour dans les littératures d’Asie (notre colloque s’est ouvert à des contributions sur la littérature vietnamienne, japonaise et indienne), c’est aussi réfléchir sur la manière dont ces littératures rendent compte de cette activité humaine fondamentale qui a la particularité d’être commune à toutes les civilisations, en présentant des variantes selon les continents, les usages sociaux, les religions et les époques.  Seule la Chine a tenté d’éradiquer toute trace de cette activité dans ses productions artistiques ou littéraires pendant les dix années de révolution culturelle (1966-1976), période pendant laquelle le mot amour ne pouvait être combiné qu’avec ceux de patrie ou de Parti. Pourtant, pendant la période républicaine, le refoulement du désir sexuel est un thème littéraire très fort chez Yu Dafu et bien d’autres. Et, après la révolution culturelle, l’évocation de la sexualité, parfois d’une manière très directe, a accompagné le retour à une liberté d’expression plus large dans les lettres chinoises, en Chine continentale, à Taiwan, et même dans les régions de minorités ethniques. Pour ce qui est de la littérature vietnamienne, deux communications attirent notre curiosité : elles nous diront si oui ou non il existe une littérature érotique vietnamienne et comment elle se situe par rapport à la littérature chinoise. En littérature japonaise, la poésie sera abordée par l’évocation du haiku, tandis que la figure du prix Nobel de littérature japonais Oe Kenzaburo permettra de traiter d’un autre aspect de la question.

8Les communications prononcées au cours de ce colloque seront  consultables sur le site de notre équipe.

9Merci à tous d’être venus participer à ce colloque qui a bénéficié de l’aide de l’université de Provence et de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noël Dutrait, « Introduction (15 décembre 2006) », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ideo.revues.org/266

Haut de page

Auteur

Noël Dutrait

Université Aix-Marseille, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org