Navigation – Plan du site
Traduire l'humour des langues et littératures asiatiques (2010)

L’humour à l’ancienne : dix histoires de la Chine ancienne

Histoires choisies du rouleau 245 (sur le thème de l’humour) du Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix (Taiping guangji 太平廣記)
Solange Cruveillé

Texte intégral

Préambule

  • 1  Colloque organisé en mars 2009 à l’Université de Provence par l’équipe « Littératures d’Extrême-Or (...)
  • 2  Voir notre article « Études et traductions occidentales sur le Taiping guangji » dans le numéro 2 (...)

1Lors d’un précédent colloque sur la traduction et la réception des littératures d’Asie1, nous avions proposé un état des lieux des études et traductions relatives au Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix (Taiping guangji 太平廣記, plus loin TPGJ), volumineuse compilation de textes anciens commandée par l’empereur Taizong 太宗 des Song et dirigée par Li Fang 李昉 (925-996)2. Sur les cinq cents rouleaux qui constituent cette œuvre, huit sont consacrés au thème de l’humour (huixie 詼諧 : juan 245 à juan 252), soit 156 anecdotes tirées d’ouvrages divers et datées du premier millénaire de notre ère. De nombreuses autres histoires du TPGJ touchent en réalité à l’humour : si les présents textes ont été catalogués dans cette thématique précise, c’est surtout parce qu’ils mettent en scène des personnages à l’esprit vif et à la répartie brillante dont la causticité s’exprime à travers des jeux de mots savants : homophonie de caractères, allusions aux Classiques, combinaisons de mots. Il faut donc parfois que le lecteur contemporain ait recours à des dictionnaires de chinois classique ou bien à des explications en baihua 白話pour comprendre ces traits d’esprit et d’humour remarquables. Ces histoires constituent les perles de l’art oratoire ancien, talent de nombreux personnages célèbres des temps reculés. On peut même y voir les ancêtres du xiangsheng 相聲, cet art chinois du dialogue comique performé par deux acteurs qui jouent sur la prononciation phonétique des caractères par amour de la dérision, du quiproquo ou du grotesque.

2Les dix historiettes qui suivent sont toutes tirées du rouleau 245 du TPGJ. Elles permettent d’apprécier l’humour chinois à l’ancienne ou l’art de la répartie pour contrer des attaques verbales comme pour se sortir de situations embarrassantes : face à un souverain, un époux ou un aîné, l’humour est souvent la seule arme dont dispose le maître ou la maîtresse en joutes oratoires, qui saura malgré sa position délicate sinon faire perdre la face à son interlocuteur, du moins sauver la sienne.

1. Joute oratoire

  • 3  Littéralement « Bébé Yan » ou « Yan le poupon ».
  • 4  Un des principaux Etats sous la période des Printemps et des Automnes.

3Yan Ying3, homme de petite taille de l’Etat de Qi4, fut envoyé un jour en mission diplomatique à Chu. Arrivé à hauteur de la grande porte d’entrée de l’Etat, il fut invité à passer par une petite porte secondaire. Il refusa de la franchir : « Si j’étais envoyé en mission au pays des Chiens, je passerais par la porte réservée aux chiens. Mais aujourd’hui, c’est l’Etat de Chu que je visite : je n’entrerai donc pas par la porte réservée aux chiens.

— Il n’y a donc pas d’êtres humains à Qi ? Lui demanda le roi.

— L’Etat de Qi envoie ses hommes nobles et vertueux aux rois tout autant nobles et vertueux, et réserve ses émissaires indignes aux rois indignes. Etant de petite moralité, on m’a envoyé à votre majesté. »

4Le roi s’adressa à voix basse aux ministres qui l’entouraient et dit : « Ce Yan Ying est bon orateur, je vais lui donner une leçon. »

5Il s’assit. C’est alors qu’on lui amena un homme ligoté. « Qui est cet homme ? demanda-t-il à ses suivants.

— C’est un voleur de l’état de Qi, lui répondit-on.

— Est-ce que les gens de Qi sont doués pour la rapine ? demanda-t-il en s’adressant à Yan Ying.

— J’ai entendu dire, répondit ce dernier, que les mandarines qui poussent au sud du fleuve deviennent des oranges trifoliées quand on les plante dans le nord. Les branches et les feuilles se ressemblent, mais le goût des fruits diffère, parce que la terre et l’eau ne sont pas les mêmes. Lorsqu’il se trouvait à Qi, cet homme ne savait pas voler. Pourtant, une fois à Chu, il est devenu un bandit. Ce changement est dû à l’environnement naturel de l’Etat de Chu, qui en a fait un homme mauvais ! »

6Le roi de Chu s’écria alors en riant :

  • 5  TPGJ 245, « Yan Ying » 宴嬰 Source : Qiyan lu 啟顏錄 (Anecdotes prêtant à sourire).

« En définitive, c’est moi qui me suis fait tourner en dérision ! »5

2. Sommeil studieux

  • 6  Soit entre 947 et 950 de notre ère.

7Sous la dynastie des Han postérieurs66, un certain Bian Shao, de son appellation littéraire Xiaoxian, enseignait à plusieurs centaines de disciples. Une fois qu’il sommeillait en plein jour, ses élèves composèrent en cachette un distique pour se moquer de lui :

Bian Xiaoxian, avec son bedon,
Paresseux pour l’étude, pas pour le roupillon !

8Le professeur, qui entendit furtivement ces rimes, répondit en écho :

  • 7  Xiao : littéralement « piété filiale ».
  • 8  Il s’agit des cinq canons de la Chine ancienne : le Shijing (Livre des Odes), le Shujing (Canon de (...)
  • 9  Ou « Prince de Zhou », homme d’État du début de la dynastie des Zhou, qui resta célèbre pour son œ (...)
  • 10  C’est-à-dire Confucius.

Bian est son nom, Xiao son appellation7,
Sa panse un coffre renfermant les Cinq Classiques
8.
Si l’envie lui vient de s’assoupir,
C’est pour mieux méditer sur ces oeuvres.
Dans son sommeil, il communique avec le Duc de Zhou
9,
Et s’entretient tranquillement avec Maître Kong
10.
Mais ridiculiser son professeur,
Quel Classique le prône ?

  • 11  TPGJ 245, « Bian Shao » 邊韶. Source originale perdue. Un manuscrit d’époque Ming indique cependant (...)

Les disciples se sentirent aussitôt fort penauds.11

3. Une épouse conciliante

9Sous les Han postérieurs, Yuan Ciyang épousa la fille de Ma Jichang du district de Fufeng. Le trousseau de la mariée était somptueux :

10« Une épouse a seulement besoin d’une pelle et d’un balai, à quoi bon se parer avec ces choses belles et précieuses ? demanda Ciyang.

  • 12  Lettré cultivé mais pauvre des Han occidentaux célèbre pour sa loyauté. Il épousa une fille Huan, (...)
  • 13  Poète des Han originaire du district de Fufeng. Il était avec sa femme Meng Guang un modèle d’amou (...)

— Mes chers parents prouvent ainsi leur affection envers moi. Je ne peux les outrager en refusant de m’en servir ! répondit l’épouse. Vous admirez la noblesse de Bao Xuan12 et Liang Hong13, votre épouse se doit naturellement de suivre l’exemple de leurs épouses, Shaojun et Meng Guang !

— Si le cadet précède l’aîné, il devient la risée de tous, ajouta Ciyang. Ta grande soeur n’ayant pas encore d’époux, pourquoi t’es-tu mariée ?

— C’est que mon aînée possède une telle intégrité morale qu’elle n’a pu trouver encore de bon mari. Elle n’est pas aussi méprisable que moi, qui me suis montrée si négligeante sur ce point. »

  • 14  TPGJ 245, « Yuan Ciyang » 袁次陽 Source : Benzhuan 本傳 (Biographies).

11Ciyang resta coi mais n’admit pas pour autant ses torts. En revanche, ceux qui entendirent en passant cette conversation eurent honte pour lui.14

4. Saluer bien bas

  • 15  C’est-à-dire Liu Bei (161-223).
  • 16  Sun Quan (181-252) : roi de Wu à l’époque des Trois Royaumes.

12Le premier souverain du royaume de Shu15 nomma Yi Ji grand officier militaire des marches orientales et l’envoya en mission à Wu. Sun Quan16, qui avait entendu parler du talent d’orateur de Yi Ji, souhaita le plonger dans l’embarras. Lorsque l’émissaire pénétra dans son palais et s’inclina pour le saluer, il commenta : « Les efforts laborieux sont à réserver aux tyrans infatueux. »

  • 17  TPGJ 245, « Yi Ji » 伊籍Source : Sanguo zhi 三國志 (Les Trois Royaumes).

13Ce à quoi Yi Ji rétorqua : « Se prosterner et se relever, voilà qui ne peut être qualifié de gros effort. » Sun Quan se sentit profondément confus et ne sut quoi répondre.17

5. Une répartie au poil

14Liu Bei, premier souverain du royaume de Shu, rencontra un jour Liu Zhang à Fuzhou. À cette époque, Zhang Yu, un des suivants de Liu Zhang, se tenait à ses côtés. L’homme arborait une barbe imposante.

  • 18  Littéralement « poil ». Concernant le nom du district, il faut noter que l’un des sens anciens du (...)

15« Le district de Zhuo, dans mon pays, compte beaucoup de gens de la famille Mao18, dit Liu Bei pour se moquer de lui. Il y a des Mao de part en part. Le commandant du district affirme lui-même que Zhuo est couvert de Mao ! »

  • 19  L’un des sens anciens du caractère « lu » était « faible, affaibli, fragile ». L’expéditeur s’adre (...)

16Zhang Yu répondit alors : « Jadis, le chef de Lu fut nommé magistrat du comté de Zhuo. Il démissionna et rentra chez lui. Un jour, quelqu’un lui envoya une lettre. Mais il intervertit les caractères Lu et Zhuo en les combinant, ce qui donna : “Seigneur Luzhuo”19 ».

  • 20  TPGJ 245, « Zhang Yu » 張裕 Source : Qiyan lu.

17Liu Bei partit d’un grand éclat de rire. C’est parce que Liu Bei ne portait pas de barbe que Zhang Yu avait parlé ainsi.20

6. Mon aimé

  • 21  Terme d’adresse d’un souverain à son ministre ou d’une personne âgée à un jeune, équivalent de « m (...)

18L’épouse de Wang Rong de Jin appelait son mari « Qing »21. Wang Rong lui dit un jour :

« Comment une femme peut-elle appeler son mari de la sorte ? Ce genre de nom n’est pas respectueux des rites ! »

  • 22  « Qing » est aussi le nom que se donnent entre eux les époux, littéralement « mon amour », « mon c (...)
  • 23  TPGJ 245, « Wang Rong qi » 王戎妻Source : Qiyan lu.

19Ce à quoi l’épouse répondit : « Si je t’appelle “mon chéri”, c’est par amour22. Si je ne t’appelais pas ainsi, alors qui le ferait ? » Wang Rong éclata de rire.23

7. Jeu de mots

20Deng Ai était bègue et prononçait souvent des « Ai » à répétition. Le Roi Wen de Jin le railla un jour en lui demandant :

« “Ai Ai”, ça fait combien de “Ai” au juste ? »

21Deng Ai répondit :

  • 24  Feng : littéralement « phénix mâle ». Allusion à un passage du Lunyu (Entretiens) qui répète deux (...)
  • 25  TPGJ 245. « Deng Ai » 鄧艾. Sources supposées : Yulin 語林 (Forêt de propos) ou Shishuo 世說 (Paroles du (...)

« “Ô phénix ! Ô phénix ! ”, ça ne fait toujours qu’un seul “phénix”2424 ».25

8. Raillerie assommante

22Sous la dynastie des Jin, un certain Zhongyu et son frère possédaient un esprit plus vif que la moyenne, si bien qu’ils ne trébuchaient jamais au jeu de la plaisanterie. Un jour, Zhongyu dit à Zhonghui qu’il avait entendu parler d’une femme douée pour la taquinerie. Aussi décidèrent-ils d’aller la voir. Parés de vêtements somptueux, ils se rendirent en char jusqu’à la porte ouest de la ville. Là, une femme les railla :

« Ce char est particulièrement haut en son centre ! »

23Les deux frères ne lui prétêrent d’abord aucune attention, jusqu’à ce qu’un disciple assis derrière eux leur dise :

« Vous venez de vous faire ridiculiser ! »

24Les deux frères étaient perplexes.

  • 26  Le caractère « bas » est l’homonyme de « bélier » en chinois.

« Si le centre est haut, les deux bouts sont bas, expliqua l’autre. C’est-à-dire : “Voilà deux béliers !”26 »

  • 27  TPGJ 245, « Anling ren » 安陵人.

25C’est la barbichette épaisse que portait chacun des frères Zhong qui leur avait valu la raillerie de la Dame.27

9. Production familiale

26Il y avait sous la dynastie des Jin un garçon de neuf ans particulièrement intelligent nommé Yang Xiu,. Un jour, Kong Junping vint rendre visite à son père. Ce dernier étant absent, Yang Xiu prépara un repas informel pour accueillir l’invité. Junping demanda alors au garçon en désignant un plat de fraises de Chine :

  • 28  Jeu de mots avec le premier caractère qui forme le nom « fraise de Chine », c’est-à-dire « Yang », (...)

« Est-ce que ces fraises sont des fruits de ta famille ? »28

27Ce à quoi Yang Xiu répondit :

  • 29  Jeu de mots avec le premier caractère formant le nom « paon » en chinois, qui se prononce « Kong » (...)

« Je n’ai jamais entendu dire que le paon était un animal domestique élevé par la famille Kong ! »29

10. L’art d’interpréter

  • 30  Traduction littérale de l’expression chinoise, qui signifie « se retirer du monde »., « vivre en r (...)

28Sun Zijing, qui vécut sous la dynastie des Jin, souhaita dans son jeune âge vivre en ermite. Il alla donc informer Wang Wuzi qu’il désirait « reposer sa tête sur les rochers et boire l’eau des rivières »30. Mais sa langue fourcha et il énonça à la place qu’il allait « boire les rochers et poser sa tête sur l’eau des rivières ».

« Comment donc les ruisseaux peuvent-ils faire office d’oreiller et les rochers de breuvage ? » lui demanda alors Wang Wuzi. Zijing répondit :

  • 31  TPGJ 245, « Sun Zijing » 孫子荊. Source : Qiyan lu

« Si je repose ma tête sur l’eau des ruisseaux, c’est pour me nettoyer les oreilles. Si je bois des pierres, c’est pour aiguiser mes dents ! »31

29   

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Colloque organisé en mars 2009 à l’Université de Provence par l’équipe « Littératures d’Extrême-Orient : textes et traductions »

2  Voir notre article « Études et traductions occidentales sur le Taiping guangji » dans le numéro 2 de la revue en ligne IDEO. URL : http://ideo.revues.org/216

3  Littéralement « Bébé Yan » ou « Yan le poupon ».

4  Un des principaux Etats sous la période des Printemps et des Automnes.

5  TPGJ 245, « Yan Ying » 宴嬰 Source : Qiyan lu 啟顏錄 (Anecdotes prêtant à sourire).

6  Soit entre 947 et 950 de notre ère.

7  Xiao : littéralement « piété filiale ».

8  Il s’agit des cinq canons de la Chine ancienne : le Shijing (Livre des Odes), le Shujing (Canon des documents), le Yijing (Classique des mutations), le Liji (Livre des Rites) et le Chunqiu (Annales des Printemps et des Automnes).

9  Ou « Prince de Zhou », homme d’État du début de la dynastie des Zhou, qui resta célèbre pour son œuvre de fonctionnaire. Confucius dira un jour à son sujet : « Cela fait bien longtemps que je n’ai plus rêvé du Prince de Zhou », ce qui signifie tout simplement « Cela fait bien longtemps que je n’ai plus rêvé ».

10  C’est-à-dire Confucius.

11  TPGJ 245, « Bian Shao » 邊韶. Source originale perdue. Un manuscrit d’époque Ming indique cependant comme source le Qiyan lu.

12  Lettré cultivé mais pauvre des Han occidentaux célèbre pour sa loyauté. Il épousa une fille Huan, nommée Shaojun. Leur histoire est un modèle de repect mutuel entre époux.

13  Poète des Han originaire du district de Fufeng. Il était avec sa femme Meng Guang un modèle d’amour conjugual.

14  TPGJ 245, « Yuan Ciyang » 袁次陽 Source : Benzhuan 本傳 (Biographies).

15  C’est-à-dire Liu Bei (161-223).

16  Sun Quan (181-252) : roi de Wu à l’époque des Trois Royaumes.

17  TPGJ 245, « Yi Ji » 伊籍Source : Sanguo zhi 三國志 (Les Trois Royaumes).

18  Littéralement « poil ». Concernant le nom du district, il faut noter que l’un des sens anciens du caractère Zhuo était « organes reproducteurs ». D’où le jeu de mots grivois.

19  L’un des sens anciens du caractère « lu » était « faible, affaibli, fragile ». L’expéditeur s’adresse ainsi au commandant avec l’amorce « Seigneur Zhou de Lu », ce qui donne en chinois « Lu Zhou jun », littéralement « Seigneur au membre viril affaibli ».

20  TPGJ 245, « Zhang Yu » 張裕 Source : Qiyan lu.

21  Terme d’adresse d’un souverain à son ministre ou d’une personne âgée à un jeune, équivalent de « messire », « sire ».

22  « Qing » est aussi le nom que se donnent entre eux les époux, littéralement « mon amour », « mon chéri ».

23  TPGJ 245, « Wang Rong qi » 王戎妻Source : Qiyan lu.

24  Feng : littéralement « phénix mâle ». Allusion à un passage du Lunyu (Entretiens) qui répète deux fois l’expression « Ô phénix ! Ô phénix », pour s’adresser à Confucius. Le phénix est depuis le symbole des sages vertueux.

25  TPGJ 245. « Deng Ai » 鄧艾. Sources supposées : Yulin 語林 (Forêt de propos) ou Shishuo 世說 (Paroles du monde).

26  Le caractère « bas » est l’homonyme de « bélier » en chinois.

27  TPGJ 245, « Anling ren » 安陵人.

28  Jeu de mots avec le premier caractère qui forme le nom « fraise de Chine », c’est-à-dire « Yang », homophone du nom de famille de Yang Xiu.

29  Jeu de mots avec le premier caractère formant le nom « paon » en chinois, qui se prononce « Kong ». TPGJ 245, « Yang Xiu » 楊修. Source : Qiyan lu.

30  Traduction littérale de l’expression chinoise, qui signifie « se retirer du monde »., « vivre en reclus ».

31  TPGJ 245, « Sun Zijing » 孫子荊. Source : Qiyan lu

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Cruveillé, « L’humour à l’ancienne : dix histoires de la Chine ancienne », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ideo.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Solange Cruveillé

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org