Skip to navigation – Site map
Traduire l'humour des langues et littératures asiatiques (2010)

Traduire l’humour des lettrés : les jeux de caractères de JI Yun 昀 (1724-1805)

Chunli Huang

Full text

1La littérature chinoise traditionnelle est souvent considérée comme ennuyeuse et ne laissant que peu de place à l’humour. C'est ce qu'on peut penser en se penchant doctement sur le recueil des propos de Confucius ou sur bien des ouvrages du canon taoïste. Cependant, il est possible de trouver un lettré exceptionnel qui excelle, non seulement dans l'exégèse la plus féconde et l'érudition la plus pointue, mais aussi dans l’art de l’humour. Ce lettré n'est autre que Ji Yun 纪昀 (1724-1805).

2Une approche de quelques anecdotes tirées de son Yuewei caotang biji 阅微草堂笔记 (Notes de la chaumière des observations subtiles) devrait nous permettre de prouver que l’humour est aussi l’une des composantes de la littérature de lettré à destinations des lettrés. L’observation de certains de ses « jeux de caractères » humoristiques sera aussi l’occasion de nous interroger sur la manière de rendre justice à ces traits d’esprits d’un grand érudit lors de leur traduction en français, et donc, de prendre la mesure des périlleux défis qu'impose cet exercice.

3Avant d’aller plus loin, il est souhaitable de présenter Ji Yun, lequel est plus connu sous son prénom Xiaolan 晓岚. Il peut, et de loin, passer pour le parangon du lettré chinois de la fin de la période impériale.

4A trente-deux ans, il obtint son doctorat et devint membre de la prestigieuse Académie Impériale Hanlin (Hanlin yuan 翰林院). A partir de ce moment, il démarra une brillante carrière de compilateur des œuvres anciennes et d’écrivain. L’œuvre exceptionnelle qu’il laissera derrière lui peut se décliner en deux volets, l'un officiel, l'autre personnel.

5De part son activité d'académicien compilateur, il fut le maître d’œuvre du monumentale Siku quanshu 四库全书 (Bibliothèque complète des quatre collections), lequel représente à lui seul 79 337 volumes, mais aussi l'auteur de certains de ses appendices, comme le Shiku quanshu zongmu tiyao 四库全书总目提要 (Catalogue résumé du Shiku quanshu) qui représente, à lui seul, pas moins de 200 volumes, et le Shiku quanshu jianming mulu 四库全书简明目录 (Sommaire succinct du Shiku quanshu), de « seulement » 20 volumes.

6Le versant personnel de son œuvre est beaucoup plus éclectique. On y trouve un commentaire inspiré du grand ouvrage d'esthétique de Liu Xie 刘勰 (vers 467-522) (Ping Wenxin dialong 评文心雕龙), une Etude sur les quatre tons de Shen Yue (441-513), qui fut le premier auteur à faire apparaître que le chinois était une langue à tons (Shen shi sisheng kao 沈氏四声考), une Etude sur la rime des poèmes des Tang (Tang ren shilü shuo 唐人诗律说), sans oublier des recueils de poèmes et de prose. Ceci est déjà beaucoup, mais Ji Yun doit la part majeure de sa notoriété à son Yuewei caotang biji.

7Ji Yun commença à le rédiger en 1789 et il lui consacra dix ans de travail avant de l’achever. Très riche et diversifié, il est composé de cinq recueils aux titres très imagés :

- Luanyang xiaoxialu 滦阳消夏录 (Passe-temps d'un été à Luanyang), en six volumes ;

- Rushi wowen 如是我闻 (Tel que je l'ai entendu), une nouvelle collection d'anecdotes en quatre volumes ;

- Huaixi zazhi 槐西杂志 (Récits divers du studio Huanxi), également en quatre volumes ;

- Guanwang tingzhi 姑妄听之 (A écouter sans trop y croire), en quatre volumes ;

- Luanyang xulu 滦阳续录 (Suite aux notes de Luanyang) qui clôt la série.

8Ce Yuewei caotang biji est un mélange de notes, d'histoires de revenants ou de bizarreries, de superstitions, de faits divers, de phénomènes insolites ou inexpliqués, de rencontres ou propos remarquables, de souvenirs d'enfance et de voyages, de récits rapportés par des amis. Il comprend au total 1200 récits.

  • 1  Voir sur ce point, Li Jinjia, Le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004). Etude historique et criti (...)

9L’influence de cette collection sera immense, bien que moindre que celle de son aîné, Pu Songling 蒲松龄 (1640-1715). Il sera également moins sujet à des traductions que le Liaozhai zhiyi 聊斋志异1. Il n'empêche que la collection a séduit en France où trois traductions partielles sont apparues. Ce sont

- Ki-Yun, Le Lama rouge et autres contes, Lucie Paul-Margueritte et Tcheng Loh (trad.). Paris : Abeille d'or, vers 1926  (60 contes)

- Ji Yun, Notes de la chaumière des observations subtiles, Jacques Pimpaneau (trad.). Paris : Kwok-on, 1995 (125 contes)

- Ji Yun, Passe-temps d'un été à Luanyang, Jacques Dars (trad.). Paris : Gallimard, 1998 (297 contes).

10Si l'étrange est le point commun de l'ensemble de la collection, elle est également porteuse d'un humour subtile qui use de toutes les ressources de la langue classique dans laquelle elle est couchée. C'est, du reste, l'usage virtuose de cette langue qui va rendre délicate à la tâche des traducteurs. Ce qu'il faut bien voir c'est que l’humour des lettrés joue, principalement, sur les deux spécificités de la langue chinoise, qui sont, le son et l’écriture.

11En ce qui concerne l’aspect phonétique ou auditif, la langue chinoise est une langue à tons. Une même syllabe peut avoir plusieurs tons, qui correspondent à différents caractères et donc, à différents sens. Prenons l'exemple de la syllabe ma :

ma : (est-ce que …?)

: (maman) ; (essuyer) ; ...

: (lin, chanvre, paralysie, etc.) ; …

: (cheval) ; (fourmi, etc.) ; (taille, etc.) ; …

: (insulter)  ; …

  • 2 Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe (...)

12Voici un raokouling 绕口令 (un virelangue ou fourchelangue)2, basé sur le même son « ma », mais avec de différents tons :

       ,      ,           马。

mā  mā     qí    mă,    mă   màn,   mā  mā    mà   mă.

Maman monte sur un cheval, le cheval va lentement, maman insulte le cheval.

13Cet exemple montre que plusieurs caractères peuvent avoir la même prononciation, dite « homonyme » ou des prononciations très voisines au ton près. Ce qui amène à des jeux sur les caractères, idéogrammes et pictogrammes, accompagnés des jeux sur l’aspect phonétique. Cette association des jeux phonétiques et visuels est une source infinie de traits d’humour.

14Voyons comment l'auteur du Yuewei caotang biji a su en tirer parti.

15Le premier exemple est un extrait d’un récit du volume V du Luanyang xiaoxialu :

  • 3  L'édition de Qilu, 2007, p. 98.

膳夫杨,粗知文字。随姚安公在滇时,忽梦二鬼持朱票来拘。标名曰杨争曰:我名杨,不名杨,尔定误拘。二鬼皆曰:字上尚有一点,是省笔字。又争曰:从未见字如此写,当仍是字,误滴一墨点。二鬼不能强而去。3 (滦阳消夏录五)

16Dans ce récit, le trait d'esprit est essentiellement auditif, car Ji Yun joue sur la prononciation « yi », mais il est aussi visuel pour un lecteur capable de lire les différents caractères chinois. Le jeu visuel repose sur l’écriture des trois caractères ayant tous la même prononciation « yi » : 義, 义 et 乂. Le premier 義 est un caractère non simplifié ; le second 义 est la version simplifiée du premier, il a donc le même sens ; le troisième, 乂, a un tout autre sens, mais se prononce exactement comme les deux premiers. Confonté à ce jeu de mots chinois sur les syllabes et les caractères, Jacques Dars a trouvé une solution qui fait intervenir l’alphabet.

Le maître queux Yang Yi, qui avait une vague connaissance des caractères d'écriture, accompagnait [mon défunt père] le sieur de Yao'an au Yunnan, quand il rêva subitement que deux démons brandissant une notification de cinabre venaient se saisir de lui.

La notification portait le nom Yang Y et non Yang Yi.

« Je m'appelle Yang Yi, protesta le cuisinier, et non Yang Y ! Il est certain que vous faites erreur ! »

Les démons argumentèrent d'une seule voix :

« Il manque bien un point sur le caractère, parce que c'est la version simplifiée de Yi ! »

Mais Yang Yi continua à se défendre :

« Je n'ai jamais vu simplifier le caractère Yi de la sorte, mais il ne reste que le mot Y, et qu'il manque par erreur un point ! »

  • 4  La version de Jacques Dars, p. 434.

Les deux démons virent qu'ils n'auraient jamais le dessus et s'en allèrent.4

17En utilisant la différence entre Yi et Y, Jacques Dars a trouvé une solution pour les deux caractères 義 et 义, mais il manque, à sa traduction, le troisième élément. Il n'a, en effet, pas transmis le jeu de mot qui porte sur la différence des deux caractères 义 et 乂. Il est dommage que cette seconde partie du jeu de mots n'ait pas été transmise d'autant que cela semble possible. Par la sonorité tout d'abord, avec Y, y et i, ou bien par l'écriture YI, yi et yı, ces deux derniers se distinguant par un point comme les deux caractères 义 et 乂.

18Cet exemple fait penser à des mots français que la plupart des asiatiques ont du mal à différencier tant leur prononciation est voisine. Par exemple, les mots « cadeau » et « gâteau ». Une petite devinette qui illustre ce jeu sur l’homophonie dont le français est riche : Un sot porte un sceau dans un seau sur un cheval. Le cheval fait un saut et les trois …[so] tombent à terre. Comment doit-on écrire le dernier [so] ? Il est en effet possible de prononcer ce dernier mais pas de l’écrire…

19Ce petit intermède, prouve qu’en français il existe aussi des jeux de mots homophoniques. Il devrait donc être possible de reconstruire le jeu de mots dans la langue d’arrivée en utilisant le coté auditif, qui est un trait commun à toutes les langues.

20S'il est relativement aisé de transmettre ou de reproduire les jeux sur les caractères basés sur l’homophonie, il est beaucoup plus difficile de transmettre le côté graphique de l’écriture chinoise. Un des principes de la composition des caractères chinois, est de combiner deux pictogrammes pour former un autre caractère comme dans l'exemple suivant : ri (soleil)+  yue (lune) → ming (lumière). Ce seul principe de composition, offre déjà d'immenses possibilités aux lettrés chinois de former des jeux de caractères aux implications humoristiques.

21Dans l’exemple suivant qui est extrait du volume VI du Luanyang xiaoxialu, se trouve un autre genre de jeu de caractères encore beaucoup plus difficile à traduire.

  • 5  L'édition de Qilu, 2007, p. 111.

阳曲王近光言,冀宁道赵公孙英有两幕友,一姓,一姓,合雇一骡轿回籍,赵公戏以其姓作对曰:二幕友,各乘半轿而行。恰皆轿之半字也。时署中召仙,即举以请对,乩判曰:此是实人实事,非可强凑而成。越半载,又召仙乩,忽判曰:前对吾已得之矣。两书生,共引一而走。又判曰:四日后,辰巳之间,往南门外候之。至期遣役侦视,果有卢,马两生,以一驴负新科墨卷,赴会城出售,赵公笑曰:巧则诚巧。然两生之受侮深矣,此所谓箭在弦上,不得不发。虽仙人亦忍俊不禁也。5(滦阳消夏录六)

Résumé du récit : Sieur Zhao Sunying avait deux collègues : l'un s'appelait Qiao, l'autre s'appelait Che. Les deux avaient loué ensemble une charrette tirée par un âne pour retourner dans leur pays natal. Sieur Zhao voulant les taquiner, composa alors deux vers en jouant sur leurs noms de famille :

乔,车二幕友,

各乘半轿而行。

Par la suite, quelqu'un a trouvé une solution pour répondre à ces vers en jouant aussi sur les noms patronymes :

卢、马两书生,

共引一驴而走。

Ces deux vers sont apparemment très simples:

Qiao et Che sont deux collègues,

Ils ont loué chacun la moitié d'une charrette.

Et

Lu et Ma, sont deux étudiants,

Ils amènent ensembles un âne.

22Là aussi, il faut rappeler que, dans la Chine ancienne, la composition des vers est une compétence nécessaire pour réussir ses études. La traduction de ces vers ne peux pas susciter quelque chose de spécial pour un lecteur non sinophone ! S'y cachent cependant des jeux de mots (caractères) qui sont très difficile à traduire.

23Le premier de ces jeux de mots, réside dans le choix des noms des deux compères : Jiao 乔 et Che 车, par rapport au caractère jiao 轿 qui signifie une charrette couverte tirée par des mules pour les voyageurs. Ce caractère est constitué par che 车 et par jiao 乔. Le second fait appel à la même construction : les deux noms sont Lu 卢 et Ma 马, tandis que l’âne se dit et s'écrit 驴, composition des caractères ma 马 et lu 卢.

24Jacques Dars a trouvé une solution pour essayer de transmettre l'humour de l'écriture en chinois :

Les deux assistants Jiao et Che,

Sont de moitié dans un jiaoche !

Et

Les étudiants Ma et Lu, venus

A deux font un asinus1

(1 Note de bas de page : Les deux étudiants s'appellent Ma et Lu, et en accolant ces deux caractères on obtient lü, qui signifie "âne")

25Il invente le vocable "jiaoche", mais ce vocable n'a aucune signification en français. Dans la traduction du seconde vers, la transmission du jeu de mot est encore plus éloignée car même la musique des mots n'est pas transmise. Le lecteur est obligé de chercher secours dans une note de bas de page.

26Serait-il possible de transmettre ces jeux de mots dans leur état original ? Une première solution serait d'écrire simplement :

Monsieur Che et monsieur Jiao

Chacun occupe la moitié du jiao

(Note de bas de page : jiao est une charrette à mules)

Et

Deux étudiants Ma et Lu

Emmènent ensemble un lü

(Note de bas de page : lü est un âne)

27Les transcriptions en pinyin ont l'avantage de conserver les rimes des vers, mais l'inconvénient de n'être pas très facile à lire.

28Une seconde solution consisterait à inventer un nouveau jeu de mot à destination du public francophone afin que l'humour, les jeux de caractères, le sens et la rime soient conservés. Cela pourrait être :

Les deux assistants, Char et Rette,

Occupent chacun la moitié d'une charrette.

Et

Deux étudiantes, Anne et Nesse,

Emmènent ensemble une ânesse.

29Cette interprétation s'éloigne un peu d'une traduction littérale. Le traducteur sera toujours face à ce dilemme : comment minimiser les pertes ?

Ces deux petits exemples donnent déjà un aperçu sur la diversité des jeux de mots sur les caractères chinois et sur l'humour de Ji Yun. Reconnu pour son art de composition, Ji Yun ne laisse passer aucune occasion de manifester son talent et son humour, aussi bien dans ses œuvres que dans sa vie quotidienne. Cette anecdote très connue va mettre en exergue ce talent humoristique.

故事说的是纪晓岚当礼部侍郎的时候,一天尚书和御史连袂来访。聊着聊着,突然外头跑来一只狗。就在这个时候,尚书心中突生一计,要取笑纪晓岚,便道:“咦,你们瞧那是狼是狗(侍郎是狗)?”

纪晓岚知道尚书在捉弄他,当下也不动声色的说:“要分辨狗或狼有两种方法。一种是看它的尾巴,尾巴下垂的是狼,上竖是狗(尚书是狗)。”

一旁的御史大笑道:“哈哈,我还道那是狼是狗呢,原来上竖是狗,哈哈,哈。”

此时纪晓岚不慌不忙的接着又说道:“另一种分辨的方法就是看它吃什么。狼是非肉不食,狗则遇肉吃肉,遇屎吃屎(御史吃屎)。”这下子连御史也噤声无言了。

30L'histoire se passe pendant la période pendant laquelle Ji Yun était shilang 侍郎, vice-secrétaire impérial du ministère des rites. Un jour, le shangshu 尚书, secrétaire impérial, et le le yushi 御史, inspecteur des fonctionnaires, lui rendirent visite. Lors de la discussion, un chien arriva soudain. A sa vue, le Shangshu eut l'idée de taquiner Ji Xiaolan (Ji Yun), il dit alors : "Regardez, c'est un loup ou c'est un chien ?" Grace à sa vivacité d'esprit, Ji Xiaolan saisit immédiatement qu'il se moquait de lui. Imperturbable il répondit : "Pour savoir si cet animal est un loup ou un chien, c'est très simple, il y a deux façons de les distinguer. Le premier moyen, c'est d'observer la queue : si elle est inclinée vers le bas, c'est un loup ; si elle s'élève vers le haut, c'est un chien. Le second moyen, c'est de regarder ce qu'il mange : si c'est un loup, il ne mange que de la viande, si c'est un chien, il mangera de la viande s'il voit de la viande, il mangera des excréments s'il voit des excréments."

31Un auditoire chinois, aura saisi immédiatement l'humour de cette petite répartie. Mais sans éclairage complémentaire, cette plaisanterie, très connue, peut apparaître fade, voire banalement vulgaire pour un Français.

32Qu'y a-t-il donc pour amuser autant les auditeurs chinois ? Il faut savoir que dans ce petit échange verbal, se cachent trois jeux de mots ! La retranscription en pinyin va éclairer les secrets de ces traits d'humour.

D'abord dans la question : shi lang shi gou 是狼是狗 ?

- shi : être

- lang : loup

- gou : chien

Sens premier : être chien ou être loup ?

33Pour comprendre le jeu de mot, il faut se souvenir que Ji Yun est justement "Shilang" 侍郎 (vice-secrétaire impérial), ainsi la question pourrait s'écrire : Shilang shi gou 侍郎是狗 qui veut dire « vice-secrétaire impérial [donc Ji Yun] est un chien ».

34Ji Yun a très bien compris le double sens de la question. Aussi fait-il de même dans la première partie de sa réponse : shang shu shi gou 上竖是狗

- shang : vers le haut

- shu : élever

- shi : être

- gou : chien

Sens premier : si la queue (s')élève vers le haut, c’est un chien.  

35Même jeux de mot : le poste de secrétaire impérial occupé par son collègue se dit Shangshi 尚书. La première partie de la réponse pourrait ainsi s'écrire : "Shangshu shi gou" 尚书是狗 qui veut dire « (le) secrétaire impérial [donc son collègue] est un chien ».

36La seconde partie de la réponse est de la même veine : yu shi chi shi 遇屎吃屎

- yu : rencontrer

- shi : excrément

- chi : manger

- shi : excrément

Sens premier : rencontrer excrément, mangera des excréments .

37Jeux de mots : le second collègue occupe le poste de "Yushi" 御史 (inspecteur des fonctionnaires) ; ainsi la réponse peut être interprétée comme "Yushi chi shi"  御史吃屎 qui veut dire « (l')inspecteur des fonctionnaires [donc l’autre collègue] mange des excréments ».

38Outre les aspects phonétique et graphique, c'est une autre implication qui apparaît ici : la signification des caractères. Après ces petites explications, il est aisé de comprendre le côté amusant de l'histoire. La question de la transmission de ce genre d'humour est encore plus délicate. Il faut réussir à jouer sur les sons et le sens.

39S'il fallait conclure, cette petite analyse montre que l'aspect phonétique peut être assez simplement traduit. Par contre, les aspects graphiques basés sur les idéogrammes et pictogrammes propres à la langue chinoise et que les langues alphabétiques ne possèdent pas, sont extrêmement difficiles à rendre, vient s'y adjoindre les significations des caractères. L'humour des lettrés chinois, en mêlant ces trois composantes rend encore plus difficile la recherche interminable d'une traduction qui tente de limiter au maximum la perte.

Top of page

Notes

1  Voir sur ce point, Li Jinjia, Le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004). Etude historique et critique des traductions. Paris : You Feng, 2009, 398 p.

2 Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire des deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilles lorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

3  L'édition de Qilu, 2007, p. 98.

4  La version de Jacques Dars, p. 434.

5  L'édition de Qilu, 2007, p. 111.

Top of page

References

Electronic reference

Chunli Huang, « Traduire l’humour des lettrés : les jeux de caractères de JI Yun 昀 (1724-1805) », Impressions d’Extrême-Orient [Online], 3 | 2013, Online since 28 December 2013, connection on 19 November 2017. URL : http://ideo.revues.org/280

Top of page

About the author

Chunli Huang

Université Aix-Marseille, IrAsia

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org