Navigation – Plan du site
Traduire l'humour des langues et littératures asiatiques (2010)

Quatre récits tirés du Zibuyu 子不語 de Yuan Mei 袁枚

Alain Rousseau

Texte intégral

  • 1  Elle a été publiée sur le blog de l'axe le 15 décembre 2011, sous le titre « Yuan Mei, enfin ! » à (...)

Tout comme Ji Yun 紀昀 (1724-1805), Yuan Mei 袁枚 (1716-1798) mérite bien de figurer dans un survol de l'expression littéraire de l'humour en Extrême-Orient. La lecture de quatre récits tirés de son Zibuyu 子不語 devrait le prouver. Ces quatre traductions nous sont offertes par Alain Rousseau qui est un amateur averti de l'auteur et de son œuvre. On lira avec plaisir son érudite présentation1 du choix de récits sur le thème du rêve traduits par Chang Fu-jui et que Jean-Pierre Diény a publié dans la collection « Connaissance de l'Orient » (Paris, Gallimard) en 2011, sous le titre Ce dont le Maître ne parlait pas.

1. Le bachelier Qiu

1Un bachelier Qiu de Nanchang, par une journée d’été, alla se mettre au frais dans le temple du génie du Sol et y dormit tout nu. À son retour chez lui, il tomba gravement malade. Sa femme, convaincue qu’il avait offensé le génie, fit à celui-ci une offrande d’alcool et de nourriture, brûla de l’encens et du papier-monnaie et présenta des excuses au nom de son bachelier de mari, lequel finit par retrouver la santé. Mais quand sa femme lui enjoignit d’aller remercier le génie du Sol, Qiu se mit en colère, et au lieu d’obéir, il rédigea une lettre de doléances qu’il alla brûler dans le temple du génie des Murailles et des Fossés, lettre dans laquelle il accusait le génie du Sol de lui avoir extorqué une offrande d’alcool et de nourriture et d’avoir usé de son pouvoir pour se livrer à quelque maléfice à son encontre.

2Dix jours après avoir brûlé son écrit, aucune réponse en retour. Redoublant de colère, Qiu alla brûler une nouvelle lettre pressante, dans laquelle, au surplus, il reprochait au génie des Murailles et des Fossés de faire preuve d’indulgence pour la vénalité de ses subalternes et d’être indigne de recevoir des offrandes en sacrifice.

3 Cette nuit-là, Qiu rêva qu’une affiche infamante était placardée sur le mur du temple du génie des Murailles et des Fossés, affiche ainsi rédigée :

4Le génie du Sol ayant extorqué une offrande, et ayant ainsi failli aux devoirs de sa charge, nous ordonnons qu’il soit démis de ses fonctions. Quant au dénommé Qiu, en raison de son irrespect à l’égard des esprits et des divinités, de sa propension à se mêler de ce qui ne le regarde pas et de son caractère procédurier, il sera envoyé auprès du sous-préfet de Xinjian qui le punira de trente coups de bambou.

5Le bachelier se réveilla en proie à la perplexité, puis il se dit qu’habitant la sous-préfecture de Nanchang, s’il devait un jour être châtié, cela ne saurait être par le sous-préfet de Xinjian : il était peu probable que ce rêve devienne réalité.

  • 2  Haut fonctionnaire mandchou (?–1776) dont la carrière mouvementée a été résumée par Philip A. Kuhn (...)

6Peu de temps après, au cours d’un orage, la foudre frappa le temple du génie du Sol. Qiu se mit alors à éprouver quelques craintes, et il n’osa plus mettre le nez dehors. Un mois plus tard, Son Excellence Asha2, gouverneur de la province du Jiangxi en tournée d’inspection, vint dans un temple faire ses dévotions à Bouddha, mais il y était à peine entré qu’il fut frappé d’un coup de hache au front par quelqu’un qui voulait se venger de lui. Toute une armée de mandarins accoururent à Nanchang et menèrent l’enquête pour appréhender l’assassin. Intrigué, Qiu se précipita pour voir de quoi il retournait. Le sous-préfet de Xinjian, apercevant notre bachelier et lui trouvant l’air suspect, l’interpella en lui demandant de décliner son identité, mais Qiu se mit à bredouiller et fut incapable d’articuler le moindre mot. De plus, bien que vêtu d’une robe longue, il n’était pas coiffé du bonnet des lettrés. Furieux, le sous-préfet lui fit administrer trente coups de bambou en pleine rue. La bastonnade achevée, Qiu trouva enfin le moyen de dire : « Je suis bachelier, et qui plus est, apparenté au ministre de l’Agriculture Qiu Baixiu ! »

7Le sous-préfet fut alors pris d’un tel remords qu’il pistonna notre bachelier pour le poste d’inspecteur des écoles de la sous-préfecture de Fengcheng. [3.2]

2. Le démon en mal d'amour

8Il y avait à Yuezhou un certain Zhang que l’on avait surnommé le sieur Démon Numéro Trois, parce qu’il était le troisième garçon de la famille et qu’il était né d’un démon. Son père [officiel] était un bachelier subsidié par les autorités académiques, et sa mère, née Chen, était une femme d’une grande beauté. Or un jour, celle-ci fut soudain possédée par un démon qui déclara s’appeler le Petit Dieu de Yunyang. Le démon apparut en plein jour, parfaitement visible, et se mit à avoir des rapports charnels avec Madame Chen. Monsieur Zhang, qui partageait le lit de sa femme, se sentit poussé de côté sans cause apparente et eut l’impression qu’on lui avait menotté les mains et les pieds. Sa famille courut partout pour se procurer charmes et grigris, mais aucun d’eux n’eut le moindre effet.

9Trois mois plus tard, Madame Chen accoucha d’un garçon. Dans la rue, une armée de démons pépiants et babillants se bousculaient pour présenter chacun son compliment, le tout accompagné d’une pluie de monnaie de papier. Grande fut la colère de Monsieur Zhang qui se rendit sur le mont Longhu afin d’appeler à la rescousse un maître taoïste.

  • 3  Le pourfendeur de démons du folklore populaire chinois, dont l’image protectrice était traditionne (...)

10Soudain, un beau jour, le Petit Dieu de Yunyang arriva en titubant et en nage, trempé comme s’il avait pris la pluie, et dit à Madame Chen : « J’ai frôlé la catastrophe ! La nuit dernière, je me suis introduit chez vos voisins, les Mao, et je leur ai dérobé un plat en or, mais je me suis fait courser, sabre en main, par le Zhong Kui 3 qui était accroché au mur. J’ai eu peur de me faire taillader, et je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre mes jambes à mon cou. J’ai jeté le plat en or dans l’étang de l’allée de l’Ouest, et je suis venu me réfugier chez vous. Servez-moi vite de l’alcool, que je calme ma frayeur ! »

11Le lendemain, Madame Chen conta l’affaire à son mari. Celui-ci se rendit chez les Mao à fin d’enquête, et en effet, leur plat en or avait disparu. La famille au grand complet poussait les hauts cris et s’apprêtait à porter plainte afin qu’on arrête le voleur. Zhang calma tout le monde en disant : « Je connais le moyen de retrouver votre plat. Que me donnerez-vous en récompense ? — Si vraiment vous retrouvez notre plat en or, dirent les Mao fous de joie, vous pourrez prendre tout ce qu’il vous plaira ! » Zhang se mit alors à réciter quelques incantations fantaisistes, et au bout d’un long moment, il enjoignit à la famille Mao de se rendre tout droit à l’étang de l’allée de l’Ouest et ordonna à ceux qui étaient bons nageurs d’aller rechercher le plat au fond de l’eau.

  • 4  Célèbre peintre et calligraphe de la dynastie des Ming (1470-1559).

12Comme prévu, le plat en or fut retrouvé. Les Mao invitèrent alors Zhang à la table d’honneur et lui demandèrent ce qu’il souhaitait à titre de remerciement. « Je suis un lettré, dit Zhang, et je ne m’intéresse ni à l’argent et ni aux riches étoffes, mais je me contenterais d’une ou deux pièces de votre collection de livres et de peintures. » Les Mao sortirent alors leur collection au grand complet, et Zhang choisit une peinture d’hibiscus de Wen Zhenming 4. Mais les Mao trouvèrent que cette seule récompense était trop mince et en furent chagrinés. Zhang pointa alors le doigt sur le portrait de Zhong Kui qui était accroché au mur et dit : « Si vous m’offrez cette peinture, cela fera deux pièces en tout. Qu’en dites-vous ? »

13Les Mao acceptèrent. Une fois rentré chez lui, Zhang accrocha les deux peintures, et depuis ce jour, le Petit Dieu de Yunyang ne revint jamais plus. Mais dans les arbres du jardin, on entendit un démon gémir et pleurer trois jours durant, et de l’avis général, ce démon était en mal d’amour. [13.24]

3. Petit garnement

14Un des domestiques du sieur En, préfet de Yongzhou, était un garçon plein de malice et d’effronterie à qui on avait donné le surnom de Petit Garnement. Un soir, alors qu’il vaquait à sa besogne dans la bibliothèque, il remarqua quelque chose de lumineux sous l’auvent : à sa grande surprise, c’était une luciole grosse comme un œuf de poule.

15Or on était en pleine canicule, et alors qu’il était couché tout nu sur son lit, il sentit une bestiole rampante lui chatouiller les parties intimes. Il attrapa la bestiole et l’examina, et quand il vit que c’était une luciole, il s’esclaffa et dit : « Dis donc, petite bestiole, on dirait que tu aimes ça ! » Sur ce, il tira la couette sur lui et s’endormit. Vers minuit, une main s’insinua sous la couette et s’empara de son intimité, puis se mit à lui polir le vit en insistant bien à hauteur du gland. Il voulut alors se retourner, mais il ne pouvait plus bouger. Tout se passait comme si quelqu’un était en train de faire l’amour avec lui, et au bout d’un long moment, il finit par éjaculer.

16Le lendemain, il se réveilla éreinté, mais le plaisir dont il avait joui le plongea dans une profonde rêverie et il eut envie d’y goûter derechef. Il ne dit mot de tout cela à personne, et le soir venu, il fit sa toilette et attendit, entièrement nu. Aux alentours de la deuxième veille, ce fut d’abord une luciole qui apparut. Elle se mit à briller d’un éclat de plus en plus vif, et peu à peu, dans cette lumière, le jeune domestique vit une jeune femme de toute beauté venir jusqu’à lui. Fou de joie, il la serra dans ses bras et se livra avec elle à de tendres ébats.

17Lorsqu’il s’enquit de son nom, la jeune femme lui répondit : « J’ai pour nom de famille Yao. Mon père était préfet sous les Ming et nous habitions ce yamen. À l’âge de dix-huit ans, à la suite d’une déconvenue amoureuse, je tombai malade et j’en mourus. Comme de mon vivant j’adorais les fleurs de poirier, au moment de rendre le dernier soupir, je demandai à ma mère de m’enterrer au pied du poirier, dans le jardin. Et si ce soir je suis venue à vous, c’est que je suis amoureuse de vous, et de votre jeunesse. »

18Le jeune domestique comprit alors qu’il avait affaire à un fantôme. Il lança son oreiller sur le spectre et s’enfuit en hurlant et en tambourinant aux portes. Les femmes de la maison, croyant qu’un incendie venait de se déclarer, se levèrent précipitamment et ouvrirent grandes leurs portes, mais quand elles virent le jeune homme entièrement nu, elles restèrent clouées sur place. C’est alors que le maître des lieux surgit et demanda sur le ton de la réprimande ce qui se passait par ici. Le domestique lui conta son aventure, sur quoi son maître lui enjoignit d’avaler du cinabre et l’aida à remettre son pantalon.

19Le lendemain, on creusa au pied du poirier, et comme de juste, on y trouva un cercueil peint en vermillon. On l’ouvrit pour voir, et on y découvrit une jeune femme, aussi belle que si elle était encore en vie. Alors, on brûla le cercueil, puis on enterra les cendres.

20À partir de ce jour, le jeune domestique fit montre de droiture et de franchise et cessa de se conduire avec malice et effronterie. Ses compagnons allaient se gaussant de lui, en disant : « Indispensables, ces rencontres entre humains et fantômes ! Depuis que ça lui est arrivé, notre Petit Garnement n’a plus rien d’un garnement ! » [15.22]

4. Le bachelier Zhang

21Certain bachelier Zhang de Hangzhou était précepteur dans la maison d’un général mandchou en résidence à la capitale. Son logement était situé au milieu d’un jardin, à une centaine de pas du bâtiment principal, et comme il était d’un naturel poltron, il avait exigé de son jeune domestique qu’il cohabite avec lui. Le soir, les lampes aussitôt allumées, il allait se mettre au lit.

22Il en fut ainsi pendant un peu plus d’un an. Au huitième mois, le jour de la fête de la Mi-Automne, alors que la lune brillait dans toute sa plénitude, le jeune domestique se rendit en ville pour vider quelques coupes, sans refermer la porte du jardin. Debout parmi les fausses montagnes de rocaille, Zhang était en train de contempler la lune, lorsqu’il aperçut à quelque distance une femme aux cheveux défaits et entièrement nue qui se dirigeait vers lui. Quand il put l’examiner de près, il vit que sa peau était d’une blancheur extrême, mais que du visage jusqu’en bas du corps, elle était toute souillée de terre et de boue. Épouvanté, Zhang crut avoir affaire à une morte vivante jaillie de sous la terre. Particulièrement effrayants étaient ses yeux qui lançaient des éclairs et brillaient d’un éclat pareil à celui de la lune. En toute hâte, Zhang s’empara d’un gros bâton de bois avec lequel il bloqua la porte de son logis, puis il se coucha dans son lit, d’où il épia peureusement la suite des événements.

23L’instant d’après, un fracas retentit. D’une poussée, le bâton qui bloquait la porte se brisa, et la femme fit son entrée, la tête fièrement levée. Puis, s’asseyant sur la chaise de Zhang, elle réduisit en charpie les livres et les papiers qui se trouvaient sur le bureau, dans un bruit de déchiquetage qui faillit faire mourir Zhang de peur. Après quoi, la femme se saisit d’une règle et se mit à en frapper violemment la table, tout en levant la tête aux cieux et en poussant de longs soupirs.

24L’esprit complètement chamboulé, Zhang perdit alors connaissance. Plongé dans un état comateux, il sentit que la femme était en train de lui tâter le bas-ventre. « Espèce de sudiste mal dégrossi ! lâcha-t-elle sur un ton rogue. C’est vraiment sans aucun intérêt ! » Sur ce, elle tourna les talons et disparut.

25Le lendemain matin, Zhang était étendu raide dans son lit et ne mit pas le pied par terre. On eut beau l’appeler, nulle réponse de sa part. Son domestique ainsi que ses élèves coururent demander au général d’aller voir ce qui se passait. On fit alors avaler à Zhang une tisane de gingembre, et quand celui-ci eut commencé à reprendre ses esprits, il raconta en détail les événements de la nuit passée. « Inutile d’avoir peur, lui dit alors le général en éclatant de rire, cette femme n’est pas un fantôme, c’est une de mes servantes. Elle est devenue folle de chagrin à la mort de son mari, et voilà deux ans que nous la tenons enfermée. Il se trouve qu’hier soir elle a brisé la serrure de sa porte, grâce à quoi elle a pu s’échapper et venir troubler votre quiétude en vous causant une belle frayeur ! » Comme Zhang se montrait sceptique, le général le conduisit lui-même à l’endroit où la femme était enfermée. Zhang jeta un coup d’œil furtif à la femme, qui était bien celle qu’il avait vue la veille.

26Du coup, il se sentit requinqué, mais d’avoir été déclaré « sans aucun intérêt » l’avait profondément humilié. Ce qu’apprenant, son jeune domestique s’esclaffa et lui dit : « C’est une chance que l’affaire de Monsieur ne présente aucun intérêt, car dès qu’un homme dans cette maison est du goût de cette folle, il se fait harceler et ne connaît plus aucun répit. Il en est même à qui elle a si bien mordu et griffé les parties intimes qu’elle a bien failli les leur couper ! » [20.29]

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Elle a été publiée sur le blog de l'axe le 15 décembre 2011, sous le titre « Yuan Mei, enfin ! » à l'URL : http://jelct.blogspot.fr/2011/12/le-maitre-ne-parlait-ni-du-fantastique.html

2  Haut fonctionnaire mandchou (?–1776) dont la carrière mouvementée a été résumée par Philip A. Kuhn dans son ouvrage Soulstealers, The Chinese Sorcery Scare of 1768, Harvard University Press, 1990, pp 255-256.

3  Le pourfendeur de démons du folklore populaire chinois, dont l’image protectrice était traditionnellement accrochée en bonne place dans la plupart des foyers.

4  Célèbre peintre et calligraphe de la dynastie des Ming (1470-1559).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Quatre récits tirés du Zibuyu 子不語 de Yuan Mei 袁枚 », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ideo.revues.org/282

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org