Navigation – Plan du site
Le roman en Asie et ses traductions (2009)

The Golden Cangue : auto-traduction d’Eileen Chang

Tan-Ying Chou

Texte intégral

I. Introduction : auto-traduction et écriture bilingue d’Eileen Chang

  • 1  Joseph S. M. Lau, C. T. Hsia, Leo Ou-fan Lee (eds.), Modern Chinese stories and novellas : 1919-19 (...)

1Jin-suo ji 金鎖記, l’une des œuvres les plus connues d’Eileen Chang, est parue pour la première fois en 1943 à Shanghai, pendant la période dorée de sa carrière d’écrivain. Ce roman court, unanimement salué par les critiques littéraires du monde chinois jusqu’à aujourd’hui, a été traduit en anglais par son auteur sous le titre de The golden Cangue. Les lecteurs ont pu découvrir cette auto-traduction en 1971 à l’occasion de sa publication dans Twentieth Century Chinese Stories, avant qu’elle ne soit reprise en 1981 dans l’anthologie intitulée Modern Chinese stories and novellas : 1919-1949 aux Columbia University Press1. Ce recueil publiée en 1981 rassemble des œuvres de vingt écrivains chinois importants de l’époque, et il a été édité par des chercheurs renommés : C.T. Hsia (夏志), Joseph S.M. Lau (劉紹銘) et Leo Ou-fan Lee (李歐梵). Parmi les œuvres sélectionnées, Eileen Chang était le seul auteur à avoir traduit son propre texte.

2Avant que The golden cangue n’ait été rendue publique aux États-Unis, Eileen Chang avait déjà réécrit cette histoire presque simultanément en deux langues. En 1967, le roman en anglais dérivé de Jin-suo ji, The Rouge of the North a enfin été publié par une édition londonienne, tandis que sa version en chinois Yuannü recevait, depuis un an, un accueil chaleureux à Taiwan et à Hongkong. En effet, The Rouge of North, troisième et dernière publication en anglais d’Eileen Chang, a marqué la fin de son ambition sur le marché littéraire anglophone. La froide réception de ce roman par les lecteurs américains l’a définitivement éloignée de la carrière d’écrivain qu’elle aurait souhaitée sur cette terre étrangère, où elle s’était installée en 1955, jusqu’à sa mort en 1995.

  • 2  C. T. Hsia, A history of modern Chinese fiction. New Haven : Yale University Press, 1961, pp. 389- (...)
  • 3 「張愛玲的英文作品雖然證明了她在英文寫作上的實力,但卻無法與其中文作品的篇幅、彈性及極其巧妙安排的語氣、押韻相比。」Voir Karen Kingsbury, «Zhang Ailing de 'c (...)

3Plusieurs hypothèses ont été émises sur l’échec de l’écriture bilingue de cet écrivain chinois dont le talent continue de briller pour de nouvelles générations de lecteurs sinophones. C.T. Hsia, premier chercheur à avoir accordé à Eileen Chang une place majeure dans l’histoire de la littérature chinoise, a évoqué que les lecteurs américains avaient été habitués à recevoir une vision « externe » de la Chine, telle qu’elle est représentée dans les ouvrages de Pearl S. Buck (賽珍珠)2. Ainsi le monde chinois décrit par Eileen Chang, autrement dit, issue d’une observation de l’« intérieur » de cette culture même, a peiné à être accepté tel quel. Par ailleurs, des chercheurs anglophones laissent entendre qu’il faudrait peut-être s’orienter aussi vers la question de la traduction et du choix d’expressions en anglais dans l’écriture elle-même, afin d’expliquer pourquoi les œuvres écrites ou traduites en anglais par Eileen Chang ne jouissent pas de la même autorité que celles en chinois3.

4Ces deux points de vue complémentaires soulèvent en fait deux aspects corrélatifs de la réception en Occident d’une œuvre littéraire chinoise, chinoise par sa langue d’origine et surtout par son thème. D’une part, il s’agit de la manière d’appréhender la différence culturelle et de cibler les récepteurs issus d’une culture hétérogène, et d’autre part, de considérer l’interférence des langues concernées lors de la transposition du langage littéraire de l’une à l’autre. En effet, certains passages de The golden cangue me semble très révélateurs du manque de « regard extérieur » sur le « paysage » chinois qui baignait l’enfance de l’auteur et que son auto-traduction n’est peut-être pas parvenue à communiquer aux lecteurs américains. Ce « paysage » chinois comme défi culturo-linguistique pour la traduction ne touche pas seulement au décor ou à l’habillement chinois qui s’exposent tous deux magnifiquement dans le roman. Plus que les us et coutumes du pays de l’époque, il est esquissé par tout genre de calculs socio-psychologiques au revers du langage de chaque personnage. Ainsi, une traduction littérale telle qu’adoptée par Eileen Chang me paraît problématique : elle semble atténuer considérablement la force du langage original sans pour autant rendre ce dernier plus accessible pour les lecteurs occidentaux.

  • 4  Eileen Chang, La Cangue d’or, trad. Emmanuelle Péchenart. Paris : Bleu de Chine, 1999.

5  En comparant ces choix de traduction d’Eileen Chang avec ceux de la traductrice Emmanuelle Péchenart en français4, je voudrais donc soulever des axes de réflexion à interroger. La question centrale que je me pose est en fait la suivante : comment cette histoire, qui ne cesse de revivre sous de multiples formes dans la création contemporaine du monde chinois, pourrait-elle trouver plus d’échos dans le champ de réception occidental à travers la traduction ?

II. De Jin-suo ji à The Golden Cangue : une traduction auctoriale qui manque de regard « extérieur » ? 

  • 5  ibid., p. 30.

6La trame de Jin-suo ji repose sur la vie de l’héroïne Cao Qi-qiao, fille du peuple, après son mariage avec le deuxième fils d’une riche famille de la haute société, infirme de naissance. En épousant ce mari à qui « aucune des familles notables n’aurait accepté de donner sa fille »5, Qi-qiao fait une ascension sociale vertigineuse, tout en étant condamnée à subir le mépris omniprésent de toute sa belle famille, y compris celui des servantes. La métaphore de la « cangue d’or » illustre justement sa situation d’emprisonnement dans la fortune et la hiérarchie de la famille Jiang. Exigeante et devenue intransigeante, Qi-qiao entre constamment en conflit avec ses belles-sœurs « d’origine respectable » et refoule, au fil des années, son désir pour l’un de ses beaux-frères, fils prodigue de la famille. Toutes ces oppressions et humiliations qu’elle endure puis fait subir aux personnes de hiérarchie sociale et familiale inférieure rejaillissent petit à petit sur sa personnalité : elle finit par développer une perversité extrême au point de briser irrémédiablement la vie de ses deux enfants sous le coup de sa folie et de sa manipulation. Qi-qiao porte sa cangue d’or jusqu’à la fin de ses jours. D’un ton lucide et prophétique, Eileen Chang met un terme à son roman en nous annonçant l’éternel retour de cette fable chinoise :

  • 6 ibid., p. 105. La traduction en anglais d’Eileen Chang est la suivante : « The moon of thirty years (...)
  • 7  Eileen Chang 張愛玲, Jinsuo ji 金鎖記 (La cangue d’or), in Qingcheng zhi lian– Zhang Ailing duanpian xia (...)

7Le clair de lune d’il y a trente ans a sombré depuis longtemps. Les gens d’il y a trente ans sont morts, et pourtant les histoires vieilles de trente ans ne sont pas finies… Elles ne finiront jamais6. («三十年前的月亮早已沉了下去,三十年前的人也死了,然而三十年前的故事還沒完------完不了。7 »)

8     

1. Le « paysage » chinois au revers de la formulation « said, smiling »

9En résumant ainsi l’histoire de Jin-suo Ji, je voudrais dans un premier temps mettre l’accent sur les calculs socio-psychologiques brillamment révélés à travers le dialogue dans cette histoire aujourd’hui vieille de cent ans. Tout au long du roman, ces calculs socio-psychologiques sont à la fois « masqués » et « appuyés » par la formulation répétitive de « Xiao Dao » (笑道), qui illustre le ton des personnages quand ils parlent. Cette formulation, héritée du roman classique chinois et souvent traduite par Eileen Chang par « said, smiling », pourrait paraître redondante pour les lecteurs anglophones. Cependant, en chinois, en l’absence d’adverbe qui la qualifie, elle présente discrètement des nuances différentes selon les allusions au revers des mots employés dans la conversation. Ce qui me semble important, c’est de rendre audible par la traduction ce qui est insinué derrière ces sourires très souvent dissimulateurs. Prenons comme exemple le dialogue des deux servantes Xiao-shuang et Feng-xiao qui nous dévoile au début du roman la situation de la famille Jiang et l’origine modeste de Cao Qi-qiao.

10Lorsque les deux filles parlent du mariage de Madame troisième, décrite comme « cérémonie de misère » car se déroulant en temps de guerre, Xiao-shuang le compare à celui de Madame deuxième Cao qi-qiao :

(Little Shuang said) “I shouldn’t wonder Third Mistress is still unhappy about it. On your side the trousseau was passable, the wedding preparations we made were really too dismal. Even that year we took our Second Mistress it was better than this.”

  • 8  Traduction d’Eileen Chang,op.cit., pp. 172-173. L’original de la phrase soulignée,op.cit., p. 141 (...)

Feng-hisao was taken aback. ‘How? Your Second Mistress…’8

11En amorçant un jugement personnel, Xiao-shuang ne souhaite pas répondre tout de suite. Après un moment de suspens, elle laisse entendre par cette phrase que sa maîtresse pourrait avoir un passé peu glorieux :

  • 9  Ibid.

 “My fault, I shouldn’t have let it out,” Little  Shuang said, smiling9.

  • 10  Op.cit.,p. 141.

小雙笑道:「是我說話不留神,闖了禍!」10

  • 11  Op.cit.,p. 30.

- Je vais faire du vilain, moi, à ne pas savoir tenir ma langue ! dit Shuang.11

12Retenue vite oubliée, elle révèle alors sans aucune gêne que Cao qi-qiao est issue d’une famille de petits commerçants, pas du tout digne d’être une épouse de la famille Jiang. Ce qui l’a élevée au statut d’épouse légitime plutôt que celui de concubine, réservé dans le meilleur des cas à une fille de son rang, c’est l’infirmité de Monsieur deuxième. Ainsi elle dit :

  • 12  Op.cit., p.174.
  • 13  Version originale :  ibid., p. 142. Version française : ibid.,pp. 30-31.

“Dragons breed dragons, phoenixes breed phoenixes --- as the saying goes. You haven’t heard her conversation! Even in front of the unmarried young ladies she says anything she likes. Lucky that in our house not a word goes out from inside, nor comes in from outside, so the young ladies don’t understand a thing. Even then they get so embarrassed they don’t know where to hide.”

「龍生龍,鳳生鳳,這話是有的。還沒聽見的談吐呢 ! 當著姑娘們,一點忌諱也沒有。虧得我們家一向內言不出,外言不入,姑娘們什都不。饒是不,還臊的沒處!」

- Les chiens ne font pas des chats, à ce qu’on dit. Et tu ne l’as pas encore entendue causer ! Rien ne l’arrête, même devant les jeunes filles. Elle n’a pas la moindre retenue. Heureusement, jusqu’à présent chez nous, c’était comme ça : pas un mot sur ce qui se dit dedans, pas un mot sur ce qui se dit dehors, alors les jeunes filles ne comprennent pas. Mais même sans comprendre, on ne sait pas où se fourrer tant c’est grossier !

Feng-hsiao tittered. “Really? Where could she have picked up this vulgar language? even us slave girls ---"

[...]

Little Shuang said, holding her own elbows,

“Why, she was a big attraction at the sesame oil shop, standing at the counter, and dealing with all kinds of customers. What have we got to compare with her?”

小雙抱著膊道 :

「麻油店的活招牌,站慣了櫃,見多識廣的,我們拿什去比人家?」

Shuang se croisa les bras :

« La mascotte de l’huilerie, debout à longueur de temps auprès du comptoir, elle en sait long ! (omission dans la traduction) ».

“Did you come with her when she was married?”

[...]

Little Shuang sneered. “How could she afford me!” […] 12

小雙冷笑說:「也配!」

« Elle, une suite ? » dit Shuang avec un sourire ironique13.[...]

13Le passage cité ci-dessus révèle petit à petit le mépris et le jugement que Xiao-shuang porte à sa maîtresse Qi-qiao. La traduction en anglais d’Eileen Chang, suivant de près le texte original, nous rapporte fidèlement le contenu du dialogue. Cependant, la langue de vipère de Xiao-shuang, comparable à celle de sa maîtresse Qi-qiao, ne se manifeste pas seulement dans ce qu’elle dit, mais aussi dans la manière dont elle le dit. Xiao-shuang a beau dire, en souriant, qu’elle a laissé échapper « par mégarde » des propos disgracieux sur Madame, la manière dont elle construit son discours et le souffle à Feng-xiao ne devrait pas passer inaperçu aux yeux d’un lecteur sinophone : en employant des dictons familiers comme vérité inébranlable, elle suggère indirectement toutes les bassesses non fondées qui pourraient être liées à l’origine peu respectable de sa maîtresse. Je me réfère plus précisément aux expressions telles que :

龍生龍,鳳生鳳 (qu’Eileen Chang traduit littéralement par “Dragons breed dragons, phoenixes breed phoenixes. ”, et Péchenart quant à elle par « Les chiens ne font pas des chats. »), jugement ici explicitement sarcastique sur l’origine roturière de Qiqiao,

  • 14  Citation issue duLivre des rites (Liji禮記, "Neize pian"內則篇).

內言不出,外言不入 (La traduction d’Eileen Chang : not a word goes out from inside, nor comes in from outside ; celle de Péchenart : pas un mot sur ce qui se dit dedans, pas un mot sur ce qui se dit dehors) qui montre la discrétion et la bonne éducation de la famille Jiang14. Cependant, dans le dos des personnes concernées et sous un sourire dissimulateur, les maîtresses et les servantes de cette même famille donnent libre cours à la dénonciation et à la critique de leur entourage.

et  見多識廣 (traduit indirectement en anglais par ‘dealing with all kinds of customers’, mais la traduction en français se rapproche davantage de sa vraie signification : ‘elle en sait long’), qui en apparence est un compliment, mais fait en réalité allusion à la vertu douteuse de cette Madame Deuxième, ancienne vendeuse de l’huilerie qui recevait à longueur de temps tout genre de clients, et a non seulement appris un langage grossier, mais peut aussi avoir des mœurs légères.

14En comparant la traduction d’Eileen Chang à celle de Péchenart, nous voyons que cette dernière réussit à donner un ton plus vif à Xiao-shuang en trouvant des expressions similaires en français et un rythme pour ses critiques acerbes et bien organisées. Mais curieusement, quelques omissions s’y présentent s’accompagnant d’un léger glissement de sens. Par exemple, le fameux « dit-elle en souriant » est supprimé quand Xiao-shuang s’auto-critique faussement de ne pas avoir su tenir sa langue. La traduction en français « Je vais faire du vilain, moi, à ne pas savoir tenir ma langue ! dit Shuang. » ne semble pas prendre en considération l’hypocrisie de ces propos. Quant à la phrase entièrement disparue qui aurait traduit « What have we got to compare with her ? », l’omission dans la traduction en français laisse évaporer le double jeu de cette tournure courante de « pseudo-autodépréciation », qui révèle en chinois une forte ironie peut-être mêlée de jalousie, et que l’auto-traduction d’Eileen Chang ne permettrait pas non plus de transmettre, car les allusions à la vertu douteuse de la vendeuse d’huile ne sont pas forcément acquises chez les lecteurs occidentaux.

15Ce ne sont que des détails, mais ce sont aussi ces détails-là qui, dans le texte original, donnent du volume expressif au langage des personnages romanesques. Le « paysage » humain dépeint dans Jin-suo Ji est indissociable des différentes manières dont les personnages tiennent leurs discours. La perversité de Cao Qi-qiao n’est pas née de la pure méchanceté de sa nature, mais est justement issue de ce « paysage » chinois oppressant où le langage massacrant circule de haut en bas et manipule les êtres humains. En écrivant dans sa langue maternelle, Eileen Chang a su communiquer avec subtilité et recul sa vision perspicace des règles du jeu dans la société et la famille chinoises, tandis que sa traduction en anglais l’a affaiblie non seulement en uniformisant le ton des personnages, mais encore en affichant parfois d’une façon maladroite l’interférence du chinois, intentionnellement ou non. Je me réfère ici aux idiotismes chinois traduits littéralement, qui pourraient créer à certains endroits des effets non souhaités chez les lecteurs occidentaux.

2. Les lieux communs auxquels renvoient l’idiotisme imagé et les expressions figées de la langue chinoise

16Citons l’exemple le plus marquant dans The golden Cangue, qui se trouve dans la scène où Qiqiao voit son neveu Chunxi 春熹 attraper sa fille Chang-An, alors âgée de treize ou quatorze ans, pour l’empêcher de tomber d’une chaise. Qi-qiao imagine tout de suite que son neveu pauvre veut profiter de sa fille afin de partager sa fortune par le mariage. Ainsi elle se met à hurler contre lui :

  • 15  Op.cit., pp. 206-207.

You wolf-hearted, dog-lunged creature. I’ll fix you! I treat you to three teas and six meals, you wolf-hearted, dog lunged thing, in what way have I not done right by you, and yet you’d take advantage of my daughter? You think I can’t make out what’s in your wolf’s heart and dog’s lungs? Don’t you go around thinking if you teach my daughter bad things I’ll have to hold my nose and marry her to you, so you can take over our property. A fool like you doesn’t look to me as if he’d think of such a trick, it must be your parents who taught you, guiding you by the hand. Those two wolf-hearted, dog-lunged, ungrateful, old addled eggs, they are determined to get my money. When one scheme fails another comes up15.

  • 16  Op.cit., p. 165.

「我把你這狼心狗肺的東西!我三茶六飯款待你這狼心狗肺的東西,什麼地方虧待了你,你欺負我女兒?你那狼心狗肺,你道我揣摩不出麼?你別以為你教壞了我女兒,我就不能不捏著鼻子把她許配給你,你好霸佔我們的家!我看你這渾蛋,也還想不出這等主意來,敢情是你爹娘把著手兒教的!那兩個狼心狗肺忘恩負義的老渾蛋!齊了心想我的錢,一計不成,又生一計!16

  • 17  Op.cit., pp. 71-72.

- «  Je t’y prends, canaille ! Canaille que j’ai reçue à ma table, que j’ai nourrie, quel mal t’ai-je fait pour que tu veuilles t’en prendre ainsi à ma fille ? Tu pensais, canaille que tu es, que je ne me rendais compte de rien ? Ne t’imagine pas que je me croie obligée, quand tu auras suborné ma fille, de te la donner en me bouchant le nez, et de te laisser détourner nos biens ! Je vois bien, saleté, que tu n’as pas pu imaginé cela tout seul, tes parents, je présume, t’auront inculqué de telles ruses, ces deux ingrates canailles, ces saletés sans vergogne, qui ne pensent qu’à mon argent et qui cherchent, par tous les moyens, à mettre la main dessus !17 »

17Si en chinois, l’accusation de Qi-qiao semble très sévère et tranchante, l’usage d’idiotisme  joue un rôle important dans la représentation de son image de mégère. L’expression imagée ‘狼心狗肺’, qu’Eileen Chang a traduite par ‘wolf’s heart and dog’s lungs’, est tout simplement un juron familier que les chinois emploient pour accuser une personne d’être ingrate. La répétition de ce juron dans le reproche de Qiqiao crée un certain rythme cyclique qui emporte sa colère jusqu’à la paranoïa. Cependant, la traduction en anglais inspirée directement du chinois ralentit non seulement ce rythme, mais crée aussi des confusions pour les lecteurs anglophones qui n’auraient aucune connaissance en chinois. Il est inutile de mentionner combien il est difficile d’associer l’image de cœur de loup et de poumons de chien à l’ingratitude d’une personne.   

18C’est un choix de traduction qu’Eileen Chang a très souvent adopté dans The Golden Cangue, peut-être pour préserver un trait d’exotisme dans cette œuvre traduite, car elle n’ignore pas le sens équivalent en anglais de ces expressions idiomatiques imagées. Le problème de réception soulevé par cet exemple de « cœur de loup » et de « poumons de chien » rejoint en effet celui de l’image de la vendeuse de l’huilerie que j’ai évoquée dans la partie précédente : dans l’auto-traduction d’Eileen Chang, les allusions au revers des mots ne parviennent pas à se transmettre entre les lignes à cette nouvelle cible de lecteurs, car des lieux communs propres aux langue et culture chinoises qui leur auraient permis de les saisir n’ont pas été suffisamment considérés. Ainsi le double jeu d’écriture d’Eileen Chang qui dévoile brillamment la hiérarchie et la perversité du monde chinois en déjouant ses lieux communs se voit ombré par sa propre traduction.

19Je me demande si, dans le cas où Eileen Chang aurait porté un regard « extérieur », à savoir plus analytique sur sa propre œuvre lors de l’auto-traduction, Cao Qi-qiao n’aurait pas eu un visage plus humain pour les lecteurs américains, sans attendre que la réécriture la transforme en Chai Yindi (柴銀娣), l’héroine moins extrême et aspirant à plus de compassion de The Rouge of the North. Bien évidemment c’est une question purement conjecturale et qui devrait se poser autrement en comparant à la fois ces deux œuvres liées par la réécriture et les différents marchés littéraires qui les avaient accueillies.

III. Conclusion :

20Dans une traduction « auctoriale » dont la pertinence de l’interprétation est a priori exclue, qu’est ce qui fait que l’œuvre traduite réussit ou non à franchir le fossé culturo-linguistique, facteur très souvent souligné lorsqu’il s’agit de l’introduction d’une œuvre littéraire de « l’orient » vers « l’occident » ?

21C’est le point de départ de mes réflexions, face à un auteur comme Eileen Chang qui s’est démenée pendant la moitié de sa vie pour se trouver une place dans le milieu littéraire anglophone, en tant qu’écrivain chinois qui écrit inlassablement sur cette Chine qu’elle a connue autrefois. Pour commencer, je me suis limitée à son auto-traduction, et ai tenté de trouver, dans le texte même, quelques explications sur la réception inégale de ses oeuvres écrites en chinois et en anglais.

22Dans un premier temps, j’ai constaté que dans The golden Cangue, les personnages, qui ont chacun leur propre ton en chinois, se distinguent peu l’un de l’autre quand ils parlent un anglais standard, en maints endroits affecté de résonnances chinoises. La perte de rythme original et d’allusivité qui contribue à forger la singularité du langage littéraire d’Eileen Chang s’avère conséquente : le « paysage » chinois derrière ce langage s’estompe dans cette auto-traduction et entraîne ainsi un certain « aplanissement » des personnages et de leurs manières d’être.  

23Dans un second temps, je me suis interrogée sur les lieux communs auxquels l’idiotisme imagé et les expressions figées de la langue chinoise renvoient. Loin de prendre position en faveur d’une traduction naturalisante, je me demande par contre si, en saisissant plus amplement les lieux communs détournés par l’art romanesque d’Eileen Chang, nous arriverions à mieux préserver l’intensité originale de ses oeuvres traduites du chinois vers une langue occidentale. Autrement dit, en portant un regard de « lecteur impliqué » sollicité par le jeu d’écriture, pourrions-nous finalement, sinon franchir, au moins réduire, le fossé culturo-linguistique qui sépare, dans le réel ou dans l’imaginaire, l’ « Occident » et l’ « Orient » ?

Haut de page

Bibliographie

I. Œuvres de Eileen Chang / Zhang Ailing 張愛玲

- Jinsuo ji 金鎖記 (La cangue d’or), in Qingcheng zhi lian – Zhang Ailing duanpian xiaoshuoji zhi yi 傾城之戀-張愛玲短篇小說集之一. Taipei : Huangguan wenxue, 1991.

- Chuanqi 传奇 (Légendes : contes et récits). Pékin : Zhongguo wenlian, 1996.

- « The golden Cangue », in Love in a Fallen City (recueil de six nouvelles et récits d’Eileen Chang). Londres : Penguin, 2007, pp. 169-234.

- La Cangue d’or, trad. Emmanuelle Péchenart. Paris : Bleu de Chine, 1999.

- Yuannü 怨女 (Embittered Woman). Taipei : Huangguan wenxue, (1966) 1991.

- The Rouge of the North. Berkeley : University of California Press, (1967) 1998.

II. Ouvrages :

Mary Besemeres, Translating One’s Self: Language and Selfhood in Cross-cultural Autobiography. Bern : Peter Lang, 2002.

Axel Gasquet, Modesta Suárez (sous la direction de), Écrivains multilingues et écritures métisses – l’hospitalité des langues, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand du 2-4 décembre 2004. Clermond-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007.

Michaël Oustinoff, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction : Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov. Paris : L’Harmattan, 2001.

Christian Lagarde, Des écritures bilingues : sociolinguistique et littérature. Paris : L’Harmattan, 2001.

Christian Lagarde, Chrystelle Burban (éds.), Écrire en situation bilingue, Actes du colloque du 20 au 22 mars 2003, Université de Perpignan,  Vol. I : communications, Vol. II : tables rondes. Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, collection « études ».

III. Articles :

Joseph S.M, Lau 劉紹銘, « Zhang Ailing de zhong-ying huyi » 張愛玲的中英互譯, in Zhang Ailing de wenzi shijie 張愛玲的文字世界. Taipei : Chinko, 2007, pp. 126-156.

Karen Kingsbury (金凱筠), «Zhang Ailing de 'cenci de duizhao' yu Ouzhou wenhua de chengxian » 張愛玲的「參差的對照」與歐亞文化的呈現, trad. de l’anglais vers le chinois par Cai Shuhui 蔡淑惠, Zhang Yifan 張逸帆,dans Yang Tse 楊澤 (sous la direction de), Yuedu Zhang Ailing-- Zhang Ailing guoji yantaohui lunwenji 閱讀張愛玲---張愛玲國際研討會論文集 (Reading Eileen Chang). Taipei : Maitian, 1999, pp. 303-319.

Shirley J. Paolini, Chen-Shen Yen, « Moon, Madness, and Mutilation in Eileen Chang”s English Translation of The Golden Cangue », Tamkang Review, 19 : 1-4, automne 1988 - été 1989, pp. 547-557.

Philip F.C. Williams, « Back from Extremity: Eileen Chang’s Literary Return », Tamkang Review 29 : 3, printemps 1999, pp. 127-138.

Haut de page

Notes

1  Joseph S. M. Lau, C. T. Hsia, Leo Ou-fan Lee (eds.), Modern Chinese stories and novellas : 1919-1949. New York : Columbia University Press, 1981.

2  C. T. Hsia, A history of modern Chinese fiction. New Haven : Yale University Press, 1961, pp. 389-431.

3 「張愛玲的英文作品雖然證明了她在英文寫作上的實力,但卻無法與其中文作品的篇幅、彈性及極其巧妙安排的語氣、押韻相比。」Voir Karen Kingsbury, «Zhang Ailing de 'cenci de duizhao' yu Ouzhou wenhua de chengxian » 張愛玲的「參差的對照」與歐亞文化的呈現, trad. de l’anglais vers le chinois par Cai Shuhui 蔡淑惠, Zhang Yifan 張逸帆,dans Yang Tse 楊澤 (sous la direction de), Yuedu Zhang Ailing-- Zhang Ailing guoji yantaohui lunwenji 閱讀張愛玲---張愛玲國際研討會論文集 (Reading Eileen Chang). Taipei : Maitian, 1999, pp. 303-319. “ …Chang’s flair for English is sometimes impressive. However, she very much needs an aggressive bilingual editor or co-translator, because her translations often read more like rough-hewn early drafts than polished final drafts ready for the typesetter.’’, Voir Philip F. C. Williams, « Back from Extremity : Eileen Chang’s literary return », Tamkang Review, 29 : 3, 1999 printemps,  pp. 127-138.

4  Eileen Chang, La Cangue d’or, trad. Emmanuelle Péchenart. Paris : Bleu de Chine, 1999.

5  ibid., p. 30.

6 ibid., p. 105. La traduction en anglais d’Eileen Chang est la suivante : « The moon of thirty years ago has gone down long since and the people of thirty years ago are dead but the story of thirty years ago is not yet ended --- can have no ending. », voir Eileen Chang, The golden cangue, inLove in a Fallen City (recueil de six nouvelles et récits d’Eileen Chang). Londres : Penguin Group, 2007, p. 234.

7  Eileen Chang 張愛玲, Jinsuo ji 金鎖記 (La cangue d’or), in Qingcheng zhi lian– Zhang Ailing duanpian xiaoshuoji zhi yi 傾城之戀--張愛玲短篇小說集之一. Taipei : Huangguan wenxue, 1991, p. 186.

8  Traduction d’Eileen Chang,op.cit., pp. 172-173. L’original de la phrase soulignée,op.cit., p. 141 : 「就連那一年娶咱們二奶奶,也還比這一趟强些。」Traduction en français de Péchenart, op.cit.,p. 30: « Même l’autre année, pour le mariage avec Madame Deuxième, on avait réussi à faire mieux ! ».

9  Ibid.

10  Op.cit.,p. 141.

11  Op.cit.,p. 30.

12  Op.cit., p.174.

13  Version originale :  ibid., p. 142. Version française : ibid.,pp. 30-31.

14  Citation issue duLivre des rites (Liji禮記, "Neize pian"內則篇).

15  Op.cit., pp. 206-207.

16  Op.cit., p. 165.

17  Op.cit., pp. 71-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tan-Ying Chou, « The Golden Cangue : auto-traduction d’Eileen Chang », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ideo.revues.org/286

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org