Navigation – Plan du site
Le roman en Asie et ses traductions (2009)

Pour la localisation des métaphores et des comparaisons dans la traduction des romans vietnamiens

Illustration de cette démarche au travers de quelques extraits d’Itinéraire d’enfance de Dương Thu Hương
Mireille Mai Truong

Texte intégral

  • 1  La traduction mot à mot a été établie, à ma demande, par mon père, M. Truong Buu Khanh, qui m’aide (...)

1 J’aimerais me pencher sur certains problèmes que présente la traduction du vietnamien vers le français en confrontant la traduction de Hành trình ngày thơ ấu proposée par l’éditrice Sabine Wespieser sous le titre d’Itinéraire d’enfance, à une traduction mot à mot. Mon étude se limitera aux chapitres 1, 2 et à un extrait du chapitre 10. Il s’agit d’un choix aléatoire. Le texte original vietnamien utilisé est celui qui est diffusé sur le site internet Việt Nam thư quán – Thư viện online.1 Ce texte a été choisi aussi parce que je m’intéresse depuis un certain temps à l’auteure Dương Thu Hương dans le cadre de mes recherches en littératures postcoloniales, à certains thèmes qu’elle aborde comme le travail des femmes, le manger et le boire, etc. Mais une chose menant à une autre, ma réflexion s’est tournée vers des questions relatives à la traduction, des questions plutôt générales et théoriques, que je vais essayer de vous présenter ici.

2Quel style de traduction est-il désirable dans notre contexte sociopolitique actuel, celui de la mondialisation ? Quels principes pourraient la guider, mais aussi, plus largement, quelle est la place de la littérature traduite dans les études universitaires ou scolaires littéraires ? Cette question me préoccupe depuis longtemps en tant que professeure de littérature française. Mais c’est une question à laquelle je n’avais pas vraiment trouvé de solution théorique satisfaisante. Je crois à présent l’avoir fait. Mon point de vue sera, humblement, celui de la lectrice postcoloniale. Passons tout de suite à la comparaison et aux conclusions auxquelles elle a donné lieu.

Condensations/Vulgarisations/Simplifications

3Dans le chapitre 1, il y a des condensations de sens peut-être motivées par le souci de la part du traducteur, Đặng Trần Phương, d’accessibilité au lecteur français. Lui-même identifie la principale difficulté qu’il a eue dans la traduction du roman Au Zénith, qu’il a aussi assurée, comme étant tout ce qui était proprement vietnamien :

Lorsque j’ai traduit cet ouvrage, je pensais que la chose la plus difficile était précisément, tout ce qui touchait de près à notre patrie. Par exemple, tous ces passages de caractère rustique concernant le hameau des bûcherons, ils représentent un monde très vietnamien ; comment faire pour faire saisir au lecteur français tous les modes de vie des paysans du Nord, en montagne, dans ce hameau ? Telle est la chose qui a été la plus difficile pour moi dans la traduction de ce livre. (Interview DCVonline.net)

4 Revenons à Itinéraire d’enfance. Dans la description du nouveau quartier commercial du bourg de Rêu, les mots ‘conserves, épices’ (Duong 2007, 11) choisis par le traducteur désignent, en fait, plus vaguement, et sans entrer dans le détail, le poisson ou les crevettes fermentés - mắm - pourtant si typiques, ainsi que les denrées de base, le sel, le riz et la farine, également mentionnées par l’auteure. A mon avis, ce genre de simplification prive le lecteur de certaines sensations, celles que l’on éprouve lorsqu’on s’arrête dans une épicerie de campagne, notamment des odeurs. Le mot mắm, selon moi, devrait être doté d’un astérisque renvoyant à une explication en annexe plutôt que d'être subsumé sous le terme général de ‘conserve.’

Anachronismes

5 Dans le même chapitre, au coupon de soie rose vif neuf, hissé chaque année en haut d’un mât de bois la veille de la fête du génie du foyer, ông Táo, est substitué un ‘drapeau rouge’ qu’on hisse ‘avant la fête des génies Tao’ en haut d’un ‘poteau de bois.’(Duong 2007, 11) Le mot ‘poteau’ semble préférable ici car il évoque le cây nêu ou arbre du Tết (comme en Angleterre, le May pole). Par ailleurs, le ‘drapeau rouge’ prête à confusion et fait penser de manière anachronique au drapeau rouge communiste.

Comparaisons et métaphores ou autres tropes

6 Il y a des comparaisons et des métaphores dont la saveur a été perdue. Dans sa description du train, cet étrange serpent de fer, qui traverse le bourg animé, Dương Thu Hương compare la fumée à des volutes de vapeur d’un blanc couleur de sel. Cette image originale et juste, qui fait penser aux tons gris du gros sel brut des marais salants, et qui révèle en diagonale la présence de cette denrée de tous les jours dans l’imaginaire de l’auteure, est malencontreusement remplacée par le cliché français du train (‘drôle de serpent d’acier haletant’), ‘traînant derrière lui une longue fumée cotonneuse.’ (Duong 2007, 12)

7Un peu plus loin, les boqueteaux dont l’île aux Fleurs jaunes est recouverte ont des baies qui, à maturité, jaunissent comme des cocons de ver à soie. Il s’agit des baies de duối, mais comme la plante est peu connue, elle devrait faire l’objet d’une notice à la fin de l’ouvrage, dans la rubrique Faune et Flore du Viêt-Nam, avec planche ou dessin à l’appui. Par le biais de la comparaison du jaune des baies au jaune des cocons de ver à soie le lecteur apprend que les cocons de vers à soie sont jaunes. Pour en évoquer la nuance exacte, Dương Thu Hương choisit, en outre, une image provenant de gestes d’artisans qu’elle a certainement observés : les boqueteaux, écrit-elle, sont recouverts de ces baies comme si quelqu’un les avait saupoudrés de plusieurs couches de poudre d’or. Encore une fois, les deux comparaisons les plus localisées du texte original, justement, celle aux cocons de ver à soie ainsi qu’au geste des orfèvres, ont été omises dans la traduction : ‘Les fruits mûrs jaunissent, envahissent le feuillage des arbres, et c’est comme si on les avait recouverts d’or.’ (Duong 2007, 12)

8Toujours sur le sujet des comparaisons et de leurs termes, doit-on être fort (littéralement) comme le génie gardien de pagode (to như hộ pháp) ou juste ‘comme un buffle’ (Duong 2007, 35) ? Au cirque apparaît un homme bizarre, différent de tous les autres : mais son cou découvert ne laisse-t-il apercevoir qu’une pomme d’Adam simplement ‘nerveuse’ (Duong 2007, 14), ou la pomme d’Adam bouge-t-elle en sautant vers le haut et en remontant vers le bas et de bas en haut comme une trai nhót (như trai nhót), fruit qui, selon le dictionnaire, a la forme d’une navette ?

9En tant que lectrice, je pense que la spécificité des termes doit être le plus possible conservée même au risque de me dérouter, non pas pour satisfaire mon désir d’exotisme, mais pour lutter contre la mondialisation des cultures qui équivaut à leur disparition dans l’uniformité et la conformité à un modèle unique. Alors pourquoi ne pas laisser la référence à ce fruit en l’expliquant aussi dans une note ?

10 Il y a d’autres simplifications qui ne s’imposent pas. Il n’est pas faux de dire que les filles sont parties sur l’île ‘cueillir des fruits’ (Duong 2007, 35), mais quel mal y a-t-il à préciser qu’elles sont, en fait, allées arracher des chataîgnes d’eau (nhổ củ ấu). La mère de Loan jure-t-elle vraiment de se prosterner devant ‘saint Trân’ et de remercier ‘sainte Côi’ (Duong 2007, 36) comme devant des saints chrétiens ou fait-elle, plus logiquement, référence au génie Trần et à la Dame du pagodon de Côi ? Sur l’île aux fleurs jaunes, n’y a-t-il que ‘quelques vieux temples’ (Duong 2007, 12) comme le laisse à penser le traducteur ou, plus spécifiquement, un pagodon dédié au culte des cinq tigres – Ngũ hổ ?

11Aux chapitres 9 et 10, les ‘petits lézards’ qui ‘bruissent dans un coin du toit,’ (Duong 2007, 136) ou ‘entre les poutres du toit’ (Duong 2007, 153), ne seraient-ils pas plutôt des margouillats qui claquent la langue dans le toit de chaume (chắc lưởi ou tắc lưởi). Selon une légende, le personnage de Thạch Sùng, richard ayant perdu subitement sa fortune, claque la langue de regret devant le spectacle de sa déchéance avant d’être métamorphosé en margouillat (thang lang).

12Ces inexactitudes nuisent à la richesse de détails du texte et à sa profondeur culturelle, en occultant les références qu’il renferme, d’autant plus que, de nos jours, les touristes sont de plus en plus nombreux en Asie et ils connaissent bien le margouillat qui se promène au plafond de leur chambre d’hôtel. Traduire, c’est conserver ces références le plus possible. De même pour les sons et les onomatopées. Le traducteur fait bien de garder le son de l’oiseau nocturne qui fait si peur aux filles en le phonétisant à la française : keeee keee et kiiii….iiiit et kiiii….iiiiit (Duong 2007, 22-23). Mais cet oiseau, ne serait-ce pas plutôt un pélican - con lênh đênh - qu’une ‘oie sauvage’ (Duong 2007, 24) comme il l’appelle ? Et pourquoi ne pas essayer de conserver le son que font les poules au chapitre 9 : gáy te te ?

13 Il faut du reste exercer le mot à mot avec circonspection : nấu cơm, littéralement, signifie bien peut-être ‘cuire le riz’, mais a perdu son sens mot à mot en vietnamien et aurait donc dû être traduit par ‘faire la cuisine’ et non littéralement comme il se produit à plusieurs reprises. De même ăn cơm ne devrait pas être traduit ‘manger le riz’ mais bien déjeuner ou dîner.

Appellations/Vie quotidienne/Religion/Coutumes

14 Pour ce qui concerne les noms de lieux, là aussi, il y a des choix à faire. Le nom de la rivière, sông Xanh, n’est pas donné tel quel, mais simplement traduit par ‘la Verte’, comme on dirait la Loire ou la Charente. C’est trop effacer les particularités des paysages locaux, si différents de ceux de la Loire. Appeler sông Xanh ‘la Verte’ évoque le mauvais paysage. Dans le même passage sur la vie au bord de la rivière, Dương Thu Hương décrit avec précision les gestes des bateliers lorsque le vent tombe et que les voiles du sampan ne peuvent plus suffire à la navigation : ils sautent à terre pour tirer leur embarcation depuis la berge en s’aidant d’une corde enroulée autour de l’épaule et sont suivis des yeux avec curiosité par les enfants restés à bord ; les bateliers entonnent de temps en temps, d’une voix grave, un chant de halage ponctué de refrains. On cherche en vain tous ces détails qui présentent pourtant un grand intérêt anthropologique. On doit se contenter de : les bateliers descendent à terre pour haler leur barque avec des cordes. Des gamins, debout dans les bateaux, regardent la rive de leurs yeux ronds. De temps à autre, un batelier vocalise un refrain, impromptu, d’une voix grave. (Duong 2007, 12)

Temps/Saisons/Fêtes

15 Souvent, Dương Thu Hương situe son récit dans le temps par rapport aux fêtes du pays. Voici un passage truffé de détails révélateurs de la vie de tous les jours et des coutumes liées aux fêtes :

Les gâteaux de riz gluant -– bánh chưng - étaient consommés, mais, dans tous les foyers, les gâteaux confectionnés pour le quinzième jour du premier mois lunaire étaient encore rangés, serrés, dans de petits paniers, à la cuisine, et l’époque où les colporteurs dont la spécialité est de souffler dans des trompettes en sucre d’orge ou de façonner des animaux en farine de riz gluant teintée de rouge convergeaient vers le marché, tentant de soutirer un peu d’argent des poches des villageois qui viennent à la ville ou de ceux qui repassent par le bourg et le marché après s’être rendus à la pagode.

16Et voici le texte de l’édition Sabine Wespieser :

Nous sommes au début du printemps. Finis les gâteaux du Tết, mais dans chaque cuisine, des petites tourtes de la mi-lune attendent, sagement rangées dans des paniers. La place du marché est alors particulièrement animée. A cette période, des vendeurs de friandises itinérants arrivent sur la place pour essayer de voler quelques portefeuilles aux badauds et aux pèlerins de passage. (Duong 2007, 13)

17 Les marchands ambulants sont transformés en sournois pickpockets, ce qui paraît être une interprétation erronée. S’il est vrai que des pickpockets ne manquent pas de se mêler à la foule des fêtes, il est peu vraisemblable que les colporteurs de trompettes en sucre d’orge et d’animaux en farine avec leurs chargements si pittoresques et si familiers aux touristes occidentaux puissent se livrer à cette triste besogne.

  • 2  D’autres exemples figurent au chapitre 9 (Le vieillard qui gardait les canards) – Je sortis dans l (...)

18 Un phénomène semblable se produit dans le chapitre suivant (Fugue nocturne) où vendeuse d’enfant devient ‘sorcière’ et où les mères au lieu d’attacher leurs enfants à une colonne de la maison par une laisse de chien, ne font qu’ ‘attacher leurs enfants dans la maison.’ (Duong 2007, 17-18) Des soucis de ‘political correctness’2 ont-ils joué dans ces choix et s’agit-il là d’autocensure ? La comparaison des premières pluies du printemps à des ‘cascades argentées […] de fils de soie ondoyant sous les rayons du soleil,’ est heureusement conservée. (Duong 2007, 18) Mais la somme que les deux amies ont récoltée pendant la présentation des vœux de longévité à l’occasion du Tết - coutume très particulière et méritant une explication en astérisque à la fin de l’ouvrage - est transformée en simples ‘cadeaux d’anniversaire.’ (Duong 2007, 18) Ce n’est pourtant pas du tout la même chose !

19Enfin, il y a un autre phénomène semblant relever d’autocensure que nous voudrions signaler : la référence à la résistance contre les Français est devenue, systématiquement, plus vaguement et de manière moins accusatrice, une simple référence à la résistance ‘anticoloniale.’ (Duong 2007, 11)

20 La traduction S. Wespieser est trop succincte et, une fois de plus, oblitère le geste naïf des enfants froissant les billets neufs contre leur visage : il n’y a plus que ‘des billets neufs, craquants, frais au toucher et sentant bon.’ (Duong 2007, 18) La référence à la grand-mère maternelle - bà ngoại- n’est ni retenue ni expliquée, une bonne occasion de mieux connaître la structure familiale où la grand-mère maternelle est celle qui est ‘de l’extérieur’ étant, de ce fait, perdue. Et ça continue : le papier huilé contenant les graines de pastèque que les filles ont comme réserves de nourriture a disparu et n’est plus qu’‘une grande pochette’.

21 Dans une autre scène, il est fait référence au calendrier lunaire et au jade, pierre précieuse du pays d’un bleu-vert très particulier : C’était alors le premier quartier. Le croissant de lune était suspendu dans le ciel, tel un bijou de jade. Mais dans la traduction, toute référence, et au calendrier et au jade, est perdue : ‘La lune est pleine, suspendue telle une galette d’argent dans le ciel.’ (Duong 2007, 21) Pourquoi une galette ? Inutile de franciser les images, car indirectement, en biais, elles jettent de la lumière sur les détails de la vie quotidienne au Viêtnam. Les goyaves, mûries avant la saison et blanc d’ivoire, ne sont plus que ‘blanchâtres’ (Duong 2007, 19). Et la liste continue : faut-il que Loan ne prenne pas Bê pour une ‘poule mouillée’ comme en français, ou qu’elle la trouve, comme en vietnamien, ‘poltronne comme un lièvre,’ ou tout simplement ‘trouillarde’ (Duong 2007, 22) comme dans la traduction ? L’expression ‘poltronne comme un lièvre’ trouve sans doute aussi son origine dans une légende ou une anecdote, qui fait partie de la culture populaire vietnamienne et qui gagnerait à être évoquée. Pourquoi les reflets de la lune ressemblent-ils à un ‘drôle de serpent’ (Duong 2007, 21) au lieu de ‘l’étrange boa’ du texte original ? Pourquoi ne pas évoquer toute la faune et la flore de la région décrite par le biais des métaphores et comparaisons aussi souvent que possible? D’une pierre deux coups. Que sont devenues les vaguelettes qui se brisaient contre le flanc du sampan, telles une bande de serpents qui rampaient ? Pourquoi ne pas préciser que les filles ont peur d’une ondine ou ‘ma nam,’ génie malfaisant des eaux, et non de simples ‘fantômes qui rôdent’ ? (Duong 2007, 23) Et l’enfant-fantôme qui lèche le visage du bộ đội (soldat de l’armée populaire) - terme qui a été assez exceptionnellement bien conservé et expliqué dans la traduction - pourquoi sa langue est-elle longue ‘comme un serpent’ et non plus longue que le fléau d’une palanque ? Les bras et les jambes du petit pêcheur à la nasse sont maigres et rabougris comme les sarbacanes en cuivre utilisées pour la chasse aux oiseaux, détail très évocateur, entièrement perdu dans la traduction : ‘Ses membres sont si maigres, on dirait des baguettes.’ (Duong 2007, 27) Où sont passées les histoires sans queue ni tête mais qui faisaient rire les enfants aux éclats comme des grains de maïs grillés sur un feu de bois ? : ‘Rien que des histoires sans importance qui nous font rire aux éclats.’ (Duong 2007, 29) Le petit pêcheur rit-il seulement ‘comme un vieillard’ ou, plus spécifiquement, comme un vieux sage (như ông cụ) ? Sa maison est-elle minuscule ‘comme une cabane de potager,’ ou plutôt, ouvrant encore un horizon sur une pratique villageoise inconnue des paysans français et comme le décrit littéralement l’auteure, comme un cabanon servant à la surveillance des champs de pastèques ?

22 Parlant de nourriture, il vaut la peine de nous attarder sur un passage où plusieurs plats sont mentionnés et où on fournit même une véritable recette de cuisine, celle de la soupe de grenouille : les ingrédients et la manière de procéder. L’extrait donne une idée des difficultés de la traduction (dont a d’ailleurs fait état le traducteur) car les ingrédients sont exotiques et la technique parfois différente.

23Dans une interview, le traducteur raconte avoir fait l’effort d’aller goûter certains des plats mentionnés dans le roman lors de voyages au Viêt-Nam. Cependant certains des choix qu’ils faits, sont discutables à mes yeux parce qu’ils basculent plus vers l’adaptation, donc la francisation et l’effacement de tout ce qui est trop étranger et pourrait surprendre ou trop dépayser, que vers la traduction.

  • 3  Problème des dictons aussi : faut- il traduire ce dicton : Vắng chủ nhà gà mọc đuôi tôm, par Lorsq (...)

24Dans le passage où les deux filles sont invitées chez le petit pêcheur Cot, est perdue l’idée que le petit garçon n’a péché que juste assez de poisson pour en faire mijoter dans une petite marmite dans du nước mắm (cá kho). Pourtant elle évoque une odeur très particulière et un plat bien connu. La marmite de patates douces que les enfants se réjouissent de déguster a été enfouie ‘sous les braises’ (Duong 2007, 29) comme on le ferait en France, et non dans le tas de balle de paddy, comme nous en informe, en fait, l’auteure. En l’occurrence, nous nous trouvons dans une famille défavorisée, indigente même, et pourtant on y apprécie les patates cuites à l’étouffée dans une braise de balle de paddy, on y boit de la nước vối, parfumée au gingembre (à la place du thé, trop cher) et on y aime la soupe de grenouille car la grenouille s’attrape sans frais dans la rizière voisine. Une petite erreur culturelle se glisse même dans la traduction de la chanson populaire (ca dao) ou comptine que chantent les enfants pendant la préparation de la fameuse soupe3. Selon la comptine, celle qui préparera la meilleure soupe fera accourir vers elle un mari. Ces petits vers, qui reflètent l’humour vietnamien – comment gagner les faveurs de son mari gourmet – montrent bien aussi la place dans la culture vietnamienne de l’art culinaire :

Măng chua nấu với gà đồng

Chơi nhau một mẻ xem chồng về ai ?

Poulet des rizières cuit avec des pousses de bambou conservées au vinaigre

Mesurons-nous en une occasion : pour voir à qui reviendra le mari.

25 Outre une perte importante de sens dans la traduction appauvrie de la métaphore de la grenouille comestible - gà đồngqui veut dire littéralement ‘viande de poulet des rizières’ - que l’on a dépouillée de son caractère amphibien, retiré de son habitat indochinois, pour n’en conserver que la nature comestible en l’appelant ‘poule des champs,’ (Duong 2007, 151) dans la traduction Wespieser, on ne voit pas de quel homme il s’agit. Citons-la :

Je vais cuisiner des pousses de bambou avec une poule des champs

On verra vers qui va courir cet homme-là.

Sobriquets

26 Il est très difficile de traduire les sobriquets tels ceux de certains personnages du roman. Est-ce Loan-noyau-de-jaquier (Loan hạt mít) ou, comme l’appelle le traducteur de l’édition Sabine Weispieser, Loan Graine-de-jacquier ? S’agit-il du noyau du fruit ou de la graine de l’arbre ? Et le fruit du jacquier, a-t-il des graines ou un noyau ? En fait, hột ou hạt mít, c’est le noyau du fruit, que les Vietnamiens mangent comme une châtaigne.

Conclusions

27Mon exposé n’avait pas pour objet de faire une critique de la traduction proprement dite. Mon but était simplement de préconiser et de défendre une approche différente de la traduction, motivée par la conjoncture actuelle de la mondialisation.

28Les choix à faire dans la traduction, sous le nouveau régime proposé, seront soumis aux principes directeurs suivants : proximité et fidélité à la traduction littérale et localisation, quand cela est possible, des métaphores, comparaisons, et de tous les traits culturels, qu'ils relèvent de croyances religieuses, de la faune et de la flore, de la vie quotidienne, au risque de dépayser et de dérouter les lecteurs, auxquels un lexique, illustré au besoin, sera fourni. La ‘localisation’ devra se faire comme mesure consciente de lutte contre la ‘mondialisation.’ Petites omissions, autocensure d’éléments risquant de déplaire ou de choquer le public français, simplifications par désir d’aller vers le public plutôt que vers l’auteur, car le traducteur sert toujours deux maîtres on le sait, n’auront plus leur raison d’être, dans notre optique : ce sera plutôt au public de se soumettre de bonne grâce à ‘l’épreuve de l’étranger,’ pour reprendre l’expression de Berman, assistés en cela par une traduction très proche du texte, de généreuses annotations, ainsi qu’un index permettant de comprendre la culture telle qu’elle se transmet par le langage du texte. Les noms propres de lieux et les sobriquets ne seront pas nécessairement traduits, mais s’ils le sont, le nom original inclus au moins la première fois – celui de la rivière par exemple – le sobriquet expliqué, celui de Loan Noyau-de-Jacque, par exemple, tout dialecte ou forme d’appellation inusitée fera l’objet d’un effort spécial de préservation.

29Car ce que nous proposons est un véritable travail d’archéologie ou d’anthropologie. Il faudra dans notre optique faire presque le contraire de l’adaptation, c’est-à-dire, éviter de traduire les métaphores et comparaisons de l’auteure par des clichés équivalents dans la langue d’arrivée, même si ce sont déjà des clichés dans la langue de départ. Qu’importe ? Les clichés des uns sont les joyaux des autres. Les mots des uns sont aussi une source précieuse de renseignements sur leurs valeurs mais, là, il y a des limites : pomme d’Adam restera pomme d’Adam, et un calme olympien est un calme olympien, même au Viêt-Nam. En revanche, nấu cơm et ăn cơm ne seront pas ‘préparer le riz’ ou le ‘manger,’ mais souvent ‘faire la cuisine’ et ‘déjeuner’ ou ‘dîner’ de même que ce serait vraiment inapproprié de traduire le ‘monsieur’ français par ‘my lord’ en anglais. L’art du traducteur consistera à établir des limites, mais le but de notre critique est de suggérer que cette limite se déplace de manière à rester un peu plus proche de la langue et, donc, des phénomènes localisés de la culture d’origine, non pas parce que cela constitue un but en soi, mais par désir de sauvegarde de cultures en voie de disparition. Il n’y a pas si longtemps, on devait se méfier du phénomène d’exotisme. La curiosité de colonisateur-voyeur, quelque fois mêlée de mépris pour le colonisé, presque toujours d’incompréhension pour sa culture et d’indifférence à son sort, étaient quelquefois exploités par l’écrivain ou l’artiste. Ce n’est pas le cas ici, loin de là. Mais il demeure dans cette traduction un trop grand effacement devant le lectorat visé dont on n’exige pas assez d’effort.

30Je ne défends pas, non plus, une nouvelle forme d’appropriation de la culture de l’autre par le savoir. Edouard Saïd avait très bien identifié cette forme d’exploitation et ce genre d’exotisme dont se rendaient coupables certains colonisateurs, sûrs dans leur arrogance de mieux connaître l’histoire, la géographie et l’archéologie du pays colonisé que ne le faisaient ses habitants eux-mêmes.

31La démarche recommandée ici n’est ni l’exotisme de l’ignorant, ni l’appropriation par le savoir du chercheur, mais la traduction très proche du texte et qui va vers l’auteur plutôt que vers le public, mais retourne au lecteur, en un dernier temps, dans le cercle que décrit Goethe lorsqu’il prône la littérature mondiale et son importance. Cette démarche sera justifiée, à nos yeux, non pas pour la saveur exotique qu’elle créera, mais par respect et curiosité pour la diversité des cultures, pour permettre au lecteur de l’ouvrage traduit de rentrer dans l’âme vietnamienne telle qu’elle s’exprime inconsciemment dans la langue, même à l’insu de l’autochtone.

32 Mes réflexions m’amènent, en outre, et d'une manière que je n’avais pas prévue, à une solution théorique à un problème qui me préoccupait depuis longtemps et qui est celui de la place des littératures de langues minoritaires dans les universités. Il me semble clair à la lumière de mes réflexions sur cette traduction que, dans la conjoncture actuelle de la mondialisation, et dans une prise de position contre elle, la traduction doive être le plus possible localisée – métaphores, comparaisons, références à la faune et à la flore, noms de lieux, titres, etc. D’autre part, en corollaire, il faut que les littératures d’expression minoritaire cessent d’être reléguées aux rarissimes cours de littérature mondiale ou postcoloniale, relégation qui revient, tout compte fait, à une véritable exclusion, et soient admis à titre égal dans les cours de littératures des langues majoritaires dans lesquelles elles ont été traduites.

Haut de page

Bibliographie

Berman, Antoine. L'épreuve de l'étranger. Culture et traduction dans l'Allemagne romantique. Paris : Gallimard, Essais.

Đặng Trần Phương, Interview du traducteur sur le site internet DCVonline : http://www.dcvonline.net/php/modules.php?name=News&file=categories&op=newindex&catid=35

Dương Thu Hương :

- « Hành trình ngày thơ ấu, site internet Việt Nam thư quán », Thư viện Online

- Itinéraire d’enfance. Paris : Sabine Wespieser, 2007.

- Au Zénith. Paris : Sabine Wespieser, 2009.

Said, Edward. Orientalism. New York : Vintage Books, 1979

Haut de page

Notes

1  La traduction mot à mot a été établie, à ma demande, par mon père, M. Truong Buu Khanh, qui m’aide dans l’apprentissage du vietnamien et qui s’intéresse vivement lui-même aux problèmes de la traduction, ayant été pendant plusieurs années traducteur, puis réviseur - mais, malheureusement, uniquement de l’anglais vers le français - à l’UNESCO. Mon père m’a donc envoyé le texte en vietnamien, ainsi que sa traduction mot à mot, au début, uniquement dans le cadre de mon apprentissage du vietnamien auprès de lui au téléphone – mes parents habitent en Bretagne, moi, à Toronto - et il s’agit d’un apprentissage de longue durée.

2  D’autres exemples figurent au chapitre 9 (Le vieillard qui gardait les canards) – Je sortis dans la cour me nettoyer les dents avec mes doigts et me laver la figure en me servant de ma main.  Ces détails ont été carrément omis.

3  Problème des dictons aussi : faut- il traduire ce dicton : Vắng chủ nhà gà mọc đuôi tôm, par Lorsque le maître de maison est absent, il pousse une queue de crevette au poulet ou  Lorsque le chat est absent,  les souris dansent ? Mieux vaut garder les noms de jeux, comme dans le chapitre Le vieillard qui gardait les canards : Seuls les vieilles femmes qui avaient la garde de leurs petits-enfants et les enfants, qui, en groupes bruyants, jouaient au  khăng  ou au đáo, étaient restées à la maison. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Mai Truong, « Pour la localisation des métaphores et des comparaisons dans la traduction des romans vietnamiens », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/288

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org