Navigation – Plan du site
Hommages

Poèmes de Jia Yi (Han antérieurs) et du Shijing

Hommage à Jacques Dars
Rémi Mathieu

Texte intégral

1En mémoire de Jacques Dars, qui m’a maintes fois, savamment autant qu’aimablement, accueilli dans sa collection « Connaissance de l’Orient », ces quelques poésies antiques cueillies dans le « Classique des Poèmes » (Shijing), à l’origine de toute écriture poétique en Chine, sont humblement offertes.

2On y ajoute In memoriam Qu Yuan du grand poète des Han, Jia Yi (~201-~169), qui composa cet éloge, en forme de fu,de l’éminent auteur du Chu ci, « Élégies de Chu » (homme de Chu au ~IVe s.), sur le chemin d’un exil forcé à Changsha qui lui évoqua cet illustre précédent. On sait que l’œuvre attribuée à Qu Yuan a été publiée dans la collection « Connaissance de l’Orient », précisément sous ce titre d’Élégies de Chu.

3Ce poème de Jia Yi est cité in extenso dans le Wenxuan, « Anthologie », de Xiao Tong (501-531), chapitre LX, auquel nous l’empruntons, dans l’édition Sibu congkan, à l’exception des quelques propos introductifs dont on s’est ici dispensé. Il est parfaitement régulier en vers de quatre pieds, un vers sur deux étant terminé par la particule poétique vide xi.

Diao Qu Yuan , « Hommage à la mémoire de Qu Yuan », par Jia Yi des Han antérieurs

[…]

  • 1  L’empereur Wen (r. ~179-~157) des Han l’avait exilé à Changsha, au Hunan, dans la même région qu (...)
  • 2  La Miluo est une rivière du Hunan, célèbre en raison de cet événement fondateur. Ladite rivière es (...)
  • 3  Rivière du Hunan dans laquelle se jette la Miluo. La Xiang est célèbre pour sa divinité, héroïne m (...)
  • 4  Litt. « les filets » (dans lesquels on tente de vous piéger), i.e. les calomniateurs jaloux de Qu (...)
  • 5  Sui était Bian Sui, un sage à qui le roi Tang 湯 des Shang voulut vainement céder le pouvoir. Yi ét (...)
  • 6  Zhi est le nom du célèbre brigand qui écumait les terres de Chine au ~VIIe s. Il est mentionné par (...)
  • 7  Moye fut une épée particulièrement effilée fondue par le métallurgiste Ganjiang et son épouse Moye (...)
  • 8  Ces tripodes étaient au nombre de neuf, symbolisant les neuf provinces archaïques de la Chine (rep (...)
  • 9  Ji est le nom propre d’un cheval qui parcourait mille lis par jour (voir plus bas, Qiji). C’est de (...)
  • 10  Il s’agit d’un bonnet de cérémonie peu compatible avec la fonction de chausse. Il faut bien sûr co (...)
  • 11  Jia Yi cite ici la partie terminale, dite Envoi, du plus célèbre poème de Qu Yuan, le Lisao 離騷 ; c (...)
  • 12  Les dragons sont souvent les divinités des gouffres et autres abysses. On trouve l’expression neuf (...)
  • 13  Jiao n’est pas clairement identifié ; il pourrait s’agit de pangolin ou de loutre, ce qui fait bin (...)
  • 14  L’image de la rainette est utilisée dans le chapitre XV, 3a, « Jiuhuai », du Chu ci, pour désigner (...)
  • 15  L’expression monde fangeux se rencontre plusieurs fois dans le même Chu ci où elle n’a pas nécessa (...)
  • 16  Qiji est un merveilleux coursier fréquemment évoqué dans le Chu ci et en d’autres textes anciens, (...)
  • 17  Il s’agit des neuf provinces créées par Yu le Grand ; l’expression désigne la Chine entière.
  • 18  Sorte de cétacé géant que mentionnent Zhuang zi, Lie zi, Huainan zi, ainsi qu’une glose du Chu ci.
  • 19  Esturgeon ou anguille, selon les gloses ; shan, zhan ou xun, selon les éditions. On trouve déjà me (...)
  • 20  Insectes traditionnellement assimilés aux êtres médiocres et aux « hommes de peu », quand les bale (...)

En voici le propos :
   
J’ai accepté avec respect la faveur accordée
De purger mon crime à Changsha1.
J’y ai ouï dire que Qu Yuan
S’était immergé dans la Miluo2.
Je suis allé confier au courant de la Xiang3
Mes respectueuses condoléances à ce seigneur
Qui, ayant rencontré les pièges de son siècle4,
Résolut d’y perdre la vie.
   
Hélas ! Ah ! Quel malheur !
Il s’est ainsi heurté à une funeste époque :
Tandis que les phénix se terraient sur le sol,
Les hiboux et les chouettes voltigeaient dans les airs !
Tandis que les vauriens étaient comblés d’honneurs
Et que les flagorneurs réalisaient leurs vœux,
Les sages et les saints étaient tous contrariés,
Et les hommes loyaux remplacés [par des fourbes].
L’époque affirmait que Sui, Yi étaient impurs5,
Osant prétendre que Zhi, Jiao étaient intègres6.
Tandis que la Moye fut jugée émoussée,7
Le coutelas de plomb fut vu comme acéré.
Hélas ! Ah ! Quel malheur ! Combien il fut déçu !
Que sa vie fut alors privée de tout son sens !
Tandis qu’on rejetait les tripodes des Zhou8,
On faisait un trésor de calebasses vides.
On attelait aux chars des bovins éreintés,
Aux places des coursiers des ânes qui boitaient.
Dès lors, les étalons baissaient leurs deux oreilles9
En tractant lourdement des chariots de sel.
Si l’on chausse son pied d’un bonnet [de soie noire],
On ne pourra longtemps progresser pas à pas10 !
Hélas ! Quelle douleur ! Un homme comme vous
S’éloigna, solitaire, de ces calamités.
Votre envoi a bien dit11 :
« C’en est assez ! Personne en ce pays qui me comprenne… »
Amer et solitaire, avec qui en parler ?
Le phénix volette, franchissant les hauteurs,
Il s’élève paisible et disparaît au loin,
Observe le dragon esprit des neuf abîmes12
Pour se cacher au gouffre et s’y mieux protéger,
En un lieu retiré, se détourner des loutres13.
Pourquoi suivre rainettes, sangsues ou vers de terre14 ?
La divine vertu d’un saint homme apprécie
De se soustraire enfin à ce monde fangeux15.
Si l’on peut attacher et brider un Qiji16,
Le croit-on différent d’un chien ou d’une chèvre ?
Trop longtemps accablé pour quitter ces rancœurs,
Vous avez, cher maître, votre part des méfaits !
Parcourir neuf provinces et en servir les princes17,
Pourquoi affectionner la seule capitale ?
Car le phénix vole, mille aunes d’altitude,
Il descend dès qu’il voit l’éclat de la vertu ;
Observant les périls d’une maigre vertu,
Il s’éloigne en battant des ailes dans le ciel.
Cette mare souillée large de quelques brasses
Où logerait-elle un poisson mangeur de jonques18 ?
Esturgeons et baleines, s’ils sont en la rivière19,
C’est qu’ils sont conduits par fourmis et courtilières20 !

Shijing, « Classique des Poèmes »

4Quelques poèmes des Zhou, dans la première partie de ce livre canonique, dite « Guo feng » ou « Airs des principautés », et dans la seconde, dite « Xiao ya » ou « Petites cérémonies », concernent les hommages rendus aux défunts de haute valeur. On en a ici retenu certains vers ainsi que le seul poème du Shi qui fît référence à l’étude, en mémoire du fin lettré que fut Jacques Dars, amateur de prose comme de poésie chinoises anciennes.

Huangniao, « L’Oiseau jaune21 »

  • 21  Poème n° 131 de la première partie, dite « Guofeng », du Shijing. On y regrette la mort d’hommes d (...)
  • 22  Accompagner dans la mort, être sacrifié sur sa tombe, comme c’était l’usage avant la révolution mo (...)
  • 23  La famille Ziche était fameuse à Qin. Ce Yanxi n’est pas mieux connu. Il y a deux vers dans le tex (...)
  • 24  On note que ce n’est pas le sacrifice humain qui est condamné pour accompagner le défunt, mais la (...)
  • 25  On peut le supposer frère du précédent et du suivant.
  • 26  Voir la note précédente.

L’oiseau jaune décrit des orbes dans les airs,
Puis soudain il se pose en haut d’un jujubier.
Qui accompagnera le prince Mu [de Qin]22 ?
C’est ce Ziche Yanxi, ce Yanxi justement23,
Parmi les officiers, en vaut bien jusqu’à cent.
Mais voilà qu’il s’approche au caveau funéraire,
Et que, saisi d’angoisse, tremble de tous ses membres.
C’est donc ce ciel si bleu, d’azur céruléen,
Qui nous fait supprimer cet homme de qualité !
S’il était possible de racheter sa vie,
Nous en donnerions cent pour le prix de la sienne24 !
   
L’oiseau jaune décrit des orbes dans les airs,
Puis soudain il se pose tout en haut d’un mûrier.
Qui accompagnera le prince Mu [de Qin] ?
C’est ce Ziche Zhonghang, ce Zhonghang justement25,
Parmi les officiers, tient tête jusqu’à cent.
Mais voilà qu’il s’approche au caveau funéraire,
Et que, saisi d’angoisse, tremble de tous ses membres.
C’est donc ce ciel si bleu, d’azur céruléen,
Qui nous fait supprimer cet homme de qualité !
S’il était possible de racheter sa vie,
Nous en donnerions cent pour le prix de la sienne !
   
L’oiseau jaune décrit des orbes dans les airs,
Puis soudain il se pose en haut d’un gattilier.
Qui accompagnera le prince Mu [de Qin] ?
C’est ce Ziche Qianhu, ce Qianhu justement26,
Parmi les officiers, il fait front contre cent.
Mais voilà qu’il s’approche au caveau funéraire,
Et que, saisi d’angoisse, tremble de tous ses membres.
C’est donc ce ciel si bleu, d’azur céruléen,
Qui nous fait supprimer cet homme de qualité !
S’il était possible de racheter sa vie,
Nous en donnerions cent pour le prix de la sienne !

Shijiu, « Le Coucou27 »

  • 27  Poème n° 152 de la partie « Guo feng » du Shijing. Hommage à un homme de bien exceptionnel. Le cou (...)
  • 28  Précisément « gris cavecé de noir », le terme s’applique d’ordinaire à la robe d’un cheval, ici à (...)
  • 29  Litt. « les quatre [régions du] pays », i.e. la principauté ou le pays en son entier. On trouve ce (...)
  • 30  Vœu que la fonction de cet « homme de bien » se poursuive pendant dix mille ans. La formulation n’ (...)

Le coucou se trouve au mûrier,
Il veille sur ses sept petits.
L’homme parfait, homme de bien,
N’a qu’une règle de conduite.
S’il n’a qu’une seule conduite,
Son cœur peut y être attaché.
   
Le coucou se trouve au mûrier,
Ses petits sur l’abricotier.
L’homme parfait, homme de bien,
Porte une ceinture de soie.
S’il porte ceinture de soie,
Il peut avoir bonnet grisé28.
   
Le coucou se trouve au mûrier,
Ses petits sur le jujubier.
L’homme parfait, homme de bien,
Tient sa conduite sans écart.
Si sa conduite est sans écart,
Il peut bien régler ce pays29.
   
Le coucou se trouve au mûrier,
Ses petits sur le coudrier.
L’homme parfait, homme de bien,
Sait régler ces gens du pays.
S’il règle ces gens du pays,
Il peut le faire dix mille ans30 !

Xin Nan shan, « Vraiment cette montagne au sud31 »

  • 31  Hymne écrit en l’honneur d’un site sacré fondé par Yu le Grand, associé à l’hommage à un ancêtre d (...)
  • 32  Yu, le fondateur de la dynastie des Xia, est censé avoir organisé et gouverné la Chine. Ladite mon (...)
  • 33  Noter l’emploi du verbe li , « mettre en ordre », étymologie du mot employé plus tard par les phi (...)
  • 34  Litt. « elle engendre pour nous les cent grains », c’est-à-dire toutes les espèces de céréales. L’ (...)
  • 35  Comprendre « boire et manger ». On faisait de l’alcool avec les grains de millet ou de sorgho (Chi (...)
  • 36  Le cadavre (shi ) est le représentant du défunt qui ingère les offrandes en ses lieu et place.
  • 37  Ce champ était situé au centre d’un ensemble de neuf, chacun étant cultivé par une famille. Le cha (...)
  • 38  Animal de couleur uniforme à robe rousse. Confucius en fait mention dans le Lunyu, VI-6, 116 (trad (...)
  • 39  Afin d’attester que la couleur de la robe était belle et convenable. Cette incision se faisait prè (...)
  • 40  La graisse était brûlée avec de l’armoise, à odeur forte, pour que leurs arômes montent jusqu’aux (...)
  • 41  Ce souhait (parfois un vœu) est souvent présent dans le Shijing (six occurrences sous cette seule (...)

Vraiment cette montagne au sud
Fut gouvernée par le grand Yu32.
Jadis, on défricha ses plaines,
Et les descendants les cultivent.
Je les borne, je les ordonne33
Et ce sont champs au sud, à l’est.
   
Le ciel rassemble les nuées,
Pluies et neiges tombent en nombre,
Auxquelles s’ajoutent les bruines.
Humidifiée et bonifiée,  
Imbibée et saturée d’eau,
La terre nous donne tous ses grains34.
   
Les talus sont bien alignés,
Tous les millets sont florissants,
Et les descendants les moissonnent
Pour en faire alcool et bouillie35.
J’en offre au cadavre et aux hôtes36.
J’aurai dix mille années de vie !
   
Au champ central est la cabane37 ;
Les talus sont plantés de courges
Que j’épluche et mets en saumure.
J’en fais présent à mes ancêtres,
Leurs descendants aux longues vies
Reçoivent les bienfaits du ciel.
   
Je fais présent de liqueur pure,
J’amène ensuite un taureau roux38.
Pour le présenter aux ancêtres,
Je tiens le couteau à sonnailles,
Pour inciser ses quelques poils39,
Pour prendre son sang et sa graisse40.
   
Je les présente et fais l’offrande
Qui répand des odeurs suaves.
Le sacrifice est excellent,
L’ancêtre est plein de majesté.
J’en recevrai de grands bonheurs :
Dix mille années de vie sans fin41 !

Lu ming, « Les Cerfs brament42 »

  • 42  Ce poème est l’un des plus célèbres du Shijing. Il appartient à la seconde partie de l’œuvre, dite (...)
  • 43  Le texte chinois donne l’onomatopée you-you 呦呦qui évoquerait le brame du cerf. L’interprétation tr (...)
  • 44  « Cithare », se, à cinq ou quinze cordes, que Confucius étudia en son temps, selon le Lunyu, XVII- (...)
  • 45  « Flûte », huang, litt. « anche [languette] de flûte », et, par synecdoque, la flûte elle-même.
  • 46  On en ignore le contenu. Peut-être des grains, symboles de prospérité.
  • 47  Il s’agit d’une autre sorte d’armoise : ici hao , Artemisia apiacea Hance, et plus haut, au § 1 : (...)
  • 48  Qin pourrait être ici l’actuelle huangqin 黃芩, « scutellaire », sinon une plante aquatique qui ne c (...)
  • 49  Le qin n’est pas vraiment un « luth », mais une cithare sur table de plus petite taille que le se. (...)

Les cerfs brament [dans la forêt]43,
Broutent l’armoise dans le pré.
Nous avons d’excellents convives ;
On joue cithare et orgue à bouche44,
On joue pour eux l’orgue et la flûte45.
Je leur offre paniers carrés46 ;
Ils m’en aimeront pour cela,
Me montreront le droit chemin.
   
Les cerfs brament [dans la forêt],
Broutent l’armoise dans le pré47.
Nous avons d’excellents convives ;
Le bruit de leur vertu résonne,
Ils enseignent aux gens à se montrer constants,
Sont, pour hommes de bien, modèles et exemples.
Nous avons ici de délicieux alcools,
Pour divertir ainsi nos excellents convives.
   
Les cerfs brament [dans la forêt],
Broutent la scutellaire au pré48.
Nous avons d’excellents convives ;
On joue pour eux cithare et luth49,
On joue pour eux cithare et luth.
Harmonies et joies sont intenses.
Nous avons ici de délicieux alcools,
Pour réjouir le cœur de nos excellents hôtes !

Jingjing zhe wo, « Des Armoises luxuriantes50 »

  • 50  
  • 51  Cette espèce d’armoise, e , n’est pas clairement identifiée. Elle passe cependant pour comestible (...)
  • 52  Même formulation au poème n° 228. Sachant que le terme junzi ne désigne, à l’époque préconfucianis (...)
  • 53  Litt. « des centaines [d’ensembles de deux] cauris appariés » (étymologie du mot peng , « ami, co (...)
  • 54  Vers cité, à titre illustratif, dans la glose du Chu ci, « Jiutan », XVI, 29b, sans variante. Le p (...)

Des armoises luxuriantes51
Poussent au milieu des versants.
Quand je vois cet homme de bien,
Joyeux, je le prends pour modèle52.
   
Des armoises luxuriantes
Poussent au milieu des îlots.
Quand je vois cet homme de bien,
Mon cœur alors s’en réjouit.
   
Des armoises luxuriantes
Poussent au milieu des collines.
Quand je vois cet homme de bien,
C’est comme si j’avais cent cauris53 !
   
Ballottée par le flot, la barque en peuplier54,
Sombre à nouveau, à nouveau flotte.
Quand je vois cet homme de bien,
Mon cœur alors s’apaise enfin.

Jing zhi, « Honorez-le55 ! »

  • 55  
  • 56  Ne croyez pas que le Ciel soit trop lointain pour vous observer et vous juger.
  • 57  L’expression « monter, descendre », zhi jiang 陟降, est amphibologique : elle désigne, à la fois, le (...)
  • 58  Poème cité, sans variantes, dans le Huainan zi, XIX, 13b et 22a (trad. A. Cheng, dans Philosophes (...)

Honorez-le, honorez-le !
La règle du Ciel est connue,
Son mandat n’est jamais aisé !
Ne dites pas : « Il est trop haut !56 » ;
Monter, descendre est sa fonction57.
Chaque jour il veille à ces lieux.
   
Je suis comme un petit enfant
Qui n’entend pas ce qui s’honore.
Mais tous les jours de chaque mois,
J’étudie brillamment [pour aller] vers une lumière58
Qui m’aide à porter mes fardeaux,
Montrant le chemin glorieux de la vertu.

Haut de page

Notes

1  L’empereur Wen (r. ~179-~157) des Han l’avait exilé à Changsha, au Hunan, dans la même région que celle où fut relégué Qu Yuan (~343-~279 ?), le premier poète connu de l’Antiquité chinoise préimpériale.

2  La Miluo est une rivière du Hunan, célèbre en raison de cet événement fondateur. Ladite rivière est plusieurs fois mentionnée dans différents chapitres du Chu ci, évidemment postérieurs à Qu Yuan.

3  Rivière du Hunan dans laquelle se jette la Miluo. La Xiang est célèbre pour sa divinité, héroïne mythique chantée par Qu Yuan sous l’appellation de « Princesse de la Xiang », dans le chapitre II, dit « Jiuge », du Chu ci.

4  Litt. « les filets » (dans lesquels on tente de vous piéger), i.e. les calomniateurs jaloux de Qu Yuan, en poste à la cour de Chu.

5  Sui était Bian Sui, un sage à qui le roi Tang 湯 des Shang voulut vainement céder le pouvoir. Yi était Boyi, un parangon de vertu qui, plutôt que de servir la nouvelle dynastie des Zhou, préféra se laisser mourir de faim avec son frère Shuqi au mont Shouyang.

6  Zhi est le nom du célèbre brigand qui écumait les terres de Chine au ~VIIe s. Il est mentionné par les grands auteurs comme Zhuang zi, Meng zi ou Xun zi. Jiao est Zhuang Jiao qui serait un autre bandit, général de Chu au ~IVe s., sur lequel on dispose de peu d’informations, à l’exception de Xun zi, XV, 183 et 187 (trad. R. Mathieu, in Philosophes confucianistes, C. Le Blanc & R. Mathieu éd. Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2009, p. 985 et 993) et de Huainan zi, XI, 2a (trad. R. Mathieu, Philosophes taoïstes II, C. Le Blanc & R. Mathieu éd., Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2003, p. 470 et n. 3).

7  Moye fut une épée particulièrement effilée fondue par le métallurgiste Ganjiang et son épouse Moye. Son nom est fréquemment évoqué dans les textes anciens, comme le Huainan zi, IX, 6b et X, 6b...

8  Ces tripodes étaient au nombre de neuf, symbolisant les neuf provinces archaïques de la Chine (représentées sur la panse de ces bronzes), au temps de Yu le Grand, le mythique empereur fondateur de la dynastie des Xia. Ils furent transmis aux Zhou comme symboles du pouvoir royal.

9  Ji est le nom propre d’un cheval qui parcourait mille lis par jour (voir plus bas, Qiji). C’est devenu un nom commun désignant les meilleurs étalons.

10  Il s’agit d’un bonnet de cérémonie peu compatible avec la fonction de chausse. Il faut bien sûr comprendre : si l’on inverse durablement l’usage des choses et l’emploi des hommes…

11  Jia Yi cite ici la partie terminale, dite Envoi, du plus célèbre poème de Qu Yuan, le Lisao 離騷 ; court paragraphe intitulé Luan par Qu Yuan, quand Jia Yi parle de Xin , « Conclusion », ou « Final », résumant le poème. Nous renvoyons à notre traduction, publiée sous la responsabilité de J. Dars, dans « Connaissance de l’Orient », 2004, p. 60, avec les notes correspondantes. Les deux textes diffèrent quelque peu sur ce seul vers.

12  Les dragons sont souvent les divinités des gouffres et autres abysses. On trouve l’expression neuf abîmes dans le Lie zi, II § 13, 23 (trad. R. Mathieu, Lie tseu. L’Authentique Classique de la Parfaite Vacuité, Paris, Entrelacs, 2012, p. 124 et n. 183), et dans le Huainan zi, IV, 2b (trad. R. Mathieu, in Philosophes taoïstes II, op. cit., p. 164), où cela ne renvoie pas aux mêmes gouffres.

13  Jiao n’est pas clairement identifié ; il pourrait s’agit de pangolin ou de loutre, ce qui fait binôme avec le terme ta qui suit. On ne sache pas que la loutre fasse mauvais commerce avec le phénix.

14  L’image de la rainette est utilisée dans le chapitre XV, 3a, « Jiuhuai », du Chu ci, pour désigner les médiocres qui entourent le prince.

15  L’expression monde fangeux se rencontre plusieurs fois dans le même Chu ci où elle n’a pas nécessairement une valeur taoïsante, mais simplement celle d’une dénonciation des bassesses de la cour princière.

16  Qiji est un merveilleux coursier fréquemment évoqué dans le Chu ci et en d’autres textes anciens, tels le Xun zi, le Huainan zi… Ces vers sont repris par Yang Xiong 揚雄 (~53-18), dans son Taixuan fu 太玄賦, « Rhapsodie du Grand Mystère », mais avec l’exemple de la licorne, autre symbole du lettré vertueux.

17  Il s’agit des neuf provinces créées par Yu le Grand ; l’expression désigne la Chine entière.

18  Sorte de cétacé géant que mentionnent Zhuang zi, Lie zi, Huainan zi, ainsi qu’une glose du Chu ci.

19  Esturgeon ou anguille, selon les gloses ; shan, zhan ou xun, selon les éditions. On trouve déjà mention de ces animaux aquatiques et marins dans le Chu ci, XV, 3a (trad. R. Mathieu, op. cit., p. 236 et n. 4). Rivière ou fleuve Bleu, Jiang ; le texte ajoute « lac », ce qui fait préférer la première lecture.

20  Insectes traditionnellement assimilés aux êtres médiocres et aux « hommes de peu », quand les baleines et autres grands esturgeons symbolisent les « hommes de bien », comme le poète.

21  Poème n° 131 de la première partie, dite « Guofeng », du Shijing. On y regrette la mort d’hommes de grande qualité, sacrifiés ici sur la tombe du prince Mu de Qin. L’oiseau jaune est sans doute le loriot.

22  Accompagner dans la mort, être sacrifié sur sa tombe, comme c’était l’usage avant la révolution morale confucéenne. -- Le duc Mu régna sur Qin de ~659 à ~621. C’est son fils Kang qui prit cette décision funeste.

23  La famille Ziche était fameuse à Qin. Ce Yanxi n’est pas mieux connu. Il y a deux vers dans le texte chinois.

24  On note que ce n’est pas le sacrifice humain qui est condamné pour accompagner le défunt, mais la mise à mort d’un homme d’exception qui en vaut bien « cent » autres. Voir aussi plus bas §§ 2 et 3.

25  On peut le supposer frère du précédent et du suivant.

26  Voir la note précédente.

27  Poème n° 152 de la partie « Guo feng » du Shijing. Hommage à un homme de bien exceptionnel. Le coucou est censé s’occuper de ses petits avec attention et constance, quelles que soient les circonstances ; certains commentateurs y voient la tourterelle. Ce poème est cité dans le Xun zi, I, 6 (trad. R. Mathieu, op. cit., p. 699 et n. 28).

28  Précisément « gris cavecé de noir », le terme s’applique d’ordinaire à la robe d’un cheval, ici à la coiffe d’un dignitaire. On note que l’homme de bien, avant Confucius, est « ceinturé de soie » et « coiffé d’un bonnet » ; c’est, au moins un officier de cour, au plus un dignitaire.

29  Litt. « les quatre [régions du] pays », i.e. la principauté ou le pays en son entier. On trouve cette expression dans le Xun zi, X, 129, et XXIV, 303 (trad. R. Mathieu, op. cit., p. 888 et 1196), qui s’en inspire sans doute, comme le Daxue 大學, « La Grande Étude », 5a (trad. R. Mathieu, op. cit., p. 561).

30  Vœu que la fonction de cet « homme de bien » se poursuive pendant dix mille ans. La formulation n’est pas rare dans le Shijing, mais elle envisage plus volontiers une longévité de « dix mille années de vie ! », wan shou 萬壽, comme on le voit, par exemple, dans un des poèmes qui suit, le Xin Nan shan.  

31  Hymne écrit en l’honneur d’un site sacré fondé par Yu le Grand, associé à l’hommage à un ancêtre défunt. Poème n° 210 du Shijing.

32  Yu, le fondateur de la dynastie des Xia, est censé avoir organisé et gouverné la Chine. Ladite montagne semble située au sud de la capitale d’alors, Hao , au Shaanxi. Elle paraît être mentionnée dans le poème d’amour n° 19 de la partie « Guo feng » du Shijing.

33  Noter l’emploi du verbe li , « mettre en ordre », étymologie du mot employé plus tard par les philosophes comme « raison, donner un ordre [aux choses] ». Il est utilisé dans ce même sens aux poèmes n° 237 et 262, également avec le verbe jiang , « borner, limiter (un champ) ». L’origine de ce terme viendrait du mot li , désignant la longueur de ces talus, affirment les gloses. Ces vers sont cités dans le Zuo zhuan, « Commentaire de Zuo [sur le Chunqiu de Lu] », 2e année du duc Zheng, 6e mois, été, § 3 (trad. S. Couvreur, La Chronique de la principauté de Lou, Paris-Leiden, Les Belles Lettres-E. J. Brill, coll. « Cathasia », 1951, t. II, p. 17). L’idée est ensuite que les champs s’étendent N-S et E-O.

34  Litt. « elle engendre pour nous les cent grains », c’est-à-dire toutes les espèces de céréales. L’expression est courante dans les textes anciens ; par ex., chez Meng zi [Mencius], III A-3, 196, ou chez Xun zi, XXVII, 335 (trad. C. Le Blanc, Philosophes confucianistes, op. cit., p. 357, et R. Mathieu, ibid., p. 1260). L’idée est que la nature (terre et ciel) agit pour le bien des hommes.

35  Comprendre « boire et manger ». On faisait de l’alcool avec les grains de millet ou de sorgho (Chine du Nord), mais l’utilisation première est bien sûr celle de la bouillie ou de la soupe de grains.

36  Le cadavre (shi ) est le représentant du défunt qui ingère les offrandes en ses lieu et place.

37  Ce champ était situé au centre d’un ensemble de neuf, chacun étant cultivé par une famille. Le champ central était commun et occupé par une cabane d’intérêt rituel pour les deuils.

38  Animal de couleur uniforme à robe rousse. Confucius en fait mention dans le Lunyu, VI-6, 116 (trad. C. Le Blanc, Philosophes confucianistes, op. cit., p. 81).

39  Afin d’attester que la couleur de la robe était belle et convenable. Cette incision se faisait près de l’oreille.

40  La graisse était brûlée avec de l’armoise, à odeur forte, pour que leurs arômes montent jusqu’aux ancêtres défunts. Les gloses détaillent la procédure rituelle complexe de l’opération.

41  Ce souhait (parfois un vœu) est souvent présent dans le Shijing (six occurrences sous cette seule forme). Il témoigne de l’ancienneté de cette aspiration à la longue vie, formulée bien avant l’espoir de l’immortalité sous les Royaumes combattants. Voir aussi plus haut §§ 3 et 4.

42  Ce poème est l’un des plus célèbres du Shijing. Il appartient à la seconde partie de l’œuvre, dite « Xiaoya », « Petites cérémonies », et porte le n° 161. Il chante la qualité de certains hommes, lettrés et officiers de valeur, à la table du prince. Il est fréquemment cité dans les gloses des ouvrages classiques à titre de modèle. Les lettrés reçus à l’examen de doctorat étaient conviés à un banquet dit justement « Lu ming ».

43  Le texte chinois donne l’onomatopée you-you 呦呦qui évoquerait le brame du cerf. L’interprétation traditionnelle veut que lesdits cerfs brament « de concert » ; en fait, ils brament les uns contre les autres, pour défendre leur territoire et leurs « droits » sur la harde des femelles, ce qui n’est pas tout à fait le sens que recherche ici le poète.

44  « Cithare », se, à cinq ou quinze cordes, que Confucius étudia en son temps, selon le Lunyu, XVII-18, 380. « Orgue à bouche », sheng, flûte à treize ou quinze tuyaux. On en trouve mention dans le Huainan zi, V, 6a et 7a, VIII, 15a, et IX, 27a.

45  « Flûte », huang, litt. « anche [languette] de flûte », et, par synecdoque, la flûte elle-même.

46  On en ignore le contenu. Peut-être des grains, symboles de prospérité.

47  Il s’agit d’une autre sorte d’armoise : ici hao , Artemisia apiacea Hance, et plus haut, au § 1 : ping , Artemisia sp., terme plus général.

48  Qin pourrait être ici l’actuelle huangqin 黃芩, « scutellaire », sinon une plante aquatique qui ne correspondrait pas trop au contexte.

49  Le qin n’est pas vraiment un « luth », mais une cithare sur table de plus petite taille que le se. Il est mentionné dans le tout premier poème du Shijing, « Guanju ».

50  

 Poème écrit en hommage à un homme de valeur, « homme de bien », selon la terminologie adoptée ici. Poésie n° 176 de la section « Xiaoya » du Shijing.

51  Cette espèce d’armoise, e , n’est pas clairement identifiée. Elle passe cependant pour comestible.

52  Même formulation au poème n° 228. Sachant que le terme junzi ne désigne, à l’époque préconfucianiste du Shijing, qu’un homme de valeur (général, époux, bien-aimé, homme vertueux à un titre ou à un autre, etc.) et non un « humaniste », selon l’éthique de Confucius.

53  Litt. « des centaines [d’ensembles de deux] cauris appariés » (étymologie du mot peng , « ami, compagnon »). Voir le Huainan zi, XII, 17a (trad. C. Le Blanc, dans Philosophes taoïstes II, op. cit., p. 563). On sait que les cauris servaient de pièces de monnaie dans l’Antiquité, jusqu’au début de l’Empire.

54  Vers cité, à titre illustratif, dans la glose du Chu ci, « Jiutan », XVI, 29b, sans variante. Le peuplier était fréquemment employé à cet usage de construction navale, à cause de sa forte résistance à l’eau. Comme souvent, la barque symbolise le cœur de l’auteur, balloté par les aléas de l’existence.

55  

 Poème n° 288 de la dernière partie, dite « Song », « Éloges », du Shijing, comprenant deux versets de vers possédant généralement quatre pieds, un sept pieds, un six et un cinq pieds, largement rimés. Il s’agit d’un hommage au Ciel qui dicte ses lois et son « mandat », ming 命, si peu « aisé » à conserver (vers 3). C’est le roi Cheng des Zhou (r. ~1115-~1078 ?) qui est censé parler.

56  Ne croyez pas que le Ciel soit trop lointain pour vous observer et vous juger.

57  L’expression « monter, descendre », zhi jiang 陟降, est amphibologique : elle désigne, à la fois, les mouvements ascendants et descendants de la puissance céleste (le va-et-vient de ses souffles et de son influence), mais aussi la promotion et la destitution des officiers. Une glose comprend d’ailleurs « nos fonctions » (pour nous surveiller).

58  Poème cité, sans variantes, dans le Huainan zi, XIX, 13b et 22a (trad. A. Cheng, dans Philosophes taoïstes II, op. cit., p. 928 et 937). Noter ici le rôle de l’étude, centrale dans la morale et la pratique confucianistes. Selon les interprétations, on peut comprendre que ce sont l’étude, le Ciel, voire les ministres du roi qui l’aident à progresser sur cette voie vertueuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Mathieu, « Poèmes de Jia Yi (Han antérieurs) et du Shijing », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ideo.revues.org/293

Haut de page

Auteur

Rémi Mathieu

CNRS, CRCAO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org