Navigation – Plan du site

Texte intégral

1De 2006 à 2010, la Jeune équipe LEO2T « Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction », que j’avais l’honneur de diriger à l’université de Provence, a travaillé d’arrache-pied pour tenter de comprendre comment les langues d’Asie - ou tout au moins celles qui étaient dans son champ d’étude, le chinois, le vietnamien, le coréen et le japonais, le hindi et le thaï, se prêtaient à la traduction littéraire vers le français, malgré l’éloignement géographique, les écarts culturels, les réalités considérées généralement comme « intraduisibles ». Sans laisser de côté la théorie, chacun s’est attaché de montrer comment la pratique de la traduction littéraire parvenait la plupart du temps à trouver des solutions plus ou moins convaincantes pour que les chefs d’œuvres écrits dans ces langues soient accessibles aux lecteurs francophones. A partir de là, les problèmes de réception des œuvres traduites, du contexte historique, de l’édition des traductions sont apparues comme des problèmes fondamentaux permettant de comprendre l’histoire de la traduction littéraire des langues d’Asie et leur réception.

2En 2009, le colloque international « Le roman en Asie et ses traductions » s’est tenu dans un contexte très particulier puisqu’il s’est déroulé en collaboration avec la Cité du Livre d’Aix-en-Provence et l’association Les Ecritures Croisées, organisatrices d’une grande fête du livre sur le thème « L’Asie des écritures croisées : un vrai roman ». A cette occasion, le public aixois a pu rencontrer pendant trois jours les écrivains Bao Ninh (Vietnam), Kim Young-Ha (Corée), Chart Korbjitti (Thaïlande), Lee Seung-U (Corée), Li Ang (Taïwan), Minaé Mizumura (Japon), Yoko Tawada (Japon), Thuân (Vietnam), Xu Xing (Chine). Ecrivains, traducteurs littéraires, éditeurs, grand public ont pu à cette occasion échanger et dialoguer au sujet du roman asiatique et ses traductions.

3La Jeune équipe LE02T, issue elle-même de la Jeune équipe « Littératures chinoises, textes et traductions », s’est ensuite fondue avec l’Irsea, l’Institut sur le Sud-Est asiatique pour devenir une nouvelle entité : l’IrAsia, l’Institut de recherches asiatiques, au sein de la nouvelle université Aix-Marseille Université, née le 1er janvier 2011. A présent, au sein de l’IrAsia, l’axe de recherche sur les littératures d’Asie, leur traduction, leur réception, leur histoire continue ses travaux en entretenant un contact permanent avec les chercheurs de l’IrAsia, anthropologues, historiens, sociologues pour qui le « fait » littéraire est un sujet d’étude tout aussi important que les relations sociales, la ville ou les migrations en Asie. De leur côté, les chercheurs en littérature n’oublient jamais qu’avant tout la littérature (et ses traductions) appartiennent au domaine de l’esthétique et de la sensibilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noël Dutrait, « Editorial », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 05 janvier 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Noël Dutrait

Directeur de l'IrAsia, CNRS-AMU

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org