Navigation – Plan du site
Hommages

Hong Mai et ses Chroniques de Yijian (Yijian zhi)

Alain Rousseau

Texte intégral

Présentation

  • 1  Traduit partiellement en français sous la direction de Rémi Mathieu sous le titre À la recherche d (...)

1Homme de lettres et haut fonctionnaire de la dynastie des Song du Sud, né à Boyang dans la province actuelle du Jiangxi, Hong Mai 洪邁 (1123–1202) était d’âgé d’à peine plus de vingt ans quand il entreprit de coucher sur le papier et de réunir en volume sous le titre générique de Chroniques de Yijian (en chinois : Yijian zhi 夷堅志) toutes sortes d’historiettes curieuses et d’anecdotes insolites qu’il recueillait à droite et à gauche, aidé en cela par un vaste réseau d’informateurs et de correspondants qui lui communiquaient soit oralement, soit par écrit des centaines d’histoires qu’ils avaient entendu conter ici et là, ou dont ils affirmaient avoir été eux-mêmes les protagonistes. Ces histoires, Hong Mai les réécrivait ensuite dans une belle langue classique admirable de concision, dans la tradition de celle des zhiguai 志怪, ces « relations de faits étranges » qui fleurirent tout au long de l’époque des Six Dynasties (iiievie siècles) et bien au-delà, et qui constituent une forme littéraire dont le Soushenji 搜神記 de Gan Bao 干寶 (mort en 336) est une des grandes figures emblématiques1.

  • 2  Yijian est un personnage cité dans le Liezi 列子, célèbre recueil d’inspiration taoïste de date ince (...)

2Scribe de merveilles à l’instar de ce légendaire Yijian auquel il s’identifie symboliquement2, Hong Mai a ainsi collecté et mis en forme pendant près de soixante ans, soit quasiment jusqu’à sa mort, des milliers et des milliers de courts récits sur les sujets les plus variés, avec une très nette prédilection pour l’étrange et le surnaturel : les Chroniques regorgent en effet de fantômes et de démons, de magiciens et de sorciers, de créatures célestes et infernales, de rêves prémonitoires, de châtiments et de récompenses divines, d’incursions dans le monde des morts, d’abordages dans des contrées inconnues, d’animaux fabuleux, de naissances phénoménales, de guérisons miraculeuses, et bien d’autres encore. C’est donc tout le spectre de l’étrange qui, dans ces Chroniques de Yijian, est balayé d’un bout à l’autre avec d’infinies variations, non sans qu’une place importante y soit faite à des anecdotes dont tout élément surnaturel ou fantastique est absent : on y trouve ainsi, pêle-mêle, des portraits de redresseurs de torts et d’assassins, des recettes médicinales, des descriptions de coutumes locales, des énigmes, des poèmes, des anecdotes tantôt moralisantes, tantôt satiriques, sans parler bien sûr des faux fantômes et des faux démons, des faux magiciens et des faux sorciers, etc.

  • 3  Le Youyang zazu a été partiellement traduit en anglais par Carrie E. Reed dans Chinese Chronicles (...)
  • 4  Sur le Taiping guangji, voir notamment l’article de Solange Cruveillé, « Études et traductions occ (...)

3L’entreprise de Hong Mai n’a à vrai dire rien de très original en soi dans l’histoire des lettres chinoises, puisque c’est par dizaines, par centaines même que les recueils de mirabilia sont venus s’ajouter les uns aux autres au cours des siècles, bien avant que Hong Mai n’entre à son tour dans la carrière : loin d’innover, les Chroniques de Yijian continuent en fait une tradition presque déjà millénaire à leur époque, dont les plus beaux fleurons, en sus du Soushenji déjà cité, ont pour noms Youminglu 幽明錄 (« Récits du clair et de l’obscur ») de Liu Yiqing 劉義慶 (401–443), Yiyuan 異苑(« Jardin des merveilles ») de Liu Jingshu 敬叔撰 ( ?–486), Shuyiji 述異記 (« Relations de choses étranges ») de Zu Chongzhi 祖沖之 (429–500), Guangyiji 廣異記 (« Vaste recueil d’étrangetés ») de Dai Fu 戴孚 (viiième siècle), ou encore Youyang zazu 酉陽雜俎 (« Miscellanées de Youyang ») de Duan Chengshi 段成式 (mort en 862), ce dernier étant le grand modèle que Hong Mai admirait entre tous3. Aucun de ces recueils, ni aucun autre d’ailleurs, ne peut toutefois rivaliser avec les Chroniques de Yijian pour ce qui est de leurs vastes dimensions ni de la variété des thèmes traités, sauf peut-être le Taiping guangji 太平廣記4, mais le Taiping guangji est une collection de plusieurs milliers de textes piochés dans des centaines de recueils d’auteurs différents et non l’œuvre d’un seul homme comme le sont les Chroniques de Yijian.

4La publication des Chroniques de Yijian, échelonnée sur une soixantaine d’années, s’est faite sous la forme de trente-deux livraisons qui parurent à un rythme très irrégulier, selon une numérotation inspirée du système traditionnel dit des « troncs célestes » : jia pour la première, yi pour la deuxième, bing pour la troisième, et ainsi de suite jusqu’à siyi 四乙 pour la trente-deuxième. Dix-huit années furent nécessaires à Hong Mai pour mettre au point la première d’entre elles : sans doute les Chroniques n’étaient-elles pour lui, à l’époque, qu’un passe-temps en marge de ses fonctions officielles et de ses nombreux autres travaux littéraires. Mais sitôt parue, cette première livraison rencontra un succès tel que son auteur reçut de toutes parts suffisamment d’histoires pour s’attaquer à une deuxième, qui fut achevée cinq ans seulement après la première. Une troisième livraison suivit cinq ans après la deuxième, puis une quatrième neuf ans après la troisième. À partir de 1190, année d’achèvement de la cinquième livraison, alors que Hong Mai, il faut le noter, est déjà presque septuagénaire, le rythme de composition s’accélère brusquement pour devenir carrément effréné, puisqu’en l’espace d’une dizaine d’années, ce ne sont pas moins de vingt-huit livraisons qui voient le jour ! Le record semble être atteint avec la n° 12 que Hong Mai boucle en trente jours seulement. Ajoutons à cela que parallèlement à la rédaction de ses Chroniques de Yijian, Hong Mai travaillait d’arrache-pied à la compilation d’un autre ouvrage de grande envergure, à savoir le Rongzhai suibi 容齋隨筆, « Notes au fil du pinceau du studio de la Tolérance », volumineux recueil de notes érudites portant sur les sujets les plus variés, qu’appréciait fort, dit-on, le Président Mao. Étonnante puissance de travail, admirable rapidité d’exécution, que seule la maladie des toutes dernières années, semble-t-il, sera capable d’enrayer.

  • 5  Paris : Hachette, 1959 (rééd. Arles : Philippe Picquier, 2007).

5Des 420 chapitres qui composaient les Chroniques à la mort de Hong Mai, il ne nous en reste aujourd’hui qu’un peu moins de la moitié, pour un total d’environ 2700 histoires. Cette masse considérable constitue, on s’en doute, une mine inépuisable et irremplaçable de renseignements pour notre connaissance de la vie en Chine à l’époque des Song dans ses aspects les plus quotidiens (car c’est la plupart du temps au cœur du quotidien le plus banal que survient l’étrange). C’est toute la société chinoise d’alors, celle-là même que nous dépeint Jacques Gernet dans son ouvrage désormais classique La vie quotidienne en Chine à la veille de l’invasion mongole (1250–1276)5, que mettent en scène les Chroniques de Yijian, où l’on voit défiler les représentants de toutes les classes sociales et de tous les corps de métiers, fonctionnaires, lettrés, militaires, bourgeois, médecins, religieux, paysans, commerçants, artisans, prostituées, brigands, etc., sans oublier tous les marginaux et les laissés-pour-compte. Rien d’étonnant, donc, à ce que les Chroniques de Yijian soient une lecture de choix pour de nombreux sinologues spécialisés dans l’histoire de la société chinoise, et plus particulièrement dans l’histoire des religions et des croyances populaires, celles-ci jouant un rôle capital dans maint récit des Chroniques. Rares pourtant sont les monographies consacrées à Hong Mai et à son œuvre majeure, du moins hors de Chine et des pays d’Asie, à l’exception des ouvrages et articles de « notre » Chang Fu-jui (Tchang Fou-jouei), dont un bel article intitulé Le Yi Kien Tche et la société des Song a paru en 1968 dans le Journal Asiatique, et plus récemment, de Hong Mai’s Record of the Listener and Its Song Dynasty Context d’Alister D. Inglis (2006), ainsi que de quelques travaux universitaires d’ailleurs assez difficiles d’accès. Quant aux traductions, hormis l’anthologie de 113 récits réalisée en 2009 par le même Alister D. Inglis sous le titre de Selections from Record of the Listener, elles se limitent à quelques dizaines de textes éparpillés dans des publications diverses : revues savantes, anthologies de contes et récits, ouvrages universitaires… Dans ce domaine, tout ou presque reste donc à faire : avis aux amateurs !

  • 6  C’est en particulier le cas de la première histoire traduite ci-après, « Le jeune Monsieur Wu », W (...)
  • 7  Traduit partiellement en français par Chang Fu-jui, Jacqueline Chang et Jean-Pierre Diény sous le (...)
  • 8  Jacques Dars a traduit intégralement le premier volume de ce recueil, Luanyang xiaoxia lu灤陽消夏錄, so (...)

6Mais depuis longtemps, en Chine, où l’attrait littéraire des Chroniques de Yijian n’a échappé à personne, l’œuvre maîtresse de Hong Mai est pour plus d’un écrivain un ouvrage de référence autant qu’une source d’inspiration : à titre d’exemple, nombreux sont les récits de Hong Mai que l’on retrouve sous une forme amplifiée dans les contes en langue dite vulgaire de la dynastie des Ming, sous le pinceau d’auteurs tels que Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) et Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644)6. Et sous la dynastie des Qing, des recueils tels que le Zibuyu 子不語 (Ce dont le Maître ne parlait pas) de Yuan Mei 袁枚 (1716–1798)7 et le Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記 (Notes de la chaumière des observations subtiles) de Ji Yun 紀昀 (1724–1805)8 sont à l’évidence inspirés tant sur le fond que sur la forme par les Chroniques de Yijian, que Ji Yun revendique d’ailleurs de manière explicite comme un de ses modèles.

  • 9  Nulle Part, 1984 (rééd. Arles : Philippe Piquier, 1997).
  • 10  Paris : Gallimard, « L’imaginaire », 1986.
  • 11  On la trouve dans l’introduction aux Contes de la Montagne Sereine (Paris : Gallimard, « Connaissa (...)

7Pour compléter et illustrer cette très brève présentation des Chroniques de Yijian, j’ai choisi de traduire cinq histoires où il est question de fantômes, de démons et d’allers-retours dans le monde de l’au-delà, thèmes particulièrement chers et familiers à Jacques Dars : que ce soit dans le brefs récits de la Chine ancienne rassemblés sous le titre d’Aux portes de l’enfer9, dans les nouvelles d’époque Ming du recueil En mouchant la chandelle10, ou dans les « notes au fil du pinceau » du Passe-temps d’un été à Luanyang, « beaux livres de haute graisse » où fantômes et démons de tout acabit s’en donnent à cœur joie, le génie de Jacques Dars a fait merveille, pour notre plus grand bonheur. Je ne sais à vrai dire si Jacques Dars fut lui-même un lecteur assidu des Chroniques de Yijian, auxquelles, sauf erreur ou omission, je n’ai relevé dans son œuvre écrite qu’une seule et brève allusion11. Les liens de connivence intellectuelle qui l’ont uni durablement à Chang Fu-jui, grand spécialiste des Chroniques de Yijian s’il en fut, m’incitent toutefois à penser qu’il fut bon connaisseur de cette œuvre qui avait tout pour le séduire, et nul doute que s’il avait eut l’heureuse idée d’exercer sur elle ses talents exceptionnels de traducteur, il nous aurait à coup sûr régalé d’un chef-d’œuvre de plus.

Cinq récits du Yijian zhi

1. Le jeune Monsieur Wu

  • 12  Yingtianfu au Henan, où la cour impériale des Song se réfugia en 1127 sous la poussée des envahiss (...)
  • 13  Bianliang, capitale des Song jusqu’en 1127 (aujourd’hui Kaifeng au Henan).

8Natif de la capitale du sud12, Zhao Yingzhi était apparenté à la famille impériale. À l’époque où son cadet Maozhi et lui résidaient à la capitale13, les deux hommes, jour après jour, couraient la prétentaine en compagnie du fils d’une riche famille du nom de Wu. Par une journée de printemps, tous trois se rendirent à l’étang à la Lumière d’Or. Là, ils s’engagèrent dans une venelle où ils découvrirent un estaminet au beau milieu d’un foisonnement de fleurs et de bambous. L’endroit, agencé avec soin, avait un charme fou et aucune voix humaine n’en troublait le silence. Au comptoir officiait une jeune fille de toute beauté.

9Les trois hommes firent halte dans l’estaminet et commandèrent à boire. Désignant la jeune fille du doigt, Yingzhi dit à Wu : « Que diriez-vous d’inviter cette personne à trinquer avec nous ? »

10Enchanté de l’idée, Wu se mit alors à conter fleurette à la jeune fille qui se fit un plaisir de répondre à son invite et vint aussitôt s’asseoir près de lui. Mais au moment où elle levait sa coupe, elle aperçut ses parents qui rentraient du dehors et elle se leva précipitamment. Refroidis dans leur enthousiasme, les trois hommes quittèrent les lieux. Le printemps touchant alors à sa fin, ils mirent un terme à leurs vagabondages, mais dans leur cœur, ils ne cessaient de penser, pleins d’admiration, à cette jeune fille qui leur apparaissait dans leurs rêves.

11L’année suivante, ils partirent à la recherche des lieux où ils s’étaient promenés l’an passé, mais quand ils arrivèrent à l’estaminet, l’endroit était en proie à la désolation et la jeune fille qui officiait au comptoir n’était plus là. De nouveau, ils y firent halte et demandèrent à boire.

12« L’an passé, demandèrent-ils aux parents de la jeune fille, quand nous sommes passés par ici, il y avait une demoiselle : où est-elle à cette heure ? »

13Fronçant le sourcil, le vieil homme et sa femme répondirent : « Cette demoiselle était notre fille. L’an passé, la famille au complet est allée se recueillir sur les tombes des ancêtres, sauf notre fille qui est restée seule ici. Mais pendant notre absence, trois jeunes godelureaux l’ont fait boire avec eux. Nous l’avons alors réprimandée en lui faisant valoir qu’une jeune fille qui n’était pas encore mariée et qui se conduisait de la sorte aurait bien du mal à trouver un époux. Du coup, elle a sombré dans la mélancolie et elle est morte au bout de quelques jours. Sur le côté de la maison, il y a une petite butte de terre : c’est là que se trouve sa tombe. »

14Les trois hommes n’osèrent pas les questionner davantage. Ils se hâtèrent de finir leur vin en prétextant qu’il leur fallait partir, et c’est en proie au chagrin et aux remords qu’ils firent le chemin du retour.

15Le soleil venait de se coucher quand ils approchèrent des portes de la ville. Là, ils rencontrèrent une femme à la tête couverte d’un voile qui s’avança vers eux, la démarche ondoyante, et les interpella en leur disant : « C’est moi que vous avez rencontrée l’an dernier près de l’étang. Vous êtes allés chez moi prendre de mes nouvelles, n’est-ce pas ? Mon père et ma mère veulent vous faire perdre tout espoir de me revoir, aussi vous ont-ils menti en vous disant que j’étais morte : la tombe qu’ils ont érigée est vide et ne sert qu’à vous leurrer. Moi, je vous ai cherchés tout au long du printemps, et par bonheur, je vous ai retrouvés. J’ai changé de domicile, et j’habite aujourd’hui dans une ruelle toute en tours et en détours au cœur de la ville, dans une maison propre et spacieuse. Nous pourrions peut-être nous y rendre tous ensemble ? »

16Les trois hommes furent enchantés. Ils mirent pied à terre, et tout le monde partit dans la même direction. Une fois chez la jeune fille, on se mit à boire et le jeune Wu resta pour la nuit.

17Wu fréquentait maintenant la jeune fille depuis plus de trois mois, et peu à peu son visage s’était émacié et son teint était devenu blême. Son père en tint les frères Zhao pour responsables et leur dit : « Où avez-vous entraîné mon fils pour qu’il soit mal en point comme il l’est aujourd’hui ? Si jamais il ne s’en remet pas, je porterai plainte contre vous ! »

18Ruisselant d’une sueur froide, les deux frères échangèrent un regard et se mirent alors à se poser des questions au sujet de la jeune fille. Or, ayant ouï parler d’un maître exorciste nommé Huangfu qui s’y entendait à dompter les démons, ils allèrent lui rendre visite et l’invitèrent à examiner Wu. Dès qu’il aperçut Wu, Huangfu s’exclama, frappé de surprise : « Il y a sur vous un influx démoniaque extrêmement puissant : vous êtes possédé au plus profond de votre être ! Il faut que vous fuyiez loin de ce démon au plus vite, à trois cents lis d’ici en direction de l’ouest. Sinon, passé cent vingt jours, c’est la mort assurée, car rien ne pourra vous sauver ! »

19Les trois hommes firent alors préparer leurs chevaux et partirent pour Luoyang. Mais chaque fois qu’ils faisaient étape quelque part pour se restaurer, la fille était dans leur chambre, et la nuit elle venait dans leur lit. Ils avaient atteint Luoyang depuis peu que les cent vingt jours étaient écoulés. Ils se retrouvèrent dans un restaurant pour un dîner d’adieu, pleins de tristesse et d’appréhension. C’est alors que Huangfu, monté sur son âne, vint à passer sous leurs yeux. Avec force salutations, ils implorèrent son secours. Huangfu éleva un autel et se livra à un rituel magique, puis il remit une épée à Wu en lui disant : « Vos jours sont comptés ! Quand vous serez rentré chez vous, tâchez de verrouiller solidement votre porte. Au crépuscule, on frappera à votre porte. Ne demandez pas qui est là, mais jouez de l’épée. Si par chance, c’est un démon que vous frappez, vous en sortirez peut-être vivant ; mais si par malheur et par mégarde, c’est un être humain que vous frappez, vous le paierez de votre vie. Dans un cas comme dans l’autre, il y a danger de mort, mais il existe une chance pour que vous en réchappiez. »

20Wu suivit ses instructions. Au crépuscule, comme prévu, on frappa à sa porte. Il donna un grand coup d’épée, et aussitôt quelqu’un s’écroula par terre. Il fit apporter une chandelle et vit qu’il s’agissait de la jeune fille qui perdait son sang à flots.

21Wu fut arrêté par un sergent de ville qui passait dans la rue, et on le mit en prison en compagnie des frères Zhao et de Maître Huangfu. Leur interrogatoire n’ayant rien donné, le préfet envoya ses gens mener l’enquête près de l’étang à la Lumière d’Or chez les parents de la jeune fille, qui déclarèrent que leur fille était morte depuis quelque temps déjà. Le préfet fit alors ouvrir la tombe à fins d’examen, mais il n’y trouva que des vêtements pareils à la mue d’un insecte : le corps, lui, avait disparu. Les quatre hommes furent alors remis en liberté. — Raconté par Jiang Xuzhi. (Jia, 4.2)

2. La fille du vice-préfet Jiang

22En l’an 1143, treizième année de l’ère Shaoxing, Qian Fu, de son nom de courtoisie Hefu, assistait le préfet de Taizhou (Zhejiang) dans ses tâches administratives. Le vingt-sixième jour du septième mois, en route pour la sous-préfecture de Ninghai afin d’y statuer sur une affaire judiciaire, il fit halte au temple de Miaoxiang. Or à peine venait-il de s’installer à son bureau pour s’adonner aux plaisirs de la calligraphie que quelqu’un lui ôta le pinceau de la main, mais quand il se retourna, il n’y avait personne en vue.

23Dans la nuit, il se réveilla et sentit une présence au pied de son lit. Appelant les soldats de son escorte, il leur cria de se lever et d’apporter des lampes, tout en promettant à l’intrus un interrogatoire serré, mais l’instant d’après, celui-ci avait disparu.

24La nuit suivante, il était de retour et se tenait debout au même endroit. « Si vous êtes un fantôme, lui dit Qian Fu, frappez de la main sur le paravent. » Il n’avait pas fini sa phrase qu’une série de coups retentissants furent frappés de haut en bas sur le paravent. Épouvanté, il donna l’ordre d’allumer deux candélabres devant son lit, mais un gros papillon de nuit vint se jeter sur les flammes qu’il éteignit.

  • 14  Le Maréchal Tianpeng est une divinité stellaire connue pour ses pouvoirs d’exorciste.

25Quelqu’un ou quelque chose se tenait accroupi sur le lit, le dos tourné, sans piper mot. En y regardant de plus près, Qian Fu vit qu’il s’agissait d’une femme : elle était coiffée d’un chapeau de forme ronde et portait un corsage d’un bleu léger ainsi qu’une jupe d’un jaune éclatant, et elle était de très petite taille. Elle resta immobile un long moment, tandis que Qian Fu récita plusieurs fois en silence les incantations de Tianpeng14, si bien que la femme écarta le rideau du lit et déguerpit.

26C’est alors que l’une après l’autre, les sentinelles en faction se mirent à pousser des cris de frayeur. Quand Qian Fu leur demanda la raison de ces cris, les factionnaires répondirent : « Il y a une femme qui vient de surgir comme une folle de l’intérieur du temple, et qui est passée sur nous en piétinant nos visages ! »

27Ils lui décrivirent son accoutrement, qui correspondait à celui de la femme qu’il avait aperçue.

28Qian Fu se dit alors que la femme avait vidé les lieux, et comme la nuit touchait à sa fin et qu’il n’était plus temps de chercher un autre toit, il retourna se coucher. La femme de tout à l’heure lui apparut alors en rêve : elle se dirigea vers son lit et vint y prendre place, puis elle prit son épaule gauche pour oreiller, le corps aussi froid qu’une pierre gelée.

29« Je suis la fille du vice-préfet Jiang, dit-elle, et je suis morte en couches ici-même. »

30Elle voulut contraindre Qian Fu à s’unir à elle, mais il la repoussa de toutes ses forces... et se réveilla.

31Le lendemain, il questionna un des résidents du temple, un certain Guo Yuanzhang. Celui-ci lui fournit des détails qui corroborèrent en tous points ce qu’il avait vu. Quant à l’endroit où on avait installé le lit de Qian Fu, c’était l’endroit même où la femme était morte. — Raconté par Qian Fu. (Jia, 5.11)

3. Wang Zhifu

  • 15  Citation des Entretiens de Confucius, XII,5.

32Bien qu’il fût d’extraction rustique, Wang Zhifu de Laiwu, dans la préfecture de Yanzhou (Shandong) était un homme au tempérament inflexible qui refusait de flagorner les démons et les dieux. Chaque fois que la maladie touchait sa femme ou l’un de ses enfants, il se démenait pour les soigner de son mieux sans jamais invoquer les dieux ni recourir aux exorcismes, et quand ses parents et amis lui faisaient la leçon, il rétorquait : « “Vie et mort sont affaire de destin, richesses et honneurs sont donnés par le Ciel.”15 J’ai suivi ces principes toute ma vie : pas question pour moi d’en changer ! »

33L’an 1 de l’ère Zhenglong de la dynastie des Jin (1156), vers la fin du printemps, il se produisit des phénomènes étranges particulièrement virulents : des démons apparurent en plein jour dans la cour centrale de chez Wang et se mirent à épier à travers les portes, à pousser des cris parmi les combles, à transbahuter lits et marmites, à chanter et à rire, à galoper dans tous les sens, à faire les quatre cents coups... La maisonnée vivait dans la terreur et plus personne ne pouvait dormir ni manger en paix. Seul Wang Zhifu demeurait impavide. Du plus jeune au plus vieux, il exhorta les siens en leur disant : « Ne vous laissez pas décontenancer par ces créatures fantasques dont il n’y a rien à redouter ! Nous autres, nous sommes des êtres humains, image même de la nature de qui nous avons reçu les souffles yin et yang. Ces créatures, elles, ne sont que des démons yin : or que peut le yin obscur contre le yang lumineux ? Allons, gardez votre calme, et point de craintes ni d’alarmes exagérées ! »

34Sa famille retrouva alors un peu de sérénité.

35Un jour, alors que Wang était assis, calme et droit, dans la grand-salle de sa maison, un colosse de démon haut de plus de sept pieds apparut devant lui, coiffé d’un chapeau tout en hauteur, portant une large ceinture sur une robe de cérémonie, ainsi que des souliers de couleur écarlate. Il s’inclina devant Wang qui n’avait nullement perdu contenance. Rectifiant sa tenue, le démon s’avança et dit :

36« En vérité, le vénérable Wang est un des hommes authentiques de notre temps, et nous avons pour lui une vive admiration et un profond respect. Nous pensions que sous son air intraitable se cachait un pleutre, c’est pourquoi nous nous sommes livrés à ces diableries en vue de l’ébranler, mais ce fut comme si le vénérable Wang ne nous voyait même pas, ne nous entendait même pas ! Dorénavant, nous ne risquerons plus à suivre nos anciens errements. »

37Le démon s’inclina respectueusement, avant de disparaître. — Raconté par Zhu Conglong. (Zhiding, 9.7)

4. Une diablerie sous le toit de Qu Xiaoshi

38Qu Xiaoshi, du district de Youxi dans la préfecture de Nanjian (Fujian), tenait un débit de boisson à une dizaine de lis de la sous-préfecture, et son affaire était des plus florissante. La nuit, il dormait seul sur place, laissant en ville sa femme Li en compagnie de ses quatre enfants et de ses deux servantes. Il rentrait chez lui une fois tous les dix jours et s’en retournait toujours peu de temps avant la tombée de la nuit.

39Au huitième mois de la quatrième année de l’ère Shaoxing (1193), un soir qu’on allait sonner la deuxième veille, Qu frappa à la porte de chez lui et entra, une bouteille de vin à la main. Sa femme lui demanda : « Quel besoin avais-tu d’attendre qu’il fasse nuit pour rentrer chez nous ? Est-ce que par hasard tu compterais pour rien le danger que représentent les serpents et les tigres en chemin ?

40— J’ai un peu bu, répondit Qi, alors j’ai pensé à toi, et puis je me suis dit qu’il n’y avait personne ici pour veiller sur la maison, et comme il y avant suffisamment de commis à la taverne, je me suis libéré pour venir passer la nuit ici. Je repartirai avant qu’il ne fasse jour. »

41Tous deux se mirent alors au lit, et le plaisir qu’ils eurent en compagnie l’un de l’autre fut différent des autres fois. À partir de ce jour, c’est toujours à cette heure-là que Qu choisit de revenir, et la porte était laissée ouverte dans l’attente de sa venue.

42Quand arriva le douzième mois, Li se retrouva enceinte. Au troisième mois de l’année suivante, étant de retour de chez lui, Qu fut stupéfait de voir que le ventre de sa femme avait grossi.

43« Cela fait un an que je n’ai pas partagé ta couche, lui dit-il. Comment se fait-il que tu sois enceinte ? Avec qui t’es-tu livrée à la débauche ? Parle vite !

44— Mais depuis l’an dernier au huitième mois, répondit Li, tu viens tous les soirs en apportant du vin que nous buvons ensemble, nos garçons et nos filles partagent nos réjouissances et chacun de nos domestiques a droit à sa coupe. Puis quand nous avons fini de boire, nous allons nous coucher et tu repars avant qu’il ne fasse jour. Si tu ne me crois pas, tu n’as qu’à les interroger. »

45Tous firent écho aux déclarations de Li, et Qu fut bien en peine pour savoir ce qu’il en était au vrai. Il fit alors appeler un de ses commis, Wang le Huitième, et Li, à sa demande, interrogea ce Wang sur les allées et venues de son maître.

46« Maître Qu n’a jamais quitté la taverne, répondit Wang.

47— Dans ce cas, qui m’apporte du vin et des galettes ? demanda Li.

48— Si cette nuit Maître Qu revient, dit Wang, acceptez ses galettes, et demain, nous mènerons l’enquête. »

49Sur ce, Wang regagna la taverne. De là, Qu envoya un autre de ses commis, Han le Second, accompagné de Wang, se rendre compte de ce qui se passait chez lui. Les deux hommes y découvrirent leur maître et leur maîtresse en train de boire en tête à tête, et dans ce qu’ils reconnurent des vêtements et de la physionomie de Qu, de sa façon de parler, de rire et de ses manières, rien n’offrait de différence, même infime, d’avec le vrai Qu.

50Dès qu’ils eurent présenté leurs respects, les deux commis rentrèrent en hâte à la taverne, où Qu tournait en rond à la lueur de la lampe, s’attendant à une fâcheuse nouvelle. Les deux hommes lui firent alors leur rapport.

51« Il doit s’agir d’un esprit malfaisant, dit Qu. Je ne lui ferai pas de quartier ! »

52Sur ce, il aiguisa le tranchant de son épée, se munit d’une torche et se mit en route.

53« Suivez-moi, dit-il à ses deux commis. Si d’aventure c’est un être humain que je tue, j’en assumerai seul la responsabilité et je vous disculperai tous les deux. »

54Quand ils arrivèrent chez Qu, il était minuit passé. Avant toute chose, Qu envoya Wang frapper à la porte. Li, qui n’avait pas encore fini de boire, demanda à travers la porte qui était là.

55« Maître Qu m’envoie vous porter de la viande de bœuf », répondit Wang.

56Aussitôt que Wang fut entré, Qu brandit son épée et en porta un coup mortel à l’homme qui se trouvait là, et celui-ci se transforma en un grand singe à poil blanc pesant dans les soixante-dix livres.

57Au moment d’accoucher, Li donna naissance à un petit singe que l’on noya et dont on abandonna le corps dans la campagne déserte. (Sanji, 2.7)

5. Qiu Jian revient de l’au-delà

58Au lieudit Suofu dans la juridiction de Yihuang (Jiangxi), un lettré du nom de Qiu Jian logeait dans une pension tenue par un bourgeois nommé Guo. Une nuit, Qiu Jian se vit arrêter en rêve par un exempt tout de jaune vêtu : aussitôt, il lui emboîta le pas et le suivit jusqu’à l’intérieur d’un bâtiment officiel aux vastes dimensions, où un personnage royal, coiffé d’une toque de jade et vêtu d’une robe couleur ocre, trônait dans la grand-salle. Du vestibule, l’exempt annonça : « Qiu Jian est arrivé ! »

59Mais un fonctionnaire, qui se trouvait à proximité, le sermonna en ces termes : « C’est Qiu Yuan que vous deviez arrêter : or cet homme-ci se nomme Qiu Jian. Le patronyme est le même, mais le prénom est différent. Comment peut-on arrêter les gens avec autant de légéreté ? Reconduisez-le hors d’ici au plus vite ! »

60Aussitôt dit, Qiu Jian sombra dans un gouffre abyssal. Puis, tout ruisselant de sueur sous l’effet de l’épouvante, il se réveilla soudain et raconta son rêve au sieur Guo.

61Or Qiu Jian s’était autrefois appelé Qiu Yuan. Il se dit alors que par chance, il venait de se soustraire des registres de l’au-delà, et il en éprouva une vive jubilation. Mais la nuit suivante, il retourna en rêve au même endroit que la veille. C’est alors qu’un officier de justice, tenant en main un document écrit, pénétra dans la grand-salle et déclara : « Le Qiu Jian d’aujourd’hui n’est autre que le Qiu Yuan d’autrefois ! »

62Un mois plus tard, Qiu Jian tomba malade. Il rentra au pays en chaise à porteurs, mais il n’était pas arrivé chez lui qu’il passa de vie à trépas.

63Lors de son second rêve, Qiu Jian avait vu à ses côtés un sien ami du nom de Hu Deyi et avait entendu qu’on appelait son nom, et à son réveil, il avait confié la chose à une tierce personne. Or, bien que jouissant à l’époque d’une excellente santé, Hu Deyi mourut à son tour une centaine de jours plus tard. (Sanren, 4.4)

Haut de page

Bibliographie

CHANG Fu-jui, Le Yi Kien Tche et la société des Song, in Journal Asiatique, Tome CCLVI, année 1968, fascicule n° 1, pp. 55-93.

GRUNDVIG, Julie, The Demon Stories of Hong Mai’s Yijianzhi, thèse pour l’obtention du Master of Arts, University of British Columbia, 2003.
(https://circle.ubc.ca/bitstream/handle/2429/13943/ubc_2003-0087.pdf)

HONG Mai, Yijian zhi 夷堅志. Beijing : Zhonghua Shuju, 1981 (4 vol. ).

INGLIS, Alister D., Hong Mai’s Record of the Listener and Its Song Dynasty Context, New York : State University of New York Press, 2006.

INGLIS, Alister D., Selections from Record of the Listener. Beijing : Foreign Languages Press, « Library of Chinese Classics », 2009.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Traduit partiellement en français sous la direction de Rémi Mathieu sous le titre À la recherche des esprits (Paris : Gallimard, « Connaissance de l’Orient », n° 78, 1992).

2  Yijian est un personnage cité dans le Liezi 列子, célèbre recueil d’inspiration taoïste de date incertaine et d’authenticité douteuse, où il est dit que Yijian consigna par écrit les choses prodigieuses dont Yu, le légendaire dompteur des flots de la Haute Antiquité, fut témoin lors de ses voyages à travers la Chine.

3  Le Youyang zazu a été partiellement traduit en anglais par Carrie E. Reed dans Chinese Chronicles of the Strange: The “Nuogao Ji” (2001) et A Tang Miscellany : An Introduction to Youyang Zazu (2003), tous deux publiés aux éditions Peter Lang dans la collection Asian Thought and Culture.

4  Sur le Taiping guangji, voir notamment l’article de Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji(Vaste recueil de l'ère de la Grande Paix) », Impressions d'Extrême-Orient n° 2 (http://ideo.revues.org/216).

5  Paris : Hachette, 1959 (rééd. Arles : Philippe Picquier, 2007).

6  C’est en particulier le cas de la première histoire traduite ci-après, « Le jeune Monsieur Wu », Wu xiao yuanwai 吳小員外, que Feng Menglong a reprise et développée dans son recueil de nouvelles Jingshi tongyan警世通言(« Propos pénétrants pour mettre en garde le monde ») sous le titre « Près de l’étang à la Lumière d’Or, Wu Qing rencontre Ai’ai », Jinming chi Wu Qing feng Ai’ai金明池吳清逢愛愛 (nouvelle n° 30).

7  Traduit partiellement en français par Chang Fu-jui, Jacqueline Chang et Jean-Pierre Diény sous le titre Ce dont le Maître ne parlait pas (Paris : Gallimard,« Connaissance de l’Orient » , n° 121, 2011).

8  Jacques Dars a traduit intégralement le premier volume de ce recueil, Luanyang xiaoxia lu灤陽消夏錄, sous le titre Passe-temps d’un été à Luanyang (Paris : Gallimard, « Connaissance de l’Orient », n° 99, 1998).

9  Nulle Part, 1984 (rééd. Arles : Philippe Piquier, 1997).

10  Paris : Gallimard, « L’imaginaire », 1986.

11  On la trouve dans l’introduction aux Contes de la Montagne Sereine (Paris : Gallimard, « Connaissance de l’Orient », n° 60, 1987). Allusion élogieuse du reste, puisque Jacques Dars y qualifié les Chroniques de Yijian de « magnifique collection de contes et d’anecdotes ».

12  Yingtianfu au Henan, où la cour impériale des Song se réfugia en 1127 sous la poussée des envahisseurs Djürchets.

13  Bianliang, capitale des Song jusqu’en 1127 (aujourd’hui Kaifeng au Henan).

14  Le Maréchal Tianpeng est une divinité stellaire connue pour ses pouvoirs d’exorciste.

15  Citation des Entretiens de Confucius, XII,5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Hong Mai et ses Chroniques de Yijian (Yijian zhi) », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 17 janvier 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ideo.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org