Navigation – Plan du site
Hommages

Deux extraits du Hongloumeng en hommage à Jacques Dars

Shiwei Li

Texte intégral

Le Songe aux pavillons rouges, un chef-d'œuvre à retraduire

  • 1  Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », dans Vivianne Alleton, Mickael Lackner (e (...)

1« Le Songe aux pavillons rouges », telle est la manière dont Jacques Dars proposait, comme « un premier pas » vers une solution acceptable, de traduire le titre le plus célèbre de l’œuvre monumentale de Cao Xueqin 曹雪芹 (1715 ?-1763), Hongloumeng 紅樓夢1.

  • 2  Voir Li Tche-houa, Jacqueline Alezaïs (trad.), Le Rêve dans le pavillon rouge. Paris : Gallimard, (...)
  • 3  Georges Soulié de Morant, Esssai sur la littérature chinoise. Paris : Mercure de France, 1921. Voi (...)
  • 4  Armel Guerne (trad.), Le Rêve dans le Pavillon Rouge. Paris : Guy Le Prat, 1957-1963, 2 volumes.
  • 5  Dans Fawen yanjiu 法文研究(Beijing), 1943, n° 4. La traduction est donnée avec le texte chinois pages (...)
  • 6  Li Zhihua, J. Alezaïs, ibidem.
  • 7  Voir Le roman chinois. Paris : Véga, 1933, p. 66. Le même titre est traduit « Le miroir enchanté d (...)
  • 8  Traduit « Les douze beautés de Jinglin », ibidem.
  • 9  Jia Baoyu est né avec un jade dans la bouche, d’où son nom (yu, jade ; bao, trésor) ; Xue Baochai (...)

2On sait que la traduction adoptée pour cette combinaison de trois caractères fut Le Rêve dans le pavillon rouge, traduction « littérale » que Li Tche-houa (Li Zhihua 李治華, 1915-)préféra à celle suggérée par André d’Hormon (1881-1965) de « Songe au gynécée »2. On a, par contre, oublié qu’elle a été, pour la première fois semble-t-il, utilisée par Georges Soulié de Morant (1878–1955) en 19123, pour être reprise plus tard par Armel Guerne (1911-1980) quand celui-ci fit passer en français Der Traum des roten Kammer (1932) de Franz Kuhn (1884-1961)4. Le « Rêve dans la Chambre rouge » que Bao Wenwei 鮑文蔚 avait, entre temps, retenu – c’était à Pékin en 1942 – , pour sa traduction d’un extrait, ne fit pas d’émule5. C’est donc un choix par défaut que fit Li Zhihua pour une « appellation consacrée depuis longtemps en France »6, appellation qui s’imposa sans que personne ne songe à contourner le problème en s’attachant à un des autres titres reçus par le roman fleuve à travers son histoire : Fengyue baojian 風月寶鑒 que Ou Itai (alias Wu Yitai 吳益泰, 1901- ?) rendit par « Miroir précieux du vent et de la lune »7 ; Jinling shi’er chai 金陵十二釵8(Douze beautés de Jinling), faisant référence aux douze principaux personnages féminins de l’œuvre ; Qingseng lu 情僧錄, « Récit du Bonze amoureux » ; Jinyuyuan 金玉緣, littéralement « Affinités prédestinées entre Jade et Or », lequel renvoie au mariage entre Jia Baoyu 賈寶玉 et Xue Baochai 薛寶釵9 qui intervient à la fin du roman.

  • 10  Traduit « Les mémoires de la pierre », par Chan Hing-ho, dans A. Lévy (ed.), op. cit., p. 114 et H (...)
  • 11  On lira avec plaisir et admiration l’article de Jacques Dars, « Jade magique et Jade sombre » (dan (...)
  • 12   The Story of the Stone parut en 5 volumes à Londres aux éditions Peguin Books : les volumes 1 à 3 (...)
  • 13  Voir Jiang Qihuang 薑其煌, Ou Mei hongxue 歐美紅學. Zhengzhou : Daxiang, (2005) 2006, p. 18
  • 14  Le tapuscrit de cette traduction inédite est dorénavant accessible grâce à la bibliothèque de l’un (...)
  • 15  A Dream of Red Mansions. Beijing : Waiwen, (1978) 1994, 4 vol., 22-6-2556 p.

3Le seul titre alternatif à avoir reçu quelque attention est Shitouji 石頭記10 qui nous fait quitter le registre du songe et du rêve – sans aucun doute la clef de l’œuvre11 – , pour insister sur le fait que le roman aurait été composé à partir d’un texte écrit sur une pierre, tout en renvoyant à la légende de Nüwa 女娲 et à la réincarnation d’une pierre magique en Baoyu, le personnage principal de l’histoire. C’est David Hawkes (1923-2009) qui franchit le pas pour la traduction intégrale que John Minford acheva sous le titre de The Story of the Stone12. Leurs prédécesseurs dans ce voyage au long cours s’en étaient tenus au titre canonique. Pour ne parler que des projets les plus ambitieux, rappelons que le vice-consul de Macao d’alors, Henry Bencraft Joly (1857-1898) publia à Hong Kong en 1892 et 1893, deux volumes intitulés Hung Lou Meng ; or The Dream of the Red Chamber, A Chinese Novel, qui ne couvrent que les cinquante-six premiers chapitres13. Viendront ensuite le Red Chamber Dream que réalisa dans les années 1950, Bramwell Seaton Bonsall, missionnaire en Chine de 1911 à 192614, ainsi que la célèbre traduction de Yang Xianyi 楊憲益(1915-2000) et Gladys Yang (1919-1999), publiée sous le titre A Dream of Red Mansions à Pékin en 1978 et 197915.

  • 16  Voir Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », op. cit..
  • 17  Ibidem.

4La version de Li Zhihua, publiée en 1981 dans la « Bibliothèque de la Pléiade » présentait pour la première fois la traduction complète des cent vingt chapitres de l’œuvre achevée. Il n’empêche que malgré ses qualités, cette traduction, qui avait mobilisé l’attention de pas moins de trois personnes puisqu’elle avait été « révisée » par André d’Hormon, ne pêche pas seulement par son titre que Jacques Dars jugeait « pauvre »16. Peut-être, est-elle trop « belle »17, puisque c’est un qualificatif que ce dernier avait utilisé la concernant.

  • 18  On les croise notamment au chapitre 6. Voir Li Zhihua (trad..), Op. cit., t. 1, pp. 145 et suivant (...)

5Considérant toutes les difficultés de traduction que présente ce roman, l’obstacle le plus grand auquel tous les traducteurs ont été confrontés, n’est peut-être pas tant le celui posé par les différences culturelles, ou les questions d’ordre purement linguistique, mais bien plutôt la difficulté de parvenir à traduire les grandes variations existant entre les idiolectes de ses quelque quatre cents personnages. En effet, ceux-ci viennent de différents milieux sociaux : d’un côté, nous avons les descendants de familles prestigieuses, tels Jia Baoyu et Lin Daiyu, et de l’autre, des personnages comme Liu Laolao 劉姥姥 et Gou’er 狗兒, qui sont des paysans pauvres des faubourgs de la capitale18. Ces idiolectes jouent un rôle déterminant dans la caractérisation de chaque personnage, tel le caractère acariâtre et jaloux de Wang Xifeng 王熙鳳, l’aigreur et la mélancolie de Lin Daiyu, la générosité et la jovialité de Xue Baochai, etc. Il faut reconnaître que la traduction de Li Zhihua peine à bien rendre perceptible les différents tons et les caractéristiques de chacun des personnages, si vivants dans le texte original. Le style de la traduction française est assez lourd, sans aucun doute trop soutenu, manquant de souplesse, et a pour effet de rendre les dialogues, pourtant si fluides du texte source, de manière très pesante, pour ainsi dire embourbés dans une syntaxe trop compliquée.

  • 19  La traduction de ces deux courts passages empruntés aux chapitres 17 et 19 a été relue par Valenti (...)

6Dans les deux dialogues entre Jia Baoyu et Lin Daiyu dont nous proposons ci-dessous une nouvelle traduction19, nous nous sommes efforcée de corriger cette carence en nous attachant à rendre sensible les traits de caractère des personnages si prégnants dans le texte original.

  • 20  Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », op. cit., p.159

7Comme Jacques Dars, qui fut un expert en la matière et qui le prouva tout du long de sa traduction du Shuihuzhuan 水滸傳, l’a écrit, il n’y a pas de traduction définitive : « Autant dire que la traduction des chefs-d’œuvre est périodiquement à refaire, « dans les siècles de siècles ». Chaque traduction ne constitue peut-être, au demeurant, qu’une amorce pour d’autres, différentes, meilleures, en tout cas toujours possibles ; et plus il y en aura, mieux ce sera. »20 Nous espérons que notre modeste tentative pour dépoussiérer une traduction ancienne en stimulera d’autres plus amples et plus ambitieuses.

« La dispute »

8Peu après, en versant le thé, Xiren s’aperçut qu’il ne restait plus un seul des objets qu’il portait sur le côté, alors elle lui demanda en souriant : « Ce sont sûrement ces voyous sans la moindre dignité qui vous ont délesté de tout ce qu’il y avait à votre ceinture ? » Entendant ces mots, Lin Daiyu se précipita pour vérifier : effectivement, il ne restait plus rien. S’adressant à Baoyu, elle dit : « Et la bourse que je t’avais offerte, tu leur as donnée aussi ? C’est fini, la prochaine fois que tu voudras quelque chose de ma part, tu pourras toujours attendre ! » A peine avait-elle prononcé cette phrase, qu’elle retournait dans sa chambre, terriblement vexée ; elle se saisit du petit sachet à encens que Baoyu lui avait demandé de faire pour lui il y a quelques jours de cela, et qu’elle n’avait pas encore terminé. Poussée par la colère, elle se mit à le lacérer aux ciseaux. Baoyu avait vu combien elle était en colère, et savait que c’était mauvais signe, aussi se précipita-t-il. Il arriva trop tard, le sachet était déjà en morceaux.
Baoyu avait déjà pu voir ce petit sachet à encens, et bien qu’inachevé il avait apprécié sa grande finesse. Elle avait dû lui consacrer beaucoup de temps et d’application. De le voir ainsi déchiqueté sans raison était fort irritant ! Aussi il dégrafa d’un geste brusque sa veste rouge et dénoua de son pan intérieur la petite bourse que Daiyu lui avait donnée. « Tiens, regarde !, lui dit-il en la brandissant sous son nez. Qu’est-ce que c’est, d’après toi ? Depuis quand est-ce que je donne tes affaires aux autres ? » En voyant combien il en avait pris soin, à la porter tout contre lui, Daiyu comprit qu’il avait justement peur qu’on la lui vole. Elle s’en voulut d’avoir été si rude et d’avoir taillé le sachet en pièces sans plus de discernement ; elle s’empourpra de honte et de colère, garda la tête baissée et ne prononça plus un mot. « C’était pas la peine de le taillader, lui dit Baoyu. Je sais bien que tu n’as aucune envie de me donner quoi que ce soit. Tiens, je vais même te la rendre, cette bourse, qu’en dis-tu ? » Disant cela, il jeta la bourse sur son ventre, et fit mine de partir. En voyant cela, Daiyu s’emporta de plus belle, sa voix s’étouffa de sanglots qu’elle tenta en vain de retenir, et alors que les larmes se mettaient à couler sur ses joues, elle saisit la bourse pour la cisailler à son tour. La voyant faire, Baoyu revint précipitamment pour l’en empêcher. « Non, ma cousine chérie, épargne-la ! », lui dit-il en souriant. Daiyu jeta ses ciseaux à terre : « Ce n’est pas la peine d’être gentil avec moi si c’est pour me détester le moment d’après, lui dit-elle en essuyant ses larmes, tu veux qu’on se fâche, très bien ! Lâche-moi ! À quoi bon ! » Boudeuse, elle monta sur son lit et se tourna vers l’intérieur tout en essuyant les larmes qui coulaient sur son visage. Baoyu ne put s’empêcher de la rejoindre et se confondit en excuses ponctuées de moult « ma p’tite cousine… ».
À l’extérieur, Grand-Mère Jia appelait Baoyu à grands cris. L’ensemble des nourrices et servantes s’empressèrent de lui dire : « Il est dans la chambre de mademoiselle Lin. 
— Fort bien, fort bien ! dit-elle alors, laissons-le donc s’amuser avec ses cousines ! Avec son père qui l’a retenu toute la matinée, il peut bien se distraire un petit moment ! Mais qu’ils ne se disputent plus, et que rien ne vienne l’ennuyer. » Toutes les servantes acquiescèrent.
Baoyu n’avait de cesse d’importuner Daiyu qui finit par se lever : « Tu ne veux plus me laisser en paix, c’est bien ça ? Alors je m’en vais ! lui dit-elle en se précipitant vers l’extérieur.
— Où tu iras, j’irai ! répondit-il en riant, et il récupéra la bourse pour la porter sur lui.
— Tu dis que tu n’en veux plus, et voilà que tu la reprends ! J’ai honte pour toi ! » cria-t-elle alors tout en s’efforçant de la lui arracher des mains. Elle pouffa, et se remit à rire.
« Ma cousine chérie, dès demain il va falloir que tu m’en fasses un autre, de petit sachet à encens !
— Pour ça, il faudra voir si je suis de bonne humeur ou pas ! » lui répondit-elle.

« Le parfum »

9Baoyu n’entendit rien de ces paroles, il sentit simplement un délicat parfum provenant des manches de Daiyu, un parfum à vous enivrer l’âme et vous ramollir les os. Baoyu saisit la manche de la jeune fille et la tira à lui, désireux de découvrir ce qu’elle pouvait bien y cacher. « Qui irait se parfumer par un mois d’octobre aussi glacial ?, lui dit-elle en riant.
— Si tu dis vrai, alors d’où vient-il, ce parfum ?, répondit Baoyu tout sourire.
— Mais, je ne sais pas non plus. C’est sûrement les vêtements dans l’armoire qui en sont imprégnés, va savoir ! »
Baoyu secoua la tête : « Pas sûr. Ce parfum est étrange, il n’a rien de semblable aux fumets d’encens, ou à l’odeur des sachets et des petites boules parfumées. 
— Je n’aurais quand même pas reçu un parfum mystique de je ne sais quel bouddha ou quel immortel, si ?, ricana-t-elle. Et même si j’en avais bien la recette, je n’ai pas plus de grand, que de petit frère suffisamment gentil pour aller me chercher les pétales et boutons des fleurs, le givre et la neige nécessaires pour en faire. Les parfums que je porte, quant à eux, sont tout ce qu’il y a de plus ordinaires !
— Quoi que je dise, tu finis toujours par me ressortir la même chose, dit Baoyu en riant. Tant que je ne t’aurai pas donné une bonne leçon, tu ne comprendras jamais. A partir de maintenant, je ne t’épargne plus ! » Il s’était relevé en prononçant cette menace. Face à elle, il souffla dans ses mains, les frotta, et se mit à la chatouiller partout sous les bras et sur les côtes. Daiyu craignait terriblement les chatouilles, et à peine Baoyu avait-il tendu les bras pour la taquiner qu’elle s’était mise à rire à n’en plus pouvoir reprendre son souffle, en criant : « Baoyu, arrête, si tu continues je vais me fâcher ! »
Ayant retiré ses mains, Baoyu lui demanda, tout sourire : « Alors, tu les rediras, ces bêtises, ou bien ?
— Plus jamais ! », répondit-elle, et tout en remettant de l’ordre dans sa coiffure, elle ajouta dans un sourire : « J’aurais donc un « parfum mystique » ! Mais toi, n’as-tu pas un « parfum doux » ? »
Baoyu resta interdit un moment. Comme il ne comprenait pas, il demanda : « Comment ça, quel « parfum doux » ? »
Daiyu secoua la tête, poussa un soupir et lui dit en riant : « Stupide, si stupide ! Toi, tu as un jade, et une certaine personne possède l’or pour se marier avec ; si elle porte un « parfum frais », toi, tu dois donc avoir un « parfum doux » pour bien aller avec, non ? »
Quand il eut saisit la pique, Baoyu s’écria, hilare : « Tu viens juste d’implorer pitié, et voilà que tu recommences déjà à être méchante ? » Voyant qu’il s’apprêtait à la chatouiller de nouveau, Daiyu s’affola et éclata de rire : « C’est bon, mon cousin adoré ! Je ne le ferai plus jamais. 
— Très bien, je te pardonne, laisse-moi juste respirer le parfum de tes manches. » Et en disant cela, il tira vers lui l’une des manches de Daiyu, s’en couvrit le visage et s’enivra de son odeur.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », dans Vivianne Alleton, Mickael Lackner (eds), De l’un au Multiple : Traductions du chinois vers les langues européennes. Paris : Fondation Maison des sciences de l’homme, 1999, pp. 147-159. Jacques Dars reprend cette traduction dans sa notice sur l'œuvre dans l’ouvrage qu’il a coédité avec Chan Hingho, Comment lire un roman chinois. Arles : Philippe Picquier, 2001, pp. 225-230.

2  Voir Li Tche-houa, Jacqueline Alezaïs (trad.), Le Rêve dans le pavillon rouge. Paris : Gallimard, coll.  « Bibliothèque de La Pléiade », 1981, CXXIX-1638-1640 p. Voir l’introduction des traducteurs, t. 1, p. XI. : « L’emploi d’un mot d’origine grecque en tête d’un tel ouvrage risquerait de froisser les lecteurs épris de culture hellénique ».

3  Georges Soulié de Morant, Esssai sur la littérature chinoise. Paris : Mercure de France, 1921. Voir les pages 315 à 330 où figure une traduction libre d’un passage du premier chapitre de l’œuvre.

4  Armel Guerne (trad.), Le Rêve dans le Pavillon Rouge. Paris : Guy Le Prat, 1957-1963, 2 volumes.

5  Dans Fawen yanjiu 法文研究(Beijing), 1943, n° 4. La traduction est donnée avec le texte chinois pages 67-80, 149-161, 224-239 et 306-317.

6  Li Zhihua, J. Alezaïs, ibidem.

7  Voir Le roman chinois. Paris : Véga, 1933, p. 66. Le même titre est traduit « Le miroir enchanté des amours » par Chan Hing-ho dans sa notice du Dictionnaire de littérature chinoise (A. Lévy, ed.). Paris : PUF, coll. « Quadrige », (1994), 2000, p. 114.

8  Traduit « Les douze beautés de Jinglin », ibidem.

9  Jia Baoyu est né avec un jade dans la bouche, d’où son nom (yu, jade ; bao, trésor) ; Xue Baochai possède, quant à elle, un pendentif d’or. Dans Comment lire un roman chinois, Jacques Dars propose pour Jinyuyuan, Les Affinités de l’or et du jade. Voir p. 225.

10  Traduit « Les mémoires de la pierre », par Chan Hing-ho, dans A. Lévy (ed.), op. cit., p. 114 et Histoire d’un roc, par J. Dars dans Comment lire un roman chinois, op. cit., p. 225

11  On lira avec plaisir et admiration l’article de Jacques Dars, « Jade magique et Jade sombre » (dans Chine. Paris : Editions du Festival d'Automne à Paris, 1986, pp. 40-46) disponible en ligne à l’URL : http://ideo.revues.org/323. Il montre admirablement bien la profonde compréhension qu’il avait de l’œuvre, et même de l’âme, de Cao Xueqin.

12   The Story of the Stone parut en 5 volumes à Londres aux éditions Peguin Books : les volumes 1 à 3, publiés entre 1973 et 1977, sont traduits par David Hawkes ; les volumes 4 et 5, qui virent le jour en 1978 et 1980, le sont par John Minford.

13  Voir Jiang Qihuang 薑其煌, Ou Mei hongxue 歐美紅學. Zhengzhou : Daxiang, (2005) 2006, p. 18

14  Le tapuscrit de cette traduction inédite est dorénavant accessible grâce à la bibliothèque de l’université de Hong Kong, en ligne à l’URL : http://lib.hku.hk/bonsall/hongloumeng/index1.html

15  A Dream of Red Mansions. Beijing : Waiwen, (1978) 1994, 4 vol., 22-6-2556 p.

16  Voir Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », op. cit..

17  Ibidem.

18  On les croise notamment au chapitre 6. Voir Li Zhihua (trad..), Op. cit., t. 1, pp. 145 et suivantes.

19  La traduction de ces deux courts passages empruntés aux chapitres 17 et 19 a été relue par Valentin Philippon, mais nous assumons pleinement la paternité des manques et des erreurs subsistants. On pourra consulter la traduction de Li Zhihua respectivement aux pages 384 à 386 et 435 à 437 du tome 1.

20  Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », op. cit., p.159

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shiwei Li, « Deux extraits du Hongloumeng en hommage à Jacques Dars », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 16 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ideo.revues.org/316

Haut de page

Auteur

Shiwei Li

IrAsia

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org