Navigation – Plan du site
Ecrits retrouvés de Jacques Dars

Li Yu, un art de vivre en Chine

Jacques Dars

Notes de la rédaction

La Chine étant l'invité d'honneur du Salon du Livre de Paris en 2004, le Magazine littéraire avait proposé dans son numéro 429 (mars 2004) un important dossier à ce continent littéraire sous le titre « La Chine de Confucius à Gao Xingjian »1. Jacques Dars qui venait de publier aux Editions Philippe Picquier, Les carnets secrets de Li Yu, y présentait l'auteur du Xianqing ouji 閒情偶寄dont il avait livré une traduction partielle agrémentée de commentaires personnels2. Il inscrivait ainsi Li Yu 李漁 (1611-1680) au milieu d'une liste de géants littéraires déjà connus du public français et défendait avec ardeur celui qu'il présentait d'emblée comme « un des plus joyeux génies et un des plus charmants excentriques que la Chine ait produits »3. Nous remercions le Magazine littraire de nous avoir autorisé à reproduire ce court texte4.

Texte intégral

1Comment définir cet indéfinissable, le charme d’une femme ? Quels sont les principes d’un maquillage réussi, d’un bon emploi des cosmétiques ? Existe-t-il une façon de se parfumer, de se faire de beaux sourcils ? Certaines parures sont-elles toujours seyantes ? Savez-vous orienter, imaginer, aménager une maison, et autour d’elle, un parc paysager avec ses rocs, ses plans d’eau, ses tours et détours, ses retraites et ses surprises ? Êtes-vous curieux de l’art des jardins ou d’une philosophie pratique de l’ameublement ou de la décoration intérieure ? Que diriez-vous d’une fresque peinte avec de (vrais) oiseaux chanteurs ? D’une tapisserie-porcelaine ? Connaissez-vous les fenêtres-éventails ou les fenêtres-tableaux, aux peintures animées ?

2Question qui englobe les précédentes : existe-t-il un livre qui traite de tous ces sujets ? Qui de surcroît, après avoir enseigné les règles d’une bonne alimentation et indiqué les cas où mieux vaut jeûner, donne, par exemple, la recette des nouilles fameuses, celle de la préparation du bouillon ou du riz parfumé et toujours cuit à la perfection, ainsi que la seule et suprême façon de déguster le crabe ?

3Les réponses à toutes ces questions et à bien d’autres – car on y apprend aussi comment transformer en merveille des cendres d’un brûle-parfum, réussir un arrangement floral, admirer nocturnement les fleurs de prunus de frimas, balayer avec astuce, soigner ses bambous, dormir, s’asseoir, marcher, boire, prendre un bain, mettre un terme aux soucis, refuser les maladies et lutter contre, s’adonner aux joies de l’alcôve parfumée, ainsi de suite, et couronnant le tout, la formule qui permet d’être heureux même pauvre, et même riche ! – les réponses se trouvent dans le livre d’un auteur chinois du xviie siècle : les Carnets secrets ou Notes au gré d’humeurs oisives de Li Yu. Dramaturge et prosateur génial, excentrique notoire à la vie parfaitement scandaleuse, Li Yu (1611-1680), apparut en Occident par quelques nouvelles enlevées et parfois lestes, et par son roman licencieux, certains diront pornographique, Rouputuan, mais on n’avait encore jamais traduit et commenté ces Notes, son œuvre la plus étrange et la plus inclassable.

4Cet homme qui fut à la fois auteur, directeur de troupe, régisseur, éditeur, mais aussi voyageur (car il vivait avec son théâtre ambulant de représentations données chez les riches mécènes) et séducteur (car il entretenait un essaim de beautés où il recrutait ses amies et concubines), révolta par son inconduite la classe lettrée de son temps : elle le lui fit expier en proscrivant ses œuvres durant plus de deux siècles, durant lesquels nombre de bien-pensants qui révéraient et pratiquaient les classiques, réservèrent pourtant dans leur cœur, pour des raisons d’affinités de goût ou de tempérament, une place de prédilection au « Vieillard-au-chapeau-de-paille ». Car pour n’être pas forcément considéré comme un astre de première grandeur, il brillait à leurs yeux d’un éclat incomparable. A écrivain marginal, lecteurs marginaux ! Cet élu secret, discrédité par sa réputation sulfureuse, était en réalité avant tout un hédoniste et un esthète, un expert, un artiste dans la conduite de la vie. Cet imaginatif que ni morale ni idées reçues n’arrêtaient, que seule la monotonie fatiguait, adorait la provocation, taillait en pièces préjugés et conventions et sur à peu près tous les sujets, importants ou apparemment insignifiants, avait des solutions nouvelles, des inventions à proposer.

5Durant des décennies, il avait consigné dans un journal intime ses idées originales pour jalonner l’existence d’agrément variés, car le quotidien, pensait-il, recèle des merveilles qu’il faut savoir déceler et au besoin créer. Ses expériences personnelles touchant ce dont aucun livre n’a jamais parlé et qui constitue pourtant la part majeure de notre vie forment ce recueil de notes capricieuses et délicieuses, au ton et au charme sans équivalent, qu’on pourrait intituler « essais sur les journées réussies ».

6Si Li Yu a profité exemplairement des bonheurs et des plaisirs de la vie, c’est qu’il a su admirablement s’occuper de soi, et c’est justement cet égotisme radieux qui fait qu’il a tant à nous dire : ses préoccupations, sa vision du monde, son sens du concret, son souci de cohérence, son goût affirmé pour le paradoxe en parole et en acte, le sens de l’humour qui confère tant de légèreté à ses écrits, nous le rendent proche et quasiment fraternel. Ces poèmes en prose, feux d’artifice qui « nourrissent l’âme et détendent l’esprit », montrent que si une authentique œuvre d’art peut traverser le temps et rester en vie, la vie à son tour peut, si l’on en prend le temps, devenir œuvre d’art.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Le Magazine littéraire, n° 429 (mars 2004), pp. 21-69.

2  Jacques Dars, Les carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p. Réédition en format réduit chez le même éditeur en 2009. Pour un compte-rendu critique, voir Pierre Kaser, Etudes chinoises, vol. XXIII, 2004, pp. 532-540.

3  Op.cit., p. 6.

4  Le Magazine littéraire, n° 429 (mars 2004), p. 49. Nous avons corrigé les dates de Li Yu qui étaient erronées. Voir le facsimilé en annexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Dars, « Li Yu, un art de vivre en Chine », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 02 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ideo.revues.org/332

Haut de page

Auteur

Jacques Dars

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org