Navigation – Plan du site
Délices en chinois

Plus précieux que tout l'or du monde

Essai liminaire du quatrième conte du Yunxian xiao (Cris stridents du génie des Nuées, xviie siècle)
Pierre Kaser

Texte intégral

Présentation

  • 1  Voir André Lévy, Le conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France - Institut des hau (...)
  • 2  Voir nos résumés des cinq contes dans Chan Hing-ho (ed.), Inventaire analytique et critique du con (...)
  • 3  Dans son Huaben xulu 話本敘錄 (Zhuhai : Zhuhai, 2001, p. 548-549), Chen Guisheng 陳桂聲 reprend l'hypothè (...)

1Yunxian xiao 雲仙笑 (Les Rires du génie des Nuées) ou Yunxian xiao 雲仙嘯 (Les Cris stridents du génie des Nuées) est une de ces collections tardives de contes en langue vulgaire proposés en recueil, les huaben 話本, dont la vogue (savamment retracée en son temps par André Lévy1) marqua la vie littéraire de la fin des Ming (1368-1644) grâce notamment à Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) et Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644), avant d'être remise au goût du jour au début des Qing (1644-1911) par des écrivains comme Li Yu 李漁 (1611-1680). L'influence de ces modèles se fait naturellement sentir sur la façon qu'a son auteur de traiter un genre auquel il apporte néanmoins du nouveau : son format de seulement cinq contes de petite taille (savoir de 8000 à 10 500 caractères), et, entre autres, sa manière de composer une intrigue policière2. La collection a dû être publiée entre 1643 et 1673, mais on ne sait rien de son auteur qui signe Tianhua zhuren 天花主人 (le Maître des fleurs célestes)3. Il aime bien, comme Li Yu, les courts essais liminaires dans lesquels il utilise les vieilles ficelles du métier en entamant un dialogue avec son lecteur, spectateur-auditeur fictif, lequel intervient dans le cas présent pour émettre des doutes sur la façon qu'il a d'envisager un des sujets les plus cruciaux de l'existence humaine : manger.

  • 4  Voir Gilles Boileau, Politique et rituel dans la Chine ancienne. Paris : Collège de France - Insti (...)
  • 5  On pourra lire la biographie de Han Xin du juan 92 du Shiji, « Huaiyin hou liezhuan » 淮阴侯列传, et sa (...)
  • 6  La traduction qui a fait l'objet d'un travail en groupe avec les étudiants de la spécialité Recher (...)

2Il y fait, on va le voir, grand cas d'une anecdote empruntée à l'Antiquité, celle des frères Boyi 伯夷 et Shuqi 叔齊, anecdote rapportée par Sima Qian 司馬遷 dans ses Mémoires historiques. Dans Politique et rituel dans la Chine ancienne, Gilles Boileau l'utilise pour illustrer les « liens unissant l'allégeance et la nourriture » et la résume ainsi : « Le Shiji raconte que ces deux frères, ayant refusé d'hériter de leur père, avaient décidé d'aller voir le roi Wen qui « nourrissait avec bonté les anciens », 善養老. Cependant à la mort du roi Wen, alors que le roi Wu, sans même respecter les règles de deuil, décidait d'attaquer le roi des Shang, lequel était son suzerain, ils prirent le parti, « par justice, de ne pas manger le grain (la nourriture) des Zhou 義不食周粟 et conséquemment moururent de faim »4. L'auteur s'appuie également sur une des anecdotes de la vie de Han Xin 韓信 (230-196), lequel avant d'œuvrer au succès de Liu Bang 劉邦 (256-195) fondateur de la dynastie des Han (-202 - +220), avait souffert de la faim5, ce qui est, on en conviendra sans doute en lisant le texte, pire que n'avoir rien à se mettre sur le dos6.

Plus précieux que tout l'or du monde

3Un poème dit :

Ne blâmez pas nos contemporains

de s'affairer à chercher pitance.

Avant de connaître la faim,

  • 7  Voir la note n° 4 de la présentation

Boyi et Shuqi faisaient bombance7.

  • 8  Pays de Wu : la province du Jiangsu 江蘇 actuelle

4Ce quatrain est l'œuvre d'un célèbre lettré du pays de Wu8. Il nous rappelle que dans l'existence ce qui importe le plus est d'avoir de quoi manger et de quoi se vêtir. Du reste, qui, quelque soit son statut social — lettré, paysan, artisan ou même marchand —, n'a pas à cœur de se démener pour se garantir les deux ? Combien d'hommes portant beau et ayant une belle prestance garderont leur superbe s'ils se trouvent confrontés au froid et à la famine ? Voyez comment Boyi et Shuqi, qui bien qu'ils fussent des sages de l'Antiquité, en ont été réduits à manger des fougères et des herbes sauvages pour tromper la faim qui les tenaillait dans leur refuge sur la montagne Shouyang. Ce n'est que lorsqu'ils n'en trouvèrent plus qu'ils moururent de faim. S'ils avaient accepté de manger les céréales des Zhou, ils auraient poursuivi leur destinée jusqu'à son terme. J'ai la faiblesse de penser que, de nos jours, il n'existe plus de personne de cette trempe qui soit prête à se laisser mourir de faim. C'est pour cela que j'affirme que manger et se vêtir sont les choses les plus importantes, encore faut-il considérer que l'une l'est encore plus que l'autre. Car un homme ne peut se passer de s'alimenter pendant une journée, quand il peut, pour un moment, se passer d'habits.

  • 9  Wuzang 五臟 : les cinq organes sont le cœur, le foie, les poumons, la rate, et les reins
  • 10  Voir la note n° 5 de la présentation

5« Sottises, comment peux-tu, conteur, nous faire avaler qu'il y aurait là une différence d'importance ? Cela ne revient-il pas à affirmer qu'on ne peut mourir que de faim, pas de froid ? » Cher lecteur, il y a des choses que tu ignores. Veuille bien considérer que sur les quatre saisons de l'année, trois — le printemps, l'été et l'automne —, connaissent des températures pour le moins propices. Pour ne prendre qu'un exemple, n'as-tu pas vu comment pendant les chaleurs caniculaires, ceux qui sont affublés de tenues d'apparat ne peuvent s'empêcher d'aller tête et pieds nus, et se défont de leur ceinture et de leurs parures ? Quant aux pauvres, les as-tu vu dans le même temps se mettre en quête d'une veste ouatée ? Non. Et quand vient l'hiver avec ses froidures, ceux qui n'ont pas plus de frusques que de pelisse à se mettre sur le dos peuvent encore s'agglutiner le long des haies ou au pied des murs pour s'y chauffer aux rayons du soleil ; et s'il vient à pleuvoir, les voilà dans les lisières des forêts ou dans quelque lieu isolé, qui récupèrent branches et brindilles pour faire du feu ; la nuit, sans lit ni couverture, c'est en ingurgitant trois bols d'alcool, qu'ils trouvent réconfort et chaleur jusqu'au jour suivant, pendant lequel ils vont s'activer sans relâche pour survivre. Ainsi, il y a toujours une solution pour surmonter les rudesses des grands froids, par contre, il est ô combien plus épineux d'affronter la faim. Du reste, ne dit-on pas depuis toujours que, pour le commun, la nourriture c'est le Ciel ? Il est, de plus, indéniable que quels que soient la saison, le climat, l'âge, le moment de la journée, tout un chacun doit manger, et ce chaque jour de sa vie. Voyez ce qui advient lorsqu'on saute un repas : les esprits des cinq organes se mettent immédiatement en branle9. Aller se dorer au soleil ne fera jamais disparaître l'appétit, faire un feu de bois n'y parviendra pas plus, et même trois bols d'alcool ne tromperont pas bien longtemps la faim ! Sans sou en poche, pas d'issue. Arrivé à cette extrémité, même si vous n'allez pas vous retirer sur la montagne Shouyang, j'ai bien peur que vous ne finissiez comme Boqi et Shuqi. C'est pourquoi j'affirme qu'il est plus important d'avoir de quoi manger que de quoi se vêtir. Mieux encore, si la lavandière de Huaiyin, n'avait pas offert le couvert à Han Xin, elle n'aurait pas reçu une récompense de mille onces d'or10. Admettons maintenant qu'elle n'ait pas pris soin de lui, il serait mort ; ce faisant comment l'empereur Gao des Han aurait-il réussi [à fonder sa dynastie] ? Voilà qui prouve qu'un seul repas peut avoir une importance colossale, une importance bien plus grande qu'une récompense de mille onces d'or.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Voir André Lévy, Le conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France - Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l'Institut des hautes études chinoises », vol. XXV, 1981, 481 p.

2  Voir nos résumés des cinq contes dans Chan Hing-ho (ed.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Tome cinquième. Paris : Collège de France - Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l'Institut des hautes études chinoises », vol. VIII-5, 2006, pp. 243-261. Le conte dont on va lire un extrait ci-dessous est le quatrième : « Sheng qianjin »  勝千金 (De plus de valeur que mille taëls). Voir « Pour un simple bol de riz », ibid., pp. 256-259 : « Pendant que la famine et les épidémies ravagent [à la fin des Yuan] le Jiangnan, la générosité d’un fonctionnaire à la retraite éveille l’animosité des autorités et cause une insurrection ».

3  Dans son Huaben xulu 話本敘錄 (Zhuhai : Zhuhai, 2001, p. 548-549), Chen Guisheng 陳桂聲 reprend l'hypothèse déjà formulée naguère par Dai Bufan 戴不凡 (1922-1980) de l'identifier au prolifique auteur Xu Zhen 徐震, originaire de Jiaxing 嘉興 au Zhejiang 浙江 et actif à l'époque, mais n'en administre pas la preuve. Cette collection et son auteur mériteraient sans aucun doute une attention plus grande que celle qu'elle a reçue jusqu'à présent. 

4  Voir Gilles Boileau, Politique et rituel dans la Chine ancienne. Paris : Collège de France - Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l'Institut des hautes études chinoises », vol. XXXVII, 2013, p. 264. Pour une traduction de la « Biographie de Boyi », « Bo Yi liezhuan » 伯夷列傳 qui figure au juan 61 du Shiji 史記, voir Jacques Pimpaneau (trad.) dans Sima Qian, Vies de Chinois illustres (Chapitres I à XXXII, XLV, LXVI, LXVIII des « Biographies », partie V des « Mémoires historiques et annexes »). Paris : You Feng, 2009, pp. 23-26. Notons aussi que l'auteur du Doupeng xianhua 豆棚閒話 (vers 1668), Aina jushi 艾衲居士, en donna une version « nettement plus subversive » dans son septième récit, traduit sous le titre de « Sur le mont Shouyang, Shuqi change de loyauté » par Claire Lebeaupin, Propos oisifs sous la tonnelle aux haricots. Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », n° 119, pp. 176-199 et les notes pp. 375-379, notamment la note 8, p. 377

5  On pourra lire la biographie de Han Xin du juan 92 du Shiji, « Huaiyin hou liezhuan » 淮阴侯列传, et sa traduction dans Jacques Pimpaneau (trad.), op. cit., pp. 417-437

6  La traduction qui a fait l'objet d'un travail en groupe avec les étudiants de la spécialité Recherche en sinologie du Master Aire culturelle asiatique de l'université Aix-Marseille est basée sur les textes établis par Zhu Meishu 朱眉叔 (Shengyang : Chunfeng wenyi, coll. « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo congkan », 1983, p. 54-55) et Li Weishi 李偉實 (Nanjing : Jiangsu guji, coll. « Zhongguo huaben daxi » 中國話本大系, 1994, pp. 59-60 et les pages 143-147 de la reproduction facsimilé de l'exemplaire unique conservé à la bibliothèque municipale de Dalian 大連 (RPC) présenté par Yuan Shiyan 袁世硯 dans la collection « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說集成 (Shanghai : Shanghai guji, 1991)

7  Voir la note n° 4 de la présentation

8  Pays de Wu : la province du Jiangsu 江蘇 actuelle

9  Wuzang 五臟 : les cinq organes sont le cœur, le foie, les poumons, la rate, et les reins

10  Voir la note n° 5 de la présentation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser, « Plus précieux que tout l'or du monde », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/354

Haut de page

Auteur

Pierre Kaser

Aix-Marseille université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org