Navigation – Plan du site
Délices en chinois

Le chien, la galette et le lauréat

Douzième récit du Yuhuaxiang (Fleurs du Paradis) de Shi Chengjin
Pierre Kaser

Texte intégral

Shi Chengjin : un auteur à redécouvrir

  • 1  Sur la découverte de la source de « Tchang Seng, ou l’art de se procurer une vie saine et longue » (...)
  • 2  J'ai déjà eu l'occasion de parler des splendeurs et de la richesse de la ville de Yangzhou qui a f (...)
  • 3  Sur l'homme et l'œuvre, on trouvera des éléments descriptifs et critiques dans Roland Altenbuger, (...)

1Shi Chengjin 石成金 (zi Tianji 天基) mériterait sans aucun doute d'être plus connu en France et pas seulement parce que la traduction d'un de ses écrits sur le yangsheng 養生, ou l'art d'entretenir la vie, figure dans la monumentale Description de la Chine que le père jésuite Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) publia en 17351. Son œuvre volumineuse et variée qui fit de lui une célébrité du Yangzhou 揚州2 de la fin du xviie s. et du début du xviiie s., me semble posséder les qualités suffisantes pour intéresser et distraire le public amoureux de textes chinois curieux. On y trouve outre des textes médicaux, une œuvre maîtresse, le Chuanjia bao 傳家寳 (Trésor familial), sorte de compendium réunissant pas moins de 120 ouvrages de natures différentes publiés entre 1692 et 1739, une collection d'histoires pour rire qui propose d'« Obtenir le Bon en riant », Xiao de hao 笑得好, mais aussi, publiés en 1726 et 1729, deux recueils de contes : le Yuhuaxiang 雨花香 (Fleurs du Paradis) et le Tongtianle 通天樂 (Comprendre les plaisirs divins) qui en est le complément. Cette série, de respectivement 40 et 12 récits relativement brefs et entrecoupés d'essais, est sous-titrée Yangzhou jinshi 揚州近事 (Récents évènements s'étant passés à Yangzhou)3.

  • 4  Nous avons utilisé en plus du facsimilé de la collection « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說集成 (Shangh (...)
  • 5  La dernière phrase du court préambule que nous n'avons pas traduit insiste sur la véracité des fai (...)

2Ces récits comme l'ensemble des écrits de Shi Chengjin sont couchés dans une langue vulgaire souple et agréable qui n'est pas sans avoir certaines affinités avec le style d'un Li Yu 李漁 (1611-1680). C'est du premier recueil de contes que nous avons tiré cette amusante histoire dans laquelle une simple galette est impliquée dans un cas surprenant de réincarnation d'un chien en premier lauréat des concours mandarinaux4. Le fait, que Shi veuille nous faire croire qu'il est bien réel5, est d'autant plus piquant qu'il semble n'avoir jamais tenté la voie des examens — il s'est taillé une réputation locale, et sans doute nationale, uniquement grâce à sa production littéraire dont il devait assurer lui même la diffusion et qu'il signait de son nom personnel. Il serait né en 1659 ou en 1660, à Jiangdu 江都 (district de Yangzhou), mort en 1739, et aurait passé la quasi totalité de sa vie à Yangzhou qui est aussi le théâtre quasi exclusif de sa création. De plus amples recherches pourraient nous dire si l'on a avec lui une sorte de Restif de la Bretonne (1736-1806) chinois, arpenteur des ruelles de Yangzhou et chroniqueur d'une des villes les plus prospères de Chine à son époque.

Le chien, la galette et le lauréat

  • 6  Yangzhou 揚州 : Voir la note 2 de l'introduction
  • 7  Le Ganlusi 甘露寺 se dresse sur un des sommets des Beigushan 北固山 qui surplombent la ville de Zhenjian (...)

3Au niveau de la petite porte orientale à l'intérieur des murs de la cité de Yangzhou6, vivait un homme dans la trentaine qui s'appelait Wei Mingyu. Un jour, il visita le monastère bouddhiste de la Rosée Bienfaisante à Zhenjiang7, se rasa le crâne et se fit moine.

4L'institution avait à sa tête le Grand Maître Che. Ce moine éminent ayant connu l'illumination expliquait la Voie avec tant de limpidité que nombreux étaient ceux qui se pressaient pour l'écouter avec dévotion. Le chien qu'abritait le monastère lui-même ne manquait aucun de ses prêches, buvant, museau à terre, ses paroles, pour ne se retirer que lorsque, la leçon finie, il n'était plus question que de choses de ce bas-monde.

5Un jour que la faim le tenaillait, Mingyu s'était appuyé à une colonne d'une des galeries pour déguster une galette lorsque le chien du monastère vint se frotter à lui comme s'il désirait en obtenir un morceau. Ceci mit Mingyu hors de lui et il lui administra un coup de pied si vif qu'il envoya la bête rouler au loin en prise à une vive douleur. Regrettant aussitôt son geste, Mingyu se fit la réflexion suivante : « Il n'a même pas touché à la galette, pourquoi donc l'ai-je frappé et lui ai-je causé ces souffrances ? », et compatissant, il lui envoya la moitié restante de la galette. Trois jours plus tard, le chien mourut. Averti de son sort, le supérieur Che fit enterrer la bête dans un des jardins à l'arrière du monastère.

  • 8  Zhuangyuan 狀元 : était ainsi désigné celui qui s'était placé en tête de la liste, souvent très cour (...)

6Dix-huit années s'étaient écoulées quand on vint avertir le supérieur que son monastère était sur le point de recevoir la visite du nouveau lauréat des examens, un garçon du coin arrivé premier aux concours de la capitale8 et qui était désireux de brûler de l'encens comme de profiter de la vue sur la vallée. Che dépêcha ses moines pour aller au devant de son escorte, laquelle avait fière allure, composée qu'elle était de porteurs de fanions et de parasols, de fantassins et de cavaliers. Le lauréat descendit de son cheval au portique marquant l'entrée de la montagne pour finir son ascension à pied.

7Il était non seulement très jeune mais avait une belle prestance. Quand il eut fini d'honorer le Bouddha, il fut reçu en audience par le supérieur qui l'invita à boire du thé et auprès duquel il se montra aussi déférent que respectueux ; il le salua avec beaucoup d'application en le quittant, puis déambula ensuite à travers les galeries.

8Tout à coup, il aperçut Mingyu qui, appuyé sur une colonne, lui tournait le dos. Pris de colère le lauréat le fit s'agenouiller et le houspilla : « Je suis venu brûler de l'encens, et ne t'ai pas importuné, que je sache, pourquoi m'ignores-tu ainsi ? Quelle attitude méprisante ! » Ceci dit, il ordonna à ses sbires de s'emparer de l'homme et d'aller lui administrer une volée de cinq coups de bâton avant de le relâcher. Lui-même poursuivit sa promenade en direction du sommet pour admirer la vue sur le Grand Fleuve, avant de s'en retourner, accompagné par une foule de moines.

9A leur retour ceux-ci entourèrent Mingyu, qui, la mine déconfite, se plaignait :  « Mais je ne l'ai même pas offensé, ni même ne lui ai parlé ! Je ne peux pas accepter la bastonnade de ce mandarin, je suis innocent, je le déteste ! » Il était toujours en train de se lamenter quand arrivèrent deux gardes de nuit arborant leur haute coiffe rouge, et qui intimèrent à Mingyu de les suivre sans plus tarder, avec pour seule explication la phrase suivante : « Le lauréat vous demande en audience ! » « M'est avis qu'il ne m'a pas assez rudoyé tout à l'heure et qu'il veut m'infliger un nouveau supplice », fut la réflexion qui passa dans la tête de Mingyu, mais que pouvait-il faire sinon se soumettre et les suivre.

10Terrifiés les moines allèrent en référer au supérieur, le priant de les autoriser à se rendre à la résidence du lauréat pour l'amadouer, mais celui-ci les rembarra : « Il est inutile que vous vous déplaciez, cette fois il ne lui arrivera rien. Bien avant la visite de ce lauréat, j'avais composé une sentence ; elle est toujours collée sur un de nos murs. » Un serviteur fut envoyé pour la chercher et la foule des moines put lire : « Cinq coups de bâtons pour un coup de pied, trois années pour une galette mangée à moitié ».

11La surprise saisit les moines qui réalisèrent que dans sa vie antérieure le lauréat avait été le chien du monastère. Ils envoyèrent aux nouvelles et apprirent que le lauréat avait accueilli Mingyu en ces termes : « C'est la colère qui m'a conduit à vous faire donner une correction, mais en y réfléchissant, j'ai compris mon erreur. Que diriez-vous, vous qui avez connu les rudesses de la vie monacale, de vous installer chez moi dans une pièce spécialement aménagée pour la méditation, où vous seront servis chaque jour légumes, thé et riz pour vous aider sur votre chemin spirituel ? » Empli de joie, Mingyu ne savait comment montrer sa gratitude, et il fit comme on le lui avait proposé.

12En un clin d'œil trois années s'écoulèrent et Mingyu mourut soudainement. Le lauréat le fit enterrer en grande pompe, ce qui montre bien que que tout dans nos actions trouve sa cause dans nos vies antérieures. Craignons donc les conséquences de chacun de nos actes !

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Sur la découverte de la source de « Tchang Seng, ou l’art de se procurer une vie saine et longue », voir Frédéric Obringer, « Le jésuite et le polygraphe de Yangzhou à la recherche de la longue vie », Carnets du Centre Chine. [En ligne] Mis en ligne le 2 mars 2012. URL : http://cecmc.hypotheses.org/6169 La Description de la Chine qui a fait l'objet d'une étude magistrale d'Isabelle Landry-Deron (La Preuve par la Chine. La « Description » de J.-B Du Halde, jésuite, 1735. Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2002) est consultable en version numérisée grâce à Pierre Palpant sur son site Chineanncienne.fr à l'URL : http://www.chineancienne.fr/17e-18e-s/du-halde-description-de-la-chine/ Le texte de Shi Chengjin y figure tome 3, pp. 907-935

2  J'ai déjà eu l'occasion de parler des splendeurs et de la richesse de la ville de Yangzhou qui a fait sa fortune principalement grâce au négoce du sel, aussi me contenterai-je de rappeler qu'il s'agit d'une ville de la province actuelle du Jiangsu 江蘇 et de renvoyer le lecteur curieux à mon introduction aux Dix jours de Yangzhou. Journal d'un survivant. Toulouse : Anacharsis, coll. « Famagouste », 2013. Shi Chengjin y est évoqué pages 34 et 35

3  Sur l'homme et l'œuvre, on trouvera des éléments descriptifs et critiques dans Roland Altenbuger, « Early Qing Yangzhou in Shi Chengjin’s Vernacular Vignettes », dans Lucie B. Olivová, Vibeke Børdahl (ed.), Lifestyle and Entertainment in Yangzhou. Copenhagen : NIAS Press, coll. « NIAS Studies in Asian Topics », n° 44, 2009, pp. 149-176, et sur les recueils de contes dans Patrick Hanan, The Chinese Vernacular Story. Cambridge (Mass.) - London : Harvard University Press, 1981, pp. 209-210

4  Nous avons utilisé en plus du facsimilé de la collection « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說集成 (Shanghai : Shanghai guji), le texte établi par Chu Lingzhen 儲玲珍 et Zhang Bing 張兵 qui figure dans un volume publié à Nanjing, aux Editions Jiangsu guji dans la collection « Zhongguo huaben daxi » 中國話本大系, (Shi Changyu 石昌渝, al. (eds.), Xiong Longfeng kanxing xiaoshuo sizhong 熊龍峰刊行小說四種, (1990) 1994). Voir Yuhuaxiang, pp. 64-66.

5  La dernière phrase du court préambule que nous n'avons pas traduit insiste sur la véracité des faits rapportés : « Je ne dirai pas le nom de ce lauréat de peur de nuire à sa personne ; je souhaite que non seulement le lecteur ne m'en tienne pas rigueur, mais qu'il n'aille pas croire que je lui conte des inepties sans fondement. » 予於狀元不說姓名恐卑污於人也閱者相諒勿謂無稽虛語

6  Yangzhou 揚州 : Voir la note 2 de l'introduction

7  Le Ganlusi 甘露寺 se dresse sur un des sommets des Beigushan 北固山 qui surplombent la ville de Zhenjiang 鎮江 située à quelque 30 km au sud de Yangzhou. Ce monastère fondé au milieu du IIIe siècle voit ses pavillons, temples et galeries « répartis sur la pente et sur le rebord de la falaise. De là, [on peut] observer le majestueux Grand Fleuve (Changjiang) ou fleuve Bleu (Yangzi) » (Robert Boulanger (ed.), Chine. Paris : Hachette Guides bleus, 1983, p. 801)

8  Zhuangyuan 狀元 : était ainsi désigné celui qui s'était placé en tête de la liste, souvent très courte, des lauréats aux derniers des concours mandarinaux, voie royale pour rentrer dans l'administration impériale. Le zhuangyuan jouissait d'un prestige encore plus grand que l'ensemble des jinshi 進士 ou docteurs, selon la terminologie jamais remise en cause établie par les missionnaires au xviiie siècle dans leurs descriptions de la Chine et du système de recrutement de ses fonctionnaires. Ce terme doublement honorifique est parfois rendu par « Primus » ou « Optimus ». Notons que le lauréat en question n'a pas trainé pour franchir les trois niveaux et les multiples épreuves qui balisent le chemin tortueux des candidats à une entrée dans la bureaucratie impériale, puisqu'il n'a que 18 ans

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser, « Le chien, la galette et le lauréat », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/355

Haut de page

Auteur

Pierre Kaser

Aix-Marseille université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org