Navigation – Plan du site
Délices en chinois

Un fantôme de fraîche date

ou les tribulations d’un revenant famélique. Conte populaire de la province du Shandong
Alain Rousseau

Texte intégral

Présentation

1On aurait tort de croire que les hommes et les animaux sont les seules créatures pour lesquelles boire et manger soient une préoccupation de tous les jours : ce serait oublier qu’il existe une troisième catégorie de créatures, la plus importante par le nombre d’ailleurs, à qui se pose également la question quotidienne, voire pluriquotidienne, de la subsistance alimentaire : fantômes, spectres et revenants de l’autre monde, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, continuent en effet, par delà la mort, à éprouver le besoin de boire et de manger, au même titre que les vivants. C’est là en tout cas une très ancienne croyance fort répandue dans le monde chinois, dont témoigne notamment la pratique cultuelle de l’offrande de nourriture et de vin aux mânes des défunts. Par ailleurs, la littérature narrative chinoise nous offre mainte histoire de fantôme que travaille l’appel du ventre et que la faim ou la gloutonnerie conduit du reste le plus souvent à se retrouver en fâcheuse posture. C’est ainsi que parmi bien d’autres, le Zibuyu子不語, « Ce dont le Maître ne parlait pas », de Yuan Mei 袁枚(1716–1798), contient plusieurs histoires qui illustrent, non sans une certaine cocasserie, le thème du fantôme affamé (egui餓鬼), thème assurément ancien, puisqu’il apparaît déjà sous le pinceau des lettrés de l’époque des Six Dynasties (iiievie siècles) à qui nous devons moult recueils d’anecdotes surnaturelles, que l’on désigne en chinois sous le nom de zhiguai志怪, « récits de faits étranges ».

  • 1  Ce recueil de plus de 900 pages, qui rassemble environ 300 contes, a été publié sous la direction (...)

2Les fantômes affamés sont des personnages bien connus également de la littérature orale, telle du moins que nous la connaissons à travers les revues qui lui sont dédiées, et surtout à travers les innombrables recueils de contes populaires (minjian gushi 民間故事) qui se publient en Chine. C’est donc tout naturellement que l’un de ces recueils, intitulé Zhonguo guihua 中國鬼話, « Histoires de fantômes chinois », fruit d’un travail de collecte mené aux quatre coins du pays à la fin des années 80 et publié en 19911, consacre une section à ces meurt-de-faim (si l’on peut dire) de l’au-delà, au beau milieu d’une kyrielle de congénères de tout acabit. Y figure en particulier une légende présentée comme circulant dans la province du Shandong où elle a été recueillie par un certain Yu Lufang 于錄方. C’est cette histoire, intitulée Xin gui 新鬼, qui est traduite ci-dessous sous le titre « Un fantôme de fraîche date ». Le personnage central en est un fantôme encore novice errant misérablement à la recherche de sa pitance dans le monde des vivants et qui, sur les conseils mal interprétés d’un des ses vieux amis, tente d’extorquer sa subsistance auprès de religieux bouddhistes, puis taoïstes, en usant à leur encontre d’un semblant de magie noire. Mais les choses ne se passent pas comme prévu, et notre fantôme se retrouve par deux fois Gros-Jean comme devant. Ce n’est qu’à sa troisième tentative, perpétrée cette fois auprès de gens du petit peuple plus superstitieux que religieux, que sa coupable industrie se montre enfin payante.

  • 2  Les pretas sont les réincarnations de défunts qu’un mauvais karma a condamnés à renaître et à erre (...)
  • 3  Ce récit figure, sous le même titre de Xin gui 新鬼, au chapitre 321 du Taiping guanji 太平廣記, « Vaste (...)

3Les lecteurs familiers des zhiguai évoqués plus haut reconnaîtront sans peine dans l’histoire de ce fantôme, proche cousin des pretas de la mythologie bouddhiste2, l’adaptation moderne d’un court récit que le célèbre lettré Liu Yiqing (劉義慶 (403–444), a incorporé à son Youminglu幽明錄, « Chroniques de l’obscur et du lumineux », ou encore « Chroniques du monde des morts et du monde des vivants », recueil d’anecdotes dans lequel, comme le suggère son titre, les créatures de l’au-delà jouent un rôle non négligeable3. Adaptation, c’est d’ailleurs beaucoup dire, puisque cette version moderne ne fait que reprendre à la lettre l’argument et la trame du récit de Liu Yiqing, qu’elle enrichit certes de nombreux détails originaux, mais sans y apporter de changement significatif. Pour autant, là où Liu Yiqing nous donne à lire un récit lapidaire, rédigé dans une langue classique d’une extrême concision où tout se dit en deux mots, parfois trois, rarement plus, la version moderne de Zhongguo guihua, au style nettement plus coloré, s’offre à lire comme une véritable nouvelle qui, par le côté drolatique de sa narration, évoque certains fabliaux de notre Moyen Âge ou certains contes facétieux de notre Renaissance (au passage, on ne se prive pas, là non plus, d’égratigner les prêtres, ici bouddhistes et taoïstes, accusés comme il se doit d’abuser les crédules et de pratiquer le parasitisme social).

Un fantôme de fraîche date

4À peine venait-il de défunter que Li Yuan, devenu fantôme de fraîche date, quitta le monde des morts pour une première incursion dans le monde des vivants. Mais ne sachant comment s’y prendre pour assurer sa subsistance, il se retrouva dans une misère noire, et sans le moindre morceau à se mettre sous la dent, il devint si maigre qu’il ne fut plus que l’ombre de lui-même.

5Un jour, il croisa un de ses vieux amis du temps où il était encore en vie, le sieur Liu, lequel était mort depuis déjà plus de vingt ans. Rien qu’à voir son visage rubicond, son corps gras et replet et sa mise impeccable, on devinait d’emblée que Liu nageait en pleine opulence.

6Aussi, à la vue de Li Yuan qui était si malingre qu’un coup de vent l’eût renversé, Liu ressentit pour lui une vive compassion. « Comment se fait-il que tu sois devenu maigre à ce point ? lui demanda-t-il. — C’est que je n’en suis qu’à mes débuts, répondit Li Yuan, et que je n’ai pas encore trouvé le moyen d’assurer ma subsistance. La faim est pour moi un supplice quotidien : c’est elle, et elle seule, qui m’a rendu si maigre. Mais toi, tu as de l’ancienneté, et tu as acquis une riche expérience : enseigne-moi donc une méthode qui me permettra de trouver ma pitance. — Que tu sois devenu maigre à ce point faute de quoi manger, dit Liu, c’est proprement inconcevable, alors qu’il te suffit d’aller trouver des gens et de te livrer sur eux à quelque diablerie, et quand tu auras semé le trouble au point qu’ils n’auront plus de répit, la vie leur sera devenue tellement impossible que, tremblants de peur, ils te supplieront de leur rendre leur tranquillité et t’offriront pour cela de la nourriture et de l’argent. »

7Fort des conseils de Liu, Li Yuan se rendit alors dans un monastère bouddhique situé à l’extrémité est du village. Là, il fit le tour des bâtiments, mais n’y trouvant nulle occasion de s’y livrer à une diablerie quelconque, il s’apprêta à quitter les lieux, quand il découvrit sur le flanc ouest une bâtisse qui abritait une meule à grains. Il se dit : « Si c’est moi qui fais tourner cette meule, les gens d’ici auront peur, cela ne fait aucun doute, et je pourrais leur extorquer de quoi manger sans la moindre difficulté. » Aussitôt dit, il se mit à faire tourner la meule de toutes ses forces.

  • 4  Rappelons qu’en principe, les fantômes sont invisibles aux yeux du commun des mortels.

8À la vue de la meule qui s’était soudain mise à tourner toute seule, les moinillons de la bonzerie furent saisis d’épouvante4. Prenant leurs jambes à leur cou, ils coururent trouver le père abbé et lui dirent affolés : « Quel malheur, Maître, quel malheur ! » Le père abbé, qui était en train de réciter ses soutras, les yeux mi-clos et les paumes jointes, leur demanda : « Amida Bouddha ! Pourquoi tant d’alarme ? » Les moinillons répondirent : « Malheur à nous ! Voilà que la meule à grains du moulin côté ouest vient subitement de se mettre à tourner toute seule : c’est à coup sûr un démon qui est en train de faire des siennes ! » Le père abbé ne se démonta pas. Avec le plus grand calme, il dit aux moinillons : « Notre communauté met la compassion au cœur de toute chose, et je suis convaincu que Bouddha en a été ému. Bouddha a eu pitié de la pauvreté où nous sommes, nous qui n’avons pas les moyens d’employer quelqu’un pour faire tourner la meule, et il a envoyé un fantôme le faire à notre place, voilà tout. Vous n’avez aucune raison d’avoir peur. Allez donc porter notre blé à ce fantôme tourneur de meule, et soyez tranquilles. » Alors, les moinillons allèrent porter une grosse quantité de blé au fantôme, à charge pour lui de le réduire en farine.

9Quand le soir fut venu, Li Yuan avait moulu plusieurs centaines de livres de blé et il était rompu de fatigue, mais il n’avait pas récolté le moindre morceau à se mettre sous la dent. Tenant à peine sur ses jambes, il sortit du monastère et tomba nez à nez avec le sieur Li. Le voyant, il explosa de colère et déversa sur lui un flot d’injures. « Espèce de rejeton de cornard ! Qu’est-ce que c’est que cette entourloupe ? Je me suis esquinté toute la journée, et je n’ai même pas récolté le moindre morceau à me mettre sous la dent ! » Mais il faisait tellement pitié à voir que Liu, loin de se fâcher, lui dit : « Il faut que tu continues à chercher ailleurs, et lorsque tu auras trouvé des gens suffisamment poltrons, cette fois, tu auras de quoi manger. »

  • 5  Le Très Haut Seigneur Lao (Taishang laojun太上老君) est la divinisation de Lao zi 老子, fondateur légend (...)

10Le lendemain aux aurores, Li Yuan se rendit dans un temple taoïste situé à l’extrémité ouest du village. À peine en eût-il franchi l’entrée qu’il vit un pilon à grain en pierre qui se trouvait près de la porte. Il se dit alors : « Hier, j’ai tourné la meule et les gens n’ont pas été effrayés, mais si aujourd’hui je joue du pilon, les gens d’ici le seront, c’est sûr et certain. » Aussitôt dit, et de façon toute humaine, il se mit à pilonner à vide, de toutes ses forces, à la vue de quoi les jeunes prêtres du temple allèrent aussitôt en informer leur abbé. Or celui-ci avait entendu conter que la veille, un fantôme avait tourné la meule pour le compte des bonzes. Du coup, faisant preuve d’encore plus d’assurance que l’abbé du monastère, il déclara sur un ton encore plus posé : « Ô incommensurables divinités célestes, quelle bonté que la vôtre, quelle bonté que la vôtre ! Hier, Bouddha a envoyé un fantôme tourner la meule pour le compte des bonzes, et voilà qu’aujourd’hui, le Très Haut Seigneur Lao5 envoie un fantôme manier le pilon pour notre compte à nous. Vous tous, allez donc mettre du grain en sacs et portez-le à ce fantôme afin qu’il le passe au pilon ! » Alors, les prêtres s’activèrent sans désemparer jusque dans la soirée, les uns assurant le transport du grain, les autres passant la farine au blutoir afin de la débarrasser du son. Quant à Li Yuan, il était si fatigué qu’il se traînait par terre sans pouvoir se relever, et comme l’abbé ne lui avait pas donné la moindre miette à manger, il ne lui resta plus, dès qu’il eut soufflé un peu, qu’à quitter les lieux en se traînant par terre.

11Alors qu’il se traînait sur le chemin du retour, il tomba derechef sur le sieur Liu. Au comble de la colère, il lui dit : « Lorsque nous étions en vie, nous étions les meilleurs amis qui soient, et aucune autre amitié ne pouvait se comparer à la nôtre. C’est parce que j’avais confiance en toi que je t’ai demandé conseil, mais toi, — toi, à chaque fois tu m’as mené en bateau ! La fatigue de ces deux jours m’a tellement abîmé que je suis sur le point de m’écrouler ventre contre terre, et je n’ai même pas eu la moindre miette à me mettre sous la dent ! J’ai de quoi être déçu, tu ne crois pas ? — Tu ne peux pas me tenir rigueur de ce qui s’est passé, rétorqua Liu. C’est uniquement ta méconnaissance des choses du monde des vivants qui a provoqué ce qui t’est arrivé. Vois : tu es allé par deux fois chez des gens, les uns bouddhistes, les autres taoïstes, qui vivent exclusivement de l’aumône que leur font les gens, ou bien en embobinant ces mêmes gens avec deux sous de magie. Entretenus jour après jour, rien ne peut les impressionner. Que tu parviennes à leur soutirer ta pitance en les impressionnant, voilà qui serait bien singulier ! À l’avenir, va plutôt faire tes diableries chez des gens ordinaires, des gens du petit peuple : ces gens-là sont poltrons et ont peur des fantômes et des démons, et tout ce que tu leur demanderas, ils te le donneront servi sur un plateau. »

12Le troisième jour, Li Yuan suivit la méthode indiquée par Liu et se rendit dans une famille de paysans. On y vivait dans un dénuement complet, la maison menaçait de s’écrouler, et tous, adultes et enfants, étaient vêtus de haillons. La famille, faisant cercle autour d’une marmite, était en train de prendre son repas : les parents avalaient du brouet de riz, tandis que les garçons mangeaient des galettes de son, et les fillettes des boulettes de légumes. Ils vivaient si durement que Li Yuan se dit in petto : « J’aurai beau me livrer à quelque diablerie que ce soit dans cette maison, je n’en tirerai rien de bon à manger. » Il tourna les talons et s’apprêta à partir, lorsqu’il se ravisa. « Et puis non, se dit-il, puisque je suis venu, je vais quand même les effrayer pour voir, et avec de la chance, ils me donneront quelque chose à manger. » C’est alors qu’il remarqua dans la cour un chien qui n’avait plus que la peau sur les os et qui se traînait par terre, tout pantelant. Visiblement, il n’avait rien mangé depuis plusieurs jours. S’approchant du chien, Li Yuan se saisit de lui et le souleva de terre, le prit sur son épaule et se mit alors à courir et à sauter de droite et de gauche dans la cour, à foncer tête baissée droit devant lui. À la vue du chien qui courait et sautait dans tous les sens à trois pieds au-dessus du sol, la famille de paysans fut prise d’une telle frayeur que plus personne n’osa continuer à manger, et tous, en proie à l’affolement, se prosternèrent en se frappant le front contre le sol. « Ô immortel céleste, dit le père de famille, vos pas vous ont mené jusqu’ici et nous ne sommes pas venus vous accueillir à notre porte ! C’est une faute colossale, une véritable honte, et toute notre famille à présent fait amende honorable en se frappant le front contre le sol dans l’espoir qu’ainsi votre courroux s’apaisera et que vous nous rendrez notre tranquillité ! » Voyant la tournure que prenaient les choses, Li Yuan sentit la joie l’envahir, et plein d’une énergie débordante, il se mit à foncer à travers la cour avec encore plus de violence et de furie.

13Lorsqu’il vit que ses supplications ne servaient à rien, le vieux paysan, dont la peur ne faisait que croître, alla en toute hâte quérir une vieille devineresse. Celle-ci se mit à compter et à recompter sur ses doigts grands écartés pendant un bon moment, et lorsqu’elle eut finit de compter, elle dit : « Aucune calamité, aucun malheur ne vous menace. Il s’agit simplement d’un fantôme affamé qui souffre d’une faim intolérable et qui vous demande quelque chose à manger. Vous n’avez qu’à lui préparer quelques mets friands, avec de l’eau en place de vin, et donner une petite cérémonie mortuaire en son honneur. Laissez-le manger tout son saoul, et quand il sera parti, votre maison aura retrouvé sa tranquillité. »

  • 6  Sic. Le narrateur s’est manifestement laissé emporter par son élan.

14Alors le vieux paysan alla emprunter une grosse somme d’argent, après quoi il tua le chien, puis il arrangea une table couverte de plats à foison, remplit d’eau une cruche à vin, et c’est avec une déférence extrême qu’il célébra une cérémonie mortuaire en l’honneur de Li Yuan. Celui-ci, fou de joie, se mit à dévorer et à engloutir avec un appétit féroce, avalant à grosses bouchées et buvant à grandes lampées, jusqu’à ce qu’il fût ivre de vin6 et repu de nourriture. Il ne s’en tint du reste pas là, et lorsque fier comme un paon, il prit congé de la famille de paysans, ce fut en emportant avec lui tous les plats qui se trouvaient sur la table.

15Dès lors, chaque fois qu’il se rendit chez des gens du petit peuple pour y faire ses diableries, Li Yuan en tira toujours des bénéfices substantiels, au point qu’obnubilé par le profit, il devint d’une avidité insatiable. Triste résultat de l’enseignement prodigué par le sieur Liu !

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Ce recueil de plus de 900 pages, qui rassemble environ 300 contes, a été publié sous la direction de Wen Yansheng 文顏生 (pseudonyme de Xu Hualong 徐華龍) aux éditions Shanghai wenyi  en 1991 (voir l’article de Vincent Durand-Dastès, « La Grande muraille des contes », pp. 16–17, Carreau de la BULAC, 2014, http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/01/05/59/15/PDF/Grande_muraille_des_contes_version_14_08_2014.pdf).

2  Les pretas sont les réincarnations de défunts qu’un mauvais karma a condamnés à renaître et à errer parmi les hommes sous l’espèce de démons perpétuellement dévorés par la faim et par la soif.

3  Ce récit figure, sous le même titre de Xin gui 新鬼, au chapitre 321 du Taiping guanji 太平廣記, « Vaste compilation de l’ère Taiping ». On peut le lire en ligne à de multiples adresses, dont celle-ci : http://ctext.org/taiping-guangji/321/xingui

4  Rappelons qu’en principe, les fantômes sont invisibles aux yeux du commun des mortels.

5  Le Très Haut Seigneur Lao (Taishang laojun太上老君) est la divinisation de Lao zi 老子, fondateur légendaire de la religion taoïste.

6  Sic. Le narrateur s’est manifestement laissé emporter par son élan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Un fantôme de fraîche date », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 22 août 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://ideo.revues.org/373

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org