Navigation – Plan du site
Friandises en hindi

Le déjeuner

Nouvelle en hindi d'Amarkānt
Elizabeth Naudou

Texte intégral

Présentation

L'auteur: Amarkānt

1Amarkānt अमरकांत est né le premier juillet 1925 dans le village de Bhagdalpur, district de Balia, Uttar Pradesh, Inde. Il est décédé en février 2014, des suites d’une  maladie éprouvante. Il s’engage très tôt, à peine âgé de dix-sept ans, dans le mouvement pour l’indépendance « Quit India Movement ». Balia fut en 1942 l’un des principaux fiefs du mouvement anti-britannique. Le mouvement de désobéissance civile, lancé par Gandhi, « Do or die », jouissait d’un impact important dans cette région du nord de l’Inde. Durant dix jours, alors qu’un gouvernement indépendant avait été formé à Balia, les partisans gandhiens pour la liberté réussirent à mettre la main sur les postes de police tenus par les britanniques et à libérer des prisonniers. C’est cet événement qui est retracé dans le plus célèbre des romans d’Amarkānt : inhī hathiyārõ se, traduit en anglais sous le titre With these Weapons alone. Ce roman lui a valu le plus grand prix littéraire indien, le prix de l’Académie des Belles Lettres, le Sāhitya Akādemī Sammān, en 2007. En 2009, il obtenait l’autre non moins prestigieux prix indien pour sa contribution à la littérature hindi : le Jnānpīth Puraskār. Il est également détenteur du Soviet Land Nehru Award. Ses œuvres sont étudiées en milieu scolaire et universitaire en Inde, mais également au Japon et en Russie.

2Il vivait depuis 1947 à Allahabad où il avait fait ses études à l’Allahabad University. Il débuta sa carrière comme journaliste dans plusieurs journaux locaux. Ses romans et ses nouvelles, grâce auxquels il ne fut reconnu que tardivement, s’inscrivent dans le courant littéraire Naī kahānī, la « Nouvelle moderne », mouvement comparable au « Nouveau roman » et dont les débuts remontent à 1950, date de l’Indépendance de l’Inde.

3Bien qu’auteur représentatif de la fiction hindi post-moderniste, bien qu’activiste militant aux côtés de Gandhi, il a tristement fini ses jours en 2014 après des années de lutte avec le gouvernement indien pour faire valoir ses droits. A l’âge de 83 ans, atteint d’une ostéomyélite, il fut contraint de vendre ses manuscrits pour survivre, allant même jusqu’à déclarer qu’il allait vendre son prix Sāhitya Akādemī Sammān pour faire face au coût élevé de son traitement médical.

4Son style a souvent été comparé à celui du célèbre auteur hindi du début du xxe siècle, Premchand. Ses nouvelles sont toutes empreintes de cette même coloration socio-réaliste qui a fait la renommée de Premchand, mais Amarkānt y ajoute une touche personnelle indescriptible, toute faite de nuances, d’ombre et de lumière et privilégiant l’ambiance et l’atmosphère à la description systématique des lieux, des événements, des personnages. Son approche sociologique et psychologique des personnages est représentative d’une écriture qui se veut simple, tout en étant descriptive, sans pour cela tomber dans un misérabilisme facile. L’atmosphère d’une œuvre doit, d’après les traités indiens, être le point d’aboutissement de toute œuvre d’art. C’est elle qui procure l’émotion. Les traités d’art insistent sur cette notion de rasa, « saveur esthétique » qui emporte le lecteur ou le spectateur vers un état proche de l’état spirituel qui conduit à la délivrance du cycle des réincarnations. Or, dans les œuvres d’Amarkānt, c’est bien l’atmosphère d’une situation donnée, en milieu rural ou urbain, qui l’emporte et nous emporte.

La nouvelle : « dopahar kā bhojan »

  • 1  Les choix de traductions sont expliqués dans une notule présentée après la traduction.

5La nouvelle « dopahar kā bhojan » दोपहर का भोजन, dont nous présentons ici la première traduction en français1, s’inscrit dans cette volonté de l’auteur de donner à regarder une scène donnée comme une séquence de cinéma. Amarkānt donne à voir, mais surtout à regarder, d’un regard simple, sobre et, pour ainsi dire, enfantin. Le procédé employé est celui du miroir. La scène semble nous être donnée comme un reflet de la réalité. Une famille sans revenus (aucun des trois hommes de la maison ne travaille) est rassemblée dans son humble demeure autour de l’acte de manger, manger le repas de midi, le déjeuner. Chacun, avec son tempérament, son caractère et ses préoccupations, partage un repas plus que modique, la faim au ventre. La langue est riche bien que simple, imagée, parfois métaphorique, mais jamais outrée, jamais crue. Le vocabulaire parfaitement choisi et l’usage de la réduplication (onomatopées, adverbes redoublés, réduplication sémantique) évoquent l’ambiance générale qui se veut bipolaire, comme peut l’être l’Inde : chaleur torride — air du ventilateur ; domaine privé — domaine public ; tristesse — rires ; angoisse — insouciance ; vérité — mensonges ; regard — absence de regard ; bruits — silence… Un concept contrebalancé par un autre donne au texte cette légèreté qui contribue à restituer au-delà des personnages une société, une culture, la culture indienne. L’auteur réussit cette gageure d'évoquer une ambiance, une atmosphère, par-delà les dits et les non-dits : celle d’une petite famille indienne au chômage, réunie dans sa modeste maison pour le déjeuner, un jour de saison chaude, un jour comme les autres…

Le déjeuner

6Siddheshvarī avait fini de préparer le repas. Elle éteignit le feu et, la tête entre les genoux, se mit à regarder distraitement ses orteils, ou, peut-être, les fourmis qui couraient par terre. Soudain elle réalisa que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu soif.

7Elle se leva en titubant, remplit un petit pot avec l’eau du récipient en terre et but tout, d’un trait. L’eau suffit à la combler et elle s’allongea là, à même le sol, en disant : «  Ah Rām ! »

8Après être restée ainsi une demi-heure, elle reprit ses esprits. Elle s’assit, se frotta les yeux et regarda à droite et à gauche. Son regard s’arrêta alors sur Pramod, son fils de six ans qui dormait sur le petit lit bancal dans la véranda. L’enfant était nu comme un ver. Il avait la peau sur les os : on voyait ses côtes et son larynx. Ses membres allongés, inertes, étaient desséchés comme des concombres rassis, son ventre était ballonné comme un petit chaudron d’argile et des nuées de mouches volaient sur sa bouche grande ouverte.

9Elle se leva, couvrit le visage de l’enfant de l’un de ses colī sale et déchiré, resta là immobile, quelques secondes et se dirigea vers la porte, dehors. A l’abri du battant, elle se mit à épier la ruelle. Midi venait de sonner. Le soleil tapait dur. De temps en temps, quelques passants marchaient à toute allure, les uns une serviette ou un petit torchon sur la tête, les autres leur parapluie grand ouvert à la main.

10Elle resta ainsi une dizaine de minutes. Son visage reluisait d’impatience. L’air soucieux, elle leva les yeux vers le ciel et ce soleil de plomb. Un instant plus tard, alors qu’elle fixait toujours le bout de la ruelle la tête hors du battant, elle vit son fils aîné Rāmchandr arriver tout doucement vers la maison en se traînant.

11Elle posa aussitôt un petit pot d’eau par terre près du caukī dans la véranda. Elle s’empressa d’arroser d’eau le sol de la cuisine destiné au repas. Elle y mit le petit tabouret bas et au moment même où elle se retournait vers la porte, Rāmchandr entra.

12En arrivant, il s’effondra sur le caukī puis s’allongea là, comme mort. Il avait le visage rouge et congestionné, les cheveux en bataille et ses vieilles chaussures usées étaient toutes couvertes de poussière.

13Tout d’abord, Siddheshvarī n’eut pas le courage de s’approcher de lui. Le cou tendu comme une biche aux aguets, nerveuse, elle resta un certain temps les yeux rivés sur son fils. Mais alors que dix minutes s’étaient écoulées et que Rāmchandr ne s’était toujours pas relevé, elle commença à s’inquiéter. Elle s’approcha et s’écria : « Mon grand, mon grand ! ». Comme il ne répondait pas, elle prit peur et approcha sa main du nez du garçon. Il respirait normalement. Puis elle toucha son front : il n’avait pas de fièvre. Au contact de la main, Rāmchandr ouvrit les yeux. Il commença par regarder sa mère avec indolence puis se leva soudain brusquement. Il retira ses chaussures, se lava les pieds et les mains avec l’eau du petit pot qui était par terre et alla tout droit s’asseoir sur le caukī, comme un automate.

14Siddheshvarī demanda en hésitant: « Le repas est prêt, je le mets  là ? ».

15Rāmchandr dit en se levant : « Papa a mangé ? ».

16Siddheshvarī  répondit en disparaissant dans la cuisine : « Il ne devrait pas tarder ».

17Rāmchandr s’assit sur le petit tabouret bas. Il avait une vingtaine d’années. Il était grand, maigre et élancé, il avait le teint clair, de grands yeux et les lèvres plissées.

18Il avait choisi de suivre une formation en  relecture d’épreuves dans le bureau d’un quotidien local. Il avait obtenu le niveau intermédiaire l’année dernière.

19Siddheshvarī arriva l’assiette à la main et la posa devant lui. Elle s’assit près de lui et commença à l’éventer. Rāmcandr regarda la nourriture avec un certain détachement. En tout et pour tout deux roṭī, une coupelle de dāl liquide et des pois chiches sautés.

20Rāmchandr engloutit le premier morceau de roṭī et demanda : « Où est Mohan ? Quelle chaleur ! »

21Mohan était le second fils de Siddheshvarī. Il avait dix-huit ans. Il préparait cette année le « High School Certificate » en candidat libre. Rāmchandr ignorait quand il avait quitté la maison et Siddheshvarī elle-même ne savait pas où il était allé.

22Mais elle n’osait pas dire la vérité et inventa un mensonge : «  Il est allé faire ses devoirs chez un copain, il devrait arriver. Il est très brillant… Il passe toutes ses journées le nez fourré dans les livres. Il ne parle que de cela. »

23Rāmchandr ne dit rien. Il mit un morceau dans la bouche, avala un grand verre d’eau et commença à manger. Il déchirait le roṭī en petits morceaux et les mâchait tout tranquillement.

24Siddheshvarī qui se faisait un sang d’encre ne lâchait pas son fils du regard. Peu de temps après, la peur au ventre, elle demanda : « Il s’est passé quelque chose, là-bas, n’est-ce pas ? »

25Rāmchandr regarda sa mère de ses grands yeux impassibles et dit sèchement en baissant la tête : «  Avec le temps, tout s’arrangera. »

26Siddheshvarī resta silencieuse. La chaleur devenait de plus en plus torride. De la petite cour on pouvait voir des lambeaux de nuage flotter dans le ciel, tels des bateaux à voiles. Le grincement d’une petite voiture à cheval arrivait de la ruelle et on entendait le râle de l’enfant qui dormait dans son petit lit.

27Rāmchandr rompit brusquement le silence en demandant : « Pramod a mangé ? »

28Les yeux tournés vers Pramod, Siddheshvarī dit d’une voix triste : « Oui, il a mangé. »

29« Et il n’a pas pleuré ? »

30Siddheshvarī mentit de nouveau : « Aujourd’hui, à dire vrai, il n’a pas pleuré. Il a beaucoup grandi. Il disait : « J’irai voir mon grand frère. ». « Il est comme ça… »

31Mais elle ne put ajouter un mot. C’était comme si quelque chose était coincé dans sa gorge. Hier, Pramod avait réclamé une sucrerie au sésame à cor et à cri. Il avait fini par s’endormir après avoir pleuré pendant une heure et demie.

32Rāmchandr lança vers sa mère un regard étonné puis baissa la tête et se mit à manger avec un peu plus d’entrain.

33Lorsqu’il ne resta plus qu’un seul morceau de roṭī dans l’assiette, Siddheshvarī demanda en faisant mine de se lever : « J’apporte un autre roṭī ? »

34Rāmchandr l’interrompit sur le champ en refusant d’un geste de la main : « Non, non, je n’en veux pas, pas même une miette. J’ai déjà le ventre plein. J’allais justement laisser celui-là. Ça va, pas pour le moment. »

35Siddheshvarī insista : « Bon, d’accord, alors la moitié ! »

36Rāmchandr s’énerva : « Tu veux me rendre malade en me gavant, dis ? Tu n’as donc rien dans la tête ! J’en ai assez que tu insistes. Tu crois que je ne le prendrais pas si j’avais faim ? »

37Siddheshvarī resta assise où elle était. Rāmchandr retira la main du  morceau qui restait dans l’assiette et dit en regardant le petit pot : « Apporte de l’eau. »

38Siddheshvarī partit remplir le petit pot. Rāmchandr fit résonner de ses doigts la coupelle et mit ensuite la main dans son assiette. Deux, trois minutes plus tard, après avoir délicatement soulevé le morceau de roṭī et l’avoir bien contemplé, il le mit à la bouche aussi soigneusement que si c’était une bouchée de pān et non une bouchée de nourriture.

39Dès son arrivée, Mohan, le second fils, se lava immédiatement les pieds et les mains et alla s’assoir sur le petit tabouret bas. Il avait le teint légèrement foncé, de tous petits yeux et des marques de petite vérole sur le visage. Il était maigre et élancé comme son frère, mais moins grand. Il avait l’air bien grave et triste pour quelqu’un de son âge.

40Siddheshvarī posa l’assiette devant lui et demanda : « Où étais-tu passé, mon fils ? Ton frère s’interrogeait… »

41Mohan, qui essayait d’avaler une grosse bouchée de roṭī, répondit d’un ton vague et bourru : « Je n’étais parti nulle part, j’étais là. »

42Siddheshvarī s’assit là, l’éventa, et comme si elle murmurait en rêve, dit : « Ton grand frère parlait de toi avec beaucoup d’admiration. Il disait : « Mohan sera un grand intellectuel. Il passe toutes ses journées le nez fourré dans les livres. » Sur ces mots, elle regarda son second fils comme quelqu’un qui est pris la main dans le sac.

43Mohan tourna les yeux vers sa mère et éclata d’un rire forcé. Puis il se concentra sur son repas. Il avait fini l’un des deux roṭī qu’elle lui avait servis, avait vidé les trois-quarts de la coupelle de dāl et plus de la moitié des légumes.

44Siddheshvarī ne sut pas quoi faire. Elle redoutait beaucoup ses deux fils. Soudain ses yeux se remplirent de larmes et elle détourna le visage.

45Quelque temps plus tard, elle se tourna vers Mohan. Le garçon avait quasiment tout mangé. Son assiette était pour ainsi dire totalement vide.

46Surprise, Siddheshvarī demanda : « Je te donne un roṭī ? »

47Mohan regarda en cachette vers la cuisine, puis dit d’une voix nonchalante : « Non. »
Siddheshvarī le supplia : « S'il te plaît, mon fils, fais cela pour moi, prends-en un peu. Ton frère en a pris un. »

48Mohan regarda sa mère droit dans les yeux et, tel un professeur qui explique quelque chose à son élève, répondit calmement : « Non, non, tu vois bien, j’en ai assez. Premièrement je n’ai pas faim et deuxièmement tes roṭī sont immangeables ! Je ne sais pas quel goût ils ont. Bon, si tu y tiens, remplis ma coupelle : ton dāl est très bon ! »

49Siddheshvarī ne put prononcer un mot et remplit la coupelle de dāl.

50Mohan trempa alors ses lèvres dans la coupelle et déglutit bruyamment.

51Sur ce, arriva Munshī Chandrikā Prasād qui traînait des pieds en faisant racler ses chaussures par terre. Il s’assit sur le caukī en invoquant le nom de Rām.

52Siddheshvarī rabattit légèrement son sāṛī sur son front. Mohan but le dāl d’un trait et sortit rapidement, le petit pot d’eau à la main.

53Deux roṭī, une coupelle de dāl, des pois chiches sautés. Munshī Chandrikā Prasād s’assit en tailleur sur le petit tabouret bas. Il mastiquait les bouchées une à une comme une vieille vache qui rumine. Il pouvait avoir dans les quarante-cinq ans, mais il en paraissait cinquante, cinquante-cinq. Sa peau était flasque. Son crâne chauve brillait comme un miroir. Un tricot de peau d’une propreté douteuse pendouillait négligemment en lambeaux  sur son dhotī sale.

54Munshī-jī prit la coupelle, sniffa bruyamment et demanda : « Le grand ne se montre pas ? »

55Siddheshvarī ne comprenait pas ce qu’il se passait en elle. C’était comme si quelque chose se fissurait intérieurement. En augmentant la puissance du ventilateur, elle dit : « Il vient de finir son repas. Il est parti au travail. » Il disait que d’ici quelques jours il aurait trouvé un emploi. Il n’arrête pas d’invoquer : « Notre Papa, Notre Papa ! » Voici ses propres mots : « Notre Papa est un dieu à mes yeux ! »

56Le visage de Munshī-jī resplendit. Il demanda en faisant le timide : « Oh ! Il a comparé son Papa à un dieu ? Il est trop bête! »

57Siddheshvarī eut l’impression que le sang lui montait à la tête. Telle une hystérique, elle se mit à bougonner entre ses dents : « Il n’est pas bête, il est très intelligent ! C'est un mahātmā des temps anciens. D’ailleurs, Mohan l’admire beaucoup. Il racontait aujourd’hui que l’on admire beaucoup son frère, en ville et qu’il est très estimé parmi les gens instruits. De plus, le grand ne jure que par ses petits frères. Il peut tout supporter sans exception sur cette terre, mais il ne peut voir son Pramod souffrir un tant soit peu.

58Munshī-jī était en train de lécher sa main pleine de dāl. Le regard dirigé vers la petite alcôve en face de lui, il dit en riant : « L’aîné est très fin, cela va sans dire. C’était un enfant espiègle. Il passait son temps à s’amuser. Mais il faut reconnaître aussi que lorsque je lui enseignais quelque chose, il trouvait cela ingénieux. Il est vrai sans aucun doute qu’ils sont intelligents tous les trois. Tu crois que Pramod l’est moins ? » Sur ces mots, il éclata d’un rire tonitruant.

59Munshī-jī, alors qu’il avait déjà avalé un roṭī et demi, avait maintenant maille à partir avec une bouchée. Il avala un verre d’eau pour y remédier et se remit à manger après avoir toussé tout son soûl.

60Un grand silence se fit alors. On entendait au loin le sifflement intermittent d’un moulin à farine et, dans l’acacia d’à côté, le roucoulement persistant d’une colombe.

61Siddheshvarī ne savait pas quoi dire. Elle désirait s’informer et tout savoir, comme il faut. Elle voulait parler ouvertement de tout, comme par le passé. Mais elle n’en avait plus la force. Tout son être était rongé par la peur…

62Maintenant, Munshī-jī mangeait sans parler, absorbé dans son repas comme si, ayant fait vœu de silence depuis ces deux derniers jours, il allait le rompre de retour ce soir à la maison, après avoir passé la journée dehors.

63Siddheshvarī ne pouvait se contenir davantage. Elle dit : « C’est clair, maintenant, il ne pleuvra plus… »

64Munshī-jī regarda un instant çà et là, puis donna son avis sur un ton neutre : « Il y a de plus en plus de mouches. »

65Siddheshvarī dit sans dissimuler son inquiétude : « Oncle est malade… Nous n’avons toujours pas de nouvelles… »

66Munshī-jī jeta un coup d’œil vers les grains de pois chiches avec la même attention que s’il s’apprêtait à leur parler. Puis il annonça : « Le mariage de la fille de Gangāsharan a été fixé. Le fiancé a une Maîtrise de lettres. »

67Siddheshvarī se tut instantanément. Munshī-jī n’ajouta rien non plus. Il avait fini son repas et piquait un à un, comme le font les singes, les derniers grains qui restaient dans l’assiette.

68« Sur la tête de notre aîné, je vous donne un roṭī ! Il en reste beaucoup. »

69Munshi jī regarda sa femme d’un air coupable et lorgna vers la cuisine. Ensuite, à la manière des grands maîtres illustres, il dit : « Du roṭī ? Laisse tomber, j’ai déjà le ventre plein. J’en ai assez du blé et du salé ! Tu as juré en vain… Bon, pour rattraper cela, je vais prendre quelque chose. Il y a bien de la mélasse ? »

70Siddheshvarī  lui répondit qu’il y en avait un peu dans le bocal.

71Munshī-jī dit dans un élan d’enthousiasme : « Alors prépare un peu de sirop froid de mélasse, je le boirai. Tu tiendras parole, cela changera le goût et par la même occasion je digèrerai bien. Que veux-tu, à force de manger du pain à tous les repas, la moutarde m’est montée au nez…» Sur ces mots il se mit à rire à s’en faire crever la panse.

72Quand Munshī-jī eut terminé, Siddheshvarī prit son assiette sale et s’assit par terre dans la cuisine. Elle prit du dāl dans la marmite en cuivre et le versa dans la coupelle sans toutefois la remplir. Elle rapprocha d’elle le peu de pois chiches qui restait dans le faitout et fit de même avec l’assiette de roṭī. Il n’en restait qu’un. Alors qu’elle mettait dans l’assiette sale une espèce de gros roṭī étouffe-chrétien, informe et à moitié brûlé, son attention fut soudain attirée par Pramod qui dormait dans la véranda. Elle regarda fixement son fils quelques instants et partagea ensuite le roṭī en deux parts égales. Elle mit une part de côté et l’autre dans l’assiette sale. Elle prit alors un petit pot d’eau et s’assit pour manger. Elle n’avait pas mis le premier morceau à la bouche qu’à cet instant précis, sans savoir d’où cela pouvait venir, des flots de larmes jaillirent de ses yeux.

73Toute la maison était infestée de mouches. Sur une corde, dans la cour, pendait un sāṛī sale et rapiécé. Personne ne savait où étaient les deux grands. Dans le cagibi, dehors, Munshī-jī dormait avec insouciance, couché sur le ventre. C’était comme s’il n’avait pas perdu son travail d’employé de bureau au Service d’inspection des loyers il y a un mois et demi et comme si il n’avait pas à affronter cette épreuve dans l’après-midi : partir à la recherche d’un emploi.

Notule sur la traduction

1. Traduction du vocabulaire hindi spécifique à la culture indienne

74Par choix personnel, certains mots hindi n’ont pas été traduits en français, mais laissés tels quels. Le lexique suivant présente ces mots par ordre d’apparition dans le texte.

75a) Trois mots hindi relèvent du champ lexical vestimentaire spécifique au monde indien : blāuz (usage généralisé depuis l’Indépendance du mot anglais « blouse » pour le mot hindi colī), sāṛī, dhoṭī

76blāuz (colī) : sorte de « brassière » en coton, en soie ou en polyester, avec ou sans manches courtes, qui tient lieu de soutien-gorge. Il est en général assorti au sāṛī de par sa couleur et son étoffe.
sāṛī : étoffe de 6 m de long sur 1 m20 de large, drapée autour de la taille sur le cordon du jupon.

77Le sāṛī et le blāuz (colī) sont deux composantes du vêtement féminin indien traditionnel, la troisième composante étant le jupon (non évoqué dans la nouvelle).

78dhoṭī : sorte de « pagne », « paréo »,  étoffe de 5 m de long sur 1 m20 de large, drapée autour de la taille, l’une des composantes du vêtement masculin indien traditionnel.

79b) Trois mots hindi relèvent du champ lexical culinaire : roṭī, dāl, pān

80roṭī : mot générique qui désigne le pain. Il désigne également un pain en particulier : une petite galette de farine de blé complet cuite à sec (four ou flamme).

81dāl : plat de lentilles cuisinées, traditionnellement préparées revenues dans l’huile, les épices et les oignons. De par sa teneur en protides, c’est le plat essentiel de toute l’Inde, pays à dominante végétarienne. Le pain (ou le riz) et les lentilles cuisinées constituent la base de la nourriture indienne.

82pān : « friandise » populaire (qui se chique), très appréciée des Indiens. Il s’agit d’une feuille fraîche de bétel (pān) farcie d’un mélange de chaux, de noix d’arec, d’épices, de pâtes diverses et parfois de feuilles de tabac.

83c) Un mot relève du champ lexical mobilier : caukī

84caukī : sorte de sommier bas en bois (plateau rectangulaire) sans dossier, monté sur quatre pieds (d’où son nom, le mot étant fait sur cār, « quatre ») qui mesurent de 20 à 30 cm de hauteur environ. La dimension du caukī varie selon les maisons. Il peut avoir la taille d’une table, d’un lit à une place ou d’un lit à deux places. C’est le siège sur lequel on s’assoit ou s’allonge pour discuter, dormir ou rêver. Un caukī peut être vu sur internet à l’URL : http://www.elishams.org/​Tchauki-Cauki.html

85d) Un mot relève du champ lexical religieux : mahātmā

86mahātmā, « âme noble », « grand homme », « homme noble », « grande âme » est le nom donné à Gandhi. Les Indiens l’appellent communément Mahatma Gandhi.

2. Réduplication et onomatopées

  • 2  Voir Annie Montaut, « Formes et valeurs de la réduplication totale en hindi/ourdou », Faits de Lan (...)

87Le texte original est truffé de réduplications dont des onomatopées iconiques (« mentionnées comme « expressives » ou « onomatopoetics » dans la linguistique indienne »2) qui non seulement rythment la scène décrite mais surtout contribuent à la coloration sonore feutrée du tableau décrit.

88Elles sont de plusieurs types :

89• les onomatopées qui suggèrent des bruits : elles ne peuvent être traduites littéralement en français par d’autres onomatopées, car, en hindi, elles dépassent cette simple fonction. Tout en évoquant des sonorités, elles font partie du champ lexical et sont donc traduites ici par des expressions du vocabulaire courant.

90gaṭ-gaṭ : évoque le bruit que l’on fait en déglutissant un liquide rapidement.
suḍ-suḍ : évoque le bruit que l’on fait en aspirant une soupe dans un bol.
khas-khas : évoque le bruit des chaussures sur le sol lorsque l’on traîne des pieds.
khar-khar : évoque le bruit d’un âne qui brait. Le bruit que fait le père de famille en toussant lui est comparé.
pūk-pūk : évoque le bruit du sifflement d’un moulin à farine.
ṭap-ṭap : évoque le bruit de l’eau qui jaillit en gouttes. 

91• les onomatopées qui font référence à une action précise et qui sont en fait des réduplications de monosyllabes : tout autant imagées que les premières, elles sont de fait traduites par les expressions verbales (exemple : dans la description du vêtement du père de famille, Munshī-jī, l’expression tār-tār laṭak rahī thī fait référence aux fils et fibres d’une étoffe usée qui pendouillent. Traduction : « … pendait en lambeaux »).

92• les adverbes, adjectifs et participes présents redoublés ont été également rendus par des tournures adaptées (exemple : dhīre-dhīre, « tout tranquillement » ; baṛī-baṛī, « immenses » ; choṭe-choṭe, « minuscules », « tout petits » ; khāte-khāte, « à force de manger »).

93• les réduplications sémantiques suivent le même schéma (jhūṭh-mūṭh : « que des mensonges », « mensonges sur mensonges »).

3. Présentation typographique du texte traduit en français

94La présentation de la traduction en français en paragraphes est directement calquée sur la présentation du texte hindi en écriture devanāgarī.

4. Editions, traductions, lecture de la nouvelle (en ligne)

95La nouvelle d’Amarkānt, « dopahar kā bhojan » est éditée dans une anthologie complète des nouvelles d’Amarkānt, publiée par les publications du prestigieux prix littéraire indien, le Bharatiya Jnanpith : Amarkant ki Sampoorna Kahaniyan. New Delhi : Bharatiya  Jnanpith Publication, 2013, 528 p.

96Il en existe une traduction en anglais, éditée par l’Académie des Belles Lettres en Inde, la Sahitya Academi : Anthology of Hindi Short Stories. English translation by Jai Ratan of Hindi Kahani Sangrah, compiled by Bhisham Sahni. New Delhi : Sahitya Akademi Publications, 2003. « The Midday Meal » by Amarkant, pp. 86-93. L’anthologie des nouvelles en hindi, traduite intégralement en anglais, est éditée sous le titre : Hindi Kahani Sangrah, by Bhisham Sahni. New Delhi : Sahitya Akademi Publications, 2006, 299 p.

97Amarkānt n’a été traduit qu’une seule fois en français. Il s’agit de la nouvelle « jõk » : « La sangsue » (Traduction d’une nouvelle d’Amarkānt en hindi) in Littératures de l’Inde. Anthologie de nouvelles contemporaines, éd. Federica Boschetti et Annie Montaut. Marseille : Sud, « Domaine Etranger », 1987, pp. 31-55.

98Le texte de la nouvelle « dopahar kā bhojan », « Le déjeuner », peut être écouté, lu dans son intégralité par Yunus Khan, sur internet à l’URL : https://archive.org/​details/​DOPAHARKABHOJAN

5. Transcription des mots et des noms propres hindi

99Les mots hindi ont été translittérés d’après la translittération de l’ IAST (International Alphabet of Sanskrit Transliteration), norme académique pour le sanskrit romanisé translittéré en latin, fixée depuis le Congrès des Orientalistes qui s’est tenu à Athènes en 1912.

100Les prénoms et les noms propres ont été translittérés de manière à en faciliter la lecture aux lecteurs non hindiphones (exemple : Siddheśvarī devient Siddheshvarī dans la traduction en français). Toutefois, les voyelles longues ont été gardées.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Les choix de traductions sont expliqués dans une notule présentée après la traduction.

2  Voir Annie Montaut, « Formes et valeurs de la réduplication totale en hindi/ourdou », Faits de Langue, 29 « La réduplication », Michaud Alexis et Aliyah Morgenstern (eds). Paris : Ophrys, 2007, pp. 175-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Naudou, « Le déjeuner », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ideo.revues.org/398

Haut de page

Auteur

Elizabeth Naudou

Aix-Marseille université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org