Navigation – Plan du site

Cinq histoires généralement omises des éditions chinoises récentes du Zibuyu et du Xu Zibuyu de Yuan Mei

Alain Rousseau

Texte intégral

Introduction

  • 1  Rappelons que le titre de l’ouvrage fait allusion à un passage bien connu des Entretiens de Confuc (...)

1Lorsqu'il fut publié en 1788, le Zibuyu 子不語, « Ce dont le Maître [= Confucius] ne parlait pas », de Yuan Mei 袁枚(1716-1798) reçut de la part d'une bonne partie de la critique de l'époque un accueil franchement hostile, en raison notamment du titre même de l'ouvrage, qui prenait de manière ironique et irrévérencieuse le contrepied d’un des apophtegmes les plus célèbres du grand sage vénéré entre tous1, mais aussi et surtout à cause du contenu jugé licencieux d'un certain nombre des anecdotes qui composent ce recueil, lequel exploite principalement les registres du surnaturel et de l’épouvante. Et si du vivant de son auteur, le Zibuyu échappa à l'opprobre de la censure, grâce sans doute aux solides amitiés que Yuan Mei avait nouées de longue date avec plusieurs hauts dignitaires de la cour impériale, le siècle qui suivit fut nettement moins indulgent pour les inconvenances dont Yuan Mei s'était autorisé à pimenter son ouvrage : par trois fois en effet, en 1836, 1845 et 1869, le Zibuyu fut inscrit, en tout ou partie, sur des listes d'ouvrages visés par la censure impériale.

  • 2  Citons notamment le volume 4 des œuvres complètes de Yuan Mei, Yuan Mei quanji 袁枚全集, sous la direc (...)
  • 3  Le cas du Zibuyu et du Xu Zibuyu est loin d’être isolé, et l’on peut d’ailleurs dire que ces deux (...)

2Un siècle après la chute de l’empire mandchou en 1911, le Zibuyu ainsi que sa suite le Xu Zibuyu 續子不語, « Ce dont le Maître ne parlait pas II », publiée en 1792, sont librement accessibles dans leur intégralité au public chinois d’aujourd’hui, grâce à plusieurs éditions de bonne facture2. Il serait faux pourtant de croire qu’ils en aient fini l’un comme l’autre avec toute forme de censure, même légère, puisque plusieurs éditions de ces deux ouvrages, publiées au cours des 25 dernières années, sont encore expurgées d’un petit nombre d’anecdotes jugées inconvenantes3. Ces éditions, qui s’adressent à ce qu’il est convenu d’appeler le « grand public » sont les suivantes :

  • [1] Baihua Zibuyu 白話子不語, 2 vol., Shenyang : Liaoning minzu, 1992 (traduction en chinois moderne du Zibuyu et du Xi Zibuyu par Shi Liangru 施亮如)

  • [2] Zibuyu 子不語, 2 vol., Beijing : Zhongguo guoji guangbo, 1992 (texte original et traduction en chinois moderne du Zibuyu et du Xu Zibuyu par Gu Hua 古嘩, et al.)

  • [3] Baihua quanben Zibuyu 白話全本子不語, 2 vol., Shanghai : Shanghai guji, 1995 (traduction en chinois moderne du Zibuyu et du Xu Zibuyu par Lu Haiming 陆海明, et al.), réédité en 2012 sous le titre Zibuyu quanyi 子不語全譯

  • [4] Xin Qixie 新齊諧 (titre alternatif du Zibuyu), 1 vol., Jinan : Jilu shuchu, 2004 (texte établi par Cui Guoguang 催國光).

  • 4  La composition de ces différentes éditions variant parfois très légèrement de l’une à l’autre, les (...)

3Les anecdotes supprimées dans ces éditions sont en vérité très peu nombreuses : 4 pour le Zibuyu, sur un ensemble de 746, et une seule pour le Xu Zibuyu sur un ensemble de 2774. En voici le détail, dans l’ordre d’apparition dans le texte :

(1) Cai Jing réincarné

  • 5  Traductions existantes : LOUIE Kam et EDWARDS Louise, « The Reincarnation of Cai Jing », Censored (...)

4Le personnage central de « Cai Jing Houshen » 蔡京後身5, non nommé, est un xianggong 相公, terme ambigu qui peut désigner soit un jeune homme issu de noble lignée, soit un lettré, soit encore un prostitué de sexe masculin, ces différentes acceptions n’étant bien sûr nullement exclusives les unes des autres. Ce xianggong, quelque peu mythomane et mégalomane, se présente entre autres comme la réincarnation de Cai Jing 蔡京(1047-1126), homme d’état et calligraphe de grand talent, bien connu des lecteurs du célèbre roman Au bord de l’eau (Shuihuzhuan 水滸傳) de Shi Nai’an 施耐庵 (xive siècle), dans lequel il apparaît comme le méchant ministre qui poursuit de sa vindicte les brigands des marais. Rien de bien scandaleux pourtant, même pour l’époque qui en avait vu d’autres, dans ce rapide portrait d’un libertin aux audaces modérées, dont les plus grands plaisirs sont de jouer à une variante coquine du jeu de colin-maillard et de se livrer à des attouchements intimes sur la personne d’un jeune secrétaire impérial. Il est possible que Yuan Mei, dont on connaît la liberté de mœurs, se soit amusé à brosser dans cette histoire une sorte d’auto-portrait facétieux.

(2) Une ânesse pour épouse, à la mode siamoise

  • 6  Traductions disponibles : WALEY Arthur, « The Siamese have a donkey as wife », op. cit., p. 134 (v (...)
  • 7  Arthur Waley, Yuan Mei, Eighteenth Century Chinese Poet, Londres, Allen & Unwin, 1956, p. 134.

5Dans « Xianluo qi lü » 暹羅妻驢6, Yuan Mei se fait ethnographe pour rapporter une coutume singulière qu’il attribue aux habitants du royaume de Siam : selon lui, les jeunes garçons de ce pays se voient dès la puberté invités par leur famille à commercer charnellement avec une ânesse toutes les nuits, en vue d’acquérir la vigueur sexuelle qui fera d’eux des maris performants. Invention pure et simple, sans doute, sachant que le sinologue britannique Arthur Waley, dans son étude sur Yuan Mei, indique que dans certaines éditions du Zibuyu, cette coutume est attribuée aux Huihui 回回, ancienne appellation des Hui 回, ou Musulmans de Chine7.

(3) Les sorcières

  • 8  À signaler que ce texte n’est absent que de [2] et [4]. Traduction disponible : SANTANGELO Paolo, (...)

6Se faisant une nouvelle fois ethnographe, Yuan Mei rapporte dans « Jinyanpo » 禁魘婆8 des pratiques qui ont cours parmi les femmes de l’ethnie Li du Sud de la Chine : ces femmes sont désignées comme des jinyanpo 禁魘婆, c’est-à-dire, littéralement ou à peu près, comme des bonnes femmes (po 婆) qui pratiquent la sorcellerie (jin 禁) et donnent des cauchemars (yan 魘). Hormis le fait que ces femmes se livrent à des incantations magiques couchées nues sous la lune et les étoiles, ce texte ne contient aucun autre élément de nature à choquer la pudeur, mais la sexualité pernicieuse autant qu’effrénée que l’on prête habituellement aux sorcières n’est peut-être pas étrangère à sa mise à l’écart.

(4) Deux récits tirés des Chroniques secrètes du Bureau de la Grue harnachée

  • 9  Traductions disponibles : SANTANGELO Paolo, « Two Accounts from the "Secret Records of the Konghe (...)

7Cette histoire, « Konghejian miji er ze » 控鶴監秘記二則9, la plus longue de tout le Zibuyu, serait, à en croire Yuan Mei, due au pinceau d’un auteur de la dynastie des Tang, Zhang Ji 張垍, dont les chroniques officielles de la dynastie des Tang disent qu’il fut un écrivain de talent, mais dont nous ne possédons aucune œuvre. Il fut également le gendre de l’empereur Xuanzong 玄宗qui régna de 712 à 756. L’authenticité de ces Chroniques secrètes est aujourd’hui contestée, et il est fort probable que le véritable auteur en soit Yuan Mei lui-même et non Zhang Ji. Le titre de cette histoire se réfère au nom du harem de la célèbre impératrice Wu Zetian 武則天 (627-705) qui régna de 690 à sa mort, et que l’histoire et la littérature ont souvent dépeinte comme une femme aux appétits sexuels insatiables, qui sut mettre à son service, et cela jusqu’à un âge avancé, de nombreux amants dotés d’un savoir-faire et d’un potentiel au-dessus de la moyenne. Le texte de Yuan se divise en deux parties : dans la première, l’impératrice, insatisfaite de son amant attitré, Huaiyi, pourtant généreusement doté et dévoué à la tâche, prend conseil de sa fille, la princesse Qianjin 千金, qui lui recommande Zhang Changzong 張昌宗, un jeune homme particulièrement prometteur à tous égards, fils de bonne famille et neveu d’un ancien vice-ministre. Dès lors, l’impératrice en fera son amant et l’associera dans ses ébats à son frère Zhang Yizhi 張易之. Les deux frères trouveront la mort au cours de la révolution de palais qui détrônera l’impératrice. La seconde partie est consacrée à Shangguan Wan’er 上官婉儿 (664-710), petite-fille de Shangguan Yi 上官儀 (608-665), haut dignitaire impérial qui fut exécuté pour crime de haute trahison. Wan’er fut adoptée par le clan impérial alors qu’elle n’était qu’un petit enfant, et devint secrétaire particulière de l’impératrice ainsi que concubine de l’empereur Zhongzong 中宗 (656-710), fils de Wu Zetian. On la voit assister régulièrement, mais sans y prendre part, aux ébats de l’impératrice et de Zhang Changzong, jusqu’au jour où, perdant le contrôle d’elle-même, elle se permet un geste déplacé sur la personne de l’amant impérial, ce qui provoque le courroux de l’impératrice et manque de lui être fatal. Le reste de l’histoire fait entrer en scène le vice-ministre Cui Shi 崔湜, qui grâce son physique avantageux et à ses talents littéraires (Wan’er fut elle-même une poétesse de grand talent) devient l’amant et le favori de Wan’er. Une savante discussion entre les deux amants, portant sur des questions techniques d’ordre sexuel, occupe une bonne partie de ce deuxième volet. Celui-ci s’achève tragiquement par l’assassinat de Wan’er au cours des troubles qui suivirent la mort de l’emprereur Zhongzong.
Cette longue nouvelle est surtout  pour Yuan Mei l’occasion de nous offrir un florilège de descriptions éloquentes, souvent imagées et raffinées, d’attributs masculins particulièrement avantageux, ainsi que des prouesses amoureuses dont sont capables leurs propriétaires.
Ces Deux récits mériteraient certainement d’être traduits et étudiés plus longuement qu’il n’est fait ici, en raison de l’intérêt qu’ils présentent sur le plan littéraire, et plus spécialement dans le champ de la littérature érotique chinoise. Étant donné la longueur de ce texte, nous ne donnerons ici que la traduction d’un court extrait.

(5) Fureur génésique et suicide par la corde

  • 10  Traduction disponible : SCHWARZ Rainer, « Selbstmord aus ungestilltem Verlangen », in YUAN Mei, Ch (...)

8Dans « Ji yin ziyi » 急淫自縊10, deux belles-sœurs (la femme d’un soldat et la sœur de celui-ci), passablement nymphomanes, se partagent les faveurs d’un vigoureux amant de passage, mais lorsque le partage se révèle inégal à son désavantage, la sœur du mari court se pendre sous le coup de la colère et de la frustration, chose fréquente dans les histoires de Yuan Mei. La description des ébats est crue et réaliste, et ne s’encombre pas de fioritures stylistiques.

Les raisons de la censure

9Les motifs évoqués pour justifier le passage à la trappe de ces anecdotes sont les suivants : [1] leur reproche d’être « plutôt crues et choquantes pour le lecteur », bijiao lugu, bukan rumu 比較露骨, 不堪入目, d’user d’« un langage qui relève de l’obscène », yu she yinhui 語涉淫穢, et d’être écrites dans « un style de bas étage », gediao dixia 格調低下 ; pour [2], elles « se complaisent dans la description d’une sexualité débordante », xuanran hengliude qingyu 渲染橫流的情欲 ; [3] se contente très laconiquement d’indiquer que 4 histoires « à caractère obscène », she yinhui 涉淫穢, ont été supprimées ; enfin pour [4], elles contiennent « de nombreuses descriptions inconvenantes », xuduo butuodangde miaoxie 許多不妥當的描寫.

10Pourtant, les responsables des éditions susnommées font preuve d’une logique pour le moins contestable dans leurs choix éditoriaux, puisqu’ils ont laissé y figurer un nombre non négligeable d’histoires qui encourent pourtant les mêmes griefs que les cinq incriminées, et parfois même davantage. C’est ainsi, par exemple, qu’ils ont conservé l’histoire de cette toute jeune soubrette qui subit toutes les nuits les assauts d’un incube intraitable, et qui, interrogée par ses maîtres, leur donne des détails explicites sur les pratiques auxquelles le monstre se livre sur elle, sans cacher qu’elle-même y trouve un certain plaisir (« Yumei » 玉梅, ZBY, 19.13). Le sadisme sexuel est également au menu d’une autre de ces histoires, Le châtiment d’un maître ès joutes amoureuses  (« Caizhan zhi bao » 採戰之報, ZBY, 17.21), qui met en scène un pervers que sa quête de l’immortalité par le sexe, inspirée de la mystique taoïste, pousse à user sur ses partenaires féminines de techniques particulièrement éprouvantes pour elles. Celles-ci seront vengées par une nonne taoïste qui le fera mourir d’épuisement. Dans la nouvelle « Le vieux Qingliang » (« Qiangliang laoren » 清涼老人, ZBY, 17.18), on s'adonne sans états d’âme au voyeurisme, au transvestisme  et à la (bi)sexualité de groupe. Une sombre affaire de pédérastie est au cœur du « Lettré Cheng de Changshu » (« Cheng Changshu sheng » 常熟程生, ZBY, 6.19), où un précepteur d'une trentaine d'années viole un de ses élèves après l'avoir saoulé : de honte et de chagrin, l'élève se donne la mort par pendaison. Dans « Le gardien de bois » (« Mu zaoli » 木皂隸, ZBY, 17.22), des jeunes gens se font sodomiser en rêve toutes les nuits par un mystérieux inconnu, mais gardent à leur réveil des traces bien réelles de ces visites nocturnes.  La nécrophilie, qui n'est pas oubliée, est pratiquée dans « La foudre châtie Wang San » (« Lei zhu Wang San » 雷誅王三, ZBY, 17.8), où l'on voit un mauvais garçon violer la tombe puis le cadavre de sa belle-sœur fraîchement enterrée. Signalons également les relations charnelles (car elles méritent ce qualificatif, à en croire Yuan Mei) entre les vivants et les revenants de l’au-delà : c’est ainsi que dans « Petit Garnement » (« Taoqi » 淘氣, ZBY, 15.22), un jeune homme savoure jusqu’à l’extase les tendres ébats auxquels il se livre en compagnie d’une belle revenante, tandis que dans « Des cendres de papier pour tout cadeau » (« Zeng zhihui » 贈紙灰, ZBY, 18.23), plus prosaïquement, un jeune homme, pantalon baissé, copule avec le fantôme d’une pendue. Nos amies les bêtes ne sont pas oubliées elles non plus, comme en témoigne « Le giton du canard » (« Yabi » 鴨嬖, ZBY, 6.7), histoire dans laquelle un jeune mignon a fort à faire pour réfréner les ardeurs d'un anatidé très entreprenant, ou encore « Nos soi-disant cousins ratons laveurs » (« Li cheng biaodi » 狸稱表兄,ZBY, 14.11) ou « De la lubricité des loutres » (« Ta yin » 獺淫, XZBY, 7.21), histoires dans lesquelles la voracité sexuelle des animaux éponymes (mais il s’agit en réalité d’esprits) fait des ravages parmi la population humaine.

11Ce bref catalogue de quelques unes des histoires les plus « sexuellement explicites » (mais il en est bien d’autres) du Zibuyu et du Xu Zibuyu suffit à démontrer l’inanité de la censure, certes légère, qui s’applique aujourd’hui encore à ces deux ouvrages : pourquoi ne supprimer que cinq histoires jugées inconvenantes, dont toutes sont loin d’ailleurs de braver l’honnêteté, si on en laisse passer un si grand nombre par ailleurs ? À défaut d’autres qualités, la censure se doit au moins d’être cohérente, et doit ou bien supprimer tout ce qui lui semble dérangeant, ou bien ne rien supprimer du tout, faute de quoi elle perd toute crédibilité et sombre dans le ridicule et le dérisoire.

12On objectera sans doute qu’il s’agit-là d’une censure somme toute bénigne, comparée à celle qui frappe de nombreux artistes, écrivains, intellectuels, militants politiques et autres. Ce à quoi on pourra rétorquer qu’il n’y a pas, au fond, de petite censure, et que la censure n’est pas une question de degré mais une question de principe.

13Mais surtout, ce qu’on pourra déplorer dans le cas présent, c’est le caractère infantilisant de cette forme de mise sous le boisseau, qui rappelle celle qui s’exerçait avec pudibonderie dans les manuels de français et les « petits classiques » de nos années de collège et de lycée : tel vers de Villon s’y voyait réécrit afin qu’Abélard ne fût pas brutalement châtré mais plus platement châtié, et tel extrait de Rabelais s’y voyait amputé des passages dans lesquels l’anatomie et la physiologie du corps humain se faisaient un peu trop voyantes. Après tout, les lecteurs chinois qui sont en mesure de s’intéresser aux histoires de Yuan Mei sont parfaitement capables de les lire dans une version non caviardée, et méritent d’être considérés comme des adultes et non comme des enfants à qui on a encore besoin de cacher des choses.

14Je conclurai — mais peut-être était-ce là que je voulais en venir depuis le début — en appelant de mes vœux une édition chinoise enfin digne de ce nom du Zibuyu et du Xu Zibuyu, non expurgée et dotée d’un véritable appareil critique, comme il en existe pour les Chroniques de l’Étrange (Liaozhai zhiyi 聊齋志異) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715) et les Notes de la Chaumière des observations subtiles (Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記) de Ji Yun 紀昀(1724-1805), œuvres de haute volée auprès desquelles celles du Yuan Mei ont pleinement et entièrement leur place.

Cinq histoires tirées du Zibuyu et de sa suite

1. Cai Jing réincarné

15Il y avait sous le règne de l'empereur Chongzhen (1627-1644) un jeune gentilhomme qui prétendait être la réincarnation de Cai Jing. Mandarin céleste tombé dans les enfers chthoniens, il percevait des éclairs de lumière chaque fois que quelqu'un dans le monde psalmodiait le Soutra du Roi bienveillant. Il affirmait en outre qu'à titre de châtiment, il avait été une veuve de Yangzhou qui avait dû vivre dans l'abstinence pendant quarante ans.
D'où ses manies et ses goûts qui étaient des plus insolites : il aimait contempler les fesses des belles femmes et les membres des beaux hommes, et il était d'avis que la beauté masculine se situait par-devant et celle des femmes par-derrière, et que ceux qui pensaient le contraire n'avaient aucun goût pour les choses de l'amour.
Il avait pour habitude d'affubler les femmes de robes et de tuniques masculines, et les hommes de jupons et d'épingles à cheveux, puis de caresser leurs fesses et leurs membres, chose à laquelle il trouvait un agrément inépuisable. Outre cela, il avait coutume pour s'amuser de rassembler plusieurs dizaines de concubines et de jeunes serviteurs, puis de cacher leur tête sous une couverture et de mettre à nu le bas de leur corps, laissant chacun deviner qui était tel garçon ou telle concubine, ce qui provoquait son hilarité et le mettait en joie.
Il y avait au cabinet de l'Empereur un secrétaire du nom de Shi Jun qui était plutôt joli garçon. Ses parties intimes étaient d'une beauté remarquable, et notre gentilhomme avait grand plaisir à les prendre en bouche et à les manuéliser. Chaque fois qu'on demandait au gentilhomme de calligraphier un texte, il fallait que ce soit Shi Jun qui broie le bâton d’encre sur la pierre à délayer.
Le gentilhomme qualifiait les fesses de Shi Jun de « boules de brocart de jade blanc », et son membre de « pilon des Immortels des nuages pourprés ». (ZBY, 21.3)

2. Une ânesse pour femme, à la mode siamoise

16Les Siamois ont une coutume qui est la plus obscène qui soit : quand un de leurs garçons atteint l'âge de quatorze, quinze ans, ses parents le marient à une ânesse et le font s'accoupler à elle. Toutes les nuits, le garçon dort attaché à l'ânesse et insère son membre dans la vulve de celle-ci afin qu'il s'y épanouisse et acquière ainsi une vigueur et une vitalité hors norme. Au bout de trois ans de ce régime, il peut enfin prendre une épouse en bonne et due forme, mais il continue à faire bon accueil à l'ânesse, qu’il garde auprès de lui pour le restant de ses jours à titre de concubine. Tant qu'un garçon n'a pas été marié à une ânesse, aucune fille ne veut de lui pour mari. (ZBY, 21.25)

3. Les sorcières

  • 11  La région de Yue correspond aux provinces actuelles du Guangdong et du Guangxi

17La population de Yazhou, dans l'est de la région de Yue11, appartient pour moitié à l'ethnie Li, moitié qui se répartit entre les Li non civilisés et les Li civilisés. Les Li non civilisés, qui habitent le mont Wuzhi, n'obéissent pas aux lois impériales, tandis que les Li civilisés respectent les fonctionnaires et les autorités, auxquels ils vont demander audience en se traînant sur les genoux.
Parmi les femmes de l'ethnie Li, il y a des sorcières qui peuvent vous faire passer de vie à trépas à coup d'imprécations maléfiques : leur technique consiste à s'emparer de poils de barbe ou de cheveux de leur victime, ou d'une noix de bétel qu'elle vient de recracher, et de placer la chose à l'intérieur d'un tube de bambou. Au milieu de la nuit, elles vont s'allonger nues sur le dos au somment de la montagne, puis face à la lune et aux étoiles, elles se répandent en incantations et en imprécations. Sept jours plus tard, leur victime meurt immanquablement, laissant un cadavre dépourvu de la moindre blessure et mou comme du coton. Elles ne peuvent s’en prendre qu’à des membres l’ethnie Li et ne peuvent rien contre les membres de l’ethnie Han.
Si une personne visée par une sorcière capture celle-ci pour la dénoncer aux autorités, elle doit auparavant se munir d’un longue perche de bambou et y attacher un nœud coulant par où passer le cou de la sorcière, qu’elle traînera derrière elle à l’aide de ladite perche. Mais que cette personne s’approche de trop près de la sorcière, et elle sera inévitablement victime de ses maléfices. Aux dires de ces sorcières elles-mêmes, si leurs maléfices contre quelqu’un échouent, c’est elles qui mourront passé le délai [de sept jours].
Les sorcières comptent parmi elles de jeunes adolescentes qui dès l’âge de quinze ans sont en mesure d’exercer ces pratiques magiques, qui leur sont en fait transmises par leurs ancêtres. Leurs imprécations sont un secret bien gardé, et même si on les fouette à mort, elles refusent de les divulguer.
S’il n’y a que des sorcières et pas de sorciers, c’est que leurs pratiques se transmettent aux femmes mais pas aux hommes. (ZBY, 21.31)

4. Extrait de « Deux récits tirés des Chroniques secrètes du Bureau de la Grue harnachée »

  • 12  Liulang 六郎, « le Sixième », est le surnom de Changzong (il était le sixième enfant de la famille)

18Suite aux crimes dont s'était rendu coupable son grand-père Shangguan Yi, Shangguan Wan'er fut intégrée d'office au nombre des concubines impériales. Sa beauté exceptionnelle ainsi que ses dons pour la poésie et les arts du pinceau lui gagnèrent la vive affection de l'impératrice qui la prit à ses côtés pour en faire sa secrétaire particulière.
Or l'impératrice ne congédiait jamais Wan'er lorsqu'elle se donnait à Changzong, mais Wan'er était une femme intelligente, et si elle était sensible à la beauté de Changzong, elle savait garder ses distances avec lui, à la grande satisfaction de l'impératrice. Toutefois, chaque fois que Changzhong satisfaisait ses besoins naturels, Wan'er l’épiait du coin de l’œil et il lui était impossible de rester de marbre.
L'impératrice avait commandé à ses meilleurs ouvriers de construire pour Changzong une résidence de campagne à Xiashi [au Henan], dans laquelle toutes les pièces de tous les pavillons étaient pavées d'or et tous les escaliers étaient taillés dans le marbre. L'impératrice y faisait brûler les parfums les plus exotiques, et après avoir tiré des rideaux faits de perles authentiques, elle se donnait à Changzong.
Un jour que Changzong somnolait après boire, le sexe ramolli, l'impératrice se mit à jouer avec la chose. Elle tira sur la peau du sexe pour en recouvrir le gland, mais le sexe était trop grand et la peau ne put remonter jusqu’en haut. En peu de temps, le membre se retrouva dressé. Bien qu’à la racine, il fût puissant comme une arbalète, le gland, charnu et replet, était pareil à un morceau de coton roulé en boule, et il avait la couleur de l'hibiscus.
Or l'impératrice avait beau manipuler le sexe de Changzong, l'organe semblait totalement inerte. Elle lâcha alors dans un soupir : « De quoi vous faire perdre toute envie ! » Mais Wan'er quant à elle était si excitée que sa lingerie intime en était toute trempée, et sans qu’elle s’en rende compte, sa main se posa sur Changzong. L'impératrice entra dans une colère si grande qu'elle planta un canif en or dans la chevelure de Wan'er. « Si tu oses t'approcher de ma chasse gardée, lui dit-elle, ton châtiment sera la mort ! » Wan'er ne dut son pardon qu'à la requête implorante de Liulang12. Cependant, elle en garda une cicatrice au front qui l'obligeait à porter constamment une parure de tête ornée de fleurs quand elle se trouvait au palais. (ZBY, 24.19)

5. Fureur génésique et suicide par la corde

19À Pékin, sur la colline aux Fragrances, la femme d'un soldat et sa belle-sœur vivaient sous le même toit. L'épouse, qui était d'une nature lascive, avait placé une tinette à la porte de derrière, et chaque fois qu'un passant venait y pisser et que le sexe de celui-ci lui paraissait digne d'intérêt, elle invitait l'homme à entrer et à forniquer en sa compagnie. Il en fut ainsi pendant plusieurs années.
Un jour, les deux belles-sœurs étaient en train d'épier à travers une fente dans la porte, quand un boucher passa dans la rue en poussant sa carriole devant lui et vint pisser dans le seau : son sexe était d'une dimension de loin supérieure à tous ceux que l'épouse avait connus. Folle de joie, elle fit entrer l'homme et se mit au lit avec lui, puis elle le débarrassa de son pantalon et se mit en position pour le recevoir.
Quand la belle-sœur, qui était assise à leurs côtés, vit que tous deux avaient fini leur affaire, elle voulut prendre son tour. Or le boucher, qui était doté d'une forte endurance sexuelle, n'avait pas dételé de tout le temps de midi, aussi fut-il pris d'une faim dévorante et réclama-t-il quelque chose à manger. Quand il se fut sustenté, la belle-sœur à son tour lui ôta son pantalon et se mit à caresser son membre et à le sucer jusqu'à ce qu'il se dresse derechef.
« Il est tellement brutal, dit l'épouse, que tu ne le supporterais pas, j'en ai peur. Mieux vaut que tu me laisses y retourner. » La belle-sœur accepta et rejoignit le couple dans le lit, où l'épouse se fit violemment sabouler sans que l'homme lui laissât le moindre répit. La belle-sœur en fut si excitée que la cyprine lui coula jusqu'aux talons, mais sa rage de se voir flouée par l’épouse fut telle qu'elle alla se pendre dans une maison voisine.
Alors, la famille de la belle-sœur alla porter plainte auprès des autorités, persuadée qu'elle s'était donné la mort à cause de mauvais traitements infligés par l'épouse, et ignorante qu'elle était de ce que l'affaire avait de sordide. Mais quand le mari, qui patrouillait dans les rues, regagna son foyer, il remarqua que sa femme avait l'air tendu et que la literie était souillée. Il la soumit alors en privé à un interrogatoire serré, et elle finit par avouer la vérité, après quoi le mari la dénonça aux autorités.
L'affaire fut examinée en l'an 43 du règne de Qianlong [1786] par l'administration judiciaire provinciale du Fujian. L'instruction terminée, les aveux contenaient tant de choses indécentes qu'il fut impossible de soumettre le dossier à l'Empereur, et comme l’épouse ne méritait pas un châtiment des plus sévère, elle fut condamnée à recevoir quatre-vingts coups de rotin. (XZBY, 9.8)

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Rappelons que le titre de l’ouvrage fait allusion à un passage bien connu des Entretiens de Confucius (Lunyu, 論語) : « Le Maître ne parlait ni de l'étrange, ni de  la violence, ni des désordres, ni des esprits » (zi bu yu guai li luan shen 子不語怪力亂神). Ce passage se trouve au livre VII, verset 20. Un choix de textes tirés du Zibuyu, traduit, présenté et annoté par Chang Fu-jui, Jacqueline Chang et Jean-Pierre Diény a paru en 2011 sous le titre Ce dont le Maître ne parlait pas aux Éditions Gallimard, dans la collection « Connaissance de l’Orient »

2  Citons notamment le volume 4 des œuvres complètes de Yuan Mei, Yuan Mei quanji 袁枚全集, sous la direction de Wang Yingzhi 王英志, Nanjing, Jiangsu guji, 1993 (8 vol.). En ligne, on peut recommander le Zibuyu et le Xu Zibuyu tels qu’on les trouve aux adresses suivantes :
- https://archive.org/details/pgcommunitytexts25245gut
- http://ctext.org/wiki.pl?if=gb&res=785023
- http://open-lit.com/bookindex.php?gbid=65 , pour le premier,
et https://archive.org/details/pgcommunitytexts25315gut
- http://ctext.org/wiki.pl?if=gb&res=743981 et
- http://open-lit.com/bookindex.php?gbid=160, pour le second.

3  Le cas du Zibuyu et du Xu Zibuyu est loin d’être isolé, et l’on peut d’ailleurs dire que ces deux ouvrages ne sont pas les plus mal lotis : comme le rappelle Pierre Kaser dans son billet de blog Aux portes de l’enfer chinois, « si on se contente des titres publiés ces [vingt] dernières années, on peut dénombrer une quinzaine de romans ou recueils de contes clairement érotiques dont la diffusion a toujours été problématique. Leurs titres – l’original et les titres alternatifs choisis pour tromper les autorités – figurent encore sur les listes de proscription de la République Populaire de Chine après avoir été inscrits sur celles de la dynastie mandchoue. Il est donc en théorie impossible de les trouver là-bas autrement que dans des éditions rares pieusement conservées dans les bibliothèques les plus prestigieuses, ou alors sous forme de fac-similés à tirage limité et hors de prix. » (billet publié le 30 juillet 2014 à l’adresse http://kaser.hypotheses.org/389

4  La composition de ces différentes éditions variant parfois très légèrement de l’une à l’autre, les chiffres de 746 et 277 ne sont vrais qu’à une ou deux unités près.

5  Traductions existantes : LOUIE Kam et EDWARDS Louise, « The Reincarnation of Cai Jing », Censored by Confucius, Ghost Stories by Yuan Mei, Armonk, NY, M.E. Sharpe, 1996, p. 178 ; SANTANGELO Paolo,  « The Reincarnation of Cai Jing », Zibuyu, "What The Master Would Not Discuss", according to Yuan Mei (1716-1798): A Collection of Supernatural Stories, Leiden, Brill, 2013, p. 1005-1006

6  Traductions disponibles : WALEY Arthur, « The Siamese have a donkey as wife », op. cit., p. 134 (voir note 5) ; SANTANGELO Paolo, «Thai Men Marry Donkeys », op. cit., p. 1032

7  Arthur Waley, Yuan Mei, Eighteenth Century Chinese Poet, Londres, Allen & Unwin, 1956, p. 134.

8  À signaler que ce texte n’est absent que de [2] et [4]. Traduction disponible : SANTANGELO Paolo, «The Witches », op. cit., p. 1037.

9  Traductions disponibles : SANTANGELO Paolo, « Two Accounts from the "Secret Records of the Konghe Residence"», op. cit., p. 1996-1205.

10  Traduction disponible : SCHWARZ Rainer, « Selbstmord aus ungestilltem Verlangen », in YUAN Mei, Chinesische Geistergeschichten, Frankfurt am Main, Insel Verlag, 1979, p. 229-230.

11  La région de Yue correspond aux provinces actuelles du Guangdong et du Guangxi

12  Liulang 六郎, « le Sixième », est le surnom de Changzong (il était le sixième enfant de la famille)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Cinq histoires généralement omises des éditions chinoises récentes du Zibuyu et du Xu Zibuyu de Yuan Mei », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 02 décembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ideo.revues.org/472

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org