Navigation – Plan du site

Joies et peines de l’enfant Naktsang de Naktsang Nülo

Xénia de Heering

Texte intégral

Présentation de Joies et peines de l’enfant Naktsang

  • 1  Nags tshang nus blo, Nags tshang zhi lu’i skyid sdug [Joies et peines de l’enfant Naktsang], Xinin (...)
  • 2  Le tirage du trimestriel Sbrang char [Pluie fine], l’une des deux principales revues littéraires t (...)

1En 2007 paraissait en République populaire Chine (RPC) un ouvrage insolite, intitulé Joies et peines de l’enfant Naktsang1. L’auteur, un fonctionnaire tibétain à la retraite nommé Naktsang Nülo, avec le regard du jeune garçon qu’il était alors, y raconte en détail l’histoire des années 1950 telle qu’il l’a vécue, dépouillée de toute appréciation rétrospective. Le récit comptait parmi les toutes premières publications à évoquer cette période dans la région tibétaine de l’Amdo (nord-est du Plateau tibétain), hors cadres officiels. Il connut un succès de lecture inattendu et exceptionnel. Publié à Xining, capitale de la province du Qinghai, et initialement tiré à 3 000 exemplaires, Joies et peines de l’enfant Naktsang est très vite devenu un best-seller sur le marché littéraire tibétophone de l’Amdo. En comptant les nombreuses contrefaçons, le tirage cumulé du livre aurait atteint plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, alors que les tirages des livres en tibétain publiés à la même époque en RPC dépassent rarement les 2 000 exemplaires2.

  • 3  L’histoire de l’Amdo dans ces années reste à écrire. Voir à ce sujet deux essais : Françoise Robin (...)
  • 4  En 2008 et 2009, le chanteur Tashi Dondrup, pour avoir chanté une chanson intitulée « 1958-2008 », (...)

2Ce récit d’enfance autobiographique, couvrant la période 1948-1959, décrit en détail les changements radicaux, la répression armée des révoltes, y compris la violence exercée à l’encontre des civils, et la famine qui touchèrent l’Amdo en 1958-593. Ces bouleversements d’une violence inouïe étaient alors désignés par les expressions de « renversement » (dus log), de « grand changement d’époque » (dus ’gyur chen mo). Toute évocation de cette histoire, qui jusqu’à une période très récente n’était que rarement, voire jamais, abordée en public, demeure à ce jour politiquement très sensible4. La promesse que l’auteur formule dans sa préface est de raconter les événements « exactement tels qu’[il] les [a] vus », en décrivant uniquement les choses telles qu’enfant, il les a « vues, entendues et pensées ». Le récit de Nülo colle ainsi au point de vue de l’enfant, âgé de dix ans, qui n’appartient pas à un camp ou à l’autre, qui cherche à comprendre ce qu’implique ce « grand renversement » et, surtout, qui ne sait pas encore comment l’histoire va finir. Cette caractéristique fait de Joies et peines non seulement un ouvrage très innovant dans le contexte de la littérature contemporaine tibétaine, mais aussi un très précieux document historiographique.

3La place manque ici pour décrire tous les aspects novateurs de l’ouvrage, mais il faut du moins rappeler que dans la très riche tradition autobiographique tibétaine (attestée depuis le xie siècle), les ouvrages écrits par des laïcs, et qui plus est par des gens du commun, sont fort rares, tandis que ceux consacrés exclusivement à l’expérience d’un enfant, étaient, jusqu’à la parution de Joies et peines, inexistants.

  • 5  Voir supra, note 4.

4Dans un pays où les autorités censurent tout ce qui touche de près ou de loin à 19585, il pourrait être tentant de voir dans la stricte focalisation sur l’enfant un simple stratagème pour échapper à ce contrôle. Mon enquête montre cependant qu’il est à la fois plus fructueux et plus juste d’analyser ce dispositif narratif, y compris l’usage des formes dialectales, à la lumière du souci d’authenticité de l’auteur et de sa promesse d’être fidèle à son expérience d’enfant, dont il conserve des souvenirs si vifs.

  • 6  À l’oral, le degré d’intercompréhension entre locuteurs de différentes langues tibétiques (langues (...)

5La présence dans le texte de dialectes pastoraux de l’Amdo, mis par écrit « tels quels » dans les dialogues, est une des caractéristiques les plus originales de l’ouvrage au regard des pratiques qui dominent dans la littérature tibétaine. Il faut souligner combien ce choix d’écriture, qui témoigne du souci de réalisme et d’authenticité animant l’auteur, a joué dans la formation de l’aire de réception du livre, mettant le texte à la portée d’Amdowas peu familiers des spécificités du tibétain littéraire, tout en le rendant difficile voire impossible à lire pour les Tibétains originaires d’autres régions6. Il est impossible de restituer la saveur pastorale des dialogues dans cette traduction en français standard, qui se contente d’adopter un style oral dans les passages de discours direct.

6Joies et peines est à l’origine une publication « interne » (chi. : neibu 內部), c’est-à-dire destinée à une diffusion restreinte et non commerciale. L’auteur insiste avoir suivi en tout point les procédures établies par la loi :

  • 7  Nags tshang nus blo, « “Nags tshang zhi lu’i skyid sdug” dans ’brel nas mgo log bsam tshe la sprin (...)

Je suis au courant qu'aujourd'hui les exemplaires à vendre de Joies et peines de l'enfant Naktsang sont rares. Ce livre étant un document interne, il n'est pas permis de beaucoup le diffuser dans les librairies et dans la société. Cependant, Joies et peines de l'enfant Naktsang n'est absolument pas un livre illégal. Après que l'organisme d'État concerné a donné un numéro de livre autorisant la publication, il a été imprimé dans l'imprimerie d'État de Xining. Le numéro certifiant sa légalité figure sur le livre : 青新出(2007准字第77号.7

7L’impossibilité et la nécessité de dire ne s’analysent cependant pas uniquement en relation à l’État, loin de là. L’épilogue de Joies et peines situe le témoin avant tout dans sa relation aux générations futures et passées :

  • 8  Mantra du bodhisattva Avalokiteśvara, divinité tutélaire du Pays des neiges incarnant la compassio (...)

J’ai non seulement terminé d’écrire ce petit livre, je suis parvenu à le déposer entre les mains des générations futures, et je m’en trouve apaisé. (…)
À [feus] mes père et mère bienveillants, ainsi qu’à tous les défunts que j’appelle par leurs noms dans ce petit livre, je dédie [ces prières] :
Om mani padme hum Om mani padme hum Om mani padme hum8

  • 9  Notamment par la voie de messages postés sur le site web de l’Association de recherche des Tibétai (...)

8L’impossibilité de dire — quelle que soit la nature de la censure à laquelle elle répond — doit être analysée sans jamais perdre de vue les formes que prend le récit, mais aussi, et de façon peut-être plus décisive, le destinataire du récit. Adoptant la forme d’un témoignage écrit dédié aux morts comme aux contemporains et aux générations futures, Nülo peut relater certaines expériences qui n’auraient peut-être pas toujours été dicibles entre proches, mais qui demeurent cependant narrables et recevables, comme le montrent tant le succès de Joies et peines que le très haut respect que les lecteurs témoignent à Naktsang Nülo9.

  • 10  Chukhama est aujourd’hui un canton situé dans la Préfecture autonome tibétaine du Gannan (province (...)

9Quelques mots, enfin, pour situer l’extrait choisi qui correspond au chapitre 57 de l’œuvre. Joies et peines de l’enfant Naktsang raconte, en près de cinq cents pages, les premières années de la vie de Nülo, de sa naissance à Chukhama en 1948 à fin 195910. Devenu orphelin de mère alors qu’il n’avait que quelques mois, l’enfant grandit dans les pâturages, demeurant parfois au monastère de Chukhama aux côtés de son frère Japé, moine novice de quatre ans son aîné. Le récit évoque ainsi des pratiques et un environnement familiers — la vie quotidienne sous la tente, les occupations des pasteurs, les jeux des enfants, les pratiques religieuses, etc. — que les événements vont soudain venir bouleverser. La seconde moitié du livre décrit ce « grand changement d’époque » (dus ’gyur chen mo), avec force détails. Peu après l’arrivée de l’Armée populaire de libération (APL) à Chukhama, en 1958, Naktsang Durkho, le père de l’auteur, décide de quitter les lieux en emmenant ses deux fils, Nülo et Japé. Un groupe formé de douze moines et laïcs, âgés de dix à cinquante ans, quitte secrètement le monastère pour tenter de rejoindre Lhassa. Ils ont quitté Chukhama depuis environ un mois, lorsqu’ils arrivent sur les terres des clans du sud-est de Golok, non loin de l’Amnyé Machen, dans l’actuelle province du Qinghai.

Dans la catastrophe du renversement, monastère et campement dévastés

  • 11  Tib. : ya. Particule de discours exprimant l’emphase, l’assentiment, ou encore la politesse.
  • 12  La roue flanquée de deux gazelles, qui surplombe l’entrée des temples bouddhistes, fait référence (...)
  • 13 Tib. : a khu. Akhu signifie « oncle paternel » ou « moine » en tibétain de l’Amdo. C’est également (...)
  • 14  Tib. : a zhang. Azhang signifie « oncle maternel ».
  • 15  Le hall d’assemblée (’du khang) — ici, une tente — est généralement le plus grand temple du monast (...)
  • 16  Pha drin can est une expression signifiant littéralement « père doté de bienveillance ». En tibéta (...)
  • 17  Tib. : yum. Yum est un des noms que les Tibétains donnent à la Prajnaparamita (sanscrit), le sutra (...)
  • 18  Montagne sacrée culminant à plus de 6200 mètres, située dans l’actuelle Préfecture autonome tibéta (...)
  • 19  Cette expression signifie subir une très grave perte ou être annihilé.
  • 20  Il s’agit de Mongols tibétophones vivant dans l’actuelle Préfecture autonome tibétaine de Malho, d (...)
  • 21  Tib. : kha btags. La khata est une écharpe cérémonielle en soie ou en satin, le plus souvent blanc (...)

10Nous continuions toujours à marcher, quand nous vîmes scintiller, dans un recoin ensoleillé sur le versant d’une haute montagne, les ornements dorés et les toitures brillantes d’un monastère. « Ya11, ça doit être le monastère de Khangsar, ça », a dit quelqu’un, je ne sais pas qui l’a dit. Nous sommes montés en suivant le chemin de circumambulation du monastère. En regardant bien, on voyait que quelques temples, dans la partie haute du monastère, avaient brûlé. Des volutes de fumée s’élevaient encore d’entre les édifices. Le feu avait achevé de consommer la grande bannière du monastère. Je ne sais pas où le feu brûlait encore, mais tout était plongé dans une épaisse fumée marron. Sur le chemin, quelques jupons et châles monastiques, éparpillés, formaient des taches rouges çà et là. Les ornements dorés du hall d’assemblée, ainsi que la roue [du dharma] aux gazelles12, tout avait été renversé. Le chemin de circumambulation était jonché de petits moulins à prière. Les grands moulins à prière, renversés, avaient volé en éclats. Les écritures qu’ils contenaient avaient été emportées par le vent et le chemin de circumambulation était parsemé de feuillets multicolores [qui volaient] de part et d’autre de celui-ci. Quelques chiens errants poussaient des aboiements plaintifs, mais on n’entendait aucune voix humaine, tout était calme. Le monastère était entièrement envahi d’une épaisse fumée. C’était un spectacle triste et effrayant à la fois.
« Les malheureux ! Ce clan et le monastère, ils ont dû se battre avec les soldats chinois, dit Akhu13 Drakpa. Par le Lama et les [Trois] Joyaux, combien de gens ont dû mourir ici...
— A côté de ça, on peut dire que notre monastère à nous, il a pas été détruit ! fit Azhang14 Mönlam. Ici, c’est pas juste qu’il y a eu des morts, c’est que le monastère a été complètement détruit.
— Qu’ils étouffent dans la poussière ! s’exclama Lochö. Notre monastère aussi, il a dû finir comme ça, c’est sûr ! »
Tout en regardant et en parlant, nous sommes arrivés à l’extrémité supérieure du monastère. Sur la plaine, nous avons alors aperçu une énorme tente, à l’entrée de laquelle deux ou trois personnes étaient en train de préparer le thé. Quand ils nous ont vus arriver, ils se sont levés et sont venus vers nous en ôtant leurs chapeaux. Quand nous sommes parvenus à l’entrée de la tente, oh la la ! qu’elle était grande! On nous a dit que c’était la tente d’assemblée du monastère15. Dedans, il y avait les représentations des divinités et les textes religieux du monastère, des trompettes et des tambours rituels, des ornements de toit dorés, toutes sortes de roues [du dharma] aux gazelles... Tout plein de choses étaient entassées là. Les gens nous dirent qu’ils étaient chargés de surveiller tous ces objets. « Qu’est-ce qu’il était riche, ce monastère ! Et maintenant, il a été complètement détruit, dans de telles souffrances ! Donc le malheur n’est pas tombé sur le monastère de Chukhama seulement. Où qu’on aille, ça sera sûrement comme ça… » me disais-je. Alors j’ai demandé : « Papa, Azhang Mönlam, quand on sera à Lhassa, est-ce que Lhassa, et le monastère de Ganden, ils seront détruits comme ça ? Si vraiment ils sont détruits, on devra aller où, après, nous ? »
Mon père bienveillant16 ne répondit rien. Azhang Mönlam s’exclama : « Oh ! Pourquoi il pense à des choses pareilles, celui-là ? C’est la pire des mauvaises langues !
— Par la Prajnaparamita17, comme s’il y avait de quoi le traiter de mauvaise langue ! intervint Akhu Tenzin. On en sait rien du tout, par la Prajnaparamita en lettres d’or ! Ça va faire deux ans qu’ils y sont, à Lhassa, les soldats chinois, non ?
— Par la Prajnamaparamita, je serais prêt à parier que ça se passe mal... intervint mon père bienveillant. Les soldats chinois, c’est comme un incendie de montagne : une fois qu’il a démarré, il atteint tout. Ça risque d’être difficile pour nous d’y échapper… Maintenant, quoi qu’il arrive, on n’a plus rien d’autre à faire que de continuer à monter [vers Lhassa]. Tant que je serai pas mort, je vais voir si j’arrive à vous mener là-haut, à Lhassa.
— Ya, que les Trois Joyaux soient témoins ! dit Akhu Drakpa. Dans tous les cas, on y va... Comme si on pouvait savoir [où ça va nous mener] par la Prajnaparamita ! Si on a un peu de karma [favorable], on trouvera bien quelque chemin… »
On marchait les uns derrière les autres, tout le monde se sentait maintenant mal à l’aise.
Après deux ou trois jours de marche, nous sommes arrivés sur les terres de Golok, on voyait la montagne neigeuse Amnyé Machen18. Sur le chemin, on rencontrait beaucoup de gens, allant dans un sens et dans l’autre, qui nous disaient tous : « Ne passez pas par là-haut, des soldats chinois sont installés là-haut », ou bien « Ne passez surtout pas par en bas, il y a des soldats chinois ». Pourtant, nous avons marché pendant plusieurs jours sans croiser ne serait-ce que l’ombre d’un soldat chinois. Comme avant, nous marchions de nuit, et quand l’aube approchait, nous nous cachions dans quelque repli de terrain ou dans une petite vallée. Aujourd’hui, nous avons à nouveau marché de jour. Depuis le matin, il y avait des chevaux et des yaks sans maître, déambulant partout sur le chemin, et ce qui ressemblait à des morceaux de moutons qui auraient été déchiquetés par des loups. Un peu plus loin, sur la montagne, il y avait quantité de chiens errants. Certains mangeaient des restes de carcasses à moitié pourries de yak et de moutons, d’autres poussaient des aboiements plaintifs, la tête levée vers le ciel. Rien qu’à les entendre, il y avait de quoi être terrorisé. De nombreux vautours tournoyaient dans le ciel.
« Oh la la… soupira Lochö. Qu’est-ce qui s’est encore passé, ici ? Des yaks et des moutons sans maître, des chiens errants partout… Il y a quelque chose qui va pas là, c’est sûr… »
Tout le monde continua à avancer, mal à l’aise. Peu après, nous sommes arrivés au bord d’une plaine. Oh, que le Suprême Protecteur soit témoin ! A ce moment, on a vu. Sur la plaine, il y avait une dizaine de tentes, la plupart complètement chambardées. Des affaires étaient éparpillées partout, sur le flanc de montagne et sur la plaine. Partout, des cadavres humains, des cadavres de chevaux et de yaks. Il n’y avait pas un coin où un cadavre ne soit tombé ou n’ait été jeté.
« Qu’ils étouffent dans la poussière ! lança Akhu Tenzin. Visiblement, ce clan aussi, ils ont été mis à sac par l’armée chinoise… »
Les moines descendirent de leurs montures, et, à côté de deux ou trois cadavres humains qui étaient près du chemin, récitèrent quelques consécrations de mérites et prières d’aspiration. A l’entrée d’une tente qui ne tenait presque plus dressée, il y avait un chien attaché. A le voir, il était sur le point de mourir de faim. Akhu Drakpa héla Lochö : « Fils de bon père, tu pourrais le détacher ? »
Grand frère Japé et Lochö y allèrent tous les deux. Ils coupèrent le collier à l’aide d’un poignard et libérèrent le chien.
« Bon, ce serait mieux qu’on y aille dare-dare, là, fit mon père bienveillant. C’est sûr qu’il faut pas qu’on traîne ici. »
Alors les moines se sont remis en selle et on a repris la route. Du riz et des morceaux de beurre de certaines des familles, plus ou moins gros, avaient été balancés un peu partout sur le chemin.
« Durkho ! appela Akhu Tenzin. Est-ce qu’on devrait pas prendre un petit peu de viande séchée et de beurre, pour nos provisions ? »
Azhang Mönlam répondit avant mon père bienveillant : « Quand dans la vallée des chevaux, le ciel s’écroule, dans la vallée des chiens, le soleil se lève, comme on dit. Quand un tel malheur s’est abattu sur ce clan, comment est-ce qu’on pourrait penser à prendre quelque bien à côté du cadavre d’un homme mort ? Nous avons de quoi manger ! Comme si on pouvait se permettre de ramasser la moindre chose, par la Prajnaparamita ! »
Personne ne dit plus rien, et on continua à marcher en silence. Tout en suivant les autres, je pensais : « Les pauvres, de quelque clan qu’ils soient… Peut-être qu’ils ont attaqué les soldats chinois, peut-être que les soldats chinois ont saccagé leur campement... Un tel malheur où “les hommes meurent et les chevaux tombent à la renverse”19 s’est abattu sur eux ! Maintenant il n’y a personne pour s’occuper des cadavres des hommes morts, et, à côté des tentes, des corbeaux picorent leurs yeux ! Personne pour veiller sur les richesses qu’ils avaient accumulées, elles sont éparpillées partout ! Plus personne pour élever les chevaux, les moutons et les yaks, ils sont devenus la nourriture des bleus loups de montagne ! Pour quelqu’un qui a de la compassion, c’est ce qu’il y a de plus apitoyant, pour quelqu’un qui a de la sympathie, c’est [un spectacle] bouleversant… » C’était la première fois que je voyais autant d’hommes et d’animaux morts. Je ne sais pas si j’en ressentais de la peur ou de la douleur. En tout cas je ressentais le besoin d’y réfléchir.
« Les pauvres, dit mon père bienveillant. Ce clan, les soldats chinois ils les ont encerclés, et ensuite ils ont tout dévasté, comme chez les Mongols de Datsen20. A vue d’œil, on doit être sur les terres du clan Khanggän, de Golok. Ces Goloks, c’est des clans qui sont féroces, c’est sûr qu’ils se sont battus !
— Ces cadavres d’hommes, de chevaux et de yaks ne dégagent pas d’odeur, dit Akhu Tenzin. La destruction du clan ne doit pas remonter à plus de deux ou trois jours… »
En passant par le campement ravagé, nous sommes arrivés au bout d’une crête. D’ici, on voyait de nombreux vautours s’agiter autour des cadavres. Mais la plupart avaient terminé de manger et étaient posés, alignés, sur les hauteurs de la crête.
« Les malheureux ! Il y a très, très, longtemps, dit Azhang Mönlam, il y avait un musicien, qui chantait : « Le jour où tout bascule dans le chaos, cadavres et os emplissent monts et vallées. Le blanc vautour est écœuré, le loup bleu n’a plus d’appétit » Et bien ce clan, ça leur est tombé dessus, ya ! »
Tout en marchant, je me disais : « Si, quand on est chez soi, dans son campement, en train de faire du yaourt et d’autres choses de ce genre, de telles catastrophes doivent s’abattre sur nos têtes !… Alors maintenant, qu’on fuie ou qu’on ne fuie pas, tôt ou tard, quelque malheur nous tombera dessus… Si on meurt, c’est notre karma passé. S’il n’y a personne pour s’occuper de nos cadavres, ce sera un peu triste. J’espère que je n’aurai plus jamais à voir de mes yeux une dévastation aussi terrible… » Mes pensées partaient dans tous les sens tandis que je continuais à avancer. Je n’avais pas envie de regarder autour de moi.
Pendant ces deux ou trois jours, nous avons paisiblement suivi la grande route, sans rencontrer rien qui nous fasse peur ou nous inquiète et nous oblige à presser le pas. Cependant, ce qui surgissait devant nos yeux de jour, et venait perturber nos rêves la nuit, c’était le monastère et le campement dévastés que nous avions vus avant-hier, et tous les cadavres d’hommes, de yaks et de chevaux morts.
« Avant, observa mon père bienveillant, ces Chinois, ils étaient pas aussi abjects ! Qu’est-ce qui s’est passé ? L’an dernier, déjà, le clan mongol, ils disaient que ces Chinois, quand ils sont arrivés, d’abord, c’était comme une vaste plaine, où les chevaux pouvaient galoper librement, ils avaient où trotter. Après, c’est devenu comme le canal au milieu d’une corne de yak, on peut plus se retourner, et on n’a nulle part où aller. Ça commence en douceur et ça se termine dans la violence, c’est ce qu’ils disaient. Et on dirait bien que c’est vrai !
— C’est vrai, ça, fit Akhu Tenzin. Nous, quand notre monastère on s’est rendus, on leur a offert des khatas21 en leur souhaitant la bienvenue, ils nous ont gratifié d’un « merci » et le lendemain, le monastère a été détruit, n’est-ce pas ? C’est comme quand on utilise du cuir humide pour [rapiécer] ses bottes, on les met, on les porte, et c’est certain qu’elles deviennent toujours de plus en plus rigides et de plus en plus serrées... »
« Quand on est chez soi, avec son clan ou dans son monastère, occupé à fabriquer du yaourt, et à faire d’autres choses de ce genre, pourquoi faut-il que tout soit détruit, sans raison ? » Cette question me revenait sans cesse en tête, mais il n’y avait absolument personne pour me répondre.

Haut de page

Notes

1  Nags tshang nus blo, Nags tshang zhi lu’i skyid sdug [Joies et peines de l’enfant Naktsang], Xining, Qinghai Xining Yinshuachang, 2007. Une transcription visant à faciliter la lecture aux non-spécialistes est ici adoptée pour le tibétain. En dehors des références bibliographiques, le nom de l’auteur de Joies et peines est ainsi orthographié Naktsang Nülo, ce dernier étant également désigné par son nom raccourci Nülo. Lorsqu’il est nécessaire de préciser l’orthographe de certains termes, la translittération suit le système de Wylie.

2  Le tirage du trimestriel Sbrang char [Pluie fine], l’une des deux principales revues littéraires tibétophones, était par exemple en 2007-2008 d’environ 8 000 exemplaires ; la collection Dus rabs 21 pa’i bod kyi rtsom pa po’i deb phreng [Écrivains tibétains du xxie siècle], lancée en 2009 par la Maison d’édition des nationalités du Qinghai est considérée comme un succès : plusieurs titres d’abord tirés à 1 500 ou 2 000 exemplaires avaient atteint en 2012 un tirage cumulé global de 4 000 à 5 000 exemplaires.

3  L’histoire de l’Amdo dans ces années reste à écrire. Voir à ce sujet deux essais : Françoise Robin, « La révolte en Amdo en 1958 », in L’histoire du Tibet du xviie au xxie siècle : Compte rendu de la journée de conférences au Sénat le 3 mars 2012, Rapport de groupe interparlementaire d’amitié n° 104, 18 juin 2012, Site du Sénat [en ligne], URL : http://www.senat.fr/ga/ga104/ga104.html#toc4, ainsi que Elliot Sperling, « The Body Count », site de l’association Rangzen [en ligne], URL : http://www.rangzen.net/2012/09/14/the-body-count-2/. Pour une analyse centrée sur l’arrivée de l’APL à Chukhama telle qu’elle est racontée par Nülo, voir Xénia de Heering, « A warm, sunny autumn day. Re-remembering how “Chinese soldiers” came to Chukhama in 1958 », in Robert Barnett, Françoise Robin & Benno Weiner (eds.), Re-remembering Early Contact between Tibetans and the Chinese Communist Party in the post-Mao Period, Leiden, Brill, à paraître.

4  En 2008 et 2009, le chanteur Tashi Dondrup, pour avoir chanté une chanson intitulée « 1958-2008 », l’écrivain Tséring Dondrup, pour son roman Rlung dmar ’ur ’ur [Les hurlements du vent rouge], le moine Jamdo Rinzang, pour avoir publié deux recueils d’entretiens avec des témoins de 1958 et de la Révolution culturelle (Nga’i pha yul dang zhi ba’i gcing grol [Mon pays natal et la libération pacifique] et Nga’i pha yul dang gzab nyan [À l’écoute attentive de mon pays natal]), tous trois Amdowas et résidents de la province du Qinghai, ont été sanctionnés pour avoir publiquement évoqué 1958. Plus généralement, au sujet de la répression exercée à l’encontre des écrivains, artistes, éducateurs et autres figures engagées dans la sphère publique, voir International Campaign for Tibet, A ‘Raging Storm’ : The Crackdown on Tibetan Writers and Artists after Tibet’s Spring 2008 Protests, mis en ligne le 18 mai 2010, http://www.savetibet.org/a-raging-storm-the-crackdown-on-tibetan-writers-and-artists-after-tibets-spring-2008-protests/, consulté le 05/12/2015.

5  Voir supra, note 4.

6  À l’oral, le degré d’intercompréhension entre locuteurs de différentes langues tibétiques (langues de l’Amdo, du Tibet central, du Kham, du Bhoutan et d’autres régions himalayennes telles le Dolpo ou le Ladakh) est très limité. Le tibétain littéraire, proche de la langue classique des textes religieux, est en revanche commun à l’ensemble de l’aire linguistique tibétaine, qui s’étend sur près de 2 400 000 km² (voir à ce sujet Nicolas Tournadre, « L’aire linguistique tibétaine et ses divers dialectes », in Daniel Petit (ed.), Lalies 25, Paris, Éd. Rue d’Ulm, 2005, p. 7-56). D’après le recensement de 2010, la population tibétaine en RPC (6 282 187 personnes) est répartie comme suit : 43% dans la Région autonome du Tibet, 24% dans le Sichuan, 22% dans le Qinghai, 8% dans le Gansu, 2% dans le Yunnan.

7  Nags tshang nus blo, « “Nags tshang zhi lu’i skyid sdug” dans ’brel nas mgo log bsam tshe la springs pa’i yi ge » [Lettre relative à « Joies et peines de l'enfant Naktsang » envoyée à Golok Samtsé], mis en ligne le 8 avril 2011, Site web de l’Association de recherche des Tibétains du Tso-ngön, URL : http://www.bodrigs.com/article/answers/20110408147.html, consulté le 15/05/2011.

8  Mantra du bodhisattva Avalokiteśvara, divinité tutélaire du Pays des neiges incarnant la compassion de tous les bouddhas.

9  Notamment par la voie de messages postés sur le site web de l’Association de recherche des Tibétains du Tso-ngön, Bodrigs.com (« Tibétains.com »), que Naktsang Nülo a administré entre 2010 et 2014.

10  Chukhama est aujourd’hui un canton situé dans la Préfecture autonome tibétaine du Gannan (province du Gansu). Pour quelques photographies de Chukhama, voir : Xénia de Heering, « Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770

11  Tib. : ya. Particule de discours exprimant l’emphase, l’assentiment, ou encore la politesse.

12  La roue flanquée de deux gazelles, qui surplombe l’entrée des temples bouddhistes, fait référence au premier enseignement du Bouddha dans le parc aux gazelles à Sarnath, près de Varanasi (Inde), au ve siècle avant notre ère.

13 Tib. : a khu. Akhu signifie « oncle paternel » ou « moine » en tibétain de l’Amdo. C’est également un terme d’adresse poli pour les hommes plus âgés que soi.

14  Tib. : a zhang. Azhang signifie « oncle maternel ».

15  Le hall d’assemblée (’du khang) — ici, une tente — est généralement le plus grand temple du monastère, où l'ensemble des moines se réunit pour les pratiques religieuses collectives.

16  Pha drin can est une expression signifiant littéralement « père doté de bienveillance ». En tibétain de l’Amdo, pha drin can et ma drin can (« mère bienveillante ») sont des périphrases utilisées pour l’évocation de parents défunts. Le père de Nülo mourra le 9 septembre 1958 dans une embuscade de l’Armée de Libération, environ un mois après les événements relatés dans ce chapitre.

17  Tib. : yum. Yum est un des noms que les Tibétains donnent à la Prajnaparamita (sanscrit), le sutra de la Perfection de la sagesse. Yum et gser yum, « Prajnaparamita [en lettres] d’or », sont des jurons typiques des pasteurs amdowas.

18  Montagne sacrée culminant à plus de 6200 mètres, située dans l’actuelle Préfecture autonome tibétaine de Golok (province du Qinghai).

19  Cette expression signifie subir une très grave perte ou être annihilé.

20  Il s’agit de Mongols tibétophones vivant dans l’actuelle Préfecture autonome tibétaine de Malho, dans la province du Qinghai, sur les terres desquels le clan de Chukhama a vécu de nombreuses années avant 1958.

21  Tib. : kha btags. La khata est une écharpe cérémonielle en soie ou en satin, le plus souvent blanche, que l’on offre en signe de respect.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xénia de Heering, « Joies et peines de l’enfant Naktsang de Naktsang Nülo », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 02 décembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ideo.revues.org/484

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org