Navigation – Plan du site

La liberté de l’écrivain de Nirmal Verma

Elizabeth Naudou

Texte intégral

Présentation

Nirmal Verma

1Nirmal Verma est l’un des plus célèbres écrivains de langue hindi du xxe siècle. Il naît à Shimla, Himachal Pradesh, Inde, en 1929 et meurt à Delhi en 2005. De 1959 à 1966, il vit à Prague où il est traducteur du tchèque en hindi à l’Institut Oriental (The Institute of Oriental Studies). Il se lie d’amitié avec Ivan Klima, Milan Kundera (qu’il traduit en hindi), Skvorecky et Bohumil Hrabal. Avant de rentrer en Inde en 1972, il parcourt l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Ses sept récits de voyages sont un beau témoignage de cette expérience loin de son pays natal. L’expérience qu’il a vécue lors des événements du « Printemps de Prague » a certainement contribué à donner à son écriture cette coloration si spécifique, à la fois indienne et occidentale. D’obédience communiste dans son jeune âge, il s’était retiré du parti au moment où la Hongrie avait été envahie par les Soviétiques.

2Parmi les œuvres qui l’ont marqué, on peut citer Too loud  a solitude, « Une trop bruyante solitude», de Bohumil Hrabal, paru en 1976 ; Monology, « Monologues », de Milan Kundera, paru en 1957 ; Lovers for a day, « Amants d’un jour » d’Ivan Klima, paru en 1964.

3En 1985, il obtient le prix de l’Académie des Belles Lettres indienne, le Sahitya Akademi award, pour son roman kavve aur kālā pānī, « Les corbeaux et l’eau noire », traduit en anglais sous le titre « The crows of Deliverance ».  En 1999, il obtient le Jnanpith Murtidevi award, pour son essai Bharat aur Europe : Pratishruti Ke Kshetra, « L’Inde et l’Europe : le lieu de l’écho », où il aborde la question des influences réciproques entre l’Inde et l’Europe. En 2000, il est couronné de la plus prestigieuse récompense littéraire en Inde, le Jnanpith award. Il est fait « Chevalier des Arts et des Lettres » par la France qui l’accueille en 2002, dans le cadre de la manifestation littéraire « Les Belles Etrangères ». Il est l’auteur de cinq romans, huit recueils de nouvelles, une œuvre épistolaire, une œuvre théâtrale, plusieurs essais, mémoires et récits de voyages. Il est connu en Inde comme l’initiateur du mouvement littéraire « nayī kahānī », le « Nouveau récit ». Son écriture tourne le dos au socio-réalisme post-indépendantiste : elle se veut délibérément tournée vers le soi, l’intime, le monde intérieur, mais en constante connexion  avec le monde extérieur et l’univers. Nirmal Verma revendique tout au long de son œuvre cette « mythical mentality », comme il l’appelle, qui s’oppose à la conscience historique occidentale. La mémoire, en Inde, participe en effet de l’imaginaire, et non de l’histoire. Mémoire, rêve, imaginaire, monde de l’entre-deux, obscurité, pénombre, nostalgie, sont parmi les mots-clés qui peuvent évoquer le style si personnel de cet auteur.

« La liberté de l’écrivain : dans le contexte actuel », un essai littéraire en hindi

  • 1  Traduit du hindi par Elizabeth Naudou

4Lekhak kī svatantratā: āj ke sandarbh mẽ, le texte offert partiellement ici pour la première fois en français, n’a jamais été traduit dans une autre langue européenne, ni même dans une langue indienne. Il s’agit d’un extrait d’un essai sur la liberté d’expression en littérature, texte revu et corrigé par l’auteur, Nirmal Verma, du discours qu’il a prononcé lors d’un colloque organisé par l’ « Académie des Belles Lettres » indienne, la Sahitya Akademi, à Delhi. Il le dit lui-même à la fin de l’essai : « Ce texte est une version corrigée du discours d’origine que j’ai lu à la Sahitya Akademi dans un colloque consacré à La liberté de l’écrivain » 1.

5Le style reflète par conséquent une langue de l’écrit, parfaitement maîtrisée et pensée, mais élaborée pour sensibiliser à l’oral un public d’écrivains parmi les plus reconnus et primés en Inde. Les redondances et répétitions sont donc voulues dans la traduction en français, comme elles le sont dans la langue du texte, le hindi.

6Cet essai figure dans un ouvrage de quinze essais littéraires écrits et compilés par leur auteur, Nirmal Verma, sous le titre général lekhak kī āsthā, « La foi de l’écrivain ». Ce livre a été édité pour la première fois en 2001 par les éditions Vagdevi Prakashan, Bikaner, Rajasthan, Inde (pp. 168-180).

Traduction

  • 2  En italiques dans le texte original : lekhak kī svatantratā.
  • 3  Du 25 juin 1975 au 21 mars 1977, Indira Gandhi, qui était alors Premier ministre de l’Inde, avait (...)
  • 4  En italiques dans le texte original : rāitars gild (« Writers Guild » : « Guilde des écrivains »).
  • 5  En italiques dans le texte original : dinmān.

7Je suis reconnaissant à la Sahitya Akademi de m’avoir invité aujourd’hui à parler de la question fondamentale de « La liberté de l’écrivain »2. J’aurais beaucoup apprécié que l’Akademi organise un colloque sur ce sujet il y a une vingtaine d’années, lorsque nous traversions les temps difficiles de l’État d’urgence3. Je me souviens, la « Writers Guild »4 avait alors organisé un séminaire au cours duquel les auteurs invités donnaient leur avis sur tous les problèmes ayant trait à la littérature — excepté celui de la liberté d’expression. Nous n’avons pas de quoi être fiers de ce qui s’est passé à ce moment-là. La question des autres revues fut laissée de côté. Il est surprenant qu’en tournant les pages d’une revue telle que « Dinmān »5, dont nous pouvons tous être fiers de la tradition glorieuse, on ne voie pas dans ses articles éditoriaux jusqu’à la moindre petite ombre de ces jours sombres ; la question de la révolte ou de l’opposition, quant à elle, fut tenue à l’écart. Ce n’est qu’en temps de crise que l’on reconnaît le prix de la liberté. Nous ne pouvons accepter cela, contents de nous, en fermant les yeux. C’est comme une plante que nous devons constamment irriguer, nous devons en prendre soin et  la surveiller ; pour peu qu’on détourne l’attention, elle se met à dépérir.

  • 6  Shri Khushavantsingh (1915-2014) est un célèbre écrivain, journaliste, avocat et politicien, qui f (...)
  • 7  En anglais dans le texte original : « imarjensī » (« emergency » : « État d’urgence »).
  • 8  est un mot hindi sans équivalent en français, que l’on ajoute volontiers à un prénom ou à un no (...)

8Dans ce contexte, il est indispensable de souligner un second point qui peut paraître simple et évident, mais que l’on a tendance à oublier — c’est le suivant : on ne peut considérer la liberté de l’écrivain comme une entité isolée. Elle est intimement liée à ses autres libertés de citoyen. Il est impossible de séparer la liberté individuelle de la liberté de pensée. Pour cette raison également, je considère qu’il est nécessaire de rappeler ce point, car récemment, en prenant part à la discussion sur l’État d’urgence, Shri Khushavantsingh6 avait affirmé qu’il était partisan de l’ « emergency »7, mais qu’il était opposé à la censure. Lorsqu’il adressa ces mots à Indira Gandhi après la période d’ État d’urgence, elle lui dit, quelque peu surprise : « Peut-on séparer l’un de l’autre ? » Je crois que l’on aurait pu marquer d’une pierre blanche cet instant où Indira8   dit une chose juste.

  • 9  En italiques dans le texte original : itihās ke kuṛedān.
  • 10  En italiques dans le texte original : phīniks.
  • 11  En italiques dans le texte original : manuyatva.
  • 12  Le mot utilisé dans le texte, mahāyajña, désigne le sacrifice suprême tel qu’il était pratiqué à l (...)

9Dans la défense des droits civiques, la liberté de pensée constitue le bouclier le plus solide. C’est pourquoi, dans un système de gouvernement despotique et corrompu, c’est elle qui reçoit le premier coup  de plein fouet. Aujourd’hui, si vous faites le compte des vingt siècles passés, vous parviendrez à la conclusion que le prix que l’homme a dû payer pour sa condition d’homme, qui fut plus que tout meurtri, malmené de bout en bout, c’était le prix de la liberté de pensée. Ce qui est surprenant, c’est que ceci ne s’est pas produit, non, dans des pays d’Asie « en retard », en voie de développement par rapport aux pays d’Europe, dans des sociétés qui doivent leur opulence à leur éclat intellectuel et  à leurs richesses matérielles. De Marx à Sartre, je ne sais combien de principes philosophiques, de formules historiques, de fondements sociologiques ont été inventés par toute une flopée d’intellectuels qui se sont bâti leur réputation, dans l’unique but de prouver que la liberté de l’individu est un vestige bourgeois d’une époque révolue, tout juste bon à être jeté dans la « poubelle de l’Histoire »9. Lorsqu’un jour on écrira l’histoire de la pensée au xxe siècle, la preuve de sa plus fabuleuse ironie sera qu’alors qu’il était question de la liberté de pensée individuelle, les dictateurs et les intellectuels radicaux de gauche avaient signé son arrêt de mort avec une telle unanimité qu’il était impossible de distinguer les uns des autres. Qu’il s’agisse du fascisme ou du communisme soviétique, on rencontre toujours çà et là l’approbation de quelque intellectuel. Si aujourd’hui le prix de la liberté individuelle renaît comme un « phénix »10 au milieu des ruines de la débâcle, la raison en est que la liberté n’est pas seulement un droit civique que l’homme a obtenu à travers l’histoire ; elle est plutôt, sur cette terre, la dignité fondamentale et élémentaire de sa nature humaine, de « ce qui fait de lui un être humain »11. Même si,  dans les ténèbres de notre siècle, cette dignité de l’homme a été bafouée, elle n’a pas disparu de son être profond. Aujourd’hui, dans les dernières années de ce siècle, le seul et unique prix est celui qui a été approuvé comme une reconnaissance universelle d’ordre éthique, au-delà des frontières de la lignée, de la caste et du  pays. Aujourd’hui, dans la poubelle de l’Histoire, ce n’est certes pas le prix de la liberté de pensée que ces idéologies révèlent ; c’est sur leur autel qu’on avait préparé la grande cérémonie rituelle12 pour l’offrir en sacrifice.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Traduit du hindi par Elizabeth Naudou

2  En italiques dans le texte original : lekhak kī svatantratā.

3  Du 25 juin 1975 au 21 mars 1977, Indira Gandhi, qui était alors Premier ministre de l’Inde, avait fait proclamer l’ « État d’urgence », par l’intermédiaire du Président indien. Elle avait suspendu toutes les libertés personnelles et publiques, dont la liberté d’élection.

4  En italiques dans le texte original : rāitars gild (« Writers Guild » : « Guilde des écrivains »).

5  En italiques dans le texte original : dinmān.

6  Shri Khushavantsingh (1915-2014) est un célèbre écrivain, journaliste, avocat et politicien, qui fut Membre du Parlement indien à la Cour suprême, Rajya Sabha, de 1980 à 1986.

7  En anglais dans le texte original : « imarjensī » (« emergency » : « État d’urgence »).

8  est un mot hindi sans équivalent en français, que l’on ajoute volontiers à un prénom ou à un nom propre, pour conférer à la personne à qui l’on s’adresse ou de qui on parle un caractère affectueux et respectueux.

9  En italiques dans le texte original : itihās ke kuṛedān.

10  En italiques dans le texte original : phīniks.

11  En italiques dans le texte original : manuyatva.

12  Le mot utilisé dans le texte, mahāyajña, désigne le sacrifice suprême tel qu’il était pratiqué à l’époque védique, la plus grande des offrandes que l’on puisse faire aux dieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Naudou, « La liberté de l’écrivain de Nirmal Verma », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 02 décembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ideo.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Elizabeth Naudou

Aix-Marseille université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org