Skip to navigation – Site map

C’est ma patrie, nouvelle en hindi de Premchand

Hemlata Giri Loussier

Full text

Présentation

L'auteur

1Premchand, l’auteur célèbre de la littérature moderne indienne au début du xxe siècle, dont le nom original était Dhanpat Rai Srivastava, est né le 31 Juillet 1880, dans le village de Lamahi près de Varanasi. Il a commencé à écrire sous le nom de plume « Nawab Rai », mais par la suite il a opté pour « Premchand ». Les parents de Premchand sont morts jeunes — sa mère quand il avait sept ans et son père alors qu'il avait quatorze ans et qu’il était encore étudiant. Premchand a dû s’occuper de sa belle-mère et de ses beaux-frères et sœurs. Tôt dans la vie, Premchand a été confronté à une immense pauvreté. Il gagnait cinq roupies par mois en étant le précepteur de l’enfant d'un avocat. Il a été marié à l'âge de quinze ans, mais le mariage a échoué, et plus tard, il se remaria à Shivrani Devi, une jeune veuve, avec laquelle il eut plusieurs enfants et qui l'a soutenu à travers toutes les combats qu’il eut à mener tout au long de sa vie.

2Premchand réussit son examen de fin d'études au prix de grandes difficultés familiales en 1898, et en 1899, il prit un emploi dans l’enseignement scolaire, avec un salaire mensuel de dix-huit roupies. En 1919, il a passé sa Licence d’anglais, de persan et d'histoire. Plus tard, Premchand a travaillé comme sous-inspecteur adjoint des écoles.

3Premchand a vécu une vie de lutte financière. Une fois, il a contracté un prêt de deux roupies et cinquante paisa (14 centimes aujourd’hui) pour acheter des vêtements. Il a dû lutter pendant trois ans pour le rembourser. Au cours de ses dernières années, il est tombé terriblement malade. L'argent donné par sa femme pour son traitement a été utilisé dans la gestion de sa maison de presse « Saraswati ». Tout cela a eu un impact sérieux sur son état de santé conduisant à sa mort prématurée le 8 Octobre 1936, à l'âge de 56 ans.

4Pendant sa carrière en tant qu’écrivain, Premchand a écrit environ 250 nouvelles, plusieurs romans ainsi que de nombreux essais et lettres. Il a également écrit des pièces de théâtre. Il a aussi fait quelques traductions d’œuvres étrangères en hindi. Beaucoup d'œuvres de Premchand ont été traduites en anglais et en russe.

5Premchand a commencé à s’intéresser aux affaires politiques à la fin des années 1900, et cela se reflète dans ses premières œuvres, qui ont une connotation patriotique. Ses pensées politiques ont d'abord été influencées par le leader du Congrès national indien modéré de Gopal Krishna Gokhale, mais plus tard, il s’est tourné vers le parti politique plus extrémiste de Bal Gangadhar Tilak. Dans les années 1920, il a été influencé par le mouvement de « non-coopération » de Mahatma Gandhi et ensuite par la non-violence.

6La principale caractéristique des écrits de Premchand est l'utilisation d'un langage simple et intéressant. Ses romans décrivent les problèmes des classes paysannes rurales. Premchand est considéré comme le premier auteur hindi dont les écrits principaux sont influencés par le réalisme. Ses romans décrivent les problèmes des pauvres et de la classe moyenne urbaine. Ses œuvres présentent une perspective rationaliste qui considère les valeurs religieuses comme quelque chose permettant aux hypocrites puissants d'exploiter les faibles. Il a utilisé la littérature dans le but de susciter la sensibilité du public sur les problèmes nationaux et sociaux et a souvent écrit sur des sujets liés à la corruption, au veuvage, à la prostitution, au système féodal, à la pauvreté, au colonialisme et sur le mouvement nationaliste pour la liberté de l'Inde.

La nouvelle

7La nouvelle « yahï merā vatan hai » dont nous présentons ici la première traduction en français, a été publiée en 1908 dans le premier recueil de nouvelles patriotiques de Premchand, intitulé Soz-e-Watan et écrit en hindustani. La collection, qui a ensuite été interdite, contenait quatre histoires qui cherchaient à inspirer les Indiens dans leur lutte pour la liberté de l’Inde. Son recueil a été remarqué par les fonctionnaires du gouvernement britannique, qui l’ont interdit comme œuvre séditieuse et ont ordonné un raid sur la maison de Premchand, où environ cinq cents exemplaires de Soz-e-Watan ont été brûlés. Par la suite, Premchand a dû changer son pseudonyme de « Nawab Rai » en « Premchand ».

8Soz-e-Watan que l’on peut traduire par « Le chant funèbre d’une nation » n’est pas seulement remarquable pour son style mais aussi pour des efforts déployés par l'auteur pour tirer Urdu du rêve de Dastans (fantasmes). Bien que l'impact de Dastans sur les cinq nouvelles du recueil est trop fort pour être ignoré, ils indiquent, comme Premchand affirme dans la préface, une époque de l'éveil dans laquelle la nation indienne se trouve très perturbée. Premchand remarque à juste titre que « la littérature de chaque nation présente un tableau fidèle de son temps ». Ce recueil se charge des problèmes vitaux et vivants, reflète la véritable aspiration du peuple et contient des idéaux prédéterminés et pieux sur l'amour et le patriotisme.

9Cette nouvelle de Premchand fut éditée pour la première fois dans le recueil Soz-e-watan en 1908 et a été interdite la même année sous le colonialisme britannique. Nous ne trouvons pas la date de réédition du recueil avant 1987 chez l’éditeur Prince Book Depot (Lucknow, 116 p.). Il n’existe pas de traduction de ce recueil dans une langue étrangère. Le texte n’est même pas disponible en ligne.

10Cette nouvelle représente la vie dans des situations modernes, et insiste également sur les grands idéaux. C’est un genre d’essai écrit, tiré des rêveries nostalgiques du protagoniste. Un vieil homme est revenu de l'Amérique à sa patrie après de nombreuses années afin de mourir dans son environnement natal. Poussé par le désir de voir ce qu'il avait laissé ici, il se promène dans son village et après plusieurs déceptions, il retrouve enfin son vieux pays.

C’est ma patrie

  • 1  Le nom signifie « le lieu des Hindous » en perse depuis des siècles. Géographiquement, il fait réf (...)
  • 2  Système de mesure de terre en Inde. 1 bīghā est égal à 2500 mètres carrés.
  • 3  Conseil du village qui comprend cinq personnes, les plus honorables du village
  • 4  L’endroit où on écrase la canne à sucre et où on fait cuire son jus pour faire le jaggery (le sucr (...)
  • 5  Le jaggery, ou guḍ, est un sucre non raffiné. Il est préparé en chauffant du vesou ou du sirop de (...)
  • 6  Le bétel utilisé pour préparer un rafraîchisseur d'haleine et considéré comme un digestif en Inde

11Aujourd’hui c’est après soixante ans que j’ai la chance de revoir mon pays, mon cher pays. Quand je l’ai quitté et que mon destin m’a amené vers l’occident, j’étais tout jeune, mes veines avaient du sang frais et mon cœur était plein d’enthousiasme et de grands projets. Je n’ai pas été séparé de mon cher Hindustān1 ni à cause des barbares anglais ni à cause de leurs lois injustes. Non, l’atrocité de l’ennemi et leur injustice pouvaient me forcer à faire n’importe quoi mais pas me forcer à quitter mon pays natal. C’étaient mes envies de réussite et mes rêves de grandeur qui m’ont conduit à m’exiler de mon propre pays. J’ai fait des affaires en Amérique, j’ai gagné une fortune énorme et je me suis bien amusé. Heureusement j’ai rencontré une femme qui était d’une grande beauté dont on parlait dans toute l’Amérique et dont le cœur n’avait aucune pensée qui n’était pas liée à moi. Moi aussi, je me suis dédié de tout mon être à elle et elle était tout pour moi. J’ai eu cinq beaux fils vertueux et sains qui ont excellé dans mes affaires encore plus que moi et dont les petits enfants innocents étaient assis sur mes genoux quand j’ai pris la décision de rendre une dernière visite à mon cher pays natal. J’ai abandonné ma fortune précieuse, mon épouse fidèle, mes fils obéissants, mes chers proches et tous mes biens matériels pour pouvoir visiter ma mère patrie une dernière fois. J’ai beaucoup vieilli. Si j’ai encore dix ans devant moi, je finirai centenaire, et maintenant, si j’ai un dernier désir, c’est de retourner dans mon pays pour y mourir.
Cette idée n’a pas jailli brusquement aujourd’hui en moi, elle y était même quand mon épouse me charmait de ses gentilles paroles et de ses manières délicates. Même quand mes fils me saluaient respectueusement, la pensée que j’étais exilé dans ce pays étranger m’était un crève-cœur. Ceci n’est pas mon pays, j’y suis étranger. Mon argent, ma femme, mes fils, ma fortune étaient à moi mais je ne sais pas pourquoi, de temps en temps, j’étais nostalgique de petites masures en ruine, de quatre-six bīghā2 de terres cessibles et de copains d’enfance de ma terre natale ; parfois même, pendant les fêtes, cette pensée me pinçait le cœur : si seulement j’étais dans mon pays !
Mais quand je suis sorti du bateau à Bombay et que j’ai remarqué les passeurs en manteau et en pantalons noirs qui parlaient un anglais rudimentaire, puis des magasins anglais, des trams et des voitures, ensuite des pneus en caoutchouc et des hommes qui avaient le cigarillo à la bouche, enfin à la gare où j’ai pris le train en direction de mon village, ce village peuplé qui était niché au milieu des collines vertes, alors mes yeux se remplirent de larmes. J’ai beaucoup pleuré parce que ce n’était plus mon cher pays, ce n’était pas le pays dont mon cœur rêvait. C’était un autre pays. C’était l’Amérique, c’était l’Angleterre mais ce n’était pas l’Inde bien-aimée. Après avoir traversé des forêts, des montagnes, des rivières et des champs, le train est arrivé à mon cher village qui auparavant faisait concurrence au paradis grâce à sa profusion de verdures et de sources d’eau. Quand je suis descendu du train mon cœur cabriolait de joie – je verrai ma chère maison, je rencontrerai mes amis d’enfance. À ce moment-là j’avais complètement oublié que j’avais quatre-vingt-dix ans.
Au fur et à mesure que j’approchais de mon village, je marchais de plus en plus vite et mon cœur était rempli d’une gaieté inexplicable. Je regardais tout avec les yeux grands ouverts – Voilà ! C’était le fossé où on se baignait et où l’on plongeait ; mais maintenant il était entouré de barbelés et devant il y avait un bungalow où quelques Anglais avec leurs pistolets jetaient un coup d’œil furtif aux alentours. Il y était interdit de se baigner et de laver les animaux.
Au village, mes yeux cherchaient mes amis d’enfance mais hélas, ils étaient tous morts et ma masure en ruine où j’avais joué pendant plusieurs années, où je m’étais amusé sans souci, dont l’agencement était toujours devant mes yeux, était devenue un tas de terre. Le terrain n’était pas inhabité. J’ai vu des centaines de personnes qui parlaient du tribunal, du percepteur et de la gendarmerie. Leurs visages étaient ternes, soucieux et marqués par tous les problèmes du monde. Je ne voyais nulle part les gens beaux, jeunes, clairs et en bonne santé semblables à mes amis d’enfance. A l’endroit où une arène avait été établie par moi, maintenant se trouvait une école délabrée où quelques enfants, qui avaient l’air malade et affamé, assis sur des loques, sommeillaient.
Non, ce n’est pas mon pays. Je ne suis pas revenu de si loin pour voir ce pays. C’est un autre pays, ce n’est pas mon pays bien-aimé. J’ai couru vers le banyan où nous nous sommes amusés en tant qu’enfants sous son ombre agréable, il était notre carrousel d’enfance et le refuge de notre jeunesse. J’ai commencé à pleurer en le regardant et des souvenirs pleins de nostalgie, de désirs et de douleur m’ont ravivé la mémoire à tel point que j’ai pleuré pendant des heures par terre. Ceci était le banyan affectueux où nous montions au sommet, dont les branches étaient notre berceau et dont les fruits nous semblaient les plus sucrés et les plus goûteux. Où étaient les copains qui m’étreignaient en jouant, qui tantôt se fâchaient et tantôt me calmaient ? Ah ! Suis-je seul comme un voyageur sans abri ? N’ai-je plus d’amis ? Près de ce banyan, il y avait le commissariat et quelqu’un en turban rouge était assis sous l’arbre. Près de lui, il y avait une vingtaine de gens à sa disposition qui portaient aussi un turban rouge et un homme affamé presque nu, qui venait d’être fouetté, sanglotait. L’idée m’a frappé que ce n’est pas mon pays, c’est un autre pays, c’est l’Europe, l’Amérique, mais ce n’est pas mon cher pays, certainement pas.
Désillusionné, je me suis avancé vers l’estrade où mon père fumait le narguilé avec les personnes âgées et s’amusait le soir venu. Nous aussi, nous faisions des acrobaties sur le même tapis. Ici, se déroulait parfois le pānchayat3 dont mon père était toujours le chef. Il y avait une étable à côté de l’estrade où toutes les vaches du village étaient gardées et nous y jouions avec des veaux. Dommage, il ne restait aucun vestige de cette estrade. Maintenant il y avait un dispensaire et une poste. Jadis, il y avait un kolhād4 où pendant l’hiver la canne à sucre était écrasée pour faire du guḍ5 et dont le parfum imprégnait notre esprit. Mes amis et moi, nous attendions des heures les gardiens de troupeaux et ces gardiens s’étonnaient de la vitesse avec laquelle les travailleurs besognaient au kolhād où j’ai bu une centaine de fois le mélange de jus cru avec le lait. Les femmes et les enfants du voisinage amenaient leurs marmites et les remplissaient avec le jus. Dommage, la machine qui pressait les cannes à sucre y était toujours, mais regardez maintenant, il y a une machine à jute au lieu du kolhād et devant il y a un tabac qui vend des cigarettes et des pān6.
En voyant ces images qui brisaient mon cœur, j’ai demandé à un homme qui m’a semblé d’apparence honnête : « Monsieur, je suis un passager étranger, pourriez-vous me loger cette nuit ? » Cet homme m’a regardé de haut en bas et a répondu : « Reprenez votre route, il n’y a pas de place ici. » Je me suis avancé plus loin et on m’a dit la même chose : « Reprenez votre route. » Quand j’ai posé la même question la cinquième fois, un homme m’a donné une poignée de cacahuètes. Les cacahuètes sont tombées de mes mains et les larmes ont coulé de mes yeux. Ah ! Ce n’est pas mon pays adoré, c’est un autre pays. Ce n’est pas notre cher pays où on accueillait les voyageurs et les invités, certainement pas.
J’ai acheté un paquet de cigarettes et j’ai commencé à méditer sur le passé en me mettant dans un endroit isolé et soudainement je me suis souvenu de l’auberge qui était en construction quand je quittai le pays. Je m’y suis précipité pour pouvoir y passer la nuit, mais hélas, le bâtiment de l’auberge était resté dans le même état mais il n’y avait pas de place pour les voyageurs. Cet endroit était un abri pernicieux de l’alcool et de l’alcoolisme, des jeux d’argent. En voyant une telle image, j’ai poussé un soupir froid et j’ai hurlé : « Non, mille fois non, ce n’est pas mon pays, ma chère patrie, ma chère Inde. C’est un autre pays. C’est l’Europe, l’Amérique mais ce n’est certainement pas l’Inde. »
Il était minuit. Les chacals et les chiens hurlaient. Je me suis mis à côté du fossé avec le cœur gros et je me suis mis à songer : Que faire maintenant ? Dois-je retourner auprès de mes chers enfants et laisser mourir mon corps malheureux sur le sol américain ? Je n’ai plus de pays, avant j’étais loin de mon pays natal, mais son souvenir précieux restait dans mon cœur. Maintenant je suis sans pays, je n’ai pas de pays d’origine. Plongé dans ces idées, je suis resté assis avec la tête sur les genoux. J’ai passé une nuit blanche, le gong a sonné trois heures et j’ai entendu quelqu’un chanter. Mon cœur a cherché et a reconnu que c’était la prière de mon pays, une chanson de mon pays. Je me suis levé soudainement. J’ai remarqué qu’une vingtaine de femmes, vieillies dames, affaiblies en sari blanc avec une cruche, allaient se baigner et chantaient :

  • 7  Une prière très connue pour les Hindous. Ma traduction : « Ô Seigneur, s'il vous plaît ne gardez p (...)

Prabhu, more avaguṇ chit na dhāro7

12Cet air enivrant et douloureux a mis mon cœur dans un état inexplicable. J’avais écouté des cadences joyeuses et réjouissantes de belles femmes américaines qui chantaient et plusieurs fois j’avais aussi entendu leurs paroles d’amour qui étaient plus plaisantes que les chansons envoûtantes. Je me suis amusé du balbutiement des enfants. J’ai entendu le pépiement des oiseaux. Mais je n’avais jamais senti le plaisir, la joie et le bonheur que j’ai senti en entendant cet air musical. J’ai commencé à fredonner :

Prabhu, more avaguṇ chit na dhāro

  • 8  Les mots sacrés qui appellent les dieux indiens comme Shiva, Gange, Brahama. Les Indiens les prono (...)
  • 9  Une marque en rouge, en blanc ou en safran portée par les sages pour des raisons religieuses. Elle (...)
  • 10  Un énoncé sacré ou groupe de mots considérés comme ayant un pouvoir psychologique et spirituel en (...)
  • 11  Un grand nombre de textes originaires de l'Inde ancienne. Composé en sanskrit védique, les textes (...)

13J’en ai été enchanté ; et soudainement j’ai entendu la conversation de plusieurs hommes et de quelques personnes avec un calice dans les mains qui disaient shiva-shiva, har-har, gāngey-gāngey, narayan-narayan8. Mon cœur a commencé à chantonner ; c’étaient les paroles de mon cher pays. J’ai senti le bonheur absolu. Je me suis joint à ces gens et après avoir parcouru quelques kilomètres, nous sommes arrivés au bord de la rivière dont le nom était sacré : plonger dans ses vagues et y mourir est considéré comme un geste auguste pour les Hindous.
Le Gange coulait à quelques kilomètres de mon village et il y eut une époque où je venais rendre visite à la mère Gange sur le dos d’un cheval. J’avais toujours souhaité au plus profond de mon cœur lui rendre visite à nouveau. Ici, j’avais vu des milliers d’hommes qui plongeaient dans son eau glacée et frissonnante. Certains priaient Gâyâtrï Mantra par terre. D’autres priaient devant le feu. D’autres encore mettaient le tēeka9 sur leurs fronts. D’autres enfin lisaient les mantras10 des Vedas11. Je me suis interrogé et j’ai dit à voix haute : « Oui, oui, ça c’est mon pays, c’est ma terre natale, c’est mon Inde. » Le souhait de lui rendre visite et d’y mourir était resté dans mon cœur. Je suis devenu fou de joie. J’ai jeté mon ancien manteau et mon pantalon et je me suis jeté dans l’eau de Mère-Gange comme si un enfant innocent, naïf câlinait sa chère mère après avoir passé toute la journée avec des étrangers.
Oui, maintenant je suis chez moi. C’est mon pays adoré, ces gens sont mes frères et le Gange est ma mère. J’ai fait bâtir une petite masure au bord du Gange et je n’ai pas d’autre chose à faire que de dire mes prières. Je me baigne le matin et le soir dans le Gange et j’ai le souhait d’y mourir et que mes cendres soient offertes au Gange. Mes fils et mon épouse m’appellent tout le temps mais maintenant je ne pourrais pas quitter le bord du Gange et mon cher pays. Je vais confier mes cendres au Gange. Maintenant aucun souhait, aucun désir ne me ferait bouger d’ici parce que c’est mon pays bien-aimé, c’est ma chère patrie et je désire y mourir.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1  Le nom signifie « le lieu des Hindous » en perse depuis des siècles. Géographiquement, il fait référence à la région étendue du Pendjab au nord-ouest au Bengale au nord-est de l’Inde

2  Système de mesure de terre en Inde. 1 bīghā est égal à 2500 mètres carrés.

3  Conseil du village qui comprend cinq personnes, les plus honorables du village

4  L’endroit où on écrase la canne à sucre et où on fait cuire son jus pour faire le jaggery (le sucre de palme)

5  Le jaggery, ou guḍ, est un sucre non raffiné. Il est préparé en chauffant du vesou ou du sirop de palme, extrait des grappes de fleurs, pour le faire réduire puis solidifier

6  Le bétel utilisé pour préparer un rafraîchisseur d'haleine et considéré comme un digestif en Inde

7  Une prière très connue pour les Hindous. Ma traduction : « Ô Seigneur, s'il vous plaît ne gardez pas mes défauts dans mon esprit »

8  Les mots sacrés qui appellent les dieux indiens comme Shiva, Gange, Brahama. Les Indiens les prononcent quand ils se baignent dans le Gange

9  Une marque en rouge, en blanc ou en safran portée par les sages pour des raisons religieuses. Elle est appliquée en vermillon sur le front

10  Un énoncé sacré ou groupe de mots considérés comme ayant un pouvoir psychologique et spirituel en sanskrit pour les Hindous

11  Un grand nombre de textes originaires de l'Inde ancienne. Composé en sanskrit védique, les textes constituent l’origine la plus ancienne de la littérature sanskrite et des écritures les plus anciennes de l'hindouisme

Top of page

References

Electronic reference

Hemlata Giri Loussier, « C’est ma patrie, nouvelle en hindi de Premchand », Impressions d’Extrême-Orient [Online], 6 | 2016, Online since 02 December 2016, connection on 29 May 2017. URL : http://ideo.revues.org/510

Top of page

About the author

Hemlata Giri Loussier

Aix-Marseille université, IrAsia

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org