Navigation – Plan du site

Le Seigneur androgyne de Perumal Murugan

Deux chapitres du roman Madhurobhagan traduits du tamoul
Hemlata Giri Loussier

Texte intégral

Présentation

Perumal Murugan et Le Seigneur androgyne

1Perumal Murugan est un auteur indien, un intellectuel et un chroniqueur littéraire, qui écrit en tamoul. On lui doit six romans, quatre recueils de nouvelles et quatre recueils de poésie. Il a reçu des prix du gouvernement du Tamil Nadu, ainsi que celui de la maison d’édition Katha Books.

2En janvier 2015, Perumal Murugan a fait savoir qu'il renonçait à l'écriture après avoir été vivement accuser de blasphème  à cause de Madhurobhagan, un roman publié la première fois en 2010, et qui fut traduit et publié en anglais sous le titre de One Part Woman trois ans plus tard.

  • 1  Ardhanārīśvara ou le seigneur androgyne est dans l'hindouisme, une épithète de Shiva représenté so (...)

3Madhurobhagan est le récit fictif de la destinée d’un couple pauvre sans enfants. Il montre comment la femme, qui veut concevoir, prend part à une ancienne fête hindoue pendant laquelle des relations sexuelles consenties entre hommes et femmes sont rendues possibles. Murugan explore la tyrannie de la caste et des pathologies d'une communauté apte à déchirer le couple et à détruire leur mariage. Les protestations des nationalistes Hindous ont particulièrement mis l'accent sur la représentation par l’auteur des traditions historiques liées au Temple renommé Ardhanareeswarar1, le seigneur androgyne, à Tiruchengode, où la divinité éponyme qui préside est demi-Shiva et demi-Parvati réunis dans une seule idole.

De la censure à l’auto-censure

4À cause de ce roman, Murugan a été poursuivi par les fondamentalistes de l’«  hindutva  », idéologie revendiquant le caractère intrinsèquement hindou de l’Inde. Mais il a également été menacé par sa propre caste, elle-même marquée par de fortes traditions patriarcales. Les chefs de la communauté l’ont harcelé, menacé et forcé à signer un accord juridique, accord dans l’établissement duquel l’État est intervenu à titre de médiateur, et par lequel il s’engageait à ne plus offenser la communauté, et, surtout, à retirer de la vente le roman incriminé.

5Suite à ces incidents, Murugan a demandé à ses éditeurs de ne plus imprimer son ouvre, d’en interrompre la vente, et a promis de les indemniser pour les livres invendus. Il a, qui plus est, imploré ses lecteurs de brûler ses livres, et a annoncé son désir de ne plus jamais participer à des festivals littéraires. Très vivement critiqué et acculé à prendre ces décisions, il a même annoncé sa propre mort sur sa page Facebook en écrivant à la troisième personne du singulier, le 13 janvier 2015, pour affirmer, dans sa langue maternelle, le tamoul, son désir de renoncer définitivement à l’écriture :

« L’auteur Perumal Murugan est mort. Comme il n’est pas Dieu, il ne va pas ressusciter. Il ne croit pas non plus à la réincarnation. A partir de maintenant, il va simplement vivre comme l’enseignant qu’il a toujours été. Laissez-le tranquille.  »

6Pour dramatique qu’il apparaisse, le cas de Perumal Murugan n’est pas unique. En dépit d’un engagement pour le respect du droit à s’exprimer librement, droit inscrit dans la Constitution du pays, et un paysage médiatique dynamique, il n’est pas rare de voir en Inde des collectivités territoriales, des particuliers et de petits groupes d’intérêt recourir à diverses dispositions du droit à la formulation vague et à la portée excessive pour bâillonner l’expression libre, les écrits, ou encore des travaux jugés offensants pour les uns ou pour les autres.

Le Seigneur androgyne

Chapitre treize

  • 2  En Inde, c’est considéré comme une honte pour la famille si la mère de quelqu’un, qui a déjà des t (...)
  • 3  Un plat du sud de l’Inde. C’est un mélange de lentilles et de légumes. Aucune fête à Tamil Nadu n’ (...)
  • 4  En Inde, si une femme est incapable de donner naissance à un enfant, sa belle-famille essaie d’arr (...)
  • 5  Façon d’appeler « maman » affectueusement au sud de l’Inde
  • 6  Les couples qui sont incapables d’avoir un enfant, entreprennent souvent les pèlerinages périlleux (...)
  • 7  Ici, on parle du dieu Shiva et son épouse Parvati qui sont représentés ensemble comme « le seigneu (...)
  • 8  Le grand festival de char Sengottuvelavar est également connu sous le nom Vaigasi Visakam. Il est (...)

7Même s’il était curieux de savoir ce dont sa mère et sa belle-mère avaient discuté, Kali avait attendu que la nouvelle se révèle. Deux nuits après la visite de sa belle-mère, sa mère était venue le voir dans la basse-cour. Elle l’avait élevé toute seule en travaillant laborieusement — ce n’était pas un exploit facile à réaliser que de travailler quatre hectares de terre et de s’occuper des bovins toute seule. Il avait travaillé aux côtés de sa mère depuis qu’il était petit, et Kali était devenu pleinement responsable du lieu quand il n’avait que quatorze ou quinze ans. Il était maintenant libre de faire ce dont il avait envie ; il fallait juste la tenir au courant.
Il l’a laissée seule et libre, exactement comme elle voulait. Elle préparait son propre repas, et elle allait aussi travailler dans les champs des autres. Il ne l’avait jamais vu comme une question de prestige2. Elle voulait avoir un peu d’argent pour elle-même. Qu’y avait-il de mal à cela ? Laissons-la travailler aussitôt longtemps qu’elle pourrait. S’il y avait quelque chose à faire dans les champs, il le lui disait. Elle venait l’aider. Il la payait ce qu’il payait aux autres, mais c’était leur secret. Où qu’elle aille travailler, elle devait simplement trouver du temps pour venir le voir chaque jour. Sinon, elle ne pouvait pas dormir paisiblement.
Elle était très habile. Selon lui, personne ne pouvait faire ce qu’elle faisait. Il aimait sa cuisine, mais il ne l’avait pas dit à Poona. Le kootucharu3de sa mère était indescriptiblement délicieux. Quand elle décidait de le préparer, elle les prévenait et Poona ne faisait aucune sauce ce jour-là. Si elle avait cuit de l’arachide ou d’autres lentilles à la vapeur, elle lui amenait à la grange. Pendant ces visites, elle soulevait la question du deuxième mariage4. Au début, il avait refusé de participer à la conversation. Quand elle insistait, ses protestations devenaient proportionnellement plus fermes. Il avait donc fini par penser que le deuxième mariage ne pouvait pas être un sujet de conversation avec sa belle-mère.
Il était évident pour lui que sa mère avait du mal à dire quoi que ce soit. Elle interrogeait sur les bovins, demandant la même chose encore et encore. Elle parlait des graines qu’ils allaient semer dans les champs cette année. Malheureusement, cette nuit-là, il avait sommeil. Il lui restait encore du grog dans la gourde. Il avait envisagé de le boire et de dormir. Mais il n’avait pas l’habitude de boire en présence de sa mère. Bien qu’il sache qu’elle buvait elle aussi, elle n’avait jamais bu devant lui. Pendant la saison du grog, Munia Nadar mettait de côté un pichet pour elle. Elle y allait quand il faisait nuit et le buvait sans que personne ne sache. Même maintenant elle était cliente de Munia Nadar. Quand il préparait le grog, il gardait une bouteille de côté pour elle. Elle buvait un peu chaque jour pendant plusieurs jours.
Remarquant qu’elle avait du mal à engager la conversation, il décida de l’aider. Après tout, entre eux, ce sujet n’était un secret pour personne. « J’ai un peu de grog, tu en veux, Amma5 ? » Il ne pouvait ni voir son visage dans l’obscurité, ni deviner la raison de son silence. Etait-elle gênée du fait que son fils lui avait offert de l’alcool ? Ou son silence voulait-il dire oui ? Il a pris un petit pichet au-dessous du lit, a jeté l’eau qu’il contenait, l’a rempli avec du grog et l’a tendu vers elle. Quand elle l’accepta, il fut content. Il a bu ce qu’il restait dans la gourde. Il a senti qu’il serait facile de lui desserrer les lèvres pour lui soutirer l’information.
« Quoi, mère ? On m’a dit que vous et ma belle-mère avez conféré toute la nuit. Quelle forteresse avez-vous l’intention de capturer? » l’encouragea-t-il.
Il pouvait voir que son pichet n’était pas encore vide. Elle faisait partie de ces gens qui boivent lentement. Il commençait à la connaitre maintenant.
« Quelle forteresse allons-nous capturer à notre âge ? Si nous mourons aujourd’hui, nous serons complètement parties demain. De quoi pouvons-nous parler ? C’était à propos de vous deux.
— Quoi ? Vous parlez encore du deuxième mariage ?
— Tu as dit non plusieurs fois. Les parents de Poona sont d’accord avec cette idée. Si tu étais un peu déterminé, Poona dirait oui. Mais tu refuses. Je ne comprends pas pourquoi. Bref, laisse tomber. »
Sa mère avait parlé gentiment et posément ce jour-là, bien qu’il était dans sa nature de crier. Elle lui apparut métamorphosée. Même si vous passez des années avec les gens, leurs vrais visages ne se révèlent qu’au moment convenu. Dieu sait combien de visages restent toujours dans l’ombre, n’ayant pas l’opportunité de se révéler.
Sa mère parla sans interruption. Peut-être avait-elle peur que si elle s’arrêtait, elle ne serait pas capable de reprendre : « Vous avez fait toutes les prières que vous pouviez, entonne-t-elle. Vous avez même marché autour du rocher aride, ce qu’une personne sur mille entreprend6. Rien n’est arrivé. Que nous ayons des enfants ou non, nous allons tous mourir un jour ; nous ne vivrons pas toujours. Quand nous sommes en vie, il faut que nous soyons utiles aux autres autour de nous. Que reste-t-il d’autre aux êtres humains ? Ton père est décédé en me laissant toute seule. Mais mon malheur aurait été plus poignant si tu n’avais pas été avec moi. J’avais mon fils constamment dans mes jupons, et alors j’ai pu supporter toutes mes difficultés honorablement. Tu étais le seul soutien que j’avais dans ma vie. N’as-tu pas besoin d’un tel soutien pour toi ? Quand les gens demandent « As-tu des petits-enfants ? », je suis incapable de répondre. Je me demande pourquoi cette terre ne s’ouvre pas en m’avalant tout entière. Si c’est autant difficile pour moi, ce devrait l’être beaucoup plus pour toi et Poona. Les mauvaises gens autour de nous ne regardent pas ce que l’homme a. Ils regardent seulement ce qu’il n’a pas. Nous devons garder la tête haute devant ces gens-là, mon fils. Comprends-moi bien. Ce n’est pas quelque chose dont une mère doive parler avec son fils. Mais j’ai osé parler. Écoute-moi s’il te plait. »
Il ne comprenait absolument pas où elle voulait en venir. Il pouvait entendre sa gorgée du grog qui restait dans le pichet. Il lui en restait un peu dans sa gourde. Elle en aurait peut-être besoin. Quand elle a posé son pichet, il a dit : « Tu en veux encore, Amma ? »
Elle a refusé et a continué à parler : « Sengottayan et Pavatha7 de Tiruchengode ont plusieurs manières d’aider les gens. Entre le moment où l’on hisse le drapeau pour signifier l’arrivée des dieux et leur retour à la colline, combien de miracles ils accomplissent pour combien de personnes ! Dans la famille de mon père, les gens ont le droit d’amener les idoles divines au temple, et ils le font aujourd’hui encore. Je suis née dans cette famille. Les dieux ne me montreront-ils pas le bon chemin ? Nous avons erré autour de la ruelle du début jusqu’à la fin du festival. Le quatrième jour, quand les dieux descendent, et le quatorzième jour, quand ils retournent à la colline, sont très importants8.  Mais depuis que j’ai atteint la puberté, je n’ai plus assisté à l’évènement du quatorzième jour. On ne m’y envoyait plus. Tu sais pourquoi. Tu y es allé pour « ça » que je l’aie su ou non. Cette année, nous avons besoin d’y envoyer Poona. Et tu dois donner ton accord. »
Kali est resté sans voix. Il n’avait jamais imaginé que l’on pouvait assister au quatorzième jour du festival dans ce but-là. Quel homme serait d’accord avec ça ? Il y eut un vide dans son esprit, et ce que sa mère lui dit ensuite se réduisit à un bruit incompréhensible.
« Qui n’a pas de malchance dans ce monde ? Les dieux ont fait en sorte que chacun manque de quelque chose. Mais les mêmes dieux nous ont aussi donné les moyens de combler ce vide. Nous ne savons pas si le problème est avec toi ou elle. Mais nous savons qu’il y a un problème, et il y a un moyen d’y échapper. Pourquoi tu ne l’essaies pas ? Si tu l’acceptes, je trouverai une solution. Beaucoup de femmes vont voir ailleurs. Qui est au courant de cela ? Même si on sait, on l’ignore. On dit que rien n’est mal si c’est fait en secret. Ce serait fait en secret, aussi, mais seulement avec ta permission. Elle est à toi, après tout. »
Le monde s’arrêta autour de lui. Dans l’obscurité, il pouvait deviner le mouvement de ses lèvres.
« Tous les hommes qui mettent le pied à Tiruchengode au quatorzième jour sont vus comme des dieux. Ce sont les dieux qui accordent tout ça. Il n’y a pas de problème si nous concentrons notre esprit sur les dieux. Qui peut dire avec quel visage les dieux se présentent à nous ? C’est la nature des dieux de ne pas révéler leur visage. Si tu es d’accord, nous pouvons aller au festival de cette année. Bon, nous n’avons pas besoin d’y aller de chez toi. La mère de Poona peut l’amener. Tu n’as pas besoin de l’accompagner. Tu peux rester ici ou chez ton beau-père. C’est ton choix. Réfléchis-y et tiens-moi au courant. Tout est entre tes mains, mon petit dieu. »
Il n’a pas su quand sa mère est partie. Il ne savait même pas depuis quand il était assis ici. Ses yeux étaient grands ouverts. Normalement, il nourrissait les vaches une fois à minuit, mais cette nuit il ne put pas même entendre leur mugissement. Amma, pourquoi t’es-tu donnée autant de mal pour m’élever ? Pour pouvoir me pousser dans ce feu terrible ? Tu aurais pu me tuer même avant que je naisse en ce monde.
Au matin, ses yeux étaient injectés de sang. Et après ce jour, ils sont toujours restés ainsi.

Chapitre quatorze

  • 9  Le calendrier tamoul est différent de celui d’autres calendriers indiens et Vaigasi est une périod (...)
  • 10  Période allant de la mi-juin à la mi-juillet
  • 11  Période allant de la mi-juillet à la mi-août
  • 12  Kuzhambu est un plat commun dans le sud de l'Inde principalement composé d'une variété de lentille

8Pour les gens de Tiruchengode, la fête des chars se déroulait pendant trois mois. Les préparations débutaient aussitôt que le mois de Vaigasi9 commençait. Les magasins et les kiosques restaient installés jusqu’aux mois de Aani10et Aadi11, mais, en vérité, la fête ne durait que quatorze jours. Pour beaucoup de gens le quinzième jour était le jour d’achèvement. Si on l’incluait aussi, c’était un festival qui durait quinze jours. Les idoles divines qui étaient descendues des collines le quatrième jour remontaient le quatorzième. Durant ces deux nuits-là, la foule se déversait pour entrevoir les dieux. Le jour du retour des dieux était plus noir de monde et paroxysmique que le jour de leur descente.
La foule commençait à se rassembler dès le matin. On installait partout les stands d’eau portable pour les voyageurs. Les champs des fermiers de Tiruchengode étaient délaissés, et même s’il y avait eu une bonne pluie, on s’arrêtait après le premier passage de la charrue, au niveau de la couche arable. Toutes les charrettes qui amenaient les gens à la fête étaient stationnées dans ces champs. On se serait cru à une fête dédiée aux charrettes. Les gens amenaient aussi de grands paquets de nourriture, mais on pouvait également se ravitailler à différents kiosques. La fête ne manquait pas de représentations culturelles dans les quatre rues principales dans lesquelles le char faisait ses tours ou dans les halls des temples soutenus par des piliers au pied de la colline.  
À l’apogée de la célébration, toutes les règles étaient assouplies. La nuit en était témoin. Tous les hommes et les femmes consentants pouvaient avoir des relations sexuelles entre eux. Dans les ruelles étroites, dans les champs autour du village, aux arrêts de repos sur la colline, et sur la surface des roches, les corps s’allongeaient avec désinvolture, entremêlés. C’est pendant ces festivités que l’instinct primitif de l’Homme faisait surface.
Personne n’envoyait de femmes mariées au festival. Mais les femmes qui avaient dépassé la trentaine y étaient omniprésentes. Les jeunes hommes y vagabondaient partout. Ces hommes essayaient d’attirer autant de femmes qu’ils pouvaient cette nuit-là. C’était aussi la nuit où plusieurs hommes goutaient pour la première fois aux relations sexuelles. Et les femmes jouaient le rôle de leurs maîtresses.
Kali y était allé aussi avant son mariage. Il commençait à errer à la tombée de la nuit. Cette nuit-là, les quartiers des prostituées, qui étaient juste en face du temple au pied de la colline, ne faisaient pas de bonnes affaires. Ces femmes s’étaient bien habillées pour danser dans les halls du temple.  Elles plaisantaient en y allant : « Qui va nous regarder ? Aujourd’hui chaque femme est une prostituée ! »
Dans la première année, quand son corps était prêt à connaitre celui d’une femme, il était rempli de timidité, il avait fui toutes les femmes et s’était caché sous le char. De là, il avait vu tous les mouvements dans l’obscurité autour de lui. Il n’avait pas osé sortir. Le lendemain, sur le chemin du retour, Muthu l’avait taquiné. Il avait fait le signe V de la victoire à Kali, qui était frustré d’avoir laissé passer une telle opportunité. Il devrait attendre une autre année. Mais Muthu avait fait en sorte que Kali n’attende pas toute l’année. Avant le festival de l’année suivante, Kali avait acquis assez d’expérience.
Kali ne savait pas que c’était une journée spéciale pour les femmes qui n’avaient pas d’enfants. Il n’arrivait pas à accepter d’envoyer Poona là-bas. Il ne lui en avait pas parlé non plus. Mais il lui avait dit qu’ils n’iraient pas chez elle pour le festival cette année. Normalement, cette période était une période de repos pour elle, comme elle allait rester une semaine chez sa mère. Pendant ce temps, elle allait également voir le festival en char à buffles. En fait, tous les deux allaient, à tous les coups, au moins l’un des trois jours, voir le grand char aux idoles divines qui était à l’extérieur. Quand il voyait à son visage qu’elle était déçue et désenchantée, il l’y amenait. Il lui achetait là-bas tout ce qu’elle désirait.
Mais cette fois-ci, tout ce qu’il lui avait dit c’était que « Ça fait dix ans que nous nous sommes mariés. Pourquoi avons-nous besoin d’y aller encore ? Fêtons-le ici cette fois. »  Elle n’avait pas protesté mais elle avait senti que quelque chose n’allait pas. Ils n’y allèrent même pas quand sa mère vint et les invita au dernier jour de la fête. Ils préférèrent aller à la grande fosse au serpent dans le champ et offrirent un coq pendant la prière. Quand il versa le kuzhambu12 pour sa mère, elle ne le regarda pas dans les yeux. En ce qui le concernait, le calvaire de cette année était terminé. L’inquiétude pourrait attendre l’année prochaine.
Il ne savait toujours pas s’il fallait en parler avec Poona ou non. Il pensait qu’elle refuserait. Il avait espéré au moins qu’elle le ferait. Mais il avait peur d’aborder ce sujet avec elle. À un moment donné, il eut le courage de commencer la conversation mais dès qu’il la regarda, il hésita, en restant complètement muet. À d’autres occasions, il se sentait sûr qu’il ne fallait pas en parler du tout. Mais il était possible qu’elle demande la raison pour laquelle il refusait, à nouveau, d’aller chez sa mère l’an prochain. Il savait qu’il ne pourrait pas lui cacher cette information éternellement mais il ne savait pas s’il fallait lui demander son avis à ce sujet ou s’il fallait imposer sa volonté.
Son corps était lié au sien depuis dix ans maintenant. Il avait été embaumé de son odeur depuis dix ans. Il sentait que tout son corps appartenait à lui et à lui seul. Si une autre odeur imprégnait  son corps, il serait souillé. Il s’était dit avec certitude qu’une fois son corps souillé, il ne la toucherait plus. Si tous les hommes pouvaient représenter un dieu, un dieu pouvait bien prendre possession du corps de Kali aussi.
Il avait confiance en elle. Il se souvenait du temps où les jeunes hommes du village avaient commencé à se moquer de lui parce qu’il n’avait pas d’enfant même après deux ans de mariage. Pensant qu’ils connaissaient le secret de chacun, les gens du village ont conclu que Kali était impuissant. Ils commencèrent tous à sympathiser avec Poona. Ils pensaient qu’ils pourraient l’attirer dans leur lit s’ils faisaient des efforts. Kali a entendu qu’ils avaient fait des paris à ce sujet. Karuppannan, qui avait une palmeraie, était à l’origine d’une telle idée. Il avait le teint clair et avait l’impression que les femmes tomberaient par terre pour son teint clair. Il était marié et avait des enfants. C’était sa femme qui faisait tout le travail à la maison et aux champs. Il ne faisait que rester à trainer au square en ville, jouer aux dés et lorgner des femmes. Il parlait de ses exploits de manière éloquente. Mais la plupart d’entre eux étaient des désirs qu’il prenait pour la réalité.
Il prit une habitude bizarre d’intercepter Poona quand elle allait seule dans les champs, souriant vers elle mielleusement. Il a même commencé à venir chez Kali avec ses amis au milieu de la journée pour jouer aux dés. Poona est devenue sa servante, amenant de l’eau, une boite d’allumettes, et ainsi de suite. Kali rentrait de la basse-cour au milieu de la nuit et frappait à la porte. Mais Poona n’était plus sûre qu’il s’agisse de Kali. Craignant des ragots, elle a décidé de passer la nuit à la basse-cour. En le tenant dans ses bras, elle a vidé son cœur. Son torse, mouillé de ses larmes, se soulevait de rage.
« N’est-ce pas parce que je n’ai pas d’enfants que les gens me regardent de cette manière ?, dit-elle en pleurant, si j’avais eu cette bénédiction, aurais-je souffert une telle disgrâce ? Tous ces chiens pensent que je suis une pierre debout au coin de la rue, contre laquelle ils peuvent se frotter ».
Le lendemain, Kali s’est confronté à Karuppannan. Comme d’habitude, la conversation de ce dernier était pleine de sous-entendus : « Kali, mon frère, tu as deux cocotiers. Ne peux-tu pas les arroser correctement ? Regarde ces nouvelles fleurs. Elles sont sèches et fripées. »
Il a décidé qu’il était inutile de tourner autour du pot. Il s’en est occupé de manière directe : « Karuppannan, tu ne sais absolument pas comment je m’y prends pour arroser. N’as-tu pas marié ta sœur Lacchi à Pudhupalayam ? Demande-lui, elle te le dira ! Pourquoi tu penses qu’elle revient ici si souvent ? Penses-tu qu’elle viennes te voir, toi son frère ? Mon pauvre ! Ta femme se lamente devant tout le monde que tu es sans emploi et que tu te traines au square de la ville. Demande-lui et tu vas apprendre à quoi tu es utile. Ne t’inquiète pas pour mes cocotiers. Garde ton jeu de dés au square de la ville. »
Le visage de Karuppanna s’assombrit. Même si Kali avait mélangé pas mal de mensonges à la vérité, la conviction avec laquelle il avait parlé, l’avait secoué et l’avait chassé loin du square. Il serra son pagne et changea son lieu de prédilection en passant du square au champ. Après cet incident, Poona ne parla plus à n’importe qui. S’il le fallait absolument, elle criait ses paroles qui piquaient comme une fourmi dans la fourche d’un arbre. Son cercle de connaissances s’est amoindri. Elle est restée loin de gens, et les a tenus à l’écart.
Kali était absolument sûr que Poona ne serait jamais d’accord pour aller au quatorzième jour du festival.

Haut de page

Notes

1  Ardhanārīśvara ou le seigneur androgyne est dans l'hindouisme, une épithète de Shiva représenté sous la forme androgyne : Shiva du côté droit et Parvati du côté gauche d'un même corps. Cette image symbolise l'ambivalence de la nature divine, à la fois féminine et masculine, ni homme ni femme. Elle représente aussi l'union du principe masculin et du principe féminin.

2  En Inde, c’est considéré comme une honte pour la famille si la mère de quelqu’un, qui a déjà des terrains, travaille chez des autres ; c’est mal vu par la société. On pense que son fils, ou sa famille, ne s’occupe pas du tout d’elle.

3  Un plat du sud de l’Inde. C’est un mélange de lentilles et de légumes. Aucune fête à Tamil Nadu n’est complète sans ce plat

4  En Inde, si une femme est incapable de donner naissance à un enfant, sa belle-famille essaie d’arranger un deuxième mariage pour avoir des petits enfants. Des fois, selon les régions, un tel mariage est organisé avec le consentement de la première femme et sa famille

5  Façon d’appeler « maman » affectueusement au sud de l’Inde

6  Les couples qui sont incapables d’avoir un enfant, entreprennent souvent les pèlerinages périlleux comme une épreuve pour apaiser des dieux pour qu’ils leur accordent des enfants. De tels pèlerinages sont communs quand un souhait reste inaccompli

7  Ici, on parle du dieu Shiva et son épouse Parvati qui sont représentés ensemble comme « le seigneur androgyne »

8  Le grand festival de char Sengottuvelavar est également connu sous le nom Vaigasi Visakam. Il est célébré durant le mois Tamoul de Vaikasi qui est entre la mi-mai et la mi-juin, et ce pendant 15 jours, avec des chars séparés portant des dieux principaux Sengottuvelavar et Arthanareeswarar, ainsi que de nombreux dieux mineurs. Ce festival est célèbre parmi les villes et villages environnants de Tiruchengode

9  Le calendrier tamoul est différent de celui d’autres calendriers indiens et Vaigasi est une période couvrant un mois entre la mi-mai et la mi-juin

10  Période allant de la mi-juin à la mi-juillet

11  Période allant de la mi-juillet à la mi-août

12  Kuzhambu est un plat commun dans le sud de l'Inde principalement composé d'une variété de lentilles

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri Loussier, « Le Seigneur androgyne de Perumal Murugan », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 02 décembre 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://ideo.revues.org/555

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri Loussier

Aix-Marseille université, IrAsia

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org