Navigation – Plan du site

Su Tong. Un ami sur la route

Philippe Che

Texte intégral

Commentaire

Su Tong 苏童, de son vrai nom Tong Zhonggui 童中, compte parmi les auteurs chinois les plus en vue depuis la publication de son roman Épouses et concubines 妻妾成群 et son adaptation au cinéma. Né en 1963 à Suzhou, il fait ses études au département de chinois de l’École normale de Pékin, puis s’installe à Nankin, où il réside toujours. Auteur prolifique (romans et nouvelles), il commence à être connu en France grâce à la traduction d’une demi-douzaine d’œuvres :
- Épouses et concubines 妻妾成群, trad. Annie Au Yeung et Françoise Lemoine, Flammarion, 1991 (Lettres d’Extrême-Orient) ;
- Visages fardés 红粉, trad. Denis Bénéjam, Picquier, 1995 ;
- La Maison des pavots 罂粟之家, trad. et préf. Pierre Brière, You-Feng, 1996 ;
- Riz , trad. Noël Dutrait, Flammarion, 1998 ;
- Fantômes de papiers 纸上的美女 (nouvelles), trad. Agnès Auger, Desclée de Brouwer, 1999 ;
- Je suis l’empereur de Chine 我的帝王生涯, trad. Claude Payen, Picquier, 2005.

Mentionnons deux recueils de nouvelles (non disponibles en français à ce jour) en grande partie autobiographiques, sympathiques de par leur ton détaché – ce que les critiques chinois nomment le « nouveau réalisme » 新写实主义 – et souvent humoristique : Guide du divorce 离婚指南 et Un ami sur la route 一个朋友在路上 (éd. Maitian, Taibei, 1993), dont est tirée la nouvelle présentée ici.

Traduction

1La veille du Nouvel An, je reçus à nouveau une carte de vœux de Li Jun. Elle avait été envoyée d’un petit district perdu dans le Nord de la province du Shaanxi. C’était une carte vieillotte, avec des dessins d’animaux et de fleurs. Elle avait été écornée et abîmée en chemin, et était maculée de drôles de taches jaunâtres. Li Jun m’envoyait chaque année des cartes de ce genre, avec chaque fois un cachet différent : Pékin, Kunming, Haikou, Yili, Harbin… Cette fois-ci, le cachet portait le nom d’un district dont je n’avais jamais entendu parler, probablement peu fréquenté par les voyageurs : Ansai. Cela signifiait que mon ami Li Jun était toujours sur la route. Sur la route, c’était le mode de vie qu’il s’était fixé, quelques années auparavant.

2Je remarquai un changement de style dans les caractères tracés sur cette carte, par rapport à l’an passé : biànxiàng ! Un message à la fois sibyllin et sonore, qui me plongea dans la réflexion, mais dont je ne parvins pas à décrypter le sens. Cela me fit penser au message que Li Jun m’avait envoyé l’année précédente : « Les hommes pensent, Dieu rit. » Sur le moment, j’avais ressenti au travers de cette phrase la lumière d’une philosophie originale. Je l’avais transcrite à mon tour sur mes cartes de vœux, et l’avais envoyée à mes amis et anciens camarades d’études. Par la suite, j’appris que cette phrase provenait d’un auteur d’Europe de l’Est exilé, et dont la renommée allait grandissante : Kundera.

3Je regardai dans le dictionnaire que j’avais sur mon bureau, et à ma grande surprise, je ne trouvai pas d’entrée correspondant à biànxiàng. Était-ce le fait d’un oubli involontaire, ou bien de l’inculture des rédacteurs ? Je l’ignore. Comme j’ignorais quel genre de mise en garde Li Jun sous-entendait par ces deux caractères (peut-être un terme de physique ?). Tout ce que je savais, c’est qu’en tant qu’ami, je me devais d’accepter et faire mienne cette offrande à notre amitié.

4Que signifiait biànxiàng ? À en croire les paroles d’autres amis, il était inutile de prendre Li Jun trop au sérieux, de la même façon qu’il était inutile d’essayer de comprendre ce qu’il était en train de faire à Ansai, dans le Nord du Shaanxi.

5Li Jun avait des amis dans pratiquement chaque coin de Chine. J’en étais un parmi d’autres. Je me remémore toujours avec une certaine émotion mes premiers contacts avec lui. Nous fréquentions à l’époque la même université, dans le Nord du pays. On le voyait peu en dehors des cours de philo ou d’économie politique, où régulièrement il levait la main et se levait pour faire part à l’enseignant de ses réserves, en général mûrement réfléchies. Il parlait avec un fort accent du Zhejiang, d’une voix plutôt aiguë et toujours passionnée. À ces moments-là, les filles du premier rang se retournaient et le regardaient avec admiration. Avec ses cheveux ébouriffés, son allure sérieuse et son éloquence impressionnante, il évoquait pour nous la jeunesse de penseurs célèbres tels que Kant ou Sartre.

6Li Jun achetait souvent des livres, et à cause de cela empruntait souvent de l’argent. Il empruntait mais était en général dans l’incapacité de rendre, aussi avait-il à l’université une double réputation : ceux à qui il avait emprunté le traitaient d’escroc, et ceux à qui ce n’était pas arrivé conservaient à son égard une grande estime. Un jour, il finit par m’emprunter de l’argent à moi aussi, vingt yuans. Il disait qu’il ne restait plus qu’un exemplaire de L’Être et le Néant en librairie, que s’il ne se dépêchait pas, quelqu’un d’autre allait l’acheter, aussi pensai-je que je ne pouvais pas refuser. Les mises en garde des gens avisés s’avérèrent fondées. J’étais moi aussi totalement démuni, mais il me fut impossible de récupérer mes vingt yuans. Ce qui me révolta le plus, ce fut de le découvrir un jour attablé dans un petit restaurant à côté de l’université, en train de boire tout seul.

  • 1  Célèbre eau-de-vie produite dans la région de Pékin. (NdT.)

7Hors de moi, je m’assis en face de lui, et le regardai avaler les yeux mi-clos son Erguotou1. L’Être et le Néant était posé là, entre la bouteille et les cacahuètes grillées. Au moment où je tendis la main pour prendre le livre, j’entendis le rire froid et méprisant de Li Jun : « Prends-le si tu veux. Mais tu n’y comprendras rien. Le vulgaire n’est pas en mesure d’apprécier les vérités contenues dans ce livre. Tu n’en tireras rien. »

8Il faut que tu me rendes cet argent, répondis-je. Je reposai le livre, furieux contre moi-même. Pourquoi me montrais-je toujours aussi faible et aussi mesquin devant Li Jun ?

9Ne me parle pas d’argent, il n’y pas de mot qui me dégoûte plus que celui-là, dit-il en fronçant les sourcils. Il poussa la bouteille vers moi : Je t’offre à boire, oublie l’argent, oublie la fac entourée de ses murs et ses règlements, quand on a envie de boire, il faut boire jusqu’à plus soif, c’est comme ça que tu combleras ton cœur.

10Le plus étrange, c’est que je lui obéis sur-le-champ : pour la première fois de ma vie, je bus de l’eau-de-vie, puis, le cerveau embrumé par l’alcool, je l’entendis dire : « Brise les murs et sors, sors voir le monde réel, pars à la recherche de ton moi profond. » Je reçus cette parole comme un baptême, et devins ce jour-là l’ami le plus fidèle de Li Jun.

11Sur la route.
Sur la route.

12Ce mot d’ordre, lancé par Li Jun il y a tant d’années, s’était transformé en une véritable mode à l’université, et avait éveillé les passions juvéniles de plus d’un. C’est cette passion qui amena nombre de nos camarades à se porter volontaires, la veille de notre affectation, pour aller travailler au Xinjiang, au Qinghai ou au Tibet. Li Jun choisit le Tibet. Le jour de la remise des diplômes, il fit, comme à l’accoutumée, un discours étonnant : « Ne me félicitez pas, ne me glorifiez pas, ce que je fais, je ne le fais pas pour répondre à l’appel de la patrie, je le fais parce que j’ai besoin de le faire, j’ai besoin d’être sur la route, sur la route… »

13Sur la route.

14La salle fit écho à la devise qu’il avait lancée, telle une marée. Je me souviens comme si c’était hier de la chaleur de cet écho.

15Quelques années plus tard, je tombai sur un livre écrit dans les années 1960 par un auteur américain. Le titre de ce livre était Sur la route. Je soupçonnai Li Jun d’avoir emprunté sa devise à ce livre, même si ce genre d’hypothèse ne présente aujourd’hui plus aucun intérêt. Cela faisait longtemps que Li Jun était sur la route, tout comme les camarades d’études qui l’avaient suivi.

16Dans les premiers temps de son arrivée au Tibet, Li Jun m’écrivit souvent. Ses enveloppes contenaient également des photos de lui prises devant le Potala, avec une caravane de yacks, ou bien devant le Jokhang. Le Li Jun que je voyais sur ces photos avait les traits tirés, mais ses yeux brillaient des mêmes rêves et de la même passion qu’autrefois. Je remarquai sur l’une d’elles une jeune fille aux cheveux courts et au visage rond, qui semblait se trouver là par hasard. Elle était accroupie dans le coin gauche de la photo, et son visage, pris de profil, était tourné vers Li Jun, monté sur un yack. Son expression me semblait contenir quelque chose de moqueur.

17Elle a été le premier grand amour de Li Jun. C’est lui qui me l’avoua plus tard dans une de ses lettres, me révélant même, de façon détournée, qu’il avait eu des rapports avec elle. Il me dit qu’ils formeraient peut-être un couple uni par un idéal commun, à l’image de Karl Marx et de son épouse Jenny. À la fin de ses lettres, il n’oubliait jamais de m’inciter à aller le rejoindre au Tibet. « Regarde tes villes où règne la concupiscence, et ces mercanti qui puent l’argent, quitte-les sans remords, me disait-il dans ses lettres, viens dans mon Tibet, viens respirer l’air pur et transparent de mon Tibet. »

18Les paroles de Li Jun arrivaient parfois à me convaincre, et j’envisageai à certains moments de rassembler mes affaires et de quitter sur-le-champ cette vie universitaire étouffante et sans saveur. Mais une foule de raisons m’empêchait chaque fois de faire mes adieux à tout le monde et de prendre le chemin de l’Ouest. Je savais que la raison principale était mon indécision, et ma crainte de l’avenir. Là était la différence essentielle entre Li Jun et moi. C’est ainsi que je m’étais finalement résigné à vivre sans trop me poser de questions dans cette ville du Sud pleine de bruit et d’agitation, pendant que lui, oiseau libre, volait dans un ciel immense et sans limites.

  • 2  Xiao signifie « petit ». Cet adjectif, comme lao (« vieux », voir infra), est employé de façon fam (...)

19Un soir, c’était au début de l’hiver, alors que des flocons parsemaient le ciel, quelqu’un frappa à la porte de ma chambre. C’était une fille, vêtue d’un de ces gros manteaux de l’armée. Bien qu’elle me fût étrangère, son visage rond et ses cheveux courts noirs de jais ne m’étaient pas inconnus, même si sur le moment je ne parvenais pas à l’identifier. Elle ôta son bonnet de laine et secoua ses cheveux. Je viens de chez Li Jun, me dit-elle, je suis Xiao Mi2. Je sus alors que la fille qui se trouvait devant moi était l’amante de Li Jun.

20Je voyage dans le Sud, et comme je passais par ici, bien sûr je suis venue chez toi. Xiao Mi m’examina de la tête aux pieds, esquissa un sourire et dit : tu es l’ami de Li Jun, et donc maintenant tu es mon ami.

21La fille, par sa visite nocturne, avait fait entrer dans la pièce un air glacé. Alors que j’en étais encore à me demander ce que j’allais faire de cette hôte inattendue, Xiao Mi avait déjà retiré ses bottes pleines de boue et s’était assise sur mon lit. Depuis quand est-ce qu’il neige dans le Sud ? demanda-t-elle avec un léger reproche dans la voix. J’ai faim et froid, tu peux me faire quelque chose à manger ?

22Je trouvai deux paquets de nouilles instantanées, mais j’entendis derrière moi Xiao Mi pousser un cri étrange : Encore des nouilles instantanées ? dit-elle en regardant ma main d’un air horrifié, j’ai envie de vomir quand je vois des nouilles instantanées, tu n’as vraiment rien d’autre ? Elle fit une moue et ajouta d’un air mécontent : Vous êtes vraiment radins, vous les gens du Sud, rien à voir avec nous autres Tibétains ! Chez nous, quand on a un invité, quel qu’il soit, on lui offre toujours ce qu’on a de meilleur. Je ne savais plus où me mettre. Je m’empressai d’aller demander des œufs à mes voisins. Un peu plus tard, je regardais cette fille affamée avaler mes œufs à moitié cuits. Elle me donnait des nouvelles fraîches de Li Jun, disait qu’il entreprenait des recherches sur la religion tibétaine. Mais plus encore elle me parlait d’un homme qu’elle appelait « Lao Gang », et que je ne connaissais pas. D’après l’expression de vénération que prenait son visage lorsqu’elle prononçait son nom, je compris que Lao Gang était pour elle une véritable idole, un Maître comme il y en avait peu à notre époque.

23Vers une heure du matin, mon hôte volubile se mit à bâiller. Prenant une couette sous mon bras, je m’apprêtai à aller chercher une chambre dans le bâtiment des étudiants. Surprise, elle me demanda où j’allais. Je vais chercher un endroit pour dormir, lui répondis-je. Me montrant le sol, elle me dit que je pouvais faire mon lit par terre, que c’était comme ça qu’on faisait au Tibet. Je fis non de la tête, et me dirigeai vers la porte, un peu gêné. Elle pouffa de rire et dit : Quel esprit féodal ! Les gens comme toi feraient bien de demander à Lao Gang de venir leur donner des cours.

24Je fis semblant de ne pas comprendre ce qu’elle voulait dire, mais au fond de moi, je regrettais ma rigidité et mon étroitesse d’esprit.

25Par un matin clair après la neige, Xiao Mi sauta dans un train qui allait vers le sud, et je ne la revis jamais. Mais les amis de Li Jun commencèrent à déferler chez moi comme les marées de printemps. C’était parfois une personne seule, parfois un groupe de trois à cinq personnes qui se présentait à ma porte. Cet hiver-là, je reçus au bas mot une dizaine de groupes d’amis de Li Jun. Il s’agissait ou bien de nouveaux amis que Li Jun avait rencontrés à Lhassa, ou bien de routards qui avaient fait sa connaissance au cours de leur voyage. Chacun venait avec un mot écrit de la main de Li Jun. Ce fut pour moi un long cauchemar. Je me devais de leur servir alcools et mets de qualité, et de leur offrir mon lit, mais étant toujours aussi démuni, je fus obligé d’emprunter partout de l’argent. Mes visiteurs m’empruntaient parfois l’argent que je venais d’emprunter, et je savais que je ne devais pas me demander s’ils me rembourseraient un jour ; mais j’estimais que leur cause était plus importante que la mienne, et qu’ils avaient plus besoin de cet argent que moi.

26Celui qu’on appelait Lao Gang arriva chez moi par une nuit d’hiver plus froide encore. Il était d’une stature imposante et ses joues étaient recouvertes d’une barbe grisonnante, mais il parlait d’une voix douce et bien timbrée. Il s’assit en tailleur sur mon lit, à la manière d’un paysan du Nord, ses chaussettes de nylon trouées dégageant une forte puanteur. Sartre et Heidegger étaient des esprits superficiels comparés à lui. Seul un novice comme Li Jun pouvait se laisser impressionner par Sartre. Lao Gang roulait et fumait ses cigarettes, l’une après l’autre. Il émanait de sa personne aplomb et sérénité. Je me souviens qu’à un moment, au milieu de son discours, il bondit sur le sol, se dirigea vers la fenêtre et se mit à en secouer les barreaux. Pourquoi a-t-on besoin de mettre des choses pareilles ? dit-il. Regarde-toi, on dirait un condamné enfermé dans sa cage ! Je lui expliquai que les fenêtres des chambres universitaires étaient toutes comme ça, alors il se mit soudain à rugir : Non ! Brise-les, brise-les, et alors seulement tu seras un homme libre. Les éclairs blancs que ses yeux s’étaient soudain mis à lancer me remplirent de crainte et d’inquiétude.

27Lao Gang ne resta pas longtemps. Avant de partir, il me demanda de faire un don pour une revue qui s’appelait Pensée des hautes plaines. Je lui répondis que j’étais sans le sou, et que je devais souvent demander des tickets de cantine à mes étudiants. Lao Gang se mit à rire et m’attrapa le bras gauche. Regardant mon poignet, il me dit : Tu as encore une montre, beaucoup de nos amis ont déjà vendu leur sang pour Pensée des hautes plaines.  Me voyant hésiter et caresser machinalement ma montre, Lao Gang ajouta : Il ne faut pas s’attacher aux choses extérieures, tu devrais savoir que la pensée est plus importante qu’une montre. 

28J’étais à court d’arguments. La montre que mon père m’avait offerte dut finir chez un prêteur à gages de je ne sais quel endroit.

29Ma réputation à l’université s’était considérablement dégradée : rejouant le rôle qu’avait tenu Li Jun en son temps, je devais de l’argent à la terre entière. J’évitais ceux qui m’en avaient prêté, pendant que d’autres me fuyaient comme la peste, craignant que je n’ouvre la bouche que pour leur en emprunter. J’étais abattu, déprimé, et n’avais plus goût à rien. J’avais bien conscience d’être empêtré dans un filet diabolique que Li Jun, à des milliers de kilomètres de là, avait jeté sur moi. Il s’agissait maintenant d’en sortir.

30C’est ainsi que Li Jun fut à l’origine de ma demande de mutation. Cela peut sembler absurde, mais c’est la vérité. Lorsque l’automne arriva, j’avais pris mes fonctions dans un autre établissement, et je retrouvai enfin une vie faite de bonheur et de tranquillité. Il faut dire que, plus important encore, j’étais amoureux. Je racontais parfois à mon amoureuse, Xiao Wei, les malheurs que j’avais endurés à cause de Li Jun. Cette histoire l’indignait profondément. Un ami ? s’exclamait-elle, des amis comme ça, je préfère m’en passer ! Tu vas voir comment je vais l’éduquer ton ami, quand il viendra.

31Mais Li Jun n’est jamais venu nous voir dans notre ville. Je pense que toutes les précautions que j’avais prises pour cacher ma mutation s’étaient avérées efficaces. Il est possible aussi que Li Jun se soit senti gêné à la suite des plaintes et récriminations dont mes lettres étaient remplies. L’automne passa très vite, puis vint l’hiver, et avec lui une lettre de Li Jun, que je n’attendais pas. Je ne sais comment il s’était procuré ma nouvelle adresse. Il me disait, dans cette longue missive, qu’un grand changement était survenu dans sa vie : Xiao Mi et lui en étaient arrivés à ne plus se supporter, et avaient repris chacun leur chemin. Je m’étais attendu à cela. Ce qui me surprit, c’est que Li Jun disait que le Tibet ne suscitait plus aucun sentiment en lui, qu’il allait en repartir très bientôt. Il voulait maintenant se lancer dans une enquête de terrain, à pied, sur la civilisation du fleuve Jaune. Enfin, il m’annonçait avec enthousiasme qu’un ami poète viendrait me rendre visite à la veille du Nouvel An. D’après lui, discuter avec cet ami m’apporterait beaucoup. Ce poète, actuellement dans la misère, serait peut-être un jour prix Nobel.

32Les amis de Li Jun étaient de retour ! Je fus pris d’une panique incontrôlable. Je décidai de fuir devant l’ennemi, et la veille du Nouvel An, Xiao Wei et moi partîmes en hâte nous réfugier quelques jours chez sa grand-mère. Quand je revins à ma chambre, le sol en béton devant ma porte était jonché de mégots, les uns courts, les autres longs. Je ne saurais dire ce que je ressentis au fond de moi en imaginant la longue attente du poète devant ma porte. Je trouvai dans le tas de mégots qu’il avait laissé des morceaux de papier déchirés, probablement ses dernières créations littéraires. Je ne parvins malheureusement pas à les reconstituer. Je retrouvai néanmoins un morceau sur lequel figuraient quelques mots qui m’étaient familiers, que je ne pus m’empêcher de lire à haute voix :

33Sur la route
Sur la route.

34Beaucoup de bruits couraient sur les raisons qui avaient poussé Li Jun à quitter le Tibet. Plusieurs de mes anciens camarades d’études, de retour de là-bas, me dirent qu’après sa séparation d’avec Xiao Mi, Li Jun s’était mis à boire. Un jour, entre deux états éthyliques, il avait entendu à la radio un chant traditionnel du Nord du Shaanxi, qui l’avait profondément ému par sa nostalgie et sa simplicité. C’est ce chant qui le détourna momentanément de son chagrin d’amour, et qui le conduisit à entreprendre ce voyage sans fin à travers la Chine.

  • 3  Légère, volage. (NdT.)

35Ils me dirent que Xiao Mi était comme l’eau, et comme les fleurs de peuplier3. Ayant abandonné Li Jun, elle s’était jetée dans les bras de Lao Gang. Six mois plus tard, elle se faisait abandonner à son tour par ce grand penseur et grand savant. À la fin, elle partit vers le sud, jusqu’à Canton, où elle changea complètement de vie. J’entendis dire qu’elle exerçait une activité inavouable dans une ville de la côte.

36Lorsque je pense maintenant à ces amis lointains, je vois des îles  dérivant dans toutes les directions. Ils sont de plus en plus lointains. Chaque fois que reçois une carte de Li Jun, envoyée de son long périple à travers la Chine, que je vois ces paysages grandioses des quatre coins du pays, que je vois sur les cachets de la poste ces noms plus ou moins lisibles mais toujours changeant, que je lis les conseils et les exhortations de Li Jun, toujours remplis de passion, j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose.

37Je vois la jeunesse comme un rosier : certaines fleurs s’épanouissent, pendant que d’autres se fanent et se dessèchent.

38J’ai épousé Xiao Wei cinq ans après la fin de mes études universitaires. Le soir de notre mariage, les flocons volaient encore une fois dans le ciel d’hiver. Nous écoutions Chopin devant le poêle, lorsque quelqu’un frappa à la porte de notre petite chambre. Xiao Wei courut ouvrir. C’était un jeune homme que nous ne connaissions pas, vêtu d’un vieux manteau militaire. Ses cheveux, ses sourcils et son sac à dos étaient blancs de neige. Il semblait plus jeune que nous.

39Vous cherchez qui ? Xiao Wei, qui n’avait ouvert la porte qu’à moitié, examinait notre hôte inattendu avec méfiance.

40Je suis un ami de Li Jun, répondit le jeune homme en sortant une enveloppe de sa poche, j’arrive du Grand Khingan, Li Jun m’a dit de venir vous rendre visite.

41Xiao Wei ne prit pas la lettre. Sa main restait fermement posée sur la porte de notre petite chambre. Puis je l’ai entendue dire : « Nous ne connaissons pas de Li Jun, vous avez dû vous tromper. » Ayant fini sa phrase, Xiao Wei s’apprêta à refermer. De derrière je vis l’expression de surprise et de déception du jeune homme. Il recula d’un pas, et Xiao Wei referma la porte avec énergie.

42Je ne m’attendais pas à cela de la part de Xiao Wei. Elle resta silencieuse un instant, appuyée contre le battant. « Il n’y a que comme ça. C’est trop petit ici, et puis il est tard, il neige, il fait froid, et je n’ai pas envie de recevoir tous ces gens bizarres. » Elle leva la tête pour voir ma réaction, et ajouta : « Il avait les pieds pleins de boue, il aurait sali notre tapis. »

43Je pensai qu’elle n’avait pas le droit de traiter mes amis de la sorte, ni les amis de mes amis. Mais je ne dis rien. Je sais que sur ce genre de question, une épouse raisonne naturellement en épouse.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Célèbre eau-de-vie produite dans la région de Pékin. (NdT.)

2  Xiao signifie « petit ». Cet adjectif, comme lao (« vieux », voir infra), est employé de façon familière devant les noms de famille, et situe l’âge de la personne par rapport à ses amis et fréquentations. (NdT.)

3  Légère, volage. (NdT.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Che, « Su Tong. Un ami sur la route », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 02 février 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ideo.revues.org/75

Haut de page

Auteur

Philippe Che

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org