Navigation – Plan du site

« L’éventail aux fleurs de pêcher » comme métaphore de la vie : Réflexions sur la traduction des références intertextuelles dans Rose rouge et rose blanche d’Eileen Chang

Chou Tan-Ying

Texte intégral

Eileen Chang et Rose rouge et rose blanche (1944)

1Eileen Chang 張愛玲 (1920-1995), auteur reconnu de la littérature chinoise contemporaine, s’est révélée en 1943 à Shanghai sous l’occupation japonaise. Entre 1943 et 1945, elle a publié la plupart de ses œuvres majeures dans différentes revues littéraires shanghaïennes. Paru en 1944, son premier ouvrage intitulé Chuanqi 傳奇 (Légendes – contes et récits) a rassemblé ses nouvelles et récits de l’époque. Dès lors, son talent littéraire a été confirmé par le succès phénoménal de ce recueil, puis l’admiration témoignée par les lecteurs des générations suivantes a fait de sa vie personnelle l’incarnation de la légende elle-même.

2Hong Meigui yu bai meigui 紅玫瑰與白玫瑰 (Rose rouge et rose blanche) est l’une des nouvelles les plus connues d’Eileen Chang. Elle a été publiée pour la première fois en juin 1944. En 1947, une version complétée de Chuanqi a été éditée. Cette nouvelle édition a intégré Rose rouge et rose blanche avec les remaniements de l’auteur1. Après plusieurs rééditions, cette seconde version se divise aujourd’hui en deux tomes : Qingcheng zhi lian 傾城之戀  et Diyi lu xiang 第一爐香 . Ces deux recueils de nouvelles et de récits font partie de l’Œuvre complète d’Eileen Chang, publiée à Taipei par les éditions Huangguan. Rose rouge et rose blanche se trouve dans le premier tome2.

3La traduction en français de Rose rouge et rose blanche que je voudrais étudier en la comparant avec le texte original est celle d’Emmanuelle Péchenart, publiée en 2001 chez Bleu de Chine3.

Deux questions de la traduction : Pertinence de l’interprétation ? Comment « refléter » le ton à l’ombre de l’énoncé ?

4En confrontant le texte traduit à l’original, j’ai constaté dans un premier temps des décalages de sens qui se trouvent notamment dans la traduction des métaphores et des références intertextuelles. Comme le titre de ma communication l’indique, l’exemple de l’éventail aux fleurs de pêcher pourrait mériter une réflexion approfondie. Ce premier point touche en effet à l’interprétation de ce roman dans son ensemble.

5Dans un second temps, le style fluide de la traductrice m’a semblé estomper le langage singulier d’Eileen Chang, qui, chargé de métaphores et d’allusions, recèle dans cette œuvre un ton particulièrement sarcastique. Ce « ton », sinon effacé, au moins nettement adouci par la traduction, se trouve parfois dans des commentaires implicites de l’auteur autour des citations, mais il est surtout présent dans le déplacement des sens propres des expressions ou proverbes chinois. Autrement dit, en détournant, voire « déconstruisant », les usages courants de la langue chinoise, l’écriture d’Eileen Chang met en œuvre une double parole à laquelle la traduction est censée répondre. La question qu’on pourrait alors se poser est, à mon avis, la suivante : comment peut-on révéler, ou mieux, « refléter » par la traduction les déplacements des sens propres dans le texte d’Eileen Chang, sans que le ton ne devienne des formulations explicites pour les lecteurs issus d’un autre contexte culturel et linguistique ?

6Cette question du ton prolonge en fait mes réflexions sur le rôle de l’interprétation dans la traduction de Rose rouge et rose blanche. Dans les parties suivantes, je vais essayer de les développer avec des exemples précis tirés de la traduction d’Emmanuelle Péchenart.

Traduction et interprétation : « L’éventail aux fleurs de pêcher » comme métaphore de la vie des gens ordinaires

振保的生命裏有兩個女人,他說的一個是他的白玫瑰,一個是他的紅玫瑰。一個是聖潔的妻,一個是熱烈的情婦------普通人向來是這樣把節烈兩個字分開來講的

也許每一個男子全都有過這樣的兩個女人,至少兩個。娶了紅玫瑰,久而久之,紅的變了牆上的一抹蚊子血,白的還是『床前明月光』;娶了白玫瑰,白的便是衣服上沾的一粒飯黏子,紅的却是心口上一顆硃砂痣4

« Il y avait deux femmes dans la vie de Zhenbao. L’une, disait-il, était sa rose blanche ; l’autre était sa rose rouge. L’une est la chaste épouse, l’autre l’amante passionnée. Ainsi, les gens ordinaires distinguent la “retenue” jie et l’“ardeur” lie, les deux mots qui, réunis, signifient “fidélité à l’époux défunt”.

Tout homme, probablement, a pu connaître de telles femmes, au moins deux. S’il a épousé la rose rouge, le rouge, à la longue, est devenu celui d’une trace de moustique écrasé sur un mur, et la rose blanche est toujours “la clarté de la lune au-devant du lit”. S’il a épousé la rose blanche, le blanc est devenu celui d’un grain de riz collé aux vêtements, mais le rouge est resté celui d’un grain de beauté écarlate au creux d’un décolleté5. »

7Comme cette citation le suggère, l’histoire de Rose rouge et rose blanche raconte la vie de Zhenbao partagée entre deux modèles de femme opposés : rose rouge comme amante(s) passionnée(s) et rose blanche comme chaste épouse. Personnage conformiste, Tong Zhenbao se croit moral et agit selon le bon sens en distinguant bien les deux, mais ce n’est qu’en apparence : tiraillé entre l’ancien monde et la nouvelle société, Zhenbao suit son propre désir qui lui dicte des actes adultères, mais le courage lui manque pour qu’il puisse vraiment être maître de sa vie. Ainsi il se débarrasse de sa rose rouge lorsque le scandale est sur le point d’éclater, remet en cause son vrai désir, épouse la rose blanche puis la trahit, se console pourtant de la grandeur de ses sacrifices, s’arme à nouveau de bon sens en justifiant sans cesse son comportement hypocrite, se réfugie finalement, mais non sans regrets, derrière l’image d’un homme « redevenu bon », c’est-à-dire un homme dont la conduite correspond parfaitement aux bonnes mœurs de la Chine de son temps.

8Avant de revenir sur la traduction de la phrase-clé de notre réflexion (soulignée dans la citation) et sur l’interprétation qu’Emmanuelle Péchenart fait de la métaphore des deux roses, je voudrais aborder les références intertextuelles dans cette œuvre d’Eileen Chang.

9Commençons par la citation du vers « la clarté de la lune au-devant du lit », pour laquelle on dispose seulement d’une information sommaire sur le quatrain de Li Bai dans une note de la traductrice (p. 86). Il est plus qu’évident pour les lecteurs sinophones que cette citation se réfère à la nostalgie éprouvée par le voyageur/le poète la nuit où il voit « la clarté de la lune au-devant du lit ». Les lecteurs sinophones comprennent en même temps qu’ici il ne s’agit pas de la nostalgie du pays natal, mais d’une femme idéalisée dans la mémoire d’un homme. Or, pour les lecteurs occidentaux, il n’est peut-être pas inintéressant de se demander quelle image ils reçoivent lorsqu’ils lisent cette phrase traduite littéralement et placée entre guillemets. Si l’homme n’épouse pas sa rose blanche, celle-ci demeurerait-elle une belle image paisible, pure, ou mélancolique ?

10Ceci n’est qu’une remarque mineure, mais assez représentative, sur la traduction d’Emmanuelle Péchenart. Ce que je voudrais souligner par ce premier exemple, c’est que chez Eileen Chang, l’acte de citer pourrait aller de pair avec le détournement des sens premiers. Ce détournement deviendrait plus difficile à cerner lorsque la référence intertextuelle est plus allusive et que le lien entre la citation et l’histoire du récit est moins explicite. C’est le cas de l’exemple de « l’éventail aux fleurs de pêcher ».

11Voyons maintenant le paragraphe concerné et sa traduction en français :

普通人的一生,再好些也是『桃花扇』,撞破了頭,血濺到扇子上。就在這上面略加點染成為一枝桃花。振保的扇子却還是空白。而且筆酣墨飽,窗明几淨,只等他落筆6

« Pour les gens du commun, une vie même à peu près vivable est un « éventail orné de fleurs de pêcher », qu’il faut peindre avec son sang, quitte à se fracasser la tête pour l’en éclabousser. Ou tout au moins y mettre quelques touches de couleur qui évoquent une branche de pêcher. Or celui de Zhenbao était vierge, et tout était à portée de main, les pinceaux gorgés d’une encre généreuse, la table nette dans la lumière du jour, à attendre qu’il donne la première touche7. »

12Taohuashan 桃花扇 (L’Éventail aux fleurs de pêcher) est une pièce de Kong Shangren 孔尚任 (1648-1718) achevée en 1699.Dans cette pièce historique, Kong Shangren relate les derniers jours de la dynastie des Ming et la chute des Ming du Sud (basés à Nankin en 1644-1645), à travers l’histoire d’amour entre Hou Fangyu 侯方域  et Li Xiangjun 李香君. L’éventail, gage de leur amour, reflète également les bouleversements de l’époque où ils vivent. Li Xiangjun, jeune courtisane célèbre, est promise à Hou Fangyu, lettré issu d’une famille de haut rang. Ils s’unissent grâce à l’aide d’un ami peintre. Mais le complot politique en fait à l’arrière-plan de leur union les conduit finalement à la séparation. Pendant leur séparation, Li Xiangjun reste fidèle à son amant et décline toutes les propositions de mariage. Malgré sa détermination, on tente de l’enlever de force. Li Xiangjun refuse de se rendre à la cérémonie de mariage en se blessant volontairement et grièvement à la tête. Le sang éclabousse alors l’éventail blanc qui, portant l’écriture de son bien-aimé, témoigne de sa fidélité et de son amour inébranlable. Quelques jours plus tard, l’ami peintre lui rend visite et voit l’éventail taché de sang. Il y met quelques touches de couleur pour en faire une branche de pêcher fleurie. Li Xiangjun le prie d’envoyer cet éventail peint à Hou Fangyu pour exprimer à celui-ci ses sentiments.

13En confrontant la citation de Rose rouge et rose blanche à cette histoire de l’éventail, on peut constater que l’interprétation joue un rôle décisif dans la façon de traduire cette référence intertextuelle : en quoi la vie des gens ordinaires ressemble-t-elle à cet éventail maculé de sang et peint pour en faire « l’éventail aux fleurs de pêcher » ?

14La traductrice de Rose rouge et rose blanche ne semble pas s’être penchée en détail sur cette question. En résumé, dans sa traduction, l’éventail orné de fleurs de pêcher se réfère aux efforts, voire aux sacrifices inévitables qu’il faut faire dans une vie, comparables au geste de peindre l’éventail avec du sang ou « tout au moins » avec de la couleur8. Cependant, la référence à la pièce de Kong Shangren fait bien l’objet d’une note de bas de page (p. 85), où Emmanuelle Péchenart évoque « un éventail [...] peint du sang de l’héroïne qui s’est fracassé la tête pour rester fidèle à son amour ». Est-ce que l’association libre entre « l’éventail éclaboussé de sang » et « la vie bâtie sur les efforts » résulte de la connaissance approximative de la pièce référée, dans laquelle l’éventail n’est pas peint du sang de l’héroïne, mais peint afin de transformer les taches de sang en fleurs de pêcher ?

15Ce fil de réflexion me conduit finalement à discerner des sens possibles de cet éventail comme métaphore de la vie des gens ordinaires dans Rose rouge et rose blanche. Je rappelle que dans le paragraphe cité, la vie de Zhenbao à son retour en Chine est comparée à un éventail vierge, fort contrastée avec celle des gens ordinaires. La raison pour laquelle « tout était à portée de main, [...] à attendre qu’il donne la première touche », c’est qu’ayant fait ses études à l’étranger, Zhenbao a non seulement connu une ascension sociale, mais il a aussi eu la possibilité de se soustraire aux règles du jeu de la vieille Chine en vivant comme un individu libre. Ainsi, en comparant cette liberté « extra-ordinaire » de Zhenbao et les contraintes dans lesquelles vivent les gens « ordinaires » de son époque, je pense que l’éventail aux fleurs de pêcher pourrait désigner ceci : dans la vie, les gens ordinaires se heurtent contre la réalité extérieure plus forte que leur volonté. Dans le meilleur des cas, ils se révoltent et obtiennent ce qu’ils veulent au prix de leurs sacrifices. Sur la trace de leur peine, autrement dit leur sang, ils peignent alors une branche de pêcher pour l’embellir, la rendre plus agréable à vivre.

16Ainsi, en accompagnant le texte d’une note explicitant davantage la référence à l’histoire de L’Éventail aux fleurs de pêcher, je propose de traduire ce paragraphe de la manière suivante :

« La vie des gens ordinaires n’est, dans le meilleur des cas, qu’“un éventail aux fleurs de pêcher”, dont les fleurs peintes couvrent en fait des taches de leur sang : se fracassant la tête, ils éclaboussent de sang cet éventail évoquant leur vie ordinaire. Ils ne peuvent alors qu’y mettre quelques touches de couleur pour en faire une branche de pêcher et ainsi l’embellir. »

17Or, en continuant la lecture, on peut constater qu’Eileen Chang nous dépeint à travers l’histoire de Zhenbao tout le contraire de la vie « extra-ordinaire » d’un individu libre. Le caractère conformiste du personnage le ramène en fait sur un vieux chemin : la tragédie personnelle de Zhenbao rejoint finalement celle des gens ordinaires de son époque. Ainsi de la vie de Zhenbao comme éventail vierge à celle d’un homme conformiste redevenu « bon », il me semble pertinent d’interpréter ce parcours en mettant en relief l’ironie que l’auteur prête au sort. En effet, cette ironie du sort est reflétée dès le début du récit par l’ironie du ton commentant la vie que Zhenbao aurait pu avoir, contrairement aux gens ordinaires. L’ambiguïté et l’hypocrisie de ses gestes révélées ultérieurement correspondent, à mon avis, parfaitement à ce ton caustique du début de la narration.

18Dans la partie suivante, je vais donc revenir sur la métaphore génératrice des deux roses et la traduction de celle-ci, étroitement liée à l’interprétation de la traductrice.

L’ironie du sort, l’ironie du ton : autour de la métaphore génératrice des deux roses

振保的生命裏有兩個女人,他說的一個是他的白玫瑰,一個是他的紅玫瑰。一個是聖潔的妻,一個是熱烈的情婦------普通人向來是這樣把節烈兩個字分開來講的。[…]

在振保可不是這樣的,他是有始有終的,有條有理的。他整個地是這樣一個最合理想的中國現代人物,縱然他遇到的事不是盡合理想的,給他自己心問口,口問心,幾下子一調理,也就變得彷彿理想化了,萬物各得其所9

« Il y avait deux femmes dans la vie de Zhenbao. L’une, disait-il, était sa rose blanche ; l’autre était sa rose rouge. L’une est la chaste épouse, l’autre l’amante passionnée. Ainsi les gens ordinaires distinguent la “retenue” jie et l’“ardeur” lie, les deux mots qui, réunis, signifient “fidélité à l’époux défunt”. […]

Toutefois, ce n’était pas le cas de Zhenbao. Il était quelqu’un qui savait ce qu’il faisait, qui agissait dans l’ordre, et avec circonspection. Lui, un personnage aussi conforme que possible à l’idéal de la Chine de son temps, même s’il avait été confronté à des situations beaucoup moins idéales, il avait su, par des ajustements et des corrections, en accordant ses paroles à son cœur et son cœur à ses paroles, se transformer et s’approcher de l’idéal ; de la sorte, “chaque chose est à sa place”10. »

19La citation précédant la note de la traductrice nous dévoile que le titre de Rose rouge et rose blanche pourrait se rapporter au conte des frères Grimm Neige-Blanche et Rose-Rouge. Dans ce conte, les deux sœurs inséparables sont nommées d’après les deux rosiers devant la cabane de leur mère, pauvre mais généreuse. Il s’agit de deux petites filles qui, malgré des caractères distincts, montrent toutes les deux de la bonté de cœur. La suite du conte nous relate comment elles accueillent un ours, qui est en fait un prince ensorcelé, et se portent plusieurs fois au secours d’un nain ingrat qui s’est emparé des richesses de ce prince.

20Certes, la métaphore des deux roses dans le récit d’Eileen Chang pourrait rappeler les deux sœurs du conte des frères Grimm, mais le lien reste limité. En explorant leur rapport possible, Emmanuelle Péchenart n’hésite pas à appliquer l’interprétation psychanalytique du conte sur la métaphore des deux roses chez Eileen Chang. Cette interprétation réduit alors les deux roses à « avers et revers d’un même personnage11 », qui réunit la candeur et la passion. Selon elle, Zhenbao « en use séparément », et ainsi il n’a pas su « connaître la candeur de sa Rose rouge, ni éveiller la passion chez sa Rose blanche12 ». C’est la raison pour laquelle il « se retrouve les mains vides, lui qui pourtant les avait si pleines au commencement, lorsqu’il s’apprêtait à peindre son éventail immaculé, et l’orner de fleurs de pêcher13 ». J’ignore si cette interprétation très personnelle est la conséquence ou à l’origine de la traduction discutable du jeu de mots de 節 jie et 烈 lie au début du récit d’Eileen Chang, mais clairement, l’ironie du ton passe inaperçue dans cette traduction d’Emmanuelle Péchenart. Pourquoi Eileen Chang distingue-t-elle expressément ces deux idéogrammes pour décrire la pensée commune des gens ordinaires, tandis que les sinophones ordinaires, notamment les moralistes chinois, emploient le mot jielie 節烈 en le considérant comme notion intégrale sans contradiction qui désigne la vertu et les sacrifices des femmes ?

21J’ai évoqué précédemment l’ironie du sort impliquée dans l’histoire de Zhenbao, qui va de pair avec l’ironie du ton dans l’énonciation. Dans cette citation des deux roses, l’ironie est particulièrement palpable si on cherche à confronter le jeu de mots de jielie 節烈 avec la personnalité de Zhenbao décrite dans le paragraphe suivant. On y voit comment Zhenbao arrive à transformer des situations moins idéales par « la force de son esprit », de sorte que « chaque chose est à sa place ». Autrement dit, en « rationalisant » ou plutôt, « tournant en sa faveur » les situations qui le contrarient, Zhenbao réussit à créer un monde « correct », « juste », et « normal » dans son existence. Cependant, la traduction nous fait comprendre le contraire : Zhenbao « se transforme », « s’approche » de l’idéal, comme s’il était vraiment, sans aucun doute, un homme idéal et cohérent, pas comme les autres. Cette nuance au niveau de la traduction efface par conséquent l’ironie implicite qui prépare la révélation de l’incohérence ou de l’ambivalence dans le comportement de cet homme qui ressemble finalement aux gens ordinaires menant très souvent une double vie entre l’épouse et les amantes.

22Ainsi, pour ne pas laisser les lecteurs francophones sur une impression de décomposition pédagogique de l’écriture chinoise, il me semble devoir par exemple ajouter une paraphrase afin d’effleurer l’enjeu de la distinction particulière entre jie et lie :

«  En effet, les gens ordinaires ont tendance à considérer distinctement les idéogrammes 節 jie – la “vertueuse” – et 烈 lie – l’“ardente” –, s’écartant sournoisement de l’usage courant du mot jielie qui, composé des deux, signifie “fidèle à l’époux défunt”. »

23Si la paraphrase proposée permet d’expliciter davantage l’enjeu de ce jeu de mots, je ne prétends pas que l’ironie du ton se transmette mieux par ce genre de formulation explicative. En consultant la traduction en anglais de Karen S. Kingsbury14, j’ai constaté que la phrase affirmative d’Eileen Chang avait été transposée en une phrase interro-négative et que la décomposition des idéogrammes chinois s’est retirée à l’arrière-plan : « Isn’t that just how the average man describes a chaste widow’s devotion to her husband’s memory – as spotless, and passionate too15 ? » Le début de la phrase marque un ton beaucoup plus vif que celui de la traduction littérale en français, quoique cette traduction en anglais se limite toujours à la fidélité de la veuve, décrite avec les deux adjectifs renvoyant respectivement aux idéogrammes jie et lie, au lieu de souligner la distinction inhabituelle faite par Eileen Chang. En fait, en m’appuyant sur cette transposition syntaxique, j’envisage d’autres possibilités de traduction qui se détachent des explications sur la composition des idéogrammes chinois. De mon point de vue, celles-ci n’éclairent pas forcément les lecteurs occidentaux non sinisants sur le jeu de mots.

24Il s’agit alors d’une recherche de tournures équivalentes, afin de refléter le mieux possible le ton ironique dans la phrase originale. L’essentiel est peut-être d’en faire retentir les trois échos suivants : 1) l’émergence de l’autre sens de lie, « passionnée » ou « ardente », une fois qu’il est détaché expressément du mot jielie ; 2) la co-présence de l’épouse et des amantes au cours de la vie des hommes ordinaires ; 3) la distinction bien nette entre l’épouse chaste et les amantes passionnées que les hommes ordinaires font généralement, comparable à l’acte de séparer les idéogrammes jie et lie.

25Je fais donc la proposition suivante pour traduire le jeu de mots de jielie :

« N’est-ce pas justement ainsi que les hommes ordinaires glorifient la passion qui subsiste chez la veuve fidèle à son époux défunt, tout en espérant posséder à la fois une femme vertueuse, et une autre ardente ? »

Conclusion

26Dans cette communication consacrée à la traduction en français de Rose rouge et rose blanche, je me suis penchée d’abord sur la question de l’interprétation, dont la pertinence est un facteur décisif pour la transmission des métaphores originales aux lecteurs francophones. L’exemple d’Eileen Chang est particulièrement intéressant en raison de l’allusivité très recherchée dans son langage littéraire. L’interprétation qui détermine le mode de traduction nécessite donc une série de confrontations entre l’œuvre elle-même et les références intertextuelles, afin de discerner un « éventail » de sens possibles qui s’ouvre entre les deux.

27Puis, au cours de la réflexion, j’ai perçu que le ton surgissant du déplacement des sens propres des expressions joue également un rôle non négligeable dans les choix de traduction. Les jeux de mots d’Eileen Chang recèlent une ironie du ton qui peut, à certains endroits du texte, doubler l’énoncé de sens contraires ou supplémentaires. Il convient alors de les considérer au cas par cas, et de tester différentes tournures potentiellement équivalentes, pour que le ton à l’ombre de l’énoncé ne s’efface pas dans la langue d’arrivée, et qu’il puisse ainsi produire un effet semblable chez les récepteurs de l’œuvre traduite.

28Ayant fait quelques propositions visant à lancer d’autres possibilités pour traduire Eileen Chang, je me demande, pour ainsi conclure cette communication, si la tâche des traducteurs n’est pas de rechercher des tournures, avec une valeur artistique comparable et avant tout pertinentes, susceptibles de faire retentir les multiples échos du texte original, autrement dit, ceux qui ont fait de ce dernier une œuvre littéraire incontournable dans sa langue d’origine.

Haut de page

Bibliographie

I. Corpus

Zhang Ailing (Eileen Chang) 張愛玲, Qingcheng zhi lian – Zhang Ailing duanpian xiaoshuoji zhi yi 傾城之戀-張愛玲短篇小說集之一, Taipei, Huangguan wenxue chuban youxian gongsi, 1991 (典藏版初版).

Zhang Ailing (Eileen Chang) 张爱玲, Chuanqi 传奇, Pékin, Zhongguo wenlian chubangongsi, 1996.

Chang Eileen, Rose rouge et rose blanche, trad. Emmanuelle Péchenart, Paris, Bleu de Chine, 2001.

Chang Eileen, « Red Rose, White Rose », in Love in a Fallen City (recueil de six nouvelles et récits d’Eileen Chang), trad. Karen S. Kingsbury, Londres, Penguin Group, 2007, p. 254-312.

Kong Shangren 孔尚任, Taohuashan 桃花扇 (L’Éventail aux fleurs de pêcher), Taipei, Liren shuju, 1996.

II. Sur la traduction

1. Ouvrages

Chen Eoyang Eugene, The Transparent Eye : Reflections on Translation, Chinese Literature, and Comparative Poetics, Honolulu, University of Hawaii Press, 1993.

Jin Di, Literary Translation : Quest for Artistic Integrity, Manchester, St. Jerome publ., 2003.

Eco Umberto, Dire presque la même chose – Expériences de traduction, traduit de l’italien par Myriem Bouzaher, Paris, Grasset, 2003.

Meschonnic Henri, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999.

Ricœur Paul, Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004.

Robinson Douglas (éd.), What is Translation ? Centrifugal Theories, Critical Interventions, Londres, The Kent State University Press, 1997.

2. Articles

Almeida Mônica de, « Traduire la langue, traduire la culture ? », in Traduire 1, textes réunis et présentés par Daniel Delas, CRTH université de Cergy-Pontoise, 2000, p. 15-29.

Balcom John, « Translating modern Chinese Literature », in Susan Bassnett et Peter Bush (éd.), The Translator as Writer, Londres, Continuum, 2006, p. 119-134.

Lefevere Andre, « Translation and the Creation of Images, or ‘Excuse me, is this the Same Poem?’ », in Susan Bassnett (éd.), Translating Literature, Cambridge, D. S. Brewer, 1997, p. 64-79.

Meschonnic Henri, « Hourra l’oral, décentrer le traduire », in Traduire 2, textes réunis et présentés par Daniel Delas, CRTH université de Cergy-Pontoise, 2000, p. 215-223.

III. Autres

Bettelheim Bruno, Psychanalyse des contes de fées, traduit de l’américain par Théo Carlier, Paris, Robert Laffont, 1976.

Ricœur Paul, La Métaphore vive, Paris, Seuil, 1975.

Schoentjes Pierre, Poétique de l’ironie, Paris, Seuil, 2001.

Yu Qing 于青, Xunzhao Zhang Ailing 寻找张爱玲 (À la recherche d’Eileen Chang), Pékin, Zhongguo youyi chuban gongsi, 1995.

Zhang Zijing 张子静, Wo de jiejie Zhang Ailing 我的姊姊张爱玲(Ma sœur Eileen Chang), Shanghai, Xuelin chubanshe, 1997.

Haut de page

Notes

1  Selon la préface de la version de 1947 ré-imprimée : Zhang Ailing (Eileen Chang) 张爱玲,Chuanqi传奇,Pékin, Zhongguo wenlian chubangongsi, 1996.

2 Zhang Ailing (Eileen Chang) 張愛玲, Qingcheng zhi lian– Zhang Ailing duanpian xiaoshuoji zhi yi 傾城之戀張愛玲短篇小說集之, Taipei,Huangguan wenxue chuban youxian gongsi, 1991, p. 51-97.

3  Eileen Chang, Rose rouge et rose blanche,trad. Emmanuelle Péchenart, Paris, Bleu de Chine, 2001.

4 Zhang Ailing (Eileen Chang), Qingcheng zhi lian, op. cit., p. 52.

5  Eileen Chang, Rose rouge et rose blanche, op. cit., p. 7.

6 Zhang Ailing (Eileen Chang), Qingcheng zhi lian, op. cit., p. 53.

7  Eileen Chang, Rose rouge et rose blanche, op. cit., p. 9.

8  Ibid. : « Pour les gens du commun, une vie même à peu près vivable est un “éventail orné de fleurs de pêcher”, qu’il faut peindre avec son sang, quitte à se fracasser la tête pour l’en éclabousser. Ou tout au moins y mettre quelques touches de couleur qui évoquent une branche de pêcher. » 試譯回中文如下「對一般人()來說就算是差強人意的人生也是把飾有桃花的扇子,得用自己的鮮血來畫,甚至不惜撞破頭來以血濺扇,或至少在扇子上略加點染,使人就這顏色(聯)想起一枝桃花。」

9  Zhang Ailing (Eileen Chang), Qingcheng zhi lian, op. cit., p. 52.

10  Eileen Chang, Rose rouge et rose blanche, op. cit., p. 7-8.

11  Ibid., p. 85. E. Péchenart cite fragmentairement Bruno Bettelheim pour interpréter le sens du contraste des couleurs entre le rouge (la rose rouge, le sang du moustique écrasé et le sang sur l’éventail), et le blanc (la rose blanche, la clarté de la lune…). Il s’agit donc de la rencontre nécessaire entre « le chaos rouge de nos émotions déchaînées » et « la pureté blanche de notre conscient ». Il faudrait peut-être noter que cette citation se trouve dans le chapitre consacré au conte Blanche-Neige, dans lequel le sang évoque la blessure de la mère de la princesse avant sa naissance et la pomme rouge empoisonnée représente le désir et la sexualité appartenant à la maturité adulte. Voir Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, traduit de l’américain par Théo Carlier, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 301-323 (de la collection « Pocket »).

12  Ibid.

13  Ibid.

14  Eileen Chang, « Red Rose, White Rose », in Love in a Fallen City (recueil de six nouvelles et récits d’Eileen Chang), trad. Karen S. Kingsbury, Londres, Penguin Group, 2007, p. 254-312.

15  Ibid., p. 255. « N’est-ce pas justement ainsi que l’homme ordinaire décrit le dévouement d’une veuve chaste pour son mari défunt : indéfectible, et passionné aussi ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chou Tan-Ying, « « L’éventail aux fleurs de pêcher » comme métaphore de la vie : Réflexions sur la traduction des références intertextuelles dans Rose rouge et rose blanche d’Eileen Chang », Impressions d'Extrême-Orient [En ligne], 2 |  2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, Consulté le 23 novembre 2014. URL : http://ideo.revues.org/221

Haut de page

Auteur

Chou Tan-Ying

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page