Navigation – Plan du site

Traduire la nuance dans le texte littéraire coréen

Hye-Gyeong Kim

Texte intégral

1Comment pourrait-on traduire la nuance dans le texte littéraire coréen en essayant d’être fidèle, au maximum, au texte original ? Comment pourrait-on « dire presque la même chose », selon Umberto Ecoi, en français que ce que veut dire l’auteur en coréen ?

2La traduction peut se décomposer, selon M. Ledererii, en trois phases : la « compréhension », la « déverbalisation » et la « reformulation ». Pour avoir une reformulation correcte, le traducteur doit avant tout comprendre, en activant toutes ses connaissances linguistiques et extra-linguistiques de la langue de départ. La deuxième phase, la « déverbalisation » est indispensable dans la mesure où les choses ne se disent pas de la même manière dans la langue d’arrivée.

3En fait, pour chercher à exprimer ce que l’auteur a voulu dire, le traducteur doit procéder à certaines opérations : par exemple, la transposition, la modulation, l’équivalence, l’adaptationiii. Autrement dit, la traduction peut être définie comme une transaction variable, ou une « négociation », si nous empruntons le terme du sémiologue italieniv. Mais le problème est bien de savoir de quel type de « négociation » il s’agit et à quel niveau du texte.

4Par ailleurs, avant d’aborder ces questions, on peut prendre en compte certaines caractéristiques de la langue coréenne qui sont les plus problématiques, dans la perspective transactionnelle.

5Du point de vue typologique, la langue coréenne peut être classifiée parmi les langues S-O-V, c’est-à-dire les langues qui ordonnent leurs constituants en plaçant le sujet en tête de phrase et le verbe en fin de phrase.

6La partie finale de la phrase occupée par le verbe est capitale, dans la mesure où elle véhicule des informations linguistiques permettant de saisir la plupart des caractéristiques du coréen. La structure de cette séquence verbale offre un exemple typique pour caractériser cette langue comme une langue agglutinante. En effet, au radical verbal s’ajoutent dans un ordre successif et avec une nette distinction de frontière toutes sortes de suffixes verbaux : par exemple, la voix active ou passive, l’honorification, le temps-aspect, la modalité et les niveaux de langue, etc.

7En ce qui concerne les niveaux de langue, le coréen est une langue dans laquelle les relations interpersonnelles dans la situation d’énonciation sont fortement codifiées. Autrement dit, la position sociale du locuteur par rapport à son interlocuteur s’exprime de manière systématique tout d’abord au niveau de la forme du suffixe verbal terminatif.

8D’une manière générale, on reconnaît six degrés de terminaisons du mode conclusif : trois degrés d’infériorité sont employés par le locuteur supérieur à l’égard de l’interlocuteur inférieur ; trois degrés de supériorité, par le locuteur inférieur à l’égard de l’interlocuteur supérieur :

  • 1. degré de vénération (하소서 [hasosô]) ;

  • 2. degré de respect strict (하십시오 [hasipsio]) ;

  • 3.degré de respect banal (하세요[haseyo]) ;

  • 4. degré d’infériorité très modérée (하오[hao]) ;

  • 5. degré d’infériorité modérée (하게[hake]) ;

  • 6. degré neutre et degré d’infériorité banale (하라[hara]).

9De plus, si on prend en compte les six formes conclusives, c’est-à-dire le déclaratif/l’affirmatif, l’interrogatif, l’impératif, l’exhortatif, l’approbatif et l’exclamatif, le conclusif compte en tout trente-six formes et chacune forme comporte plusieurs terminaisons.

10Aux terminaisons de verbe, on doit ajouter aussi celle de modalité : par exemple, pour demander l’avis de l’interlocuteur sur la proposition, on utilise encore une autre terminaison.

11Du fait que de nombreuses informations sont apportées dans cette langue sur les suffixes ou terminaisons de verbe, on peut même repérer les accents régionaux à travers ce marqueur : par exemple, pour « venez vite. » ou « dépêchez-vous. », on dit, en coréen standard, « 빨리 오세요 [ppalli oseyo] » ; avec l’accent du Sud-Est, « 빨리 오이소  [ppalli oiso]» ; avec l’accent du Sud-Ouest « 빨리 오랑께 [ppalli orang’kke] ».

12On comprend qu’un traducteur de coréen se doit d’être attentif aux terminaisons verbales s’il veut traduire les nuances véhiculées, même s’il est très souvent confronté à des situations embarrassantes pour les traduire.

13Prenons un exemple extrait de Maître, pourquoi ? de Lee Hyun-joov. Le livre se compose des dialogues entre un maître et son élève. Évidemment, le maître utilise les terminaisons verbales au degré le plus bas, c’est-à-dire au degré d’infériorité banale à l’égard de son élève.

14Par exemple, « 그렇다면 누워 있거라[gôra]  » : « Si tu penses ainsi, reste couché. »

15Quel que soit le degré, pour toutes les terminaisons des trois degrés d’infériorité : « 누워 [ô] », « 누워 [ge] », ou « 누워 으오[ŭo] », on devrait traduire  par « reste couché ».

16De l’autre côté, l’élève utilise des terminaisons à degré de respect strict suivantes :

17« -십니까  ?  [-simnikka ?]  », « -십시오[-sipsio]  », « -습니다[-sŭmnida]  ».

18Un autre élément ne facilite pas toujours la traduction en français : les onomatopées, très développées dans la langue coréenne. Celles-ci ne se limitent pas au bruit ou au son. Elles englobent l’attitude ou l’aspect d’un être, d’une chose, d’une situation, les mouvements, les sentiments et les émotions. En fait, les voyelles coréennes sont regroupées, selon la conception taoïste, en voyelles positives et masculines, en bref, des voyelles yang, comme [a], [ya] , [o] , [yo], [wa], etc., et en voyelles négatives, féminines, yin, comme [ô], [yô], [u] , [yu], etc. Seules les voyelles [ŭ] et [i] sont neutres. Ce regroupement de voyelles est l’une des caractéristiques de la langue coréenne qu’on appelle l’« harmonie vocalique ». Cela signifie que les voyelles yang se rencontrent et s’harmonisent entre elles et les voyelles yin font de même.

19L’harmonie vocalique est très présente dans les nombreuses onomatopées coréennes, et c’est elle qui va donner les nuances de son, de mouvement ou d’aspect suivant ce qu’elles veulent exprimer. Ainsi, une onomatopée composée de voyelles yang donnera un effet positif, gai, léger, clair, en un mot charmant, alors qu’une onomatopée composée de voyelles yin apportera une nuance sombre, lourde, triste, pesante, etc.

20La phrase suivante nous permet de comparer les nuances produites en fonction de l’harmonie vocalique : « Trente minutes avant le commencement de mon intervention, j’ai commencé à trembler daldal 달달, mais avec le temps qui passe, je tremble dôl dôl 덜덜. » « Trembler daldal 달달 » comportant une voyelle yang, ㅏ [a], nous donne l’impression que le tremblement du corps est moins fort ou grave que « trembler dôl dôl 덜덜 », composé d’une voyelle yin, [ô].

21Voici quelques cas concrets de traduction d’onomatopées.

1. « 호랑이가 아이들한테애기를 이리 다오해서 애기를 건네주니까 부엌으로 애기를 데리고 갔다. 이윽고 부엌에서 우두둑우두둑 [ududuk ududuk]소리가 들렸다 [dŭl’lyôtta]. »

« À la demande du tigre : “Passe-moi le bébé”, les fillettes le lui passèrent. L’ayant pris, le tigre se dirigea vers la cuisine. Peu de temps après, les enfants entendirent mâcher quelque chose de dur, ududuk ududukvi. »).

22Au niveau de la traduction, j’ai ajouté « mâcher quelque chose de dur » pour donner le sens du son ududuk ududuk. D’après le texte, un peu plus loin on comprendra que l’animal était en train de mâcher les os des doigts du bébé.

2. « 노란 신호등이 들어오자 그는 잠시 망설이다가 브레이크를 지그시밟았다  [jigŭsi balbatta]. »

« Le feu passa à l’orange et après une petite hésitation, il freina très légèrementvii. »

3. « 잠을 깼으면 벌떡 [bôlttôk] 일어나야 하는 아닙니까 ? »

« Une fois réveillé, ne faudrait-il pas se lever promptementviii ? »

23Dans la traduction des énoncés 2 et 3, on peut remarquer le procédé technique de traduction qui consiste en la substitution  par un mot des « phénomimes », 지그시[jigŭsi] et 벌떡[bôlttôk], cherchant à illustrer les mouvements.

24Nous allons prendre un petit passage d’une nouvelle intitulée Castella카스테라de Pak Min-kyu박민규pour discuter de la traduction de la nuance, en s’appuyant sur trois versions de traduction qui montrent les procédures de l’opération : (I) traduction littérale ; (II) traduction transitoire ; (III) traduction finale).

정신이 들었을 이미 하늘나라였다. 어이가 없군. 당연히, 걷잡을 없는 후회가 밀려들었다. 열을 식힐 아는 지혜를 배워야 . 그게 필요해. 그런 그에게 신이 다음과 같이 조언을 했다. 그럼, 냉장고 같은 어떨까 ? 과연( 果然) ! 그는 무릎을 쳤다. 그거 보람찬 삶이겠는걸. 그런 이유로, 한때 리버풀을 사랑했던 남자는 냉장고로 태어났다. 그리고 굴러굴러 나의 소유가 되었다ix.

[I] Lorsque son propre esprit entra, (il) était déjà au pays du ciel. Ce n’est pas croyable. Évidemment, un regret incontrôlable (l’)envahit. (Je) dois apprendre la sagesse pour refroidir la chaleur. Quant à moi, cela est nécessaire. À lui un dieu fit un conseil comme suit. Alors, une chose comme un réfrigérateur, ce serait comment ? Effectivement ! Il se tapa sur les genouxx. Ça devrait être une vie qui mérite. Pour cette raison, cet homme qui avait aimé Liverpool naquit en qualité de frigidaire. Et après avoir erré çà et là, ce réfrigérateur devint ma propriété.

[II] Lorsqu’il reprit conscience, il était déjà au royaume des Cieux. C’est à peine croyable ! Évidemment, un irrépressible regret l’envahit. Je dois apprendre la sagesse pour refroidir le feu de ma passion. J’en ai besoin. Un dieu lui donna ce conseil : Alors, devenir réfrigérateur, qu’en penses-tu ? + Mais oui, quelle bonne idée, s’exclama-t-il, en se tapant sur les cuisses. Cette vie aurait du sens ! C’est ainsi que cet ancien supporter, passionné par Liverpool se réincarna en réfrigérateur. Puis, après être passé de main en main, il devint ma propriété.

[III] Lorsqu’il se réveilla, il était déjà au ciel. . C’est à peine croyable ! Évidemment, un irrépressible regret l’envahit. Je dois apprendre à être un Sage pour refroidir le feu de ma passion. J’en ai bien besoin. Un dieu lui donna ce conseil : Alors, devenir réfrigérateur, te conviendrait-il ? + Mais oui, quelle bonne idée, s’exclama-t-il, en se tapant sur les cuisses. Cette vie aurait du sens ! C’est ainsi que cet ancien supporter de l’équipe de Liverpool se réincarna en réfrigérateur. Puis, après être passé de main en main, cet appareil devint ma propriété.

25Le titre Castella est déjà problématique. Le nom de ce gâteau mousseline – d’origine portugaise, importé par les missionnaires portugais au Japon au xvie siècle et ensuite arrivé en Corée – proche du gâteau de Savoie est intraduisible en français. De ce fait, nous avons gardé ce nom propre avec une petite note de bas de page.

26Dans les énoncés , et de la traduction (I), on peut observer l’omission d’éléments syntaxiques qui sont précisés entre parenthèses. En coréen, si le contexte est suffisamment clair pour identifier le sujet ou d’autres éléments, tels que les compléments d’objet direct et indirect et le complément circonstanciel, il n’est pas indispensable de préciser ce genre d’informations évidentes dans l’énoncé, contrairement au français. Dans la traduction en français, cependant, on indique les éléments omis dans le texte coréen.

27On peut remarquer que « le pays du Ciel » dans la première phrase, traduit littéralement, est remplacé par « le ciel » et « le royaume des Cieux ».

28Dans l’énoncé , le mot « chaleur » dans la traduction littérale est paraphrasé en « feu de ma passion » en se référant au contenu du texte.

29La terminaison verbale -ㄹ까 ? [-lkka ?] qui exprime la sollicitation de l’avis de l’interlocuteur en lui proposant quelque chose est utilisée dans l’énoncé . Pour traduire cette nuance, on utilise en fin de compte le mode conditionnel du français.

30L’énoncé « se tapa sur les genoux » est remplacé par son équivalent en français : « en se tapant sur les cuisses ». Quant au mode de traduction, il s’agit de la substitution qui consiste à remplacer un élément culturel d’origine par un autre élément jugé équivalentxi.

31Et nous avons reformulé les phrases et , en les liant et en explicitant par le verbe « s’exclama-t-il ».

32Nous avons examiné ici brièvement quelques cas de traductions en essayant d’être fidèle au texte coréen original. Traduire, c’est donc aussi décider parmi les choix proposés au traducteur, en fonction du degré d’éloignement culturel des langues en question. Cela explique sans doute que certains traducteurs choisissent par exemple de supprimer les onomatopées coréennes, au motif qu’elles sont difficiles à comprendre dans l’univers culturel français, tandis que d’autres les maintiennent comme marqueurs linguistiques et culturels de la littérature coréenne.

33La traduction des nuances ne peut intervenir qu’avec la connaissance intime des univers culturels respectifs dans lesquels la question des représentations joue un rôle déterminant.

Haut de page

Bibliographie

Besse Henri, « Trois genres de traduction », in Didactique des langues, traductologie et communication, Germaine Forges et Alain Braun (éd.), Paris/Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p. 9-28.

Eco Umberto, Dire presque la même chose, Paris, Grasset, 2006.

Guidère Mathieu, Introduction à la traductologie. Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain, Bruxelles, De Boeck, 2008.

Kim Hye-Gyeong, « Quelques questions de traduction dans l’apprentissage /enseignement du coréen », Lux Coreana, Paris, Centre d’études sur la langue et la civilisation française et coréenne, n° 1, 2006, p. 58-68.

Kong Ji-Yeong 공지영, 고등어 (Le maquereau), Séoul, Prunsoop, 1999.

Lee Hyun-joo 이현주, Maître, pourquoi ? Petit traité de sagesse pour le monde présent 지금도 쓸쓸하냐, trad. Hye-Gyeong Kim et Jean-Claude de Crescenzo, Paris, Imago, 2008.

Lederer Marianne, La Traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, Paris, Hachette, 1994.

Lederer Marianne, « La théorie interprétative de la traduction. Sens et forme en traduction », Lux Coreana, Paris, Centre d’études sur la langue et la civilisation française et coréenne, n° 1, 2006, p. 11-20.

Li Jin-Mieung, Grammaire du coréen, 2 vol., Paris, PUF, 1991.

Li Ogg, Initiation à la langue coréenne, Séoul, Éditions Kyobo, 1985.

Pak Min-kyu 박민규, 카스테라 (Castella), Séoul, Munhakdongne, 2005.

Son Jin-Tae 손진태, 한국민화에대하여 (Légendes, mythes et contes populaires de Corée), Séoul, ÉditionsYoukrak, 2000.

Haut de page

Notes

i  Umberto Eco, Dire presque la même chose, Paris, Grasset, 2006.

ii  Marianne Lederer, « La théorie interprétative de la traduction. Sens et forme en traduction », Lux Coreana, Paris, Centre d’études sur la langue et la civilisation française et coréenne, n° 1, 2006, p. 11-20.

iii  Henri Besse, « Trois genres de traduction », in Didactique des langues, traductologie et communication, Germaine Forges et Alain Braun (éd.), Paris/Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p. 9-28.

iv  Umberto Eco, op. cit.

v  Lee Hyun-joo 이현주, Maître, pourquoi ?Petit traité de sagesse pour le monde présent 지금도쓸쓸하냐, trad. Hye-Gyeong Kim et Jean-Claude de Crescenzo, Paris, Imago, 2008.

vi  Extrait de 한국민화에대하여(Légendes, mythes et contes populaires de Corée), de Son Jin-Tae 손진태, Séoul, ÉditionsYoukrak, 2000.

vii  Extrait de 고등어(Le maquereau), de Kong Ji-Yeong 공지영, Séoul, Prunsoop, 1999.

viii  Extrait de Lee Hyun-joo, op. cit.

ix  Extrait de 카스테라(Castella), de Pak Min-kyu 박민규, Séoul, Munhakdongne, 2005. Le castella est un gâteau moelleux d’origine portugaise, très populaire en Corée.

x  Le fait que les Coréens s’assoient au sol les jambes croisées fait que l’on se tape sur les genoux plutôt que sur les cuisses.

xi  Mathieu Guidère, Introduction à la traductologie. Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain, Bruxelles, De Boeck, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hye-Gyeong Kim, « Traduire la nuance dans le texte littéraire coréen », Impressions d'Extrême-Orient [En ligne], 2 |  2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, Consulté le 16 septembre 2014. URL : http://ideo.revues.org/223

Haut de page

Auteur

Hye-Gyeong Kim

Université de Provence, Leo2t

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page