Navigation – Plan du site

De la difficulté de traduire les feuilletons télévisés chinois

Patrick Doan

Texte intégral

1Les textes qui s’offrent au traducteur travaillant dans le sens chinois-français recouvrent plusieurs domaines. Les plus fréquemment traités sont le document technique, la presse, le roman ou la nouvelle (littérature pour enfants, romans d’action, comiques, historiques, romantique, récits de voyages…), le théâtre ou la poésie. Plus rarement, il sera confronté à la bande dessinée, au film, téléfilm, feuilleton ou série télévisés. Nous aborderons le problème de la traduction de certaines expressions idiomatiques à travers les dialogues d’un feuilleton, genre encore jamais traduit en français, et auquel il faudra bien un jour que les producteurs occidentaux se plient, lorsqu’ils auront épuisé toutes les saisons de toutes les séries américaines  et voudront faire partager à un public ignorant la langue la plus parlée au monde un spectacle très prisé en Chine.

1. De la particularité des séries télévisées et feuilletons et qui en rend la traduction malaisée

2Parmi les caractéristiques de ce genre, il faut noter l’importance de la diffusion (au moins nationale, soit un potentiel de 1,3 milliard de téléspectateurs) et un public de tout niveau culturel (il n’est même pas besoin de savoir lire).  Cette audience et la diversité relevées induisent que la langue doit être accessible à tous. On peut noter que le registre utilisé est tiré vers le bas, les masses les moins éduquées étant les cibles principales, au point qu’une partie du vocabulaire échappe parfois aux « gens des beaux quartiers ». Le texte se limite à des dialogues qui, s’ils s’appuient sur l’image, ne sont reliés entre eux par aucune explication.

3Bien évidemment, la langue retenue doit correspondre à l’œuvre ; même dans une série télévisée, l’empereur ne parlera pas comme le mendiant. Mais les genres ne sont pas si nombreux : historiques, policiers, sentimentaux, résistance armée. Jusque là, le traducteur peut s’en sortir avec les honneurs, en mettant en œuvre les subterfuges auxquels il est habitué.

4Mais le travail se complique singulièrement lorsqu’il utilisait la note de bas de page, car sur un écran, il n’est pas de notes possibles. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il y a un « diangu » 典故 (allusion historique ou littéraire). Un exemple pour illustrer cette difficulté : Zhè bù shì bī Zhāng Fēi xiù huā ma ? 这不是逼张飞绣花吗?« N’est-ce pas forcer Zhang Fei à faire de la broderie ?  » Une note de bas de page permettrait de préciser que Zhang Fei est un célèbre général de la période des Trois Royaumes (220-280), ancien boucher entré au service de Liu Bei et Guanyu, réputé pour son physique impressionnant et dont les mains auraient été bien incapables de tenir une aiguille à broder. L’expression signifie « forcer quelqu’un à faire une chose qui lui est impossible ». Pour la télévision (ou pour le cinéma), il faudra choisir : soit laisser le spectateur dans le doute le plus total en lui livrant une traduction littérale aux couleurs aussi exotiques qu’abstruses, soit adapter la version française avec, par exemple, « Faudrait pas demander la lune ! » ou « A l’impossible, nul n’est tenu » (la traduction retenue dépendant du niveau de langue choisi). La référence historico-littéraire est alors perdue.

5Il en va de même pour les expressions idiomatiques (donc propres au chinois) dont la traduction littérale laisse rêveur. Leur point commun est l’utilisation des mêmes procédés : ellipse, assonance, allitération, métaphore (image), répétition. Elles se rattachent généralement à une culture spécifique (Han en l’occurrence) et renvoient directement à certains référents propres à la civilisation chinoise.  Elles appartiennent à la grande famille des Shuyu 熟语 terme dont la traduction ne saurait être autre que « propos cuit à point ». Parmi les plus courantes, relevons :

- le yànyǔ 谚语.

Exemple : Lěnghuīlǐ bào chū huǒ lái 冷灰里爆出火来.

« Des cendres froides rejaillit le feu » (sens mot-à-mot ) = Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre – Corneille – (équivalent français) .

6Ces expressions, en chinois moderne, ne sont pas très anciennes et forment souvent une phrase complète, parfois entre guillemets. Elles soulignent généralement une vérité morale ou, comme ici, de fait : elles ressemblent beaucoup à nos proverbes. Mais si les parémies françaises sont systématiquement attribuées à un auteur, leurs cousines chinoises sont généralement anonymes, ce qui relève d’une certaine logique, dans la mesure où le proverbe est issu de la sagesse populaire.

- le guànyòngyǔ 惯用语.

Exemple : ruǎn gǔtou 软骨头. « Os mous »  (sens littéral) ; lâche, sans vergogne (sens dérivé).

Utilisation : Nǐmen quán shì ruân gûtou 你们全是软骨头: Vous n’avez pas le moindre honneur, tous autant que vous êtes !

7Il s’agit d’ensembles généralement de trois caractères régis par la syntaxe du chinois moderne dont le sens n’est pas directement donné par les caractères qui le constituent et qui s’insèrent dans la phrase comme un syntagme nominal ou verbal. Ils n’ont pas de sources identifiables. Il s’agit d’unités fonctionnelles plus longues que le mot graphique, appartenant au code de la langue en tant que forme stable et soumise aux règles syntactiques de manière à assumer la fonction d’intégrant : ce sont des locutions idiomatiques.

- le xiēhòuyǔ 歇后语.

Exemple 1 : dēng é pū huǒ …… rě yàn shāo shēn 灯蛾扑火……惹焰烧身

« une phalène se jette sur la lampe … elle se brûle à la flamme » (sens induit : à trop tenter le diable, il s’y est brûlé les ailes)

Emploi : zhèng shì dēng é pū huǒ , rě yàn shāo shēn 正是灯蛾扑火,惹焰烧身. (Tiré du Shuihuzhuan 水湖传, ch. 27, que Li Zhi 李贽 (1527-1602) annote en 1592). Traduction de Jacques Dars : « On dirait une phalène qui se jette sur la lampe et se brûle à la flamme. » (Shi Nai-an, Luo Guan-zhong. Au bord de l’eau. Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1978). (à noter, dans Le marchand de Venise de Shakespeare, Acte II scène IX, de 1592 également, traduit par François-Victor Hugo : « Portia : Ainsi, la phalène s’est brûlé à la chandelle. »)

Exemple 2 : héshàngde nǎoké …… méi fā [] 和尚的脑壳……没发 [] : « Le crâne du bonze … pas de cheveu (moyen, méthode) » (sens : sans solution, sans échappatoire) – jeu de mots sur les homophones et ).

8Ces expressions sont soit des jeux de mots fondés sur des mots se ressemblant par le son, différents par le sens (donc un calembour), soit une subjection, qui « subordonne et soumet en quelque sorte, à une proposition, le plus souvent interrogative, une autre proposition le plus souvent positive, qui lui sert de réponse, d’explication, ou de conséquence », selon Fontanier dans son ouvrage majeur (Les figures du discours, première édition : 1830 ; version réorganisée : Flammarion, 1977).

- le súyǔ 俗语, ou chángyǔ 常语, et leur cousin vulgaire, le lǐyǔ 俚语.

9Ces expressions sont souvent précédées de la mention súyǔ shuō 俗语说 (un « suyu » dit). Elles se comportent comme des proverbes, mais décrivent des faits de circonstance et n’ont généralement pas de sens moral. Elles sont également moins soignées dans leur énonciation. Elles se rapprochent de nos dictons.

Exemple : bǎizhì bùrú yīfáng 百治不如一防, « Cent guérisons ne valent pas une prévention ».

- le géyán 格言.

Exemples : Rén dìng shèng tiān 人定胜天, « L’homme décidé vainc le ciel » ; Zài gǔrén zhī hòu , yì gǔrén zhī shī , zé yì zài gǔrén zhī wèi , wéi gǔrén zhī shì , zé nán 在古人之后,议古人之失,则易 ;在古人之位,为古人之事,则难 (extrait du Yi Zhou shu 逸周书, « Wenzhuan » 文传), « Vivre après les anciens et parler de leurs erreurs, c’est facile ; vivre du temps des anciens et faire ce qu’ils font, c’est difficile ».

10Ces expressions, de longueur variable, expriment généralement une leçon ou un conseil. Elles sont proches de nos préceptes et de nos maximes.

- le zuòyòumíng 座右铭

11Ou « inscriptions à droite du siège » (pour qu’on l’ait en permanence sous les yeux) ; comme son nom l’indique, il s’agit des règles qu’on s’impose, donc le précepte, ou mieux, la devise.

Exemple : zhìzhě qiān lǜ , bì yǒu yī shī 智者千虑,必有一失, « Le sage réfléchit mille fois, il commet forcément une erreur ». (Source : Sima Qian. Mémoires historiques. 史记,« Huaiyin hou liezhuan » 淮阴侯列传)

- le bǐyù 比喻.

Exemple : qiáo tā nà méimù shénqì , jiù xiàng qiūtiānde gāokōng yīyàng,… 瞧他那眉目神气,就象秋天的高空一样,。。。, « Regarde son air, on dirait un ciel d’automne,… ».

12Ces expressions sont généralement introduites par des prépositions ayant le sens de « comme » (xiàng …), elles peuvent être également partie d’une comparaison : elles se rapprochent de nos métaphores.

- le míngyán 名言.

Exemple : xiǎo bù rěn, zé luàn dà móu 小不忍,则乱大谋 (Confucius, Lunyu 论语  « Wei Ling gong » 卫灵公, Entretiens, XV.27). « Ne pas supporter les affronts mineurs peut ruiner de grands projets. »

13Cette expression est généralement inscrite entre guillemets et attribuée à un personnage illustre : c’est l’équivalent de notre citation ou de notre apophtegme.

- le chéngyǔ 成语.

14Ce genre de groupe de caractères est le plus utilisé parmi ceux étudiés. Il répond à une définition aussi précise que restrictive.

15Le chengyu est une expression issue de la littérature classique (source identifiée), utilisée en chinois moderne comme un mot composé, figé, généralement quadrisyllabique, dont les éléments sont fixes, inséparables et invariables, répondent à la syntaxe du chinois classique sans que la structure interne du chengyu n’intervienne dans son emploi. C’est une unité de sens complète dont la signification actuelle est différente de celle indiquée par les caractères.

Exemples : 1. Tiān yī wú féng 天衣无缝, « la robe céleste n’a pas de couture » = relevant d’un art consommé ; construction interne : sujet – adverbe de négation – verbe. Source : Niu Qiao (Mémoire sur l’étrangeté des âmes).

2. Nàgè wǔjù tiān yī wú féng 那个舞剧天衣无缝, « Cet opéra est un pur chef-d’œuvre » (construction de la phrase : sujet-verbe, le verbe étant constitué par le chengyu)

2. Application dans un feuilleton.

16Il convenait de choisir un feuilleton assez représentatif de ce que les Chinois ont l’habitude de regarder. Une enquête auprès d’étudiants chinois a révélé que les filles préféraient les séries sentimentales taïwanaises ou coréennes, et les garçons, les séries de guerre ou les policiers. Dans la mesure où des œuvres coréennes auraient déjà été le fruit d’une traduction, elles ne nous intéressent guère ; quant aux séries taïwanaises, elles utilisent un mandarin teinté de dialecte min. Le choix des garçons l’a donc emporté, et il s’est fixé sur Liangjian 亮剑 (« Faisons étinceler les sabres »), un feuilleton contant la guerre de résistance contre le Japon et les (més-)alliances avec le Guomindang.

a. Présentation du feuilleton.

17Cette suite est adaptée d’un roman éponyme de Du Liang 都梁, auteur de second rang né dans les années 50 venu sur le tard à l’écriture.  Le roman date de 2000, l’adaptation, à laquelle participe Du Liang, de 2005. Elle compte, sur le DVD, 30 épisodes d’une quarantaine de minutes, soit un total de 21 heures et 6 minutes. La fiche internet annonce 36 épisodes. Cette différence de découpage explique peut-être l’impression que donne ce feuilleton : un très long film tronçonné en fonction de la durée et non de l’action. La mise en scène est de Zhang Qian et Chen Jian, le rôle principal est tenu par un spécialiste du genre, Li Youbin, acteur rattaché aux Studios de l’armée (1er août), qu’on retrouve par exemple  dans des séries et feuilletons comme Bu’ershiweike xiongdi 布尔什维克兄弟 (« Frère bolchevik », 1995), Chejian zhuren 车间主任 (« Le chef d’atelier », 1997), Wo shi jingcha 我是警察 (« Je suis flic », 1999), Jiang shan 江山 (« Fleuves et montagnes », 2002), Diwuge kong danke 第五个空弹壳 (« La cinquième douille », 2004), Chuang Guandong 闯关东 (« Pénétrer au Guandong », 2006), Hongri 红日 (« Soleil rouge », 2007), Zai na yaoyuan de difang 在那遥远的地方 (« Dans ce coin retiré », 2008), Qipao 旗袍 (« La robe fendue », 2010), ou des films comme Tiangu 天鼓 (« Le tambour céleste », 1985), Rexian dianhua 热线电话 (« La ligne rouge », 1991), Feihu dui 飞虎队 (« La brigade des tigres volants », 1998), Jingtian dongdi 惊天动地 (« Bouleversements », 2008). Un autre feuilleton (Liangjian II) a été tourné en 2006, par le même réalisateur et la même équipe technique, mais les personnages et les acteurs ne sont pas les mêmes, et le scenario n’est pas la suite de Liangjian I.

18Ce feuilleton présente l’ascension d’un cadre de l’armée issu de la longue marche qui atteindra le grade de général, après avoir remporté de nombreuses batailles. Ce scenario n’ayant rien d’original, l’auteur a ajouté un caractère bien trempé à son héros : il a pour habitude de désobéir aux ordres, mais pour le bien de sa cause. C’est, semble-t-il, cette désobéissance qui fait le succès de la série. Mais pas seulement : pas de longs discours, uniquement des réparties brèves, souvent humoristiques, qui sont l’objet de notre étude. Il s’agit d’échanges entre militaires, le niveau de langue est (par choix du dialoguiste) assez limité, la façon de traduire doit en tenir compte.

b. Choix de répliques

19Voici quelques répliques extraites de la série, avec la traduction littérale, et nos propositions de traduction (Transcription du passage, le texte en caractères avec à chaque fois en gras, l’expression délicate, la traduction littérale entre crochets, puis la proposition – en gras, celle de l’expression). Ces traductions sont toutes personnelles et susceptibles d’amélioration. On trouvera une liste plus complète (environ 400 répliques) sur notre site internet, à l’adresse suivante : http://patrick.doan.pagesperso-orange.fr/, rubrique « Dicotrope, dictionnaire des expressions intraduisibles ».

Chengyu 

20Rappel : chaque chengyu est rédigé en chinois classique, et devrait donc, par souci de fidélité à l’original, être traduit en latin ou, pour le moins, dans un français très littéraire ; mais la majorité des chengyu fait partie du vocabulaire usuel  et la référence à la langue classique est rare dans la bouche des locuteurs contemporains) :

Qiē cuō yǐ xià quán jiǎo , bù yì lè hū 切磋以下拳脚,不亦乐乎.

[Discuter avec les poings et les pieds, n’en suis-je pas également heureux ?]

211ère proposition (traduction littérale) : La boxe, est-ce que ça ne me rend pas aussi heureux ?     

222ème proposition (traduction en latin) : La boxe, nonne quidem laetatur ?

233ème proposition (langue élégante) : La boxe, ne m’emplit-elle pas d’une joie indicible ?

24Mais ces traductions ne rendent pas le sens de l’expression, et surtout, seraient totalement inadaptées dans la bouche d’un soudard au parler rugueux tel qu’est présenté Li Yunlong dans le feuilleton. Il faudra donc tenir compte de ces deux éléments. Nous en arrivons donc à une quatrième proposition : La boxe, c’est le pied (ça me botte, c’est de la balle) ! ou, plus simplement : J’adore la boxe. Origine de l’expression : Confucius, Lunyu 论语, « Xue’er » 学而(Entretiens, I.1).

Wǒmén jiù shì bù gòng dài tiān de chóu rén 我们就是不共戴天的仇人.

[Nous sommes des ennemis qui ne peuvent porter le même ciel. ]

25On est comme chien et chat. Origine : Liji 礼记 , « Qu li » 曲礼, I.70 (Livre des Rites).

Hǎo . wǒ yě jiù chéng rén zhī měi. 好。我也就成人之美.

[Bon. Moi aussi je vais être la beauté de l’homme.]

26Bien. Je vais lui donner un coup de main. Origine : Confucius, Lunyu 论语, « Yan Yuan » 颜渊(Entretiens, XII.16).

Xiànzài shuǐ luò shí chū. 现在水落石出

[Maintenant, l’eau a coulé et les pierres apparaissent]

27Maintenant, on y voit clair.Origine : Ouyang Xiu 欧阳修 (milieu du XIème siècle, dans le Zuiweng ting ji 醉翁亭记), repris par Su Shi 苏轼 (fin du XIème siècle, dans le « Chibi fu » 赤壁赋).

Guanyongyu

28Locutions idiomatiques, dont les explications ne sont pas toujours très claires. Mais la langue française n’offre pas plus de certitude : par exemple la locution française « boire à tire Larigot », fait référence à un chanoine-comte de Lyon nommé Rigaud, ou à l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, ou à une petite flûte d’ivoire appelé le larigot, qui demandait du souffle et donnait soif, ou encore à une cloche nommée Larigot, si lourde que les sonneurs avaient besoin de beaucoup boire pour arriver à l’ébranler)  :

Nǐ kě bùnéng bǎ wěi bā qiào dào tiān shàng qù你可不能把尾巴翘到天上去

[Tu ne pourras faire voler ta queue jusqu’au ciel]

29Tu dois pas essayer de péter plus haut que ton cul

Nǐ shuō shenme Niángde Nǐ gè bài jiā zǐ ér 你说什么?娘的!你个败家子

[Que dis-tu ? Ta mère ! Tu es la ruine de ta famille]

30Qu’est-ce tu craches ? Merde ! T’es un panier percé ! (tu jettes l’argent par les fenêtres)

Shì shuí chīle bào zǐ dǎn 是谁吃了豹子胆

[Qui a mangé la vésicule biliaire du léopard ?]

31Qui a eu ce toupet ? (Quel culot ; Y en a qui manque pas d’air !) L’expression existe dans le Shuihuzhuan, où il est dit que le léopard a le courage du tigre.

Shuí dōu bùshì chī gàn fàn de 谁都不是吃干饭

[Personne ne mange des aliments secs.]

32Personne n’est totalement  nul. L’expression serait issue d’un dialecte du Sichuan.

Tā bù néng yībèizǐ guāng gùn ér bā他不能一辈子光棍儿吧!

[Il ne peut passer sa vie en frappant avec une canne lisse]

33Il ne va pas rester toute sa vie célibataire ! Explication : « canne », car un célibataire n’a aucun bras auquel s’appuyer dans sa vieillesse ; « lisse », c’est-à-dire sans feuille, sans descendance.

Rén yào shì dǎo méi, fàng pì dōu zá jiǎo hòu gēn 人要是倒霉,放屁都砸脚后跟

[Si un homme est malchanceux, tous les pets lui cassent les talons ]

34Quand on n’a pas de bol, tous les malheurs nous tombent sur la tête (Quand le malheur entre dans une maison, faut lui donner une chaise… car il s’installe pour longtemps)

Lǎo Lǐ , nǐ zhuāng shí me suàn 老李,你 什么

[Vieux Li, quel ail tentes-tu d’imiter ?]

35Li, pourquoi fais-tu semblant de ne pas savoir ? L’expression est une allusion à une tournée d’inspection de l’empereur Qianglong 乾隆 (r. 1736-1796) de la dynastie Qing 清 (1644-1911) dans le sud du pays, pour lequel on aurait « grimé » des champs pour faire croire que l’ail fleurissait à cette saison.

Proverbes et dictons:

Bā pǐ dà mǎ dōu lā bù huí lái 八匹大马都拉不回来

[Huit grands chevaux ne pourraient le ramener ]

36Trente moines et leur abbé ne peuvent faire braire un âne contre sa volonté. (Cervantès, Le petit fils de Sancho Panza)

Bù shì yuān jiā bù pèng tóu ā 不是冤家不碰头

[Seuls ceux qui ne sont pas ennemis ne se cognent pas la tête.]

37Il n’ya que les montagnes qui ne se rencontrent pas. (d’après Jean du Pont Alaïs au XVIème siècle et du proverbe anonyme antérieur : « Deux montagnes ne se rencontrent point, mais les hommes se rencontrent).

Láng zǒu qiān lǐ chī ròu, gǒu zǒu qiān lǐ chī shǐ 狼走千里吃肉,狗走千里吃屎

[Le loup fait mille lis en mangeant de la viande, le chien parcourt mille lis en mangeant de la merde.]

38Le chien reste chien, serait-il élevé parmi les lions. (Proverbe libanais)

Calembours et subjections

Nǐ zhè shì chī le dēng cǎo huī --- fàng de shì qīng qiǎo pì 你这是吃了灯草灰 --- 放的是轻巧屁

[Toi, c’est « Qui a mangé des joncs --- fait des pets légers »]

39Ah toi… Plus facile à dire qu’à faire !

Zhěng gè shì hào zǐ zuàn fēng xiāng --- liǎng tóu shòu qì 整个是耗子钻风箱--- 两头受气

[Tout ça c’est un rat qui s’introduit dans un soufflet --- ça souffle des deux côtés]

40Il est devenu une tête de Turc (un souffre douleur)

Diangu 

41Diangu est ici pris au sens restreint du terme, car les diangu au sens large incluent, par exemple, les chengyu :

Nǐ xiǎozǐ kě bié gǒu yǎo lǚ dòng bīn 你小子可别狗咬吕洞宾

[Petit, ne fais pas le chien qui mord Lü Dongbin]

42Ne mords pas la main qui t’a nourri. Ne sois pas ingrat (n’oublie pas ce que tu me dois) Lü Dongbin (755-805), lettré des Tang, taoïste célèbre vénéré comme l’un des Huit Immortels.

Nǐ shuō chǔ yún fēi ya, hěn kě néng shè de shì hóng mén yàn你说楚云飞呀,很可能设的是鸿门宴

[Tu parles de Chu Yunfei, il a certainement dressé un banquet de la Porte de l’Oie sauvage.]

43Tu parles de Chu Yunfei, il a probablement monté un traquenard. Le banquet de Hongyan : Xiang Yu avait invité Liu Bang à festoyer et comptait l’assassiner au cours du repas. Mais Liu Bang put s’enfuir par la fenêtre des toilettes. C’est du moins ce qu’écrit Sima Qian dans les Mémoires historiques (Shiji 史记,  « Xiang Yu benji » 项羽本纪)

Lǐ yúnlóng nǎzhà nào hǎi 李云龙哪吒闹海

[Li Yunlong est Nezha troublant la mer]

44Li Yunlong sème le bousin (fout le bordel). Nezha : Nata (dans l’imagerie bouddhiste), démon-roi très puissant représenté avec 3 visages et 8 bras. Selon certaines légendes, il aurait fondé la ville de Pékin, appelée d’ailleurs « la ville de Nezha à huit bras ».  Selon un roman écrit sous les Qing, le Fengshen yanyi 封神演义, la bataille entre Nezha et un dragon aurait provoqué d’innombrables calamités.

45On constate donc qu’il est impossible, dans bien des cas, de se contenter de la traduction littérale. Si, pour les proverbes et dictons, on peut envisager de faire confiance aux facultés d’interprétation du spectateur, il n’en va pas de même pour les autres figures idiomatiques. On peut donc chercher l’équivalence en français, mais : 1. on perd la saveur et la richesse de la langue d’origine ; 2. on introduit des éléments constitutifs d’une autre culture, d’une autre civilisation. A ce titre, le traducteur est vraiment un traître. Le feuilleton chinois se regarde et s’écoute comme une œuvre française, ce qui est confortable pour le cerveau, mais dérangeant pour l’esprit.

46L’interdiction de la note explicative (imaginez que le sous-titre occupe tout l’écran au détriment de l’action) ou de l’explication orale de la réplique (pouvons-nous concevoir l’exposé sur la biographie de Zhang Fei – le spécialiste de la broderie cité précédemment - alors que l’acteur ne prononce que cinq ou six caractères ?) rend l’exercice difficile.

47Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’une fois la bonne traduction adoptée, il faudra, dans le cas d’un doublage,  encore l’adapter aux mouvements des lèvres : certains ne veulent pas regarder un écran pour lire et se prennent à rêver que les Chinois parlent français.

48Prenons quelques exemples :

Nǐ xiǎozǐ kě bié gǒu yǎo Lǚ Dòngbīn 你小子可别狗咬吕洞宾

49Petit, ne fais pas le chien qui mord Lü Dongbin : 10 syllabes ; il faudra traduire également à l’aide de 10 syllabes : « Toi, ne mords pas la main qui t’a nourri » (10 syllabes également) ; la première traduction (Ne mords pas la main qui t’a nourri) n’en comportait que neuf, d’où l’adjonction de « toi », assez neutre.

Zhěnggè shì hàozǐ zuàn fēngxiāng --- liǎng tóu shòu qì 整个是耗子钻风箱--- 两头受气

50Tout ça, c’est un rat qui s’introduit dans un soufflet --- ça souffle des deux côtés : 12 syllabes, qui se décomposent en 8 + 4 : « C’est devenu la têt’ de Turc --- le souffr’ douleur » (8 + 4).  Proposition de départ : Il est devenu une tête de Turc (11 syllabes en un seul bloc).

Zhè bù shì bī Zhāng Fēi xiù huā ma 这不是逼张飞绣花吗?

51(N’est-ce pas forcer Zhang Fei à faire de la broderie ?) Faudrait  pas demander la lune !  9 syllabes en chinois, 8 en français. Nous proposons donc : Ce s’rait pas lui demander la lune ?

Wǒmén jiù shì bù gòng dài tiān de chóurén 我们就是不共戴天的仇人

52On est comme chien et chat. 11 syllabes en chinois, 6 en français. Donc « On est et sera toujours comme chien et chat ».

Xiànzài shuǐ luò shí chū 现在水落石出

53Maintenant, on y voit clair. 6 syllabes en chinois, 7 en français. D’où « Enfin on y voit clair ! »

54L’opération est à répéter tout au long des 21 heures que dure ce feuilleton : un travail de bénédictin et d’horloger, difficile, mais pas impossible.

En conclusion

55La traduction d’une série télévisée ou d’un feuilleton (et cela est vrai pour un film également) est différente de celle qui est destinée à l’édition : dans les séries télévisées, il ne s’agit pas seulement de traduire fidèlement, mais aussi de s’adapter au public visé, tout en respectant strictement le texte original, avec des contraintes encore plus lourdes. En l’état actuel des choses, il est possible d’adapter la traduction à un public français pour la compréhension du scenario, mais on ne peut que déplorer une perte inévitable de la richesse culturelle de l’original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Doan, « De la difficulté de traduire les feuilletons télévisés chinois », Impressions d'Extrême-Orient [En ligne], 2 |  2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, Consulté le 30 juillet 2014. URL : http://ideo.revues.org/230

Haut de page

Auteur

Patrick Doan

Université Paul Valéry – Montpellier 3, Leo2t

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page