Navigation – Plan du site

Dragons et phénix, ou comment traduire les expressions exotiques du vietnamien

Nguyễn Phương Ngọc

Texte intégral

1A l'ère de l'internet qui propose des dictionnaires multilingue en ligne et des logiciels de traduction instantanée à partir des dizaines de langues1, y compris une langue "rare" comme le vietnamien, parler des difficultés de la traduction semble une discussion oisive relevant du passé. Cependant, il est évident qu'un petit tour sur la Toile suffit pour se convaincre que les performances des ressources internet sont dérisoires face à la richesse des langues et que pour faire comprendre une langue dans une autre langue nécessite la présence d'un traducteur en chair et en os appelé. Voici quelques exemples de la traduction en ligne proposée par Google : loan phượng (le couple des oiseaux phénix, symbole du bonheur conjugal) devient « prêt Phœnix » (l'ordinateur prend évidemment le mot vietnamien « loan » pour le mot anglais « loan ») ; mây mưa (nuages, pluies ; évoque les ébats sexuels) donne « nuages de pluie », traduction tout à fait crédible pour quelqu'un qui ne connaît pas la langue, mais qui n'a rien à voir avec l'idée exprimée dans le texte original ; cuộc bể dâu (processus, mer, mûriers ; évoque le changement du monde) devient le très exotique « réservoir de mariée » ! Il existe en réalité en vietnamien deux mots dâu identiques du point de vue graphique.

2On en revient à se répéter la vieille proposition selon laquelle chaque langue représente une vision du monde propre à une population et irréductible à une autre. Sans entrer dans les détails de la discussion sur le particulier et l'universel, ainsi que dans celle sur la traduction qui trahit nécessairement l'original, il me semble que de nos jours, en France tout au moins, le traducteur héritier d'une longue histoire de l'art de la traduction est acquis à l'idée qu'il faut être fidèle à l'œuvre originale. La question d'ordre opérationnel que je me pose ici porte donc sur cette fidélité exigée de la part traducteur. Je me propose de prendre comme base de réflexion la traduction des « expressions exotiques », c'est-à-dire les expressions qui, par leur étrangeté, mettent d'emblée le lecteur face à une réalité inconnue. Comment donc rester fidèle ? aux mots ou à l'idée ? à la forme ou au contenu ? à l'idée que fait un lecteur vietnamien du xviiie siècle, du xxe siècle, du xxie siècle, ou un lecteur occidental qui n'a qu'une idée vague sur la lointaine Asie ? Comment traduire ces expressions qui peuvent dérouter, ou au contraire ravir complètement, le lecteur peu familier aux dragons et autres phénix qui peuplent l'imaginaire extrême-oriental ?

3Pour réfléchir sur cette question, nous avons la chance de disposer d'un cas exemplaire. Il s'agit du roman en vers Kiều, œuvre écrite en caractères démotiques nôm au xviiie siècle par le lettré Nguyễn Du (1765-1820), qui connaît une destinée exceptionnelle au Vietnam et au-delà de ses frontières2. Deux traductions de Kiều en français, l'une en prose parue à Paris chez Gallimard en 1961 et l'autre en vers publiée en 1965 à Hanoi, nous servirons de base à la discussion.

4Avant d'entrer dans le vif du sujet, une présentation rapide de cette œuvre considérée comme le chef-d'œuvre de la littérature vietnamienne s'impose.

Kiều et ses traductions en français   

5Kiều, ou Kim Vân Kiều (noms des trois personnages principaux), ou encore Đoạn trường tân thanh (Le cœur brisé, nouvelle version)3 est composé de 3254 vers et construit avec le mètre six-huit qui est le mètre le plus courant de la poésie en langue vietnamienne4. Le roman raconte la vie tumultueuse de Kiều qui retrouve, après une quinzaine d’années de souffrance, le bonheur et la sérénité.

6Il n'est pas dans notre propos d'entrer dans les détails de l'histoire de la création de Kiều et de la carrière de son auteur5. Il est établi que son auteur, Nguyễn Du, s'est inspiré d'un roman anonyme chinois en langue vulgaire le Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳 (Histoire de Jin, Yun et Qiao)6 dont il a eu sans doute connaissance lors de son voyage en Chine en 1813. C'est ce qu'il dit clairement au début du texte en indiquant « un vieux manuscrit » :

Cent années, le temps d'une vie humaine, champs clos

Où sans merci, Destin et Talent s'affrontent

L'océan gronde là où verdoyaient les mûriers

De ce monde le spectacle vous étreint le cœur

Pourquoi s'étonner ? Rien n'est donné sans contrepartie

Le Ciel bleu souvent s'acharne sur les beautés aux joues roses

Un vieux manuscrit, feuilleté à la clarté de la lampe

Des temps anciens, nous raconte cette histoire d'amour…

(Vers 1-8, traduction par Nguyễn Khắc Viện)

7Au fond, le sujet de Kiều n'est pas particulièrement original. L'auteur qualifie d'ailleurs très modestement cette œuvre écrite en caractères démotiques nôm, donc dans la langue « vulgaire » du peuple, comme un simple divertissement. Les deux derniers vers, détachés du corps du texte, disent en effet :

Au petit bonheur, j'ai arrangé ces rustiques paroles

Puissent-elles vous divertir, au long de vos veillées

(vers 3253-3254, traduction par Nguyễn Khắc Viện)

8Cependant, contrairement au roman en prose chinois dont Nguyễn Du s’est inspiré, Kiều a déclenché plusieurs controverses et passionné les esprits depuis sa création, notamment au xxe siècle. Pour les lettrés confucéens, ce roman doit être condamné pour son caractère licencieux et la tristesse qui émane de sa lecture. L'empereur Tự Đức (1829-1883) qui l'appréciait pour sa beauté esthétique, notait que « l'auteur méritait bien une bastonnade ». En 1924, le lettré Ngô Đức Kế, dans l'article intitulé « Orthodoxie et Hétérodoxie », estime que Kiều est un roman amoral qu'il faudrait interdire :

« La littérature du Đoạn-trường tân thanh n'est pas une littérature morale orthodoxe pour pouvoir servir à l'édification du siècle. Autrefois nos ancêtres défendaient aux enfants de lire le roman de Kiều. Dans la société, quiconque aimait à fredonner les vers de Kiều passait pour un débauché »7.

9Pour d'autres, au contraire, Kiều est le sommet de la littérature écrite en langue vietnamienne, notamment du point de vue de la langue. Les partisans de Kiều voient aboutir leurs efforts dans la célébration solennelle de l'anniversaire de Nguyễn Du en 1924 organisé par l'AFIMA (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites, Hội Khai Trí Tiến Đức en vietnamien). Une phrase de Phạm Quỳnh, rédacteur en chef de la revue Nam Phong dans laquelle plusieurs études sur Kiều ont été publiées, restera célèbre. Il a en effet déclaré publiquement : « Tant que le roman Kiều subsistera, notre langue subsistera, tant que notre langue subsistera, notre pays subsistera » (Truyện Kiều còn, tiếng ta còn, tiếng ta còn, nước ta còn). Cette phrase résume la signification que l'œuvre de Nguyễn Du est amenée à porter.

10Cette « querelle de Kiều » ne concerne pas seulement l'œuvre proprement dite, mais déborde largement, à l'époque coloniale, le domaine littéraire pour s'étendre dans le domaine politique8. Il n'est pas dans notre propos d'entrer dans l'histoire de la réception de Kiều au Vietnam, mais ce bref rappel permet de mesurer la complexité de cette œuvre. Malgré les lectures très diverses qu’elle suscite chez les lecteurs des milieux sociaux et culturels différents, l’œuvre de Nguyễn Du occupe une place spéciale dans la littérature vietnamienne. Selon Maurice Durand : « Le Kiều est le seul ouvrage vietnamien qui soit connu dans toutes les couches sociales du Vietnam et à l'étranger. Dès le début du XIXe siècle, il était devenu si populaire au Vietnam que les gens distingués comme les gens du peuple aimaient à le réciter et à le citer »9.

11Des noms de ses personnages sont même entrés dans la langue courante : Sở Khanh désigne les hommes infidèles et cruels, Tú Bà les mères maquerelles, tandis que Hoạn Thư les femmes trop jalouses, etc. Le roman donne également lieu à des pratiques culturelles telles que lẩy Kiều (citation de vers de Kiều dans une conversation, dans un poème), bói Kiều (choix au hasard de vers qui sont interprétés pour prédire l'avenir), vịnh Kiều (improviser des poèmes sur des thèmes tirés de Kiều), tranh Kiều (dessins et gravures pour illustrer le roman), etc. Ce n'est pas un hasard que le premier film de fiction vietnamien est une adaptation de Kiều réalisée en 1924. Dernièrement, le compositeur Quách Vĩnh Thiện qui réside en France, a mis en musique l'ensemble des 3254 vers du roman : les soixante-dix-sept chants en sept CD sont le fruit du travail qu'il a mené en solitaire de 2005 à 200910.

12Dans le Vietnam actuel, le statut de Kiều semble être fixé : enseignée à l'école, l'histoire de Kiều est bien connue, même si les lecteurs du xxie siècle ont du mal à apprécier la beauté de ce roman légué désormais dans le domaine du patrimoine national. Dans le processus de la « canonisation » de Kiều on peut noter deux repères principaux. En 1955, un an après la bataille de Dien Bien Phu, « la R.D.V.N. a célébré avec ferveur le 190e anniversaire de la naissance de son auteur Nguyễn Du »11. Dix ans plus tard, pour son 200e anniversaire, le poète a été consacré par l'UNESCO comme personnalité de la culture mondiale. L'argument principal mis en avant à des occasions diverses peut être résumé dans ces lignes publiées par le journal Nhân Dân (Le Peuple), organe du Parti Communiste du Vietnam, dans le numéro du 25 septembre 1955 :

« En dehors de son humanisme plein de vigueur, la grande valeur du Kiều réside encore dans sa poésie, très belle, d’un caractère éminemment national, aérienne dans sa forme, profonde dans sa signification ».

13Kiều représente donc en quelque sorte « le miroir de l’âme du peuple vietnamien ». Il semble que c'est cette idée qu'on peut voir en filigrane derrière ses nombreuses traductions en français.

14Entre la première traduction au moment de l'instauration du régime colonial en Indochine et la dernière traduction publiée juste avant l'achèvement du xxe siècle, il existe pas moins d'une dizaine de traductions en français de Kiều. La première traduction en vers a été réalisée par Abel des Michels12 et publiée par les Publications de l'Ecole des Langues Orientales vivantes à Paris en 1884. René Crayssac a fait une traduction en alexandrin qu'il a publiée à Hanoi en 1926 et qui resta la plus connue pendant toute la période coloniale. Nguyễn Văn Vĩnh, un des premiers journalistes et traducteurs vietnamiens, a également traduit Kiều en l'accompagnant de nombreuses notes. Sa traduction parut d’abord dans les numéros de la revue Đông Dương tạp chí en 1917, puis plus tard dans le journal Annam Nouveau de 1933 à 1935 (numéros 225-279) avant d'être rééditée sous forme de livre en 1942 à Hanoi par les Editions Alexandre de Rhodes. En France la traduction la plus diffusée reste celle en prose proposée par Xuân-Phuc et Xuân-Viet13 dans le cadre de la « Collection d'œuvres représentatives » de l'Unesco et publiée en 1961 à Paris dans la collection « Connaissance de l’Orient » de Gallimard. En 1965 à Hanoi est publiée une autre traduction par les Editions Thế Giới (Le Monde) qui ont pour mission de faire connaître la culture et la littérature vietnamiennes à l'étranger. Il s'agit de la traduction de Kiều en vers libre proposée par Nguyễn Khắc Viện14. Récemment, en 1994, Lê Cao Phan a fait paraître une nouvelle traduction en alexandrins publiée à Hanoi par les Editions Khoa Học Xã Hội (Sciences Sociales) avec le concours de l'UNESCO. En 1999, on voit apparaître encore une autre traduction, sans doute la dernière en date, réalisée par Lưu Hoài en vers libres et publiée à Hanoi par les Editions Văn Học (Littérature)15.

Expressions exotiques, traduire ou ne pas traduire ?

15Pour nourrir notre réflexion sur la traduction des expressions exotiques, nous nous servirons de deux traductions, celle de Xuân-Phuc et Xuân-Viet parue en 1961 et celle de Nguyễn Khắc Viện publiée en 1965. Outre le fait que nous n’avons pas en notre possession toutes les traductions et que la comparaison des différentes versions suppose un travail immense qui demande les compétences qui ne sont pas les nôtres, le choix de ces deux textes est motivé par le fait qu'il s’agit des deux traductions les plus connues des lecteurs francophones et qui font autorité chacune à leur manière. Les traducteurs font d’ailleurs partie de la même génération d’intellectuels vietnamiens formés par l’école française et maîtrisant parfaitement les langues vietnamienne et française, ainsi que les caractères chinois et les caractères démotiques nôm. Ce sont des érudits reconnus pour leurs connaissances de la littérature et de l’histoire anciennes du Vietnam. Publiées à seulement quatre ans d’intervalle, ces deux traductions s’opposent quant aux idées qui sous-tendent les choix de traduction. Nguyễn Khắc Viện les exprime dans un texte intitulé « Quelques considérations sur l’art de traduire » qui accompagne sa traduction dès la première édition16. Sans citer nommément la traduction qu’il entend critiquer, les exemples qu’il donne montrent que sa traduction est une « traduction contre » celle de ses prédécesseurs, Xuân-Phuc et Xuân-Viet.

16Sans plus tarder, voici les trois exemples commentés par Nguyễn Khắc Viện. Les deux premiers extraits concernent l'épisode de la sortie lors de la fête Thanh Minh (Pure Clarté) qui a lieu le 3e jour du 3e mois et qui est dédiée au culte des ancêtres17. Après la visite des tombeaux, en se promenant dans la campagne en fleurs, Kiều, accompagnée de sa sœur et de son frère, remarque une tombe abandonnée. Son frère lui explique que c'est la tombe de Đạm Tiên, une courtisane célèbre de son temps. Kiều pleure sur le sort des « beautés au joues roses » et fait un poème en mémoire de Đạm Tiên qui viendra lui prédire son avenir dans un songe. La vie tumultueuse de Kiều commence quand elle doit prendre une grave décision : pour payer la caution de son père injustement jeté en prison, elle se vend à un richard inconnu. Le troisième extrait est tiré de la scène pendant laquelle Kiều demande à Vân, sa sœur cadette, d’épouser son amoureux Kim à sa place pour honorer son engagement.

Exemple 1 (vers 79-80) :

Trải bao thỏ lặn ác tà

Ầy mồ vô chủ ai mà viếng thăm !

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

Que de fois, depuis lors, s’est couché le lièvre lunaire, a décliné le corbeau du soleil ! Cette tombe est sans maître ; qui donc viendrait la visiter ?

Nguyễn Khắc Viện :

 (…) depuis lors, sur sa tombe solitaire,

 A l’envi l’herbe pousse, les lunes et les soleils,

En vain répandent chaleur et clarté

Personne, personne en ce lieu n’est réapparu

Exemple 2 (vers 83, 87-89) :

Đau đớn thay phận đàn bà (…)

Sống làm vợ khắp người ta

Khéo thay thác xuống làm ma không chồng !

Nào người phượng chạ loan chung

Nào người tiếc lục tham hồng là ai ?

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

Combien douloureux est le sort des femmes ! (…) Vivante, elle fut la femme de tout le monde. Hélas ! morte, la voici fantôme sans mari. Tous ceux qui désiraient le vert, tout ceux qui convoitaient le rose, où sont-ils à présent, compagnons de ces unions passagères de phénix ?

Nguyễn Khắc Viện :

Tragique, dit-elle, est le sort des femmes (.)

Vivante, cette femme est la femme de tous

Au royaume des morts, son âme erre, esseulée

Ou sont maintenant ceux qui partageaient ses voluptés ?

Exemple 3 (vers 723-725) :

Cậy em em có chịu lời

Ngồi lên cho chị lạy rồi sẽ thưa

Giữa đường đứt gánh tương tư

Giao loan chắp mối tơ thừa mặc em

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

La prière que j'ai à t'adresser, ma sœur, si tu l'agrées, c'est de prendre place ici, que je me prosterne d'abord devant toi avant que de parler. A mi-chemin se rompit le fléau qui portait une double charge d'amour. A toi de renouer avec la colle du phénix le fil de soie brisé !

Nguyễn Khắc Viện :

J’ai une prière à t’adresser si tu l’agrées

Devant toi je me prosterne avant que de parler

A mi-chemin, s’est rompu le fil de mon amour

A toi, soeur, je confie le soin de recoller les liens brisés

17Comment les choix de traduction ont-ils été effectués ? Xuân-Phuc et Xuân-Viet ne s'expliquent pas sur la question, et pas plus sur leur décision de traduire le poème original en prose. Leur traduction qui porte le titre de Kim – Vân – Kiều du nom des trois personnages principaux, se présente sous la forme suivante : après l’introduction (comprenant un extrait d’une page du texte original en « idéogrammes viêtnamiens » et sa transcription en écriture romanisée quốc ngữ surmontée d’un titre), le texte est découpé en plusieurs chapitre auxquels sont donnés des titres18 et suivi par les notes explicatives.

18Dans le premier exemple, l’expression thỏ lặn ác tà est traduite littéralement par Xuân-Phuc et Xuân-Viet (« s’est couché le lièvre lunaire, a décliné le corbeau du soleil ») qui ont ajouté les mots « lunaire » et « du soleil ». Nguyễn Khắc Viện a choisi une autre solution en supprimant le « lièvre » et le « corbeau » :

19« D’emblée, les mots lièvre et corbeau frappent l’imagination du lecteur, tout ravi de se retrouver dans un monde légendaire. Mais est-ce là l’intention de l’auteur ? Est-ce là l’émotion que ressent le lecteur du texte vietnamien ? Thỏ lặn ác tà évoquent simplement chez le lecteur vietnamien la lune qui se couche, le soleil qui décline, et ce vers dit essentiellement la succession indifférente des jours et des saisons sur la tombe abandonnée de Đạm Tiên. C’est d’abord cette mélancolie qu’il faut rendre et non point faire fourvoyer le lecteur dans le monde du merveilleux, complètement étranger au Kiều en général, et à ce vers en particulier. Ce lièvre et ce corbeau égarent immanquablement le lecteur, ces mots étant en réalité simples artifices de langage doivent être sacrifiés sans regret pour laisser la place aux mots courants, lune et soleil » (p. 27).

20Nguyễn Khắc Viện cherche donc à communiquer l’idée de la désolation et du temps en mettant les lunes et les soleils au pluriel et en ajoutant « en vain répandent chaleur et clarté ».

21Dans le deuxième exemple, l’expression phượng chạ loan chung est traduite par Xuân-Phuc et Xuân-Viet en « ces unions passagères de phénix ». Nguyễn Khắc Viện choisit de la rendre simplement par « ceux qui partageaient ses voluptés » et laisse de côté le phénix :

22« Il y a dans ce vers deux mots : phượng-loan (phénix) et chung-chạ qui évoque une promiscuité, une intimité charnelle entre un homme et une femme. L’auteur déplore la cruelle indifférence des anciens amants d’une courtisane, adulée toute sa vie, mais immédiatement oubliée de tous après sa mort. Le mot chung-chạ donne la note dominante du vers, tandis que phượng-loan n’est qu’une façon de parler. Aucun Vietnamien lisant ce vers ne pense à ce fabuleux oiseau qui renaît chaque matin de ses cendres. Nous avons préféré laisser tomber le phénix et employer une tournure bien moins « orientale » : Où sont maintenant ceux qui partageaient ses voluptés » (p. 28).

23Dans cet extrait Nguyễn Khắc Viện supprime également un vers entier : « Nào người tiếc lục tham hồng là ai ? » que Xuân-Phuc et Xuân-Viet ont traduit littéralement par « Tous ceux qui désiraient le vert, tout ceux qui convoitaient le rose ».

24Quant au troisième exemple, « la colle du phénix » dans la traduction par Xuân-Phuc et Xuân-Viet est remplacée dans celle de Nguyễn Khắc Viện par le mot ordinaire « recoller ». Le « phénix » a disparu dans la deuxième traduction, ainsi que la « soie » dans « le fil de soie brisé ». Nguyễn Khắc Viện justifie ainsi son choix :

25« La colle du phénix traduit littéralement le mot vietnamien giao loan, mais la question est de savoir si Nguyễn Du, employant cette expression, ou le lecteur vietnamien la lisant, a à l’esprit l’image d’une colle fabriquée avec des secrétions quelconques de cet oiseau fabuleux, ou s’il s’agit simplement d’une formulation élégante, voire précieuse pour dire « recoller les fils d’un amour brisé ». Ce n’est point de se quereller pour des mots, car le lecteur empêtré dans cette colle du phénix n’arrive plus à saisir le fil du drame en cours. Arrêté par un détail insolite, il laisse échapper l’émotion profonde qui court sous les mots. D’une œuvre vivante, toute vibrante de sentiments humains, d’amour, de douleur, de désespoir, est sorti un conte exotique, où la bizarrerie, l’étrangeté l’emportent sur l’humain, où phénix et dragons cachent les hommes. A force de vouloir lui donner un cachet « oriental », on défigure une grande œuvre de qualité universelle, d’une profonde humanité. Rester fidèle, c’est chercher d’abord à recréer cette humanité, cette universalité de l’œuvre » (p. 26).

26Outre ces trois exemples commentés par Nguyễn Khắc Viện lui-même, les deux traductions diffèrent très souvent chaque fois où il s’agit de mots et d’expressions « exotiques ». Comme dans ces exemples, Nguyễn Khắc Viện met l’accent sur les émotions et les sentiments communs à tout être humain. Au contraire, la tendance générale de Xuân-Phuc et Xuân-Viet est de s’attarder sur les mots qu’ils traduisent souvent littéralement. 

27 Voici la confidence de Kiều faite à sa sœur au début de la scène déjà écrite plus haut (vers 719-720) :

Rằng : « Lòng đương thổn thức đầy,

Tơ duyên còn vướng mối này chưa xong

Nguyễn Khắc Viện :

Kiều dit : Mon cœur plein à déborder, de sanglots contenus,

Se perd dans les rets d’amour, que je ne saurais dénouer

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

Elle dit : Mon cœur déborde de sanglots contenus. Il est encore pris dans ce nœud formé par les fils de soie d’un hymen non accompli

28L’expression tơ duyên qu’un Vietnamien comprend simplement comme les relations d’amour est devenue ici « les fils de soie d’un hymen ». L’utilisation d’un mot peu ordinaire (« hymen » au sens du « mariage ») et l’évocation des « fils de soie » donne une tournure précieuse et sophistiquée à la parole de Kiều, alors que dans le texte vietnamien elle s’exprime simplement et avec sincérité.

29Il semble que ces traducteurs vont parfois trop loin dans leur désir d’expliquer les réalités lointaines au lecteur francophone. Par exemple, cette expression qui fait partie du langage de tous les jours : Mập mờ đánh lận con đen (vers 839) est traduite dans la traduction de Xuân-Phuc et Xuân-Viet par « on trompera les têtes noires » avec un renvoi à une courte note en fin de volume expliquant qu’il s’agit des « gens naïfs ». Nguyễn Khắc Viện choisit de la rendre simplement par « ils n’y verront goutte ».

30On peut imaginer le projet de Xuân-Phuc et Xuân-Viet comme une entreprise de présentation de la culture du monde sinisé. Dans ce cas, la traduction gagnerait à être accompagnée par un appareil d’annotations critiques plus détaillé. En absence des notes explicatives, une traduction qui suit les mots de trop près risque d’induire le lecteur non averti en erreur comme dans l’extrait suivant qui décrit le début de la passion de Thúc Sinh pour Kiều (vers 1289-1290)19 :

Sớm đào tối mận lân la

Trước còn trăng gió sau ra đá vàng

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

Avec l’échange des pêches le matin, des prunes le soir, une tendre intimité les rapprocha peu à peu et cet amour de lune et de vent devint l’union de la pierre et de l’or.

Nguyễn Khắc Viện :

Du pêcher au prunier, l’heureux papillon voletait, butinant

L’amour d’abord, volage comme le vent, ténu comme un rayon de lune

Se gravait lentement dans leur cœur, comme sur l’or et la pierre

31Ici l’échange des pêches et des prunes évoqué par Xuân-Phuc et Xuân-Viet n’est pas clair pour le lecteur francophone qui peut penser à un échange de vrais fruits. A la différence des cas cités ci-dessus, Nguyễn Khắc Viện ne supprime aucun mot dans cet extrait. Au contraire, il garde tous ces mots qui fleurissent le texte : » prunier », « pêcher », « vent », « lune », « or », « pierre », tout y est. Il y introduit même cet « heureux papillon » qui « voletait, butinant » et rend plus explicite la transformation d’une passion en amour en ajoutant les mots « volage » pour le vent, « ténu » pour la lune, ainsi que le verbe « se gravait » accompagné par l’adverbe « lentement ». Nguyễn Khắc Viện n’efface donc pas systématiquement les marques de « l’exotisme ». La question que Nguyễn Khắc Viện se pose est bien celle de la fidélité.

Quelle fidélité à quel texte original ?

32Il ne s’agit pas de juger les différentes traductions, ni de les classer par ordre de fidélité à l’original. D'autant plus qu'une grande œuvre permet toujours des lectures polysémiques, comme c'est le cas de Kiều. Notre propos est beaucoup plus modeste et consiste à essayer de comprendre les projets qui sous-tendent les deux traductions qui nous servent ici de base de réflexion. Nguyễn Khắc Viện exprime clairement sa conception :

« La fidélité doit certes rester la vertu première de toute traduction, mais ce principe une fois admis, se pose immédiatement la question : fidélité à quoi ? Un choix s’impose et il importe avant de prendre sa plume, d’instituer une hiérarchie des fidélités. Il est certaines fidélités qui sont pires que des trahisons ; en particulier quand le traducteur, pour faire « oriental » colle mécaniquement à tous les ornements, les fioritures, les particularités et les artifices d’une langue qui accumule les sédiments de plusieurs millénaires. C’est le propre de l’exotisme de susciter simplement une impression d’étrangeté, sans être à même de communiquer les émotions, les sentiments profonds qui animent une œuvre. » (p. 25)

« Les phénix et dragons, les larmes de perles, et bien d’autres ornements du langage en fait sont passés dans la langue courante, n’ont plus rien de fabuleux, n’évoquent plus rien de merveilleux, d’étrange comme dans d’autres langues. C’est trahir cruellement le texte que de les traduire littéralement » (p. 28)

33Les travaux des traducteurs qui l’ont précédé dans l’entreprise de traduction de Kiều l’ont sans doute servi. C'est bien avant d'entamer le travail de traduction, et non pas après pour répondre aux critiques, que Nguyễn Khắc Viện a mené une réflexion sur la démarche du traducteur :

« Comment traduire alors toutes ces images, allusions, symboles, allégories qui émaillent à chaque pas la langue de tout grand poète ?

Nous nous sommes fixés quelques règles de conduite :

- chercher à coller avant tout au contenu, à communiquer l’émotion première qui émane du texte originel.

- garder les allusions, symboles, allégories qui apportent au lecteur de culture française des images nouvelles, des façons originales de voir la vie et les choses.

- éliminer délibérément tout ce qui est artifice de langage, simple fioriture, pur ornement.

La fidélité au contenu prime toutes les autres, et quand il y a choix, on doit lui sacrifier toute autre considération. Il faut que le lecteur vibre à l’unisson des sentiments qui animent les personnages, sente monter sa joie ou sa colère, se tordre ses entrailles avant que de s’arrêter aux ornements du langage. » (p. 27)

34Au-delà de la traduction des expressions exotiques qui ne sont que les problèmes les plus visibles, il nous semble que la réflexion sur ces deux traductions de Kiều touche une question à la fois beaucoup plus profonde et plus ordinaire à laquelle chaque traducteur est familier. On peut la formuler ainsi : quelle œuvre dois-je traduire pour quel lecteur ?

35De quel roman de Nguyễn Du, Xuân-Phuc et Xuân-Viet, puis Nguyễn Khắc Viện ont-ils fait la traduction ? Les textes d'introduction qui précèdent chaque traduction peuvent nous donner des indices. Dans les deux cas, ils présentent l'auteur et le roman, en soulignant tel ou tel aspect de l'œuvre. Pour Nguyễn Khắc Viện, Kiều est tout d'abord un roman qui emporte l'adhésion du peuple et Nguyễn Du est avant tout ce poète qui comprend et qui donne la voix aux gens qui l'entourent :

« Les chants des villageois m'ont appris le parler du jute et du mûrier », avait écrit Nguyễn Du dans un autre poème. Le poète avait en effet vécu de longues années à la campagne, près de ceux qui cultivaient le riz, le jute et le mûrier. La langue du Kiều s'inscrit dans la plus pure tradition des chansons populaires, dont elle a gardé la souplesse, le caractère réaliste, la richesse en images et en coloris. Ce n'est pas un hasard si des hommes et des femmes du peuple en savent par cœur de longs passages, et si certains vers du poème sont devenus de véritables proverbes et dictons d'usage courant. (…) Certaines traductions, à force de dragons et de phénix, ont transformé le Kiều en un conte oriental, d'un exotisme douteux, le dénaturant complètement. Le peuple vietnamien aime Kiều non comme une légende, ni comme un conte, et pas un brin de merveilleux, même pas de romanesque ne s'est glissé dans toute cette œuvre. Ce destin qu'on voit si souvent cité ne prend jamais la forme d'un dieu ou d'un génie qui donne aux moments cruciaux le coup de pouce nécessaire pour faire avancer l'action. Il est plutôt conçu comme une loi nécessaire régissant la ronde universelle des causes et des effets ; mieux est, le destin revêt figure humaine, et le lecteur indigné, ému, saisi par la réalité des descriptions, en arrive à l'oublier pour reporter toute sa colère, sa tendresse, son admiration sur des personnages vivants, réels, évoluant dans une société réelle. Il n'y a pas dans le Kiều que la musique des vers, les coloris des paysages, la richesse de la langue pour faire vibrer le cœur d'une sampanière, d'un vieux paysan d'autrefois ou pour émouvoir un militant révolutionnaire de notre époque. » (p. 9-11)

36Comme Nguyễn Khắc Viện, Xuân-Phuc et Xuân-Viet s'accordent pour dire que Kiều est une œuvre imprégnée de la culture classique et qui respire la vitalité de la vie de tous les jours :

« Le style viêtnamien aussi, par excellence, sait être tour à tour savant et raffiné sans jamais tomber dans la préciosité ou l'obscurité, simple et populaire sans nulle concession à la vulgarité. Les métaphores empruntées en grand nombre à la poésie classique chinoise, Nguyên Du les fait à ce point siennes, leur donne un tour tellement viêtnamien que le lecteur non averti ne se serait certes jamais douté de leur origine. Il puise, d'autre part, largement dans le folklore, saisit, tout vifs, les dictons et les proverbes, ramène d'un coup de filet heureux les frétillantes chansons populaires, ne recule pas devant les provincialismes, donnant ainsi ses lettres de noblesse à une littérature trop souvent méprisée des écrivains de son époque" (p. 20)

37Cependant Xuân-Phuc et Xuân-Viet semblent surtout vouloir élever Kiều au rang des chants de Homère en écrivant qu'« il est beau que le poème national du Viêt-nam soit un poème d'amour et non un poème épique »(p. 15). Kiều est ainsi comparée aux héroïnes de l'Antiquité grecque et chinoise : elle est « plus touchante qu'Antigone, plus raisonnable que Chimène, plus passionnée que Bérénice, plus vertueuse que Tsoi Ying Ying, voici l'une des prestigieuses créations du génie » (p. 27). Pour cette raison « elle prend place dans le trésor de la littérature universelle, au rang des figures les plus belles, les plus nobles et les plus pures » (p. 27).

38De la même façon, ils comparent l'auteur à d'autres grands poètes de la littérature occidentale tels que Racine, Baudelaire et Paul Valéry. Le poète est d'autant plus grand qu'un « mystère profond » entoure d'un voile épais le procès de la création poétique. Selon Xuân-Phuc et Xuân-Viet dans leur présentation intitulée « Nguyên Du ou la souffrance du poète », la création trouve son origine dans la souffrance : « Le poète doit prendre sa part des malheurs de ce monde, mais faute de pouvoir se délivrer de sa souffrance par l'action, il doit chercher à la cristalliser dans son œuvre » (p. 14). Effectivement, les premiers vers que Xuân-Phuc et Xuân-Viet séparent du reste dans un « prologue », racontent : « En Cent ans, dans ces limites de l'humaine carrière, comme talent et destinée se plaisent à s'affronter ! A travers tant de bouleversements, - mers devenues champs de mûriers – que de spectacles à frapper douloureusement le cœur ! »

39Il nous semble que leur projet d'élévation de Kiều au rang des chefs-d'œuvre de la culture mondiale peut expliquer certains choix. Le fait même de traduire un poème en prose est tout à fait valable, parce que l'Illiade et Ulysse sont aussi le plus souvent présentés aux lecteurs occidentaux sous forme d'un récit en prose. Le découpage en chapitres portant des titres qui résument l'événement principal participe à la même logique. On peut la voir dans l’exemple suivant (vers 2706-2712) :

Trên mui lướt mướt áo là

Tuy dầm hơi nước chưa lòa bóng gương

Giác Duyên nhận thật mặt nàng

Nàng còn thiêm thiếp giấc vàng chưa phai

Mơ màng phách quế hồn mai

Đạm Tiên, thoắt đã thấy người ngày xưa

Nguyễn Khắc Viện :

On l’étendit sur la barque, dans sa robe ruisselante

Toute trempée, elle n’avait rien perdu de son éclat

Giác Duyên la reconnut aussitôt : Kiều toujours évanouie

Restait plongée dans le royaume des songes

Đạm Tiên lui apparut soudain, telle qu’elle était

Xuân-Phuc et Xuân-Viet :

A l’avant de la jonque, on l’étendit, moulée dans robe de soie ruisselante. Le liquide élément avait mouillé sans le ternir ce miroir éclatant. Giac-Duyen reconnut aussitôt son visage, mais le sommeil dans lequel elle était prolongée n’avait pas encore dissipé ses teintes d’or.

Son âme errait encore sous les canneliers et les abricotiers du songe quand soudain elle aperçut Dam-Tiên, telle qu’autrefois (…)

40A la différence de la première traduction, celle de Xuân-Phuc et Xuân-Viet est particulièrement chargée. Les « canneliers » et les « abricotiers » plantent un décor féerique pour la promenade de « l’âme » de l’héroïne qui sera bientôt délivrée de ses souffrances, alors que l'original n'évoque nullement ce jardin merveilleux. En effet, l’expression phách quế hồn mai désigne simplement de façon élégante les esprits hồn phách que les gens du peuple croient capables de quitter le corps pendant le sommeil20. C’est encore peut-être le désir d'embellir qui fait qu'on traduit giấc vàng par « les teintes d’or », alors que ces mots faisant référence à un conte chinois ancien est passé dans la langue vietnamienne pour dire simplement « sommeil »21. L'ajout de la « soie » semble participer à la même logique. De même, une simple vapeur d'eau hơi nước devient « le liquide élément », plus noble, pour aller de pair avec le « miroir éclatant » pour décrire la beauté de Kiều, même quand on vient de la sortir de l’eau. Ce vers est par ailleurs accompagné par cette note : « Ce vers est plus imagé que celui d’un autre grand poète parlant d’une autre noyée Même à travers la mort, sa beauté touchait l’âme » (p. 188). Cette comparaison avec le poème « Le lis du golfe de Santa Restituta » dans les Méditations poétiques (1842) d'Alphonse de Lamartine, le poète romantique qui a fit vibrer le cœur de toute une génération des élèves des écoles franco-indigènes en Indochine, témoigne de la volonté des traducteurs dans leur entreprise de mettre à disposition des lecteurs francophones une œuvre poétique vietnamienne comparable aux plus beaux modèles de la littérature occidentale classique.

41Grands connaisseurs des poésies occidentales et orientales, Xuân-Phuc et Xuân-Viet oublient cependant une des caractéristiques de la poésie, l'évocation plutôt que la description. Ce qui est étonnant, c'est que c'est un auteur et traducteur marxiste, Nguyễn Khắc Viện, qui le rappelle en s'expliquant sur son choix de traduire Kiều en vers :

« Le Kiều qui est un poème, un grand poème appelle une traduction poétique, exige d'être retranscrit en poésie. Si la poésie ne se confond pas nécessairement avec des vers rimés, le langage poétique, par l'emploi des images, le rythme, la musicalité, fait d'abord appel au sentiment, à l'imagination, éveille chez le lecteur – plutôt chez le récitant – une chaîne d'impressions, d'émotions, avant même que les idées n'en soient intelligibles. Une traduction en prose transforme le poème en un récit, un conte, et quelle que soit l'habileté du traducteur, dénature l'œuvre. (…) L'intelligibilité demeurant la qualité première de la prose, le traducteur peut être amené à lui sacrifier souvent les rythmes et cadences qui confèrent au langage poétique un de ses charmes essentiels » (p. 20 et 23)

42Sans vouloir clore la discussion, reportons-nous à l'avis d'une personne autorisée car elle-même traduit des poèmes vietnamiens : « Et c’est ainsi, qu’en poète français Vien [Nguyễn Khắc Viện] « traduit » sans le trahir, Nguyen-Du, le poète vietnamien »22.

En guise de conclusion

43Quittons à présent la littérature classique pour revenir dans un monde plus contemporain. Dans nos tentatives de traduction de textes plus récents, nous rencontrons un grand nombre de mots et d'expressions qu'on peut qualifier d'« exotiques » qui posent problème. D'une part, « 'exotisme » dans un monde globalisé ne concerne plus seulement les sociétés « primitives » découvert par l'Occidental ; un Vietnamien qui voient pour la première fois les choses inconnues apportées d'ailleurs peut également éprouver le sentiment de l'exotisme. L'engouement pour « l'exotisme occidental » est d'ailleurs réel chez les Vietnamiens à l'époque coloniale comme à l'époque actuelle. Par exemple, on peut rencontrer les mots « Cognac », « Cointreau », etc., difficiles à traduire pour transmettre l'émerveillement ou l'étonnement que peut avoir le lecteur vietnamien selon son degré de connaissance des réalités non vietnamiennes. D'une façon classique, il n'est pas toujours aisé de traduire les mots relevant de la vie quotidienne ou désignant les plantes et les animaux. Nous avons par exemple rencontré des difficultés pour traduire les mots désignant les différentes variétés de bambous au Vietnam : outre le mot « tre » qui est un terme courant et générique, il y a le « nứa » qui n'est pas très haut et fin, utilisé souvent pour tresser les paniers ; le « vầu » qui est haut, avec un tronc grand et épais ; le « trúc » de petite taille, utilisé comme plante décorative, ou pour faire des cannes à pêche, des flûtes, etc. Les « nứa » et « vầu » poussent dans les régions montagneuses et connotent la vie pastorale, voire « sauvage », tandis que le « trúc » qui agrémente les jardins en miniature est un signe d'un cadre raffiné. Un « grabat en bambou », espèce de lit de camp utilisé couramment à la campagne, est normalement fait en bambou « tre » qui pousse partout. Mais quand il est fait de « nứa » et se trouve à domicile d'un écrivain en plein centre de Hanoi, il peut dire beaucoup de choses. Dans notre cas, cela dénote une extrême modestie des conditions de vie et de travail des artistes et des écrivains au Vietnam dans les années 1950 après la bataille de Dien Bien Phu. La traduction d'un mot suppose donc celle de tout un contexte social, économique, culturel et intellectuel. Ce qu'un ordinateur, aussi puissant soit-il, ne peut pas faire.

Haut de page

Notes

1  A titre d'exemple, le site http://francais.babylon.com fort d'une base de donnée de soixante-quinze langues, propose « la traduction en un seul clic, de n'importe quelle langue, vers n'importe quelle langue ». Le site http://dictionnaire.reverso.net rend également bien des services, sans parler de Google qui était le premier à offrir la possibilité de traduire en ligne vers le vietnamien et du vietnamien.

2  Selon l'historien Lê Thành Khôi, Kiều a été traduit en 31 langues (Hữu Ngọc, « Quelle est la meilleure traduction du Kiều ? », Le Courrier du Vietnam du 23 août 2009)

3  La traduction littérale serait « les entrailles rompues, nouveaux accents », pour signifier que ce roman qui narre des choses douloureuses est une nouvelle version d'un roman ancien. Cf. Maurice Durand et Nguyen Tran Huan, Introduction à la littérature vietnamienne, Paris, UNESCO, 1969, p. 89.

4  Le mètre 6-8 (lục bát) est constitué de deux vers, le premier de six et le second de huit pieds, le 6e pieds du premier vers rime avec le 6e pieds du second. Malgré sa simplicité apparente, ce mètre permet un grand nombre de combinaisons.

5  Il existe une littérature abondante sur le sujet. On peut se référer à la bibliographie des études en vietnamien et en français publiée dans le volume Mélanges sur Nguyễn Du réunis à l’occasion du bi-centenaire de sa naissance (1765) dirigé par Maurice Durand, Paris, Publications de l’EFEO, 1966, p. 47-80. Parmi les recherches vietnamiennes, il faut citer en particulier le Dictionnaire de Kiều (Từ điển truyện Kiều) que le lexicologue et l’historien Đào Duy Anh a publié à Hanoi en 1974.

6  Les sources littéraires de Kiều sont abondamment traitées dans les études citées ci-dessus.  

7  Ngô Đức Kế, Chánh học cùng tà thuyết dans la revue Hữu Thanh tạp chí, n°21 du 21 septembre 1924. Traduction par Maurice Durand dans L’Univers des truyện nôm, Hanoi, EFEO, 1998, p. 78.

8  Sur « la querelle de Kiều », voir les deux ouvrages de Maurice Durand déjà cités. Cf. également la « débat sur le quốc học, études nationales » dans Nguyen Phuong Ngoc, A l’origine de l’anthropologie au Vietnam, à paraître aux Publications de l’Université de Provence.  

9  Maurice Durand, 1998, op. cit., p. 77

10  Mặc Lâm, « Nhạc sĩ Quách Vĩnh Thiện và ca khúc Kim Vân Kiêu », sur le site de Radio Free Asia, 14 juin 2009, http://www.rfa.org/vietnamese/programs/LiteratureAndArts/Musician-quach-vinh-thien-and-cds-on-famous-kim-van-kieu-mlam-06142009105017.html

11  Nguyễn Khắc Viện, « Présentation du Kiều » en introduction à sa traduction, p. 9.

12  Le décret de réorganisation de l'École impériale des Langues orientales, en date du 8 novembre 1869, a instauré la chaire de langue annamite, pourvue le 8 novembre 1871 d'un chargé de cours d'annamite pour 1871-72, et le 5 décembre 1872, d'un professeur titulaire. C’est Abel des Michels qui est le premier professeur titulaire de la chaire de « langue annamite ».

13  Xuân Phúc et Xuân Việt.

14  Cette traduction est publiée en version bilingue. L'édition originale de 1965 (que nous n’avons pas à notre disposition) doit comprendre les illustrations hors-texte de Nguyễn Tư Nghiêm, un des plus grands peintres du Vietnam au XXe siècle. Elle est rééditée plusieurs fois à Hanoi et rééditée en fac-similé par L'Harmattan en 1999 à Paris. Cette réédition permet aux lecteurs français de se procurer d'une bonne traduction sans avoir à faire le voyage au Vietnam, mais il est dommage qu'on s'est contenté de reproduire le texte (avec quelques fautes de frappe, comme on peut lire à la page 6 que l'auteur « mourut 1820 ») agrémenté de ce sous-titre accrocheur « Les amours malheureuses d’une jeune fille vietnamienne au XVIIIe siècle ».

15  Citons aussi d’autres traductions en français : la traduction par A. Chéon publiée à Hanoi en 1905 ; Thu-Giang, Kim-Vân-Kiéou. Poème populaire annamite adapté en français, Paris, Challamel, 1915 (cette traduction en prose sera rééditée sous le nom de Massé L., Kim-Vân-Kiéou. Roman traduit de l’annamite, Paris, Bossard, 1926 ; il s’agit d’un officier de marine) ; M. R., Nouvelle traduction française du Kim – Vân – Kiều, Hanoi, Ed. Alexandre de Rhodes, 1943 (sous ce pseudonyme se cache le capitaine de frégate Robe, directeur des Services d’Information du Gouvernement général d’Indochine). Les traductions d’extraits de Kiều sont très nombreuses, notamment dans les études sur Kiều et sur Nguyễn Du. On peut citer par exemple les extraits traduits par Phạm Duy Khiêm, et Nguyễn Tiến Lãng, tous deux sont écrivains de langues vietnamienne et françaises.   

16  En effet, ce texte est daté de 1965. Nous ne pensons pas que les explications viennent après la première édition comme l’écrit Janine Gillon dans son article du 24 octobre 2009 publié sur le site du Centre d’Information et de Documentation sur le Vietnam : « (…) quand cette traduction est parue en 1965, elle a fait l’objet de vives critiques. Le traducteur a été accusé de haute trahison et il a dû se « défendre » et défendre sa conception de la traduction et de la fidélité du traducteur. Il l’a fait avec beaucoup d’élégance, en 1975, dans la préface d’une réédition de son œuvre, avec « Quelques considérations sur l’art de traduire », qui sont le fruit des doutes, des hésitations, des choix parfois audacieux, des regrets peut-être, mais sans doute aussi des éclairs de bonheur qui ont traversé l’esprit d’un homme passionné, pendant la durée de son travail, mais qui constituent aussi un petit traité de traductologie littéraire, que tout apprenti traducteur devrait méditer. » (http://www.cidvietnam.org/fiche.php?gl_id=74). Les critiques contre Nguyễn Khắc Viện devaient être effectivement nombreuses et virulentes.

17  Et non pas le 5e jour du 3e mois comme il est dit dans la préface à la traduction par Xuân-Phuc et Xuân-Viet.

18  Les 3254 vers du roman sont ainsi divisés : Prologue ; Première partie : Prédestination (Chapitre I : Dans la paix du gynécée ; Chapitre II : Rencontre de la morte ; Chapitre III : Rencontre du vivant ; Chapitre IV : Le rappel de la dette antérieure à la naissance ; Chapitre V : L’échange des serments ; Chapitre VI : La séparation ; Chapitre VII : Le malheur ; Chapitre VIII : L’heure du choix ; Chapitre IX : Le départ) ; Deuxième partie : Expiation (Chapitre I : Le moule du stratagème ; Chapitre II : Ce reste de pureté, je promets de m’en corriger désormais ; Chapitre III : Le brasier ardent ; Chapitre IV : Un amour de lune et de vent ; Chapitre V : L’acide vinaigre ; Chapitre VI : La porte du vide ; Chapitre VII : Nouvelle chute dans le brasier ardent ; Chapitre VIII : Un cœur de héros ; Chapitre IX : Le fleuve Tiên-Duong) ; Troisième partie : Résurrection (Chapitre I : A la recherche de l’amour perdu ; Chapitre II : Le bonheur retrouvé) ; Epilogue.

19  Voir aussi l’annexe qui présente une comparaison des traductions.

20  Đào Duy Anh, Truyện Kiều, Hanoi, Ed. Van Hoc, 2002, p. 264.

21  Idem.

22  Janine Gillon, texte en ligne cité, 2009.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nguyễn Phương Ngọc, « Dragons et phénix, ou comment traduire les expressions exotiques du vietnamien », Impressions d'Extrême-Orient [En ligne], 2 |  2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, Consulté le 24 juillet 2014. URL : http://ideo.revues.org/234

Haut de page

Auteur

Nguyễn Phương Ngọc

Université de Provence, Leo2t, IRSEA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page