Navigation – Plan du site
Traduire l'amour, la passion, le sexe dans les littératures d'Asie (2006)

Les arts de la chambre chez Ge Hong

Philippe Che

Texte intégral

若夫覩財色而心不戰, 萬夫之中, 有一人為多矣.  « Car un homme sur dix mille tout au plus peut empêcher son cœur de battre à la vue de l’argent et des femmes… »  Ge Hong, Baopuzi neipian, chapitre 13

1Ge Hong 葛洪, alchimiste chinois du IVe siècle après J.-C. (283-343) et auteur du célèbre Baopuzi 抱朴子 était comme ses pairs à la recherche de l’immortalité physique. La partie ésotérique de son œuvre, le Baopuzi neipian 抱朴子篇, est entièrement consacrée à cette question. Il s’agit en effet d’un véritable traité d’immortalité, dans lequel la question est abordée sous tous ses aspects, philosophiques comme techniques. La quête d’immortalité est longue et difficile, et repose essentiellement sur trois savoirs qu’il s’agit de maîtriser aussi parfaitement que possible : l’alchimie, grâce à laquelle l’on peut fabriquer l’élixir de longue vie, un ensemble de techniques gymniques, respiratoires et énergétiques assez proche du yoga indien, et connu aujourd’hui sous le terme de qigong 氣功 (xingqi 行氣à l’époque de Ge Hong), et enfin les arts de la chambre à coucher (fangzhongshu 房中術), autrement dit les techniques sexuelles dont le principe est aussi simple que la mise en pratique compliquée : empêcher l’éjaculation et faire remonter l’ « essence » - le sperme - jusqu’au cerveau, qui s’en trouve ainsi considérablement renforcé (huanjing bunao 還精補腦). C’est cette idée, beaucoup plus ancienne que Ge Hong, qui a présidé au développement de toute cette tradition de techniques sexuelles plus ou moins secrètes qui a traversé les âges jusqu’à aujourd’hui, et a inspiré en partie la littérature érotique chinoise.

2Les passages que Ge Hong consacre à la question ne peuvent pas à proprement parler être qualifiés de littérature érotique. L’auteur ne la développe pas – d’autres le feront plus tard – car il s’agit pour lui d’un savoir ésotérique, caché, qui ne doit être révélé que de maître à disciple, et sous le sceau du secret. Le lecteur risque donc d’être déçu s’il recherche dans le Baopuzi neipian de quoi alimenter ses fantasmes. L’ouvrage comprend toutefois un passage, assez obscur à la première lecture, mais qui semble bien faire référence, à mots cachés, et sous une forme assez poétique, aux fameux arts de la chambre à coucher :

乃 父 吸 寶 華,浴 神 太 清,外 除 五 曜, 守 九 精,堅 玉 鑰 於 命 門, 結 北 極 於黃 庭, 引 三 景 於 明 堂,飛 元 始 以 鍊 形,采 靈 液 於 金 梁,長 驅 白 而 留 青,凝 澄 泉 於 丹 田,引 沈珠 於 五 城,瑤 鼎 俯 爨,藻 禽 仰 鳴,瑰 華 擢 穎,天 鹿 吐 瓊,懷 重 規 於 絳 宮,潛 九 光 於 洞 冥,雲 蒼 鬱 而 連天,長 谷 湛 而 交 經,履 躡 乾 兌,召 呼 六 丁,坐 臥 紫 房,咀 吸 金 英,曄 曄 秋 芝,朱 華 翠 莖,皛皛 珍 膏,溶 溢 霄 零,治 飢 止 渴,百 痾 不 萌,逍遙 戊 巳,燕 和 飲 平,拘 魂 制 魄,骨 填 體 輕,故 能 策 風 雲以 騰 虛,並 混 輿 而 永 生 也。

« (…)
Il mâche et aspire la fleur précieuse,
Purifie son esprit dans le ciel infini,
Médite au-dehors sur les cinq lumières,
Préserve en dedans ses neuf essences ;
Il renforce le cadenas de jade des portes de la vie,
Attache l’étoile polaire à la cour jaune,
Attire les trois lumières vers la salle claire,
Fait voler (vers lui le souffle) originel pour purifier son corps,
Recueille le liquide divin sur la poutre d’or,
Chassant le blanc à jamais et retenant le noir,
Gèle la fontaine limpide dans le champ de cinabre,
Et conduit les perles immergées vers les cinq cités.
Le chaudron d’albâtre se baisse vers le foyer,
L’oiseau paré lève la tête et crie ;
La fleur de jaspe dresse son épi,
Le cerf céleste crache le jade.
Il garde les lois primordiales en son palais écarlate,
Cache les neuf lumières dans l’obscurité de sa grotte.
Le grenier à nuages croît et rejoint le ciel,
La longue vallée s’emplit et les trames se mêlent.
Il foule Qian et Dui,
Convoque les six Ding,
S’assied et s’allonge dans sa chambre pourpre,
Mâche et aspire la fleur d’or,
Champignon automnal resplendissant,
Fleur vermeille et tige d’émeraude,
Précieux onguent clair et pur,
Débordement tranquille et pluie continue des nuages.
Il apaise sa faim et étanche sa soif,
Empêche les cent maux d’apparaître,
Voyage au cœur des choses,
S’abreuve de paix et d’harmonie,
Retient (ses âmes) hun et po.
Ses os sont pleins et son corps léger,
Aussi peut-il fouetter vents et nuages pour monter vers le ciel,
Conduire le char du chaos et vivre éternellement. »
(Traduction P. Che, La Voie des Divins Immortels, p. 97/98)

3Toute la difficulté, on l’aura compris, réside dans l’interprétation des images. Nous avons affaire ici à un langage codé, dont certaines clés sont connues (« fleur vermeille et tige d’émeraude »), d’autres assez suggestives pour être comprises de façon intuitive. D’autres enfin paraissent obscures, et nécessitent un véritable travail de recherche pour être déchiffrées. James Ware, traducteur du Baopuzi neipian en anglais, a tenté une interprétation de ce passage en s’aidant des nombreuses gloses que l’on trouve dans le Daozang 道藏, canon taoïste regroupant l’essentiel des textes jusqu’aux Ming. Je formulerai deux critiques à l’égard de la traduction du passage en question : premièrement, J. Ware ne semble pas avoir perçu ses connotations sexuelles, et l’interprète exclusivement en termes d’alchimie interne (neidan 丹) et externe (waidan 外丹) ; c’est ainsi qu’il traduit changgu 長谷par « nez », acception attestée dans certains textes, mais qui ici, comme le prouvent d’autres passages du même ouvrage, désigne très clairement le vagin. Deuxièmement, le caractère poétique et suggestif du texte disparaît totalement dans une interprétation souvent discutable :

“They chew and inhale breath to bathe their inner gods in Paradise,
They disregard astrology (the five planets) and concntrate on preserving within themselves the nine gods.
They affix a lock to the sperm in the lower abdomen (Gateway of Life); keep their eyes on the pole of the universe.
Drawing the light of the sun, moon and dipper to within their forehead (Hall of Enlightenment), they enter traces in order to confine their bodies.
Gathering there life-giving exudate from the golden beams of Paradise, they slow down the race toward old age and retain their youth.
They maintain immutable the transparency natural to the centers within their heads, chests and abdomens, and conduct their saliva to the lungs, heart, spleen, liver, and kidneys.
As they tend the fire below the bubbling crucible, multicolored birds are inspired to look up toward them and chirp.
When they pluck the best products from the brew, a unicorn sounds its note.
Then, cherishing both sun and moon in their hearts, they conceal the gathered light witin their heads.
After their stomachs have been filled, the effects show in their faces; the nose becoming drenched, the effects pass to the blood vessels.
Imbued with heavenly contentment, they summon the Six-Ting gods
To sit or lie in their hearts and chew upon the juices there.
Flourishing become their inner working parts: showing flowerings of vermilion and shoots of blue. Clear white becomes their fat: oozing and dripping.
Thus, hunger controlled and thirst ended, no illnesses burgeon in them.
Spleens completely at ease, they enjoy tranquillity and peace.
Tehir inner spirits under firm control, their bones become filled, but their whole frames remain light.”
(Traduction J. Ware, p. 99/100)

4Autres passages du Baopuzi neipian se rapportant à la sexualité :

« Un visage charmeur, un port séduisant, du fard sur une peau blanche abrègent la vie. » (chapitre 1, p. 56)

« Quelqu’un demande : « Serait-ce le désir charnel que vous entendez, lorsque vous parlez de ce qui est dommageable ? » Je réponds : « Il ne s’agit pas que de cela. Cependant, le plus important dans la recherche de la longue vie est la voie du renversement des années. L’homme supérieur la connaît, et peut grâce à elle rallonger ses années et extirper la maladie. Elle permet au moins de ne pas porter atteinte à son propre corps. Celui qui apprend à renverser les années alors qu’il est encore jeune et fort, renforce son cerveau en avalant l’élixir yin et recueille l’eau de jade dans la longue vallée. Sans prendre de drogues, il n’en gagnera pas moins cent ou deux cents ans, mais ne deviendra pas immortel. Les Anciens comparaient celui qui n’a pas cette science à une coupe taillée dans de la glace et dans laquelle on verserait une soupe brûlante, ou bien à une lanterne faite de plumes dans laquelle on voudrait conserver une flamme. » (idem)

« L’absence de commerce entre le yin et le yang est préjudiciable. » (idem)

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie succincte autour de Ge Hong

En langues occidentales

CHE Philippe, La Voie des Divins Immortels, les chapitres discursifs du Baopuzi neipian (trad.), Gallimard, 1999.

WARE James, Alchemy, Medicine and Religion in the China of A.D. 320, The Nei P’ien of Ko Hung (trad.), M.I.T. Press, 1966, rééd. Dover Publications, New York, 1981.

DAVIS Tenney, CHEN Guofu, « The inner chapters of Pao-p’u-tzu », in Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, vol. 74, n°10, p. 297-325, déc. 1941.

FEIFEL Eugene, traduction des chapitres 1, 2, 3, 4 et 11 du Baopuzi neipian in Monumenta Serica, VI (1941), p. 113-211 ; IX (1944), p. 1-33 ; XI (1946), p. 1-32.

NEEDHAM Joseph, Science and Civilisation in China, vol. V:3, p. 75-113, Cambridge, 1976.

PREGADIO Fabrizio, Ko Hung, le Medicine della Grande Purezza (trad.), Edizioni Mediterranee, Rome, 1987.

SALEY Jay, The Master who Embraces Simplicity, a study of the philosopher Ko Hung, A.D. 283-343, Chinese Materials Center, San Francisco, 1978.

SIVIN Nathan, “On the Pao p’u tzu Nei p’ien and the life of Ko Hung (283-343)” in Isis, 60, p. 388-391, 1969.

WU Luqiang, DAVIS Tenney, “Ko Hung on the Gold Medicine and on the Yellow and the White”, in Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, vo. 70, n°6, déc. 1935, p. 221-284.

En chinois

藍秀隆, 抱朴子研究, 台北, 1990.

李豐楙, 抱朴子 : 不死的探求, 台北, 1977.

李中華, 抱朴子新譯, 台北, 1996.

梁榮茂, 抱朴子研究 , 台北, 1977.

弢甫, 抱朴子篇校釋舉正, 北京, 1982.

王明,抱朴子内篇校,中華書局,1985.

楊明照, 抱朴子篇校釋補正, 北京, 1982.

En japonais

HONDA Wataru 本田濟, Hobokushi 抱朴子 (trad.), Tokyo, 1990.

ISHIJIMA Yasutaka 石島快隆, Hobokushi 抱朴子 (trad.), Tokyo, 1927, rééd. 1987.

KOJIMA Sukema 小島祐馬, « Hobokushi to doka shiso » 抱朴子上道家思想, in Shinagaku, 1.9, p. 697-708, 1921.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Che, « Les arts de la chambre chez Ge Hong », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ideo.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Philippe Che

Université Aix-Marseille, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org