Navigation – Plan du site
La traduction des langues et des littératures asiatiques (2007)

Quelques difficultés de traduction dans les romans de Wang Dulu

Solange Cruveillé

Texte intégral

  • 1  Anciennement écrit « kungfu ».
  • 2  Article en ligne : http://fr.yunnantourism.com/destina/dali/kungfu.htm (dernière consultation 23/0 (...)
  • 3  Voir notamment l’ouvrage du célèbre critique et comparatiste taïwanais Ye Hongsheng 叶洪生, « Jindai (...)
  • 4  Jin Yong, La Légende du héros chasseur d'aigles (She diao yingxiong zhuan 射雕英雄传), Wang Jiann-Yuh ( (...)
  • 5  Tigre et Dragon, première époque « La vengeance de Petite Grue » (He jing Kunlun 鹤惊昆仑), S. Cruveil (...)

1Les romans de gongfu 1, ou wuxia xiaoshuo 武侠小说, sont particulièrement appréciés en Chine. Comme l’écrit Olivier Chang dans son article « la popularité des romans de kungfu en Chine » : « L'importance croissante des romans de Kungfu en Chine est un phénomène culturel particulier. Sous les dynasties Tang et Song, leur forme embryonnaire était destinée principalement à la classe intellectuelle. Sous les Qing, ils avaient un style plus folklorique. Plus récemment, les romans de Jin Yong ont permis une diffusion beaucoup plus vaste de la culture chinoise »2. Jin Yong 金庸 (Louis Cha, 1924-) reste le maître incontestable du genre. Mais d’autres auteurs tels que Gu Long 古(auteur taïwanais, 1937-1985, de son vrai nom Xiong Yaohua 熊耀华), Liang Yusheng 梁羽生 (1924 - 2009, de son vrai nom Chen Wentong 陈文统), Li Shoumin 李寿民 (1902-1961, ou Huanzhu Louzhu 还珠楼主), Gong Baiyu 宫白羽 (1899-1966), Zheng Zhengyin 郑证因(1900-1960, de son vrai nom Zheng Rupei 郑汝霈) ou Wang Dulu 王度庐 (1909-1977) se démarquent également par leur style fluide et pour certains novateur. Le récent regain d’intérêt pour ce genre littéraire a par ailleurs donné lieu à diverses études et compilations en langue chinoise3, mais aussi à quelques traductions en langues européennes, avec pour la France la parution de La légende du héros chasseur d’aigles de Jin Yong4et de Tigre et dragon : la vengeance de Petite Grue de Wang Dulu5.

Wang Dulu 王度庐

  • 6  On peut notamment citer : « La Fragrance des chatons de saule » (Luoxu piaoxiang落絮飘香), « les Entra (...)

2Wang Dulu (1909-1977), de son vrai nom Wang Baoxiang 王葆祥 (appellation Xiaoyu 霄羽) naît à Beijing dans une famille pauvre d’origine mandchoue. Il perd son père à l’âge de sept ans et doit très tôt faire face à ses responsabilités et aider sa famille à survivre. Ainsi assume-t-il dès l’âge de douze ans deux emplois : il devient assistant dans un magasin de lunettes et entre au service d’un officier de bas rang. Mais il finit par perdre ces postes du fait de sa santé fragile. Autodidacte, il finit à force de travail par décrocher un poste de professeur d’école. C’est dans les années trente qu’il commence à écrire pour les journaux quelques articles et poèmes. Suivront des rédactions de courts romans à épisodes, puis, après l’invasion japonaise, une vingtaine de romans d’amour et de chevalerie (wuxia yanqing xiaoshuo 武侠 言情小说) et de romans de mœurs (shehui xiaoshuo 社会小说)6. Sous la Révolution culturelle, il est envoyé à la campagne avec sa famille. C’est là qu’il décèdera, à l’âge de 68 ans.

  • 7  Les trois autres étant Li Shoumin, Gong Baiyu et Zheng Zhengyin.

3Wang Dulu a toujours considéré les romans de gongfu comme une forme de littérature populaire de divertissement. Il a même prétendu n’en écrire que pour vivre. Cependant, ses romans à succès lui ont permis de devenir l’un des plus grands auteurs chinois de wuxia xiaoshuo et il a inspiré de nombreux écrivains de Taïwan et du continent des époques suivantes. Il devient même l’un des « quatre grands auteurs de l’Ecole du Nord » (Beipai si dajia 北派四大家)7. Amateur de littérature occidentale, il mêle un peu les littératures des deux continents, ce qui rend son style fluide et ses histoires émouvantes pour les lecteurs de tout horizon. Il renouvelle le genre des wuxia xiaoshuo en intégrant aux histoires habituelles de vengeance et de haine des intrigues amoureuses, et en plongeant ses personnages dans la tourmente psychologique. Comme l’écrit Zhang Gansheng 张赣生, spécialiste de la littérature populaire chinoise moderne et contemporaine, dans sa préface de Hejing Kunlun 鹤惊昆仑 :

  • 8  Traduction personnelle. Pour la version chinoise, voir la préface de Zhang Gansheng dans Wang Dulu (...)

« Wang Dulu a créé une forme parfaite et accomplie du roman d’amour et de chevalerie, et en cela, il apparaît comme le maître fondateur de toute une génération. [...] Il excelle dans l’art de décrire les tragédies romantiques du monde de la chevalerie. [...] Dans ses romans, il ne se contente pas simplement de décrire les scènes d’arts martiaux et les hauts faits de chevalerie : la générosité chevaleresque devient le sang et l’âme même de ses personnages chevaliers. Ses tragédies romantiques ne tombent pas non plus dans de banales histoires d’attachement et d’attirance compromises par de viles personnes : il faut fouiller au plus profond du caractère et de la personnalité des personnages, qui résultent souvent d’une longue influence des vertus martiales et des principes de chevalerie. Dans un contexte compliqué, les tragédies romantiques chevaleresques causées par le caractère autodestructeur des personnages se révèlent particulièrement émouvantes. Cela inclut toutes les douleurs du vécu de l’auteur et les expériences profondes de la vie humaine : les augures réels ou imaginaires de conflit armé, la loi naturelle des tourments amoureux, le cycle des vies humaines. »8

Pentalogie « Tigre et Dragon »

  • 9  A propos du titre « The Crane-Iron Pentalogy » : Crane (en français « la grue ») et Iron (« de fer (...)
  • 10  Publié en français sous le titre « Tigre et dragon : la vengeance de Petite Grue », op.cit.
  • 11  Le quatrième tome de cette saga a fait découvrir Wang Dulu au public occidental grâce à l’adaptati (...)

4L’ouvrage le plus plébiscité écrit par Wang Dulu reste son œuvre monumentale « Crane- Iron Pentalogy » constituée de cinq romans d’amour et de chevalerie9 : « La Grue effraie Kunlun » (He jing Kunlun 鹤惊昆仑)10, « Epée précieuse, épingle à cheveux en or » (Baojian Jinchai 宝劍金钗), « Force de l’épée, Eclat de la perle » (Jianqi zhuguang 剑气珠光), « Tigre et Dragon » (Wo hu cang long 卧虎藏龙), et « Cavalier de fer, Vase d’argent » (Tieqi yinping 铁骑银瓶)11. La saga retrace les histoires de vengeance et d’amour de héros chevaliers sur quatre générations. Chaque tome est présenté sous la forme d’une « légende » ou « chronique » (ji ) dans la pure tradition des romans de gongfu. Quatre des cinq romans se terminent tragiquement. Riche en rebondissements, chaque livre comporte deux ou trois intrigues parallèles. Plus que de simples romans de gongfu, il s’agit d’histoires d’amour tragiques et de drames psychologiques.

  • 12  Voir plus haut.
  • 13  Olivier Chang dénombre ainsi huit étapes dans le déroulement des intrigues des romans d’amour et d (...)

5He jing Kunlun (littéralement « la Grue effraie Kunlun »)12, le premier tome de la saga, est d’abord paru en feuilletons dans le journal Qingdao Xinmin 新民, d’avril 1940 à mars 1941. Il retrace la vie et les aventures du père et des deux maîtres d’armes de Li Mubai 李慕白, le héros chevalier du quatrième tome « Tigre et Dragon ». Son titre original est « La Danse de la Grue et du Phénix », « Grue » et « Phénix » étant les noms des deux personnages principaux, qui vivent un amour impossible. L’intrigue raconte comment Petite Grue (Jiang Xiaohe 江小鹤), un jeune garçon intrépide, étudie les arts martiaux dans le but de venger la mort de son père, assassiné par son maître d’arts martiaux Bao Zhenfei 鲍振飞, de la secte de Kunlun. Mais son amour pour la belle Aluan 阿鸾 (en chinois « phénix »), la petite-fille de son ennemi juré, le plonge en plein dilemne. Ce premier volet de la saga est construit selon le schéma traditionnel des histoires de gongfu : un jeune orphelin mène une vie errante et part trouver un maître en arts martiaux pour revenir plus tard assouvir sa vengeance, vengeance contrariée par des sentiments amoureux envers une femme du clan ennemie13. Une composition qui n’est pas sans évoquer chez le lecteur occidental les tourments cornéliens d’un Rodrigue face à sa Chimène bien aimée.

Difficultés propres à la traduction des romans chinois

6Comme dans beaucoup d’autres romans chinois, les principales difficultés de traduction concernent le rendu en français des noms des personnages : faut-il les garder en pinyin ou bien les traduire plus ou moins fidèlement, en prenant le risque de s’éloigner du sens d’origine pour s’adapter à la langue française ? Autre difficulté, les termes d’adresse : faut-il rester près du texte en ce qui concerne le tutoiement et le vouvoiement, ou bien traduire en fonction du contexte, du ressenti et du contenu implicite ?

Noms des personnages

7Trois choix s’offrent au traducteur : retranscrire le nom phonétiquement, traduire littéralement ou traduire librement. On trouve dans les romans de Wang Dulu deux types de noms de personnages : les noms traditionnels, de forme nom propre + prénom (souvent 1 + 2 caractères), qui ont une signification plus ou moins importante et sont plus ou moins traduisibles en français, et les surnoms, généralement traduisibles et indispensables. Lorsque l’auteur nous donne à la fois un nom et un surnom, il semble naturel de garder le nom en chinois et de traduire le surnom en français. Par exemple pour le bûcheron Hu Erzheng 胡二怔, surnommé « Hu aux épaules de fer » 铁肩膀胡二怔. Dans le cas où il n’y a qu’un simple nom, cela dépend de sa signification, de l’importance du personnage dans l’intrigue et du rapport plus ou moins important entre le nom et le caractère du personnage.

8Il n’est pas rare de traduire d’une certaine façon et de revenir plus tard sur ses choix de traduction à la lecture d’informations supplémentaires données par l’auteur sur le personnage. Quelques personnages ont même plusieurs dénominations, données par l’auteur, ce qui permet au traducteur de jongler entre les noms pour éviter les répétitions.

9Exemples :

10Le vieillard Bao Kunlun 鲍昆仑 (Kunlun étant le nom d’une secte de gongfu née dans les montagnes du même nom), l’un des personnages principaux, le maître d’armes que Petite Grue cherchera à tuer, s’appelle de son vrai nom Bao Zhenfei 鲍振飞, nom qui ne rend pas en traduction française. Dès la première page du livre, l’auteur le présente sous le nom de « vieux Boxeur Bao Zhenfei » et précise qu’on le surnomme « Bao Kunlun » ou encore « le vieux boxeur Bao ». Dans la suite du récit, il utilise toutes ces dénominations à sa guise. En français, il suffit de suivre les choix de l’auteur et d’alterner à quelques endroits pour éviter des répétitions trop nombreuses sans pour autant se montrer infidèle vis-à-vis du texte.

11Un autre exemple avec le nom du personnage principal : Jiang Xiaohe 江小鹤 (littéralement « Jiang »  = le fleuve, « xiao »  = petit et « he »  = la grue). Cette fois-ci, le traducteur a décidé de traduire le nom, et ce pour plusieurs raisons : d’abord, le personnage n’a pas de surnom. Ensuite, au début de l’histoire, ce n’est encore qu’un petit enfant, d’où l’avantage de garder le sens de « petit ». De plus, une fois vieux, il change de nom pour s’appeller « Jiang Nanhe » 江南鹤 (Grue du Sud). A la fin du livre, un sourd-muet imite les battements d’ailes d’un oiseau pour le désigner et enfin, le terme « Grue » est présent dans le titre du volume.

12Traduire ou non les noms dépend en fait du contexte : le nom d’un personnage central aura intérêt à être traduit si c’est possible et si cela a un intérêt pour le caractériser. Si cela ne donne rien en français, on garde la transcription en pinyin en ajoutant éventuellement une note en bas de page. Dans le cas d’un surnom relatif à un trait physique ou de caractère d’un personnage, il faut le traduire en français en choisissant le terme le mieux adapté. Exemple : un certain Zhang-le-Naïf (Zhang Laoshi 张老实 - naïf dans le sens stupide) sera traduit « Zhang la bonne patte » en français pour mettre en avant non pas le caractère stupide du personnage mais son côté gentillet qui transparaît à la lecture du texte.

Termes d’adresse

13Wang Dulu écrit dans un style populaire, avec beaucoup de dialogues. Il n’utilise jamais le pronom de politesse « vous » (nin ) pour faire s’adresser un personnage à quelqu’un qui lui est supérieur. Or, il semble évident que le traducteur ne peut pas se permettre d’abuser des « tu » librement.

14Là encore, deux choix s’offrent à lui :

15- chercher des indices dans la terminologie, avec quelques appellations respectueuses cachées (par exemple le terme « daye »  大爷 qui peut signifier en français « seigneur », « maître », « oncle »/ ou les termes : « mon frère », « mon jeune ami », etc.), ou encore des indices dans les descriptions qui précèdent les dialogues (par exemple, si un personnage s’incline avec respect avant de s’adresser à un autre)

16- s’aider du contexte et faire appel à la logique : par exemple, lors de dialogues entre un disciple et son vieux maître d’armes, le pronom utilisé en chinois est « tu ». Mais tout naturellement, on traduira « vous », car un disciple doit le respect à son maître. Là où cela se complique, c’est pour les relations entre membres d’une même famille ou d’un même clan. Une fois de plus, les choix sont tout à fait personnels. La petite Aluan devrait dire « vous » à son grand-père âgé, mais son comportement mutin et capricieux oblige à traduire par un tutoiement affectueux et respectueux. Deux ennemis qui respectent les capacités de l’autre se diront « vous » alors que deux ennemis qui se détestent cordialement se diront « tu ».

Difficultés inhérentes à la traduction des wuxia xiaoshuo

17Le style de Wang Dulu est assez fluide et le roman se lit bien. Pour le traducteur, les principales difficultés concernent la traduction de tout ce qui touche à l’univers du gongfu : par exemple la traduction des scènes de combat (armes utilisées, techniques de gongfu), mais aussi tout ce qui constitue le monde de la chevalerie, avec ses personnages et ses lieux célèbres.

  • 14  Par exemple « Chang’an » 长安, qui est l’ancien nom de la ville de Xi’an 西安

18Les différents épisodes se passent tout d’abord dans des endroits connus qui existent réellement. Il peut s’agir de villes, de districts, de temples, de montagnes, de rivières, de sites historiques. Il arrive même que Wang Dulu utilise des appellations anciennes14. Le traducteur n’a d’autre choix que de s’armer de nombreux dictionnaires de chinois moderne et classique et de situer sur une carte les lieux traversés pour éviter toute erreur grossière, par exemple deux montagnes qui porteraient le même nom en chinois mais seraient diamétralement opposées sur une carte.

19En outre, comme il n’y a pas de romans de gongfu sans scènes de combat, le traducteur a tout intérêt à se plonger dans cet univers parfois totalement étranger pour lui pour traduire au mieux les termes employés. La première difficulté concerne le nom des armes : certaines sont facilement traduisibles (épée, lance), d’autres poussent à consulter des sites ou des ouvrages spécialisés (sabre-crochet, épée à deux mains, sabre à tête de diable, couteaux papillon), d’autres enfin, difficilement traduisibles et typiquement chinoises sont généralement admis en pinyin et rendus tels quels (comme l’arme Pudao, sorte de courte hallebarde). Plusieurs passages retracent aussi l’histoire des arts martiaux : l’invention du Taiji quan 极拳 par Zhang Sanfeng, l’histoire de Zhenwu, saint patron des arts martiaux et des rituels taoïstes, les différentes formes de gongfu, les différentes écoles et lieux de formation.

20Les termes techniques de gongfu sont également durs à traduire : différents mouvements (par exemple le mouvement sao tang tui 扫堂腿, mouvement de gongfu qui consiste à balayer le sol avec une jambe tendue en se tenant accroupi) et différents styles (ruan gongfu 夫 et ying gongfu 硬功夫). Enfin, le déroulement des combats est assez contrariant à traduire : chaque étape est traduite dans les détails, et il faut éviter de tomber dans une traduction trop lourde. Exemple :

  • 15  « Tigre et dragon : la Vengeance de Petite Grue », op.cit. chap.VI

« Le sabre et l’épée s’entrechoquèrent. Le Chevalier de Langzhong se tenait bien droit. Il brandit son épée trois fois d’affilée en la faisant siffler dans les airs, sans lever les pieds du sol, gagnant de plus en plus de terrain. Le vieux boxeur dut reculer pour esquiver les trois premiers coups, et au quatrième, il leva son sabre de Kunlun, et « dang ! », para l’épée. Le Chevalier dégagea sa lame de la main droite et l’abattit sur le bras gauche de son adversaire, qui s’empressa d’esquiver en se jetant sur la droite et en reculant sa jambe gauche derrière sa jambe droite. Il donna un coup de sabre, arriva à détourner l’épée précieuse et frappa dans l’abdomen. Xu Lin fit plonger son épée pour le bloquer, mais le vieux boxeur avait beaucoup de force et son sabre ne bougea pas. Au contraire, il força encore plus sur l’épée. Le Chevalier recula de deux pas et changea de position : il leva un pied et déploya son bras, à la manière d’un oiseau peng qui déplie ses ailes, puis abattit sa lame pour frapper Bao Zhenfei dans l’abdomen. Mais encore une fois, le vieux boxeur repoussa l’attaque avec son sabre. »15

21Principaux risques : passages lourds, répétitifs, trop descriptifs ; erreurs dues à un manque de connaissance du traducteur en arts martiaux, termes inadaptés ; problèmes de compréhension pour le lecteur, d’où la nécessité de mettre des notes explicatives.

Problèmes de style et de rendu en français

Passages en vers

22Deux vers ouvrent chaque chapitre. La traduction en français transforme la plupart du temps le distique en quatrain. Ces poèmes d’ouverture annoncent la suite des événements. On trouve également quelques poèmes dans le texte, à travers un des personnages qui est aussi poète. Les difficultés rencontrées concernent comme pour toute poésie les rimes ainsi qu’un rendu fidèle qui ait un sens correct en français. Parfois, il faudra donc s’éloigner du sens premier des termes employés.

Exemple avec le distique qui ouvre le chapitre 2 :

雪夜复冤仇犊儿斗虎

春郊生情爱燕子啄花

(1 : neige / nuit / recommencer, renouer / haine, ressentiment / veau / combattre, lutter / tigre)

(2 : printemps / banlieue, périphérie / naître / amour, affection / hirondelle / picorer, becqueter / fleur)

Le sens de (picorer) ne peut être traduit littéralement, du fait de son emploi en français réservé aux oiseaux qui cherchent leur nourriture, qui donnent des coups de bec. Du coup, le traducteur doit faire des infidélités au texte tout en restant proche du sens voulu par l’auteur :

La nuit de tempête réveille le désir de vengeance,

Le veau part affronter le tigre ;

Le printemps fait naître la passion,

  • 16  Traduction discutable.

L’hirondelle caresse la fleur16.

Temps du récit

23L’un des principaux problèmes de ce genre de roman est qu’il imbrique les récits les uns dans les autres et jongle parfois sans transition d’un personnage à un autre. Ainsi, l’auteur nous raconte l’histoire d’un personnage, puis raconte ce qui lui est arrivé avant, et encore avant, avant de partir sur les aventures d’un autre personnage et enfin de revenir au récit initial, souvent sans transition. Une fois que le traducteur a compris l’agencement des récits, il faudra qu’il traduise d’une façon compréhensible et fluide.

24Le temps du récit en chinois est le présent ou le passé. Dans la traduction française, on utilise le passé simple et l’imparfait. Un récit dans le récit conduit à utiliser le plus-que-parfait, et dans le cas de dialogue le passé composé. Si ledit récit est trop développé et comporte lui aussi un récit passé, il faut alors reprendre le passé simple. Ce choix se fait surtout à la relecture et s’impose naturellement. Voici un exemple :

江小鹤本有从川省骑来的那匹黑马,可是已于四年前死在山上了。但江小鹤十年前在阆中府赌博所赢的银两可还都没有动,他就想走过了江时,一定要买一匹好马。在路上他就徒步而行,正当春间,这江南的水田之中处处是插秧的少女,他看见了这些女子,不由心里一动。又想起那生长在仇家的儿时情侣鲍阿鸾,这时大概可已过了二十岁,多半已经嫁人了,前时的婚约,也许忘掉了。又不知自己母亲现在是怎样的衰老,弟弟已长了多高,因此他不由得顿足长叹。虽然如此,但他学会了一身超人出众的武艺,文字也相当通晓,已不再是十年前的那个三头虎江小鹤了。所以他意态轩昂,精神畅爽。

Le cheval noir qu'il avait chevauché en quittant le Sichuan était mort quatre ans auparavant dans la montagne. Cependant, il avait conservé tout l'argent gagné lors des paris à Langzhong et prévoyait de s'acheter un nouveau cheval une fois le fleuve traversé. Il voyageait pour l'instant à pied sur la grande route. C'était le printemps : partout dans les rizières au sud du fleuve, les jeunes filles repiquaient les plans de riz. En les apercevant, son cœur se mit à battre plus fort. Il repensa alors à la tendre Aluan, rencontrée à l'époque où il vivait encore chez son ennemi. Elle devait bien avoir plus de vingt ans à présent, et s'était sans doute déjà mariée. Peut-être même avait-elle oublié sa promesse en mariage... Il ignorait également comment se portait maintenant sa vieille mère, quel homme était devenu son petit frère, et tout cela le fit taper du pied et soupirer. Cependant, ses capacités en arts martiaux étaient exceptionnelles, et il était versé dans les lettres : il n'était plus le « Tigre à trois têtes » d'il y a dix ans. Aussi prit-il un air majestueux et reprit-il courage.

Problèmes de répétitions et de littéralité

25Le traducteur doit veiller à éviter les répétitions inutiles : par exemple remplacer les noms par des pronoms ou des surnoms (car comme nous l’avons vu, les noms sont répétés à chaque début de phrase dans le texte). Il faudra les remplacer ou parfois même les éluder pour éviter les effets de redondance. Par exemple, « Bao Zhenfei » sera parfois remplacé par « il », « le vieux boxeur », « le vieux Bao », etc.

26Il faut également éviter les lourdeurs dans le texte et les traductions trop littérales : Wang Dulu a tendance à tout décrire. Exemple de traduction littérale :

« Il partit au galop. Il arriva à cheval devant l’auberge. Il descendit de cheval, il donna son cheval à un employé, il poussa la porte, il entra dans l’auberge. Il se baissa pour s’assoir, il appela un employé et il commanda à boire.»

27Difficulté à rester fidèle tout en rendant la traduction plus fluide, par exemple :

« Il partit au galop. Une fois à l’auberge, il mit pied à terre, confia sa monture à un employé et entra. Il s’assit et commanda à boire.... »

28Le traducteur se doit aussi de donner un style vivant et populaire aux dialogues tout en gardant un style élégant pour le récit, comme le fait Wang Dulu, et enfin d’harmoniser le texte entier, en se rappelant de chaque personnage et de chaque lieu, même lorsqu’ils n’apparaissent que deux ou trois fois en mille pages.

29Les problèmes de traduction qui se posent concernant les romans de Wang Dulu sont assez communs à ceux rencontrés dans tout roman de gongfu. La plus grande difficulté pour le traducteur est de traduire dans un style ni trop classique, ni trop moderne, et surtout d’arriver à s’immerger dans le monde de la chevalerie chinoise des siècles passés. Il faudra veiller à traduire à l’occidentale tout en restant près du texte et de sa tonalité, rester fidèle à l’auteur tout en rendant compréhensible ce qui est étranger au lecteur, en résumé permettre à tout un chacun de lire un roman de gongfu et de l’apprécier sans ressentir trop de difficultés.

Haut de page

Notes

1  Anciennement écrit « kungfu ».

2  Article en ligne : http://fr.yunnantourism.com/destina/dali/kungfu.htm (dernière consultation 23/01/2008. Voir également l’article de Nicolas Zufferey, « De Confucius à Jin Yong », in La pensée en Chine aujourd'hui. Paris : Gallimard, « Folio/essais », 2007, pp. 75-102.

3  Voir notamment l’ouvrage du célèbre critique et comparatiste taïwanais Ye Hongsheng 叶洪生, « Jindai Zhongguo wuxia xiaoshuo zhuming daxi » 近代中国武侠小说著名大系 (Compendium des romans de chevalerie chinois de l’époque moderne). Taipei : Lianjing, 1984.

4  Jin Yong, La Légende du héros chasseur d'aigles (She diao yingxiong zhuan 射雕英雄传), Wang Jiann-Yuh (trad.). Paris : Editions You-Feng, 2004 (2 vol.).

5  Tigre et Dragon, première époque « La vengeance de Petite Grue » (He jing Kunlun 鹤惊昆仑), S. Cruveillé (trad.). Paris : Calmann-Lévy, octobre 2007, 346 p. C’est sur ce dernier ouvrage que se base le présent article. Voir aussi : Tigre et dragon, deuxième époque, « La Danse de la Grue et du Phénix » (deuxième partie du premier volet). Paris : Calmann-Lévy, février 2008.

6  On peut notamment citer : « La Fragrance des chatons de saule » (Luoxu piaoxiang落絮飘香), « les Entraves de l’âme » (Linghun zhi suo 灵魂之锁), « Quatre héros errants » (Fengchen sijie 风尘四 ), « la Femme chevalier de la Colline parfumée » (Xiangshan xianü 香山侠女), « Ruban brodé et fléchettes d’argent » (Xiudai yinbiao绣带银镖), « Le Bandit de Luoyang » (Luoyang haoke 洛阳豪客), ou « Eclair pourpre, Givre noir » ( Zidian qingshuang lu 紫电青霜录).

7  Les trois autres étant Li Shoumin, Gong Baiyu et Zheng Zhengyin.

8  Traduction personnelle. Pour la version chinoise, voir la préface de Zhang Gansheng dans Wang Dulu, He jing Kunlun 鹤惊昆仑, Beijing : Qunzhong, « Wang Dulu wuxia yanqing xiaoshuo ji » 王度庐武侠言情小说集 (coll. « Recueil des Romans d’amour et de chevalerie de Wang Dulu »), 2000, 621 pages, pp. 3-4.

9  A propos du titre « The Crane-Iron Pentalogy » : Crane (en français « la grue ») et Iron (« de fer ») font référence aux noms des personnages principaux du premier et du dernier tomes. Wang Dulu a choisi de donner pour titre à chaque tome les noms des personnages principaux. Par exemple dans le quatrième, « Tigre » et « Dragon » sont les noms des deux jeunes protagonistes amoureux. Combinaison gagnante puisqu’en plus l’expression « Wo hu cang long » 卧虎藏龙 (littéralement « tigre tapi et dragon caché ») désigne en chinois un talent hors du commun.

10  Publié en français sous le titre « Tigre et dragon : la vengeance de Petite Grue », op.cit.

11  Le quatrième tome de cette saga a fait découvrir Wang Dulu au public occidental grâce à l’adaptation cinématographique éponyme par le réalisateur Ang Lee en l’an 2000

12  Voir plus haut.

13  Olivier Chang dénombre ainsi huit étapes dans le déroulement des intrigues des romans d’amour et de chevalerie, entre la mort d’un (des) parent(s) du héros et sa retraite solitaire : « Cette structure en huit étapes est le cadre général des romans de Kungfu. Si les personnages, intrigues et événements varient d'un roman à l'autre, le décor est posé et on est dans un monde simple, familier et sans ambiguïté. » (Cf. O. Chang, « La popularité des romans de kungfu en Chine », op. cit., chapitre sur la forme des wuxia xiaoshuo.

14  Par exemple « Chang’an » 长安, qui est l’ancien nom de la ville de Xi’an 西安

15  « Tigre et dragon : la Vengeance de Petite Grue », op.cit. chap.VI

16  Traduction discutable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Cruveillé, « Quelques difficultés de traduction dans les romans de Wang Dulu », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/290

Haut de page

Auteur

Solange Cruveillé

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org