Navigation – Plan du site
Ecrits retrouvés de Jacques Dars

Les galants assortis

Jacques Dars

Notes de la rédaction

Jacques Dars fut un collaborateur très actif du projet conçu par André Lévy au milieu des années 1970 dans le cadre des travaux de l’équipe de recherche du CNRS « Etudes littéraires et historiques chinoises ». Ce projet avait pour but de dresser « l’inventaire analytique et critique du corpus des huaben 話本 » et, ainsi, de « mettre en valeur les richesses documentaires de toutes sortes du corpus et les rendre plus facilement exploitables, tant du point de vue de la thématique littéraire que de l’histoire sociale et économique »1. Vingt-huit ans après la publication du premier volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, paraissait, en 2006, un cinquième volume dans lequel Jacques Dars s’était chargé du Xihu jiahua 西湖佳話 (1673), chef-d’œuvre tardif de cette vogue littéraire qui s’est développée à la fin des Ming 明 (1368-1644) et au début des Qing 清 (1644-1911)2. Un sixième volume pourrait, un jour, mettre un point final à cette entreprise qui a déjà traité 19 recueils et offert des résumés d’un peu plus de 400 contes. Il devrait prendre en compte une collection de cinq récits, parue vers 1650, ayant pour titre Renzhonghua 人中畫3. Jacques Dars a ouvert la voie en se penchant sur le premier d’entre eux, « Fengliu pei » 風流配. Après un résumé finement brossé, qui donne envie de lire un jour une traduction de cette histoire typique du genre caizi jiaren 才子佳人, il livre les remarques suivantes : « Cette charmante histoire aboutissant au mariage du héros avec deux damoiselles, se retrouve dans des nouvelles des Ming (dans Qu You en particulier)4. On remarque dans ce récit beaucoup d’éléments (intrigues à rebondissements, travestissements, quiproquos, scènes comiques, dialogues enlevés et inventifs), qui évoquent le théâtre, et il se pourrait que le sujet eût été traité dans une pièce d’opéra. »  Nous reproduisons ci-dessous le résumé des quatre chapitres qui constituent cette histoire et fournissons en annexe, la reproduction du document de travail en notre possession.

Texte intégral

Chapitre 1

1À Chengdu 成都 au Sichuan [pas de situation temporelle] vit Sima Xuan 司馬玄, jeune homme beau et intelligent, reçu premier licencié (jieyuan 解元) à 17 ans, et que ses parents veulent marier, mais il préfère attendre d’avoir passé les examens métropolitains pour se choisir une beauté du pays de Yan 燕.

2Le jour des examens à la capitale (Chang’an 長安), il rédige d’une traite un brouillon de dissertation brillante, puis, fatigué, s’assoupit dans sa cellule avant de mettre cela au propre. Il est éveillé une bonne heure plus tard par de longs soupirs : un candidat de Wanping 宛平, Lü Ke 呂柯, explique alors qu’il s’acharne depuis vingt ans et passe le concours pour la sixième et dernière fois ; trois ans plus tôt, son épouse étant morte, Wang 王, un sima 司馬 du Shandong où il est précepteur, lui a promis sa fille – mais un nouveau préfet et jeune docteur a prétendu la lui ravir. Wang, fidèle à sa parole, a promis à Lü Ke qu’en cas de succès au concours, l’affaire s’arrangerait en sa faveur, mais sinon… Or pris d’angoisse, il « sèche » sur sa copie et se désespère.

3Sima Xuan, touché, décide de surseoir à son propre succès pour que Lü puisse épouser sa promise. Il utilisera ce délai pour se chercher lui-même une belle (et son ami, reçu, pourra l’aider de ses relations !). Il s’exécute, donne son brouillon et, prétextant un malaise, sort.

4Lü Ke, reçu dans les dix premiers, est ensuite appuyé par son maître Hua Yue 華嶽 (qui est alors libu shilang 禮部侍郎), passe les examens du palais (erjia 二甲, shujishi 庶吉士) et entre à l’Académie de Hanlin 翰林, carrière qui lui vaut la fille de Wang et les excuses de son rival. Quant à lui, il manifeste sa gratitude à son ami Sima Xuan, lequel, durant son séjour à la capitale visite tous les lieux célèbres – cherche en vain partout la femme idéale, belle et poète, sa Xie Daoyun 謝道韞 ou sa Zhuo Wenjun 卓文君, au point de finir par renoncer.

5Un jour, le maître de Lü Ke fête son 65e anniversaire, et organise une beuverie avec ses disciples ; puis il n’en garde que quelques uns, dont Lü Ke, pour trinquer encore dans sa bibliothèque magnifique et ornée de peintures et calligraphies fameuses. Lü Ke avise un éventail doré avec une élégie [8x5] en écriture exquise, et signée « votre indigne fille Fenglian 峰蓮 » ; la fille du Maître ferait, songe-t-il, une parfaite épouse pour son ami, auquel il conte tout. Sima Xuan analyse le poème, s’informe : c’est une fille de 15 ans, belle comme la lune et les fleurs, éminente poétesse, que son père adule et cache pour que nul ne la demande en mariage. Xuan est sûr de toucher au but de ses pensées, et Lü Ke s’engage à lui ménager une entrevue.

6Quelques jours après, il organise un banquet intime où il ne convie que le Maître et Sima Xuan ; le Maître n’est pas sans remarquer la qualité de ce convive, et comme Lü Ke vante sans cesse son talent, le met à l’épreuve : au cours de la promenade, il déclare que les poèmes qu’on lui offrit l’autre jour étaient pour moitié politesse formelle, pour moitié lieux communs, puis demande au brillant jeune homme de lui montrer son talent. Xuan compose d’emblée un poème dont les rimes font écho à celle du poème de la fille ; le Maître admire, lui promet un bel avenir, mais se demande comment il a pu connaître ces rimes : si c’est pur hasard, alors c’est un signe du Ciel, et ils sont « tiansheng yidui » 天生一對, nés pour être assortis. Mais Xuan plaira-t-il à sa fille ? Le Maître organise derechef un petit banquet dans son cabinet, où les jeunes gens admirent calligraphies et poèmes. Lors d’une nouvelle épreuve, le Maître se persuade du génie de Xuan, et veut bien l’accepter comme disciple. Son ami Lü Ke intervient encore pour qu’il en fasse son gendre ; le Maître consent à s’y engager à condition que Xuan décroche d’abord son diplôme.

7Xuan, aux anges, poursuit ses vagabondages, et un beau jour de printemps à Chang’an, tombe sur un colporteur de fleurs magnifiques. Rencontre, lourde de conséquences…

Chapitre 2

8Il fait chaud, le vieux Zhang 張 s’arrête pour se rafraîchir avec un éventail de grand prix, portant une inscription. Intrigué, Xuan lit un poème raffiné d’une certaine demoiselle Yin 尹. Qui peut-elle être ? Or le Vieux est sourd : première de plusieurs scènes comiques, plutôt rares dans cette littérature. Xuan obtient par le biais d’un lingot de deux ou trois liang d’argent des renseignements sur la poétesse : c’est Yin Xingyan 尹荇煙 (Brume sur lentilles d’eau), du village des Cuscutes, sis en un splendide paysage, où a longuement séjourné un vieux sieur Li 李, lettré en disgrâce, qui a d’abord enseigné le rudiment à une fraîche gamine de l’endroit, puis, frappé par ses dons, lui a fait faire de vraies études : garçon, elle eut été promise aux plus beaux succès. En partant, il a recommandé à ses parents de ne pas la marier à un croquant, et lui a laissé ses livres, bibelots, antiquités, etc. Elle a maintenant 16 ans et passe son temps à lire, faire des poèmes, s’exercer à la calligraphie, comme un vrai bachelier ! Et c’est en prévision des chaleurs que le vieux lui a emprunté un éventail. Xuan lui demande de lui apporter, moyennant finance, tout document, poème, tableau, de la demoiselle ; et pour l’aider à être serviable, fait acheter toutes les fleurs par la résidence des Lü.

9Le vieux repart enchanté de l’aubaine, qu’il conte à la belle dans son jardin, au Kiosque Sans-rêve ; il avoue la perte de l’éventail : sans importance, dit-elle, sauf le poème, « perle brillante jetée dans l’obscurité ». De son pavillon où Laver-les-bibelots (Wanguxuan 浣古軒), Brume entendra plus tard le vieux, ivre, dire qu’il lui empruntera quatre ou cinq éventails pour les vendre en ville, mais se trahir en demandant des inscriptions, ou des peintures de la belle. Il finit par avouer la vérité. Brume, se disant qu’il y a peut-être un vrai connaisseur, trouve un subterfuge : elle vendra ses éventails, dit-elle au vieux incrédule, mais au prix de 50 taels d’argent, et sinon, que le client rende le premier éventail acquis bon marché.

10Xuan comprend la manœuvre de la belle : bonne occasion pour correspondre. Il est d’accord sur le prix, mais rend l’éventail « qui n’est pas neuf ». Le vieux Zhang abasourdi récupère un éventail identique au premier, sauf qu’il porte un poème de Xuan dont Brume se délecte. Elle répond sur le même ton pour voir si l’amateur est vraiment féru de talent, auquel cas elle ne doute pas de l’emporter sur quiconque. Sous prétexte que l’éventail rendu n’est pas le bon ( !), elle renvoie sa réponse : le jeune homme est frappé par tant de dons et par le sérieux des intentions de Brume, poursuit le manège, et met Lü Ke au courant : il a donc déniché deux beautés d’un talent hors de pair, et il a besoin de l’aide de son ami pour réussir ces deux affaires matrimoniales ! Lü Ke est prêt à s’entremettre et à apporter les présents de fiançailles.

11Or il tombe en chemin sur Liu Yan 劉言, qui se rend chez le Maître et parvient à savoir que ce sont là des présents d’engagements de Sima Xuan. Lü Ke est reçu par le père Yin qui, dans tous ses états, consent immédiatement, et sa fille, frappée par la somptuosité des cadeaux, s’enchante de ce parti. L’émissaire est mené pour le thé dans le pavillon de la jeune fille, puis déjeune au Kiosque Sans-rêve : partout, le raffinement cultivé que l’on sent l’émerveille, et il ne repart qu’à regret de chez cette « immortelle ».

Chapitre 3

12Il rend compte, avec enthousiasme, de sa mission à son ami Sima Xuan, ravi.

13Mais au fait, qu’est-ce qui menait Liu Yan chez le Maître Hua Yue ? Un de ses disciples, le lettré Wang 王, veuf à 26 ans, désire épouser sa fille : impossible, dit le Maître, puisqu’elle est promise à Sima Xuan. Mauvais prétexte, rétorque l’autre, puisqu’il va s’engager ailleurs par l’entremise de Lü Ke ! Le Maître, interdit, envoie quelqu’un se renseigner, et s’étonne que Xuan ait pu mettre en balance sa fille et celle d’un croquant, à moins qu’il ne soit devenu fou. Tandis qu’il s’informe sur la nouvelle fiancée, il révèle tout cela à sa fille et enrage que ses deux disciples aient agi de la sorte en cachette ; mais elle propose un concours qui déterminera la plus talentueuse. Le Maître imagine donc une mise en scène…

14Le jour venu, palanquin de noces et cortège somptueux se rendent chez Yin pour chercher la fiancée : quand même surprise que ni Lü ni Xuan n’aient pu venir, elle exige que son futur se conforme aux rites. Le Maître est perplexe, mais sa fille se déguise pour tenir le rôle du fiancé ; en fin d’après-midi, il arrive en palanquin au village des Cuscutes, où tout le monde le trouve « beau comme une jeune fille ». Or voici que la fiancée Yin Xingyan exige maintenant un poème de son promis ; comme elle le juge excellent, elle s’enchante de son sort, dit adieu à ses parents et monte dans le palanquin. La route est longue jusqu’à une grande demeure avant la ville, et le palanquin de noces n’y arrive qu’à la première veille de nuit. Les promis passent dans la chambre nuptiale et se voient pour la première fois : la jeune Hua décide de sonder la fiancée en demandant un poème commémoratif. Brume, la voyant si belle, veut au moins briller par son talent – et Hua, subjugué par le poème (où elle pressent qu’on l’a percée à jour), s’avoue en riant vaincue pas sa « grande sœur » au comble de la stupéfaction. Elle lui explique toute l’affaire, et conclut en cédant de grand cœur Sima Xuan à sa sœur plus belle et plus douée.

15Elles font assaut de modestie et de compliments, et deviennent sœurs jurées, puis mettent le Maître au courant. Ensuite, que faire ? Plutôt qu’ébruiter l’aventure, elles resteront cachées dans la résidence en attendant l’issue des examens pour Xuan. Quant aux parents Yin, ils envoient le vieux Zhang, le marchand de fleurs, aux nouvelles : il tombe sur Xuan ! Amusant quiproquo, mais qui finit par mettre Xuan dans les transes. « Il paraît, dit-il à Lü Ke, que le 13 du mois dernier, j’ai épousé Yin Xingyan ! » Pour en avoir le cœur net, il va avec Zhang au village des Cuscutes ; son arrivée bouleverse les parents Yin, et la confirmation de ses propres noces le laisse effondré ! La vue du poème rédigé « par lui » le jour de son mariage (et gardé depuis au pavillon des Bibelots) lui fait craindre d’avoir été doublé par quelque riche fils de famille, plus doué que lui de surcroît. Tout espoir l’abandonne… On le retient pour la nuit : une nuit d’insomnie.

Chapitre 4

16Le lendemain, Xuan veut lancer un avis de recherche de son ex-fiancée, mais Lü Ke l’en dissuade : c’est sans doute quelque riche et puissant personnage qui l’a fait enlever, et mieux vaut attendre la fin des examens de doctorat pour aviser (et épouser la fille du Maître).

17Au printemps, Xuan est reçu troisième (tanhua 探花) au concours et Lü Ke se rend chez le Maître pour le prier d’honorer son engagement. « mais, dit le Maître, Xuan l’a lui-même rompu en épousant la demoiselle Yin ! Veut-on se moquer ? » Lü Ke plaide qu’il n’y a rien de vrai dans tout cela, mais le Maître dit qu’en tout état de cause, il a promis sa fille à un autre, et l’on saura qui en son temps.

18Lü Ke déconfit rentre et reproche à son ami son double jeu, qui lui vaut d’être « bredouille » des deux côtés. Xuan ne s’avoue pourtant pas vaincu : son « rival » a-t-il tant de talent ? Le lendemain, Lü Ke retourne chez le Maître pour solliciter une rencontre avec le nouveau fiancé. « D’accord, mais pour une simple entrevue ! », dit le Maître, qui explique aux deux jeunes filles qu’il a l’intention de mander le prétendant et de les lui donner toutes les deux en mariage… non sans lui avoir infligé d’abord une leçon d’humilité, où Brume jouera le rôle de « rival ».

19A midi, le Maître et se deux disciples trinquent, puis on introduit le gracieux « fiancé », qui salue et s’assied sans mot dire derrière la courtine. Alors commence un muet concours de poésie : Brume se montre à la hauteur de l’immense talent du jeune lauréat, lequel s’avoue bouleversé par les compositions de son rival ; après quoi ce dernier se retire, très digne, laissant Xuan décontenancé et malheureux. Il confesse alors ses errements et conte sa mésaventure avec la jeune Yin, puis sa double déconfiture sentimentale. Le Maître propose en riant de le consoler en lui faisant épouser sa fille (pour se faire, elle n’aura qu’à déguiser en Brume le fiancé de tout à l’heure…) mais d’abord, de boire avec entrain. Et d’expliquer que sa fille a épousé « Brume »… mais à l’issue d’un nouveau comique quiproquo, le Maître délabyrinthe enfin l’intrigue et Xuan épousera les deux beautés.

20Le lendemain, Lü Ke joue derechef les intermédiaires et choisit un jour faste pour les noces du brillant lauréat avec les deux sœurs jurées à la beauté et aux dons si exceptionnels. Plus tard, après la mort du Maître et de Lü Ke, Xuan regagnera avec elles sa patrie, le Sichuan.

21Ainsi furent assortis ces nobles jeunes gens affranchis des conventions (fengliupei 風流配).

Haut de page

Document annexe

  • Les galants assortis (J. Dars) (application/pdf – 13M)

    Facsimilé de la notice de Jacques Dars pour le premier récit du recueil Renzhonghua pour l'Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire.

Haut de page

Notes

1  Voir André Lévy, Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Première partie, premier volume. Paris : Collège de France – Institut des Hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des Hautes études chinoises », vol. VIII, 1978, pp. v-vi.

2  Voir Chan Hing-ho (ed.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Tome cinquième. Paris : Collège de France – Institut des Hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des Hautes études chinoises », vol. VIII-5, 2006, pp. 263-308.

3  Cette datation approximative est fournie par les éditeurs de l’édition moderne du recueil utilisée par Jacques Dars : Lu Gong 路工, Tan Tian 譚天 (eds.), Guben pinghua xiaoshuo ji 古本評話小說集. Beijing : Renmin wenxue, coll. « Zhongguo xiaoshuo shiliao congshu », 1984, p. 240 ; Renzhonghua y occupe les pages 241 à 391, « Fengliupei » 風流配, les pages 241 à 279.

4  On se rappelle que Jacques Dars avait traduit 14 récits de cet auteur dans En mouchant la chandelle. Nouvelles chinoises des Ming. Paris : Gallimard, coll. « L’imaginaire », n°162, 1986. Voir le détail dans la bibliographie des travaux sinologiques de Jacques Dars proposée dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Dars, « Les galants assortis », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 02 avril 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ideo.revues.org/328

Haut de page

Auteur

Jacques Dars

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org