Navigation – Plan du site
Délices en chinois

Trois poèmes de Lu You sur le végétarisme

Loïc Aloisio

Texte intégral

Présentation

1Dans l'antiquité chinoise, de nombreux poètes préconisaient le végétarisme, et ont, de ce fait, laissé de nombreuses compositions sur ce sujet, et, par là même, exprimé leur conception du végétarisme.

  • 1  斋中无所有唯茶铛药臼经案绳床而已
  • 2  悲哉世上人甘此膻腥食

2Le célèbre poète de la dynastie Tang Wang Wei 王维 (701-761) était aussi végétarien, toute sa famille se dévouant au bouddhisme. Wang Wei suivait un régime végétarien tout au long de l'année, mais son végétarisme devint encore plus stricte à la fin de sa vie. Il est précisé dans le Jiu Tangshu 旧唐书 (Ancien livre des Tang) qu'il « ne possédait rien pendant son végétarisme, si ce n'est une carafe pour le thé, un mortier pour les médicaments, une table pour y déposer les Classiques, et une chaise longue »1. Dans Zeng Li Qi 赠李颀 (Pour Li Qi), il écrivit : « J'éprouve de la tristesse pour les gens du monde, qui sont passionnés par la nourriture carnée »2. Il exprimait là une profonde tristesse à l'égard de ces Hommes du monde qui n'hésitent pas à tuer un être vivant pour le seul désir aveugle de leur estomac.

  • 3  Qilin 麒麟 est un animal fabuleux de la mythologie chinoise dont l'apparence diffère selon les époqu (...)
  • 4  干戈兵革斗未止凤凰麒麟安在哉吾徒胡为纵此乐暴殄天物圣所哀

3L'un des plus célèbres poètes de la dynastie Tang Du Fu 杜甫 (712-770), dans son poème You guan dayu 又观打鱼 (Assister une nouvelle fois à la pêche), se lamente ainsi : « Les combats n'ont point cessé, où le phœnix et le qilin3 sont-ils passés ? Pourquoi laissons-nous libre cours à de telles distractions, détruire toutes les choses de la nature, à tel point que les divinités se retrouvent dans l'affliction ? »4 La prise de conscience inquiète de Du Fu nous prévient donc de ne pas ôter la vie, et nous invite à nous rapprocher un peu plus du régime végétarien.

  • 5  Dans le vers 幻形分处不分神, huanxing 幻形 semble désigner une forme illusoire de nous-mêmes ; fenshen 分神 s (...)
  • 6  物我同来本一真幻形分处不分神如何共嚼娘生肉大地哀号惨煞人

4Plus près de nous, le poète de la dynastie Ming Tao Wangling 陶望龄 (1562-1609) exprime sa façon de penser en ces mots : « La nature et nous avons la même ascendance, nos doubles de lieu mais non d'esprit originel diffèrent5, comment pouvons-nous faire de notre propre mère pitance, qu'il est triste que sanglote la terre »6. Tao Wangling nous décrit donc ici toute l'horreur de la consommation de viande.

  • 7  On peut plus d'une centaine de poèmes en français grâce à Patrick Doan, Lu You. Mandarin, poète et (...)

5Lu You 陸游 (1125-1210), connu également sous son nom de plume Fangweng 放翁 et originaire de Yuezhou Shanyin 越州山陰, l'actuel Shaoxing 紹興 dans la province du Zhejiang, était quant à lui un grand poète de la dynastie des Song du Sud (1127-1279). Il composa près de onze mille poèmes, aussi bien des shi (poème régulier) que des ci (poème à chanter), ainsi qu'un certain nombre de textes en prose7. Fervent bouddhiste, il était végétarien. Une certaine glorification du végétarisme, ainsi qu'une certaine fierté pour son végétarisme de longue durée, se révèlent dans sa poésie.

6Dans son poème Sufan 素飯 (Plat végétarien), nous découvrons un Lu You au commencement de son végétarisme, n'appréciant plus les rares gibiers de montagne et les fruits de mer, mais savourant et s'attachant à la vie colorée et éclatante végétarienne. Il s'intéresse aussi au caractère diététique du végétarisme, puisque tout ce qu'il mange est purement diététique et est bénéfique pour la santé. Dans Caigeng 菜羹 (Bouillon de légumes) ainsi que dans Chucai 鉏菜 (Bêcher les légumes), il décrit justement l'idée que le végétarisme est bon pour la santé.

7A une époque où la protection de la nature semble être au centre de toutes les préoccupations, où de plus en plus de personnes adoptent le régime végétarien, que ce soit pour des raisons d'éthique, médicales ou autres, il semblait intéressant de remarquer que ces questionnements et ce choix de vie ne datent pas d'hier, et qu'elles sont toujours d'actualité aujourd'hui, un peu plus de huit cents ans après la disparition de Lu You.

Trois poèmes sur le végétarisme

Repas végétarien

8Je ne mange plus de viande voilà une année, cela n'empêche mon couvert d'être raffinée.
Riz comme jade, mijote sur un feu de pin et cannelier. Vinaigre et sauce font l'aubergine argentée.
J'invite deux trois amis dans mon ermitage, ambiance plus animée que fourmillement de la cité.
Le pas nonchalant, je caresse le coffre aux Cinq Classiques, en attendant le thé sauvage qui a pris place dans ma marmite.

放翁年來不肉食盤箸未免猶豪奢鬆桂軟炊玉粒飯醯醬自調銀色茄時招林下二三子氣壓城中千百家緩步橫摩五經笥風爐更試茶山茶

Bouillon de légumes

  • 8  La zizania, aussi connue sous le nom de riz de Mandchourie, est une plante vivace originaire de Ch (...)
  • 9  L'aval du Changjiang, ou San Wu 三吳 dans le texte chinois, désigne ici les régions de Dongwu 東吳, Zh (...)

9Le chou et la ciboule émeraudes, de tout temps sont des légumes excellents. La brasénie repliée en filament et la zizanie8 blanche, spécialités de l'aval du Changjiang9.
L'algue verte et la corydale pareilles aux célestes mets, patte d'ours et bosse de chameau ne peuvent s'y comparer.
Le vieux paysan lui-même cultive sa terre tranquille, où son eau est alme comme le lait et la terre telle la graisse fertile.
Sa famille s'y nourrit sans prendre au dehors, en manteau, paisible, sous la bruine il en sort.
On ne peut toujours manger porc et poulet, encore moins au gras mouton de sacrifice béer.
Le parfum des légumes de la marmite sur le feu s'exhalant, la langue ne s'en est point encore délecté que le nez le goûte avant.

青菘綠韭古嘉蔬莼絲菰白名三吳台心短黃奉天廚熊蹯駝峰美不如老農手自辟幽圃土如膏肪水如乳供家賴此不外取袯襫寧辭走煙雨雞豚下箸不可常況復妄想太官羊地爐篝火煮菜香舌端未享鼻先嘗

Bêcher les légumes

10Dans un monde où neige et givre ne sont jamais très épais, une pléthore d'excellents légumes pousse toute l'année.
Choux et ciboules se succèdent sans arrêt, abondent aussi laitues et navets.
Pauvre, de viande et de céréales délicates dénué ; malade, poisson globe à éviter.
Par bonheur, mon champ est là, pourquoi ne pas porter sur l'épaule la bêche journellement ?

江湖霜雪薄終歲富嘉蔬菘韭常相續萵蔓亦有餘家貧缺粱肉身病忌蛙魚幸有荒畦在何妨日荷鉏

Haut de page

Notes

1  斋中无所有唯茶铛药臼经案绳床而已

2  悲哉世上人甘此膻腥食

3  Qilin 麒麟 est un animal fabuleux de la mythologie chinoise dont l'apparence diffère selon les époques. Il est généralement décrit avec un corps de cerf, une queue de bœuf, et des sabots de cheval. Il a tantôt du pelage, tantôt des écailles, tantôt une et tantôt deux cornes semblables à celles d'un cerf.

4  干戈兵革斗未止凤凰麒麟安在哉吾徒胡为纵此乐暴殄天物圣所哀

5  Dans le vers 幻形分处不分神, huanxing 幻形 semble désigner une forme illusoire de nous-mêmes ; fenshen 分神 semble désigner une étape de la pratique taoïste à laquelle le pratiquant peut diviser son « esprit originel », yuanshen 元神, et donc arriver à se dédoubler.

6  物我同来本一真幻形分处不分神如何共嚼娘生肉大地哀号惨煞人

7  On peut plus d'une centaine de poèmes en français grâce à Patrick Doan, Lu You. Mandarin, poète et résistant de la Chine des Song. Aix-en-Provence : Presses universitaires d'Aix-Marseille, 2004, 336 p.

8  La zizania, aussi connue sous le nom de riz de Mandchourie, est une plante vivace originaire de Chine qui pousse dans les eaux peu profondes des lacs et des étangs.

9  L'aval du Changjiang, ou San Wu 三吳 dans le texte chinois, désigne ici les régions de Dongwu 東吳, Zhongwu 中吳 et Xiwu 西吳, qui représentent respectivement aujourd'hui les villes de Suzhou 蘇州, Changzhou 常州 et Huzhou 湖州.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Aloisio, « Trois poèmes de Lu You sur le végétarisme », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ideo.revues.org/368

Haut de page

Auteur

Loïc Aloisio

Aix-Marseille université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org